Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Le Coran démasqué > XI


Le Coran démasqué

une lecture non-croyante du Coran

XI - La propagande prépare la purification ethnique


par Taghout  -  07/06/2012




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.








X - La propagande prépare la purification ethnique



    Où l'on raconte comment se déroulait un duel de sorciers, à la façon de Mahomet.
    Où l'on dévoile l'origine astrologique des archanges.

L'évolution enseigne que les impératifs de reproduction et de survie ont façonné nos gènes. L'homme inventa les cultures et les religions, qu'on peut considérer comme une génétique sociale complémentaire. Par exemple les impératifs de survie ont sélectionné les comportements grégaires, conformistes, et la soumission au chef tribal. Un autre exemple se trouve dans ces faiblesses que sont le masochisme et la crédulité, qui ont pu être favorisés afin qu'une reproductrice sacrifie son instant de survie en s'exposant aux assauts du mâle. Les virus sociaux que sont les religions exploitent ces faiblesses humaines en les renforçant par des rituels, des mutilations et des sacrifices. Ces gènes culturels égoïstes détournent à leur profit l'énergie des sociétés infectées, en favorisant l'hyper-natalité, et en incitant les vecteurs à infecter les personnes saines, par des efforts de conversion ou par des guerres et des conquêtes. Un autre exemple de virus social est le racisme, qui peut être exacerbé au moyen de la technologie dite propagande.

Le chef de faction Mahomet à Medine, après avoir copieusement menacé, insulté et maudit les tribus juives, n'arrive pas à se décider à leur déclarer la guerre comme le ferait une personne honnête. Au lieu de cela, il va poursuivre son effort de propagande raciste dans le Coran pour préparer la purification ethnique de Médine.

Sourate 2, Al-BAQARAH, la vache.
    94. Dis : "Si la dernière Demeure, avec al-Lah, est pour vous spécialement, et pas pour d'autres, alors cherchez la mort, si vous êtes véridiques."
    95. Mais ils ne chercheront jamais la mort, à cause de ce que leurs mains ont envoyé devant eux. Et al-Lah est bien informé des maléfacteurs.
    96. Vous les trouverez en effet, de tous les peuples, les plus avides de la vie, davantage encore que les idolâtres : Chacun d'entre eux souhaite qu'il lui soit donné une vie de mille ans : Mais l'attribution d'une vie telle ne le sauvera pas de la punition. Car al-Lah voit bien ce que vous faîtes.


    Message à caractère raciste : "Les juifs sont des menteurs. Les juifs sont avides."
    "Cherchez la mort si vous êtes véridiques" : Il s'agit d'un challenge de sorciers que propose Mahomet. Chacun des participants doit dire : "Par le Dieu X ou Y, que je meure si je mens !" Ou bien faire d'autre déclarations solennelles du même genre, incluant sa famille ou sa tribu, dans un lieu consacré, en présence de témoins, en suivant quelque rituel. Les rabbins refusent le duel, parce qu'une telle pratique est inacceptable au regard du commandement : "Tu n'invoqueras pas en vain le nom de Dieu". Ce refus permet à Mahomet de se vanter auprès de ses adeptes : Il leur dit : "S'ils avaient accepté le challenge, alors pas un seul juif ne serait resté sur terre, mais ils seraient tous morts." (Sirat)

    "Maléfacteurs" : Faire le mal dans le Coran, c'est frustrer le narcissisme de Mahomet, ici en refusant de reconnaître son imposture.

    Aimer la vie n'est pas un défaut, et ce n'est pas défendu dans la Torah, c'est même recommandé. C'est simplement être en bonne santé.
    L'histoire des mille ans vient de la compilation de la Genèse, il y a bien longtemps, à partir de traditions orales variées : le scribe a voulu marquer l'antiquité en multipliant les valeurs numériques du texte par dix, dont l'âge des patriarches. Cet abus constitue la généalogie fictive, bricolée pour essayer de coller avec une chronologie tirée de sources contradictoires. Elle servait à légitimer des prétentions à la noblesse en s'inventant des ancêtres pharamineux. Une pratique courante : ainsi les chefs mérovingiens, devenus soudain rois des Gaules, se sont inventé une généalogie remontant à Alexandre le Grand.
    Mais en fait, monsieur al-Lah est jaloux de ces légendes juives qu'il tente de s'approprier.

    97. Dis : "Quiconque est un ennemi de Gabriel, car il révèle à ton coeur par la volonté d'al-Lah, une confirmation de ce qui vint avant, et guidance et bonne nouvelle pour ceux qui croient,
    98. Quiconque est un ennemi d'al-Lah et des Ses anges et messagers, de Gabriel et Michael, alors, al-Lah est ennemi de ceux qui rejettent la Religion.


    Message de Mahomet aux tribus juives de Médine : Vous êtes mes ennemis.

    "Al-Lah est ennemi de ceux qui rejettent la croyance" : C'est-à-dire que Mahomet est ennemi de ceux qui rejettent le système politico-religieux qu'il a conçu pour imposer sa souveraineté.

    Mahomet n'ose pas déclarer sa guerre aux tribus. Par traité, il est censé les protéger. Donc il va rassembler une meute métaphysique derrière lui pour se donner du courage. Outre le Jupiter al-Lah, et Gabriel, supposé Saint-Esprit et guide de Jésus et Marie, il appelle à la rescousse un certain Michael. Dans la haggada, création du monde, Gabriel et Michael sont les anges protecteurs spéciaux assignés au peuple juif, c'est pourquoi Mahomet a eu vent de ces mythes et s'y réfère. Mais il confond un peu tout dans sa mythomanie approximative.

    99. Nous avons envoyé les Prodiges manifestes; et nul ne les rejette que les pervers.
    100. N'est ce pas qu'à chaque fois il font une alliance, quelque parti au milieu d'eux la rejette ? Non, la plupart d'entre eux ne croient pas.
    101. Et quand vient à eux un messager d'al-Lah, qui confirme ce qui est avec eux, un parti du peuple du Livre jette le Livre d'al-Lah derrière leurs dos, comme s'ils ne savaient pas.


    Mahomet-al-Lah le narcisse blessé s'auto-apitoie à nouveau : Les Prodiges manifestes désignent dans son jargon les versets du Coran, supposés miraculeux.
    Mais lesdits versets manifestent surtout l'ignorance et la brutalité de leur auteur. Mon opinion est qu'un livre incompétent qui véhicule une propagande raciste ne mérite pas qu'on l'adore.

    "Nul ne les rejette que les transgresseurs" : Mahomet désigne par ce mot ceux qu'il accuse de trahison. C'est l'insulte gratuite faite par une personne immature, ici aux tribus juives. Mais pour celles-ci, rejeter le mensonge du bandit, en dépit de ses menaces, était un acte de fidélité à leurs traditions.

    102. Ils suivirent ce que les satans dirent du pouvoir de Salomon : les satans enseignaient la magie, pas Salomon, et ces choses vinrent à Babylone aux anges Harout et Marout. Mais aucun de ceux-ci n'enseigna à quiconque sans dire : "Nous sommes ici pour tester : ne pêchez pas."
    Ils apprirent d'eux comment semer la discorde entre mari et femme. Mais ils ne pouvaient pas blesser quelqu'un sans la permission d'al-Lah. Et ils apprirent ce qui leur nuit, pas ce qui leur profite. Et ils savaient que les acheteurs n'auraient pas leur part dans le bonheur de l'Au-delà. Et mauvais troc était le prix pour lequel ils vendirent leur âme, s'ils savaient.

    103. Si ils avaient gardé leur croyance et s'étaient protégé contre le mal, bien meilleure aurait été la récompense d'al-Lah, si il savaient.

    Message à caractère raciste : les juifs sont des sorciers.

    Mahomet était obsédé par les superstitions : malédictions, sorts, poupées ensorcelées: il s'imaginait faire l'objet de pratiques de sorcellerie.
    Le jeteur de sorts avait un faible pour le roi Salomon, qu'il appelait "Mon frère Salomon". Celui-ci aurait été accusé de pratiquer la magie, on aurait retrouvé des livres compromettants à sa mort (toute espèce de magie, sorcellerie, divination était sévèrement tabou selon la loi juive).
    La légende de la chute des anges évoque une culture antique qui observait deux tabous: le mariage hors caste et la diffusion des connaissances en herboristerie et en astrologie, deux domaines qui seront aussi tabou et considérés comme relevant de la sorcellerie par les Lévites. L'origine de ce mythe est très antérieur à l'exil à Babylone. La confusion vient du mythe de la tour de Babel, qui fait partie du même corpus mythique.

    "Si ils avaient gardé leur croyance": en fait, les rabbins de Médine sont restés fidèles au judaïsme et n'ont pas cédé au tyran. Mahomet les a fait déporter et tuer.

    104. Ô vous qui croyez ! Ne dites pas raïna mais ondhoma; et obéissez : à ceux qui rejettent est une punition sévère.

    "Raïna" signifie "regarde nous", c'est une forme de salutation. Mais en hébreu cela donne "notre mauvais". C'est ainsi que les juifs de Médine devaient saluer Mahomet, pour lui faire comprendre leur sentiment. "Ondhoma" ne présente pas cette ambiguïté.

    Mahomet prêchait à la Mecque par l'expression : "Ô Hommes !". A Médine, il ajouta l'expression : "Ô Enfants d'Israël !".
    "Ô vous qui croyez !" est une nouveauté, un peu ironique, car Mahomet n'est probablement pas dupe du caractère essentiellement politique de cette technologie sociale qu'est le monothéisme. L'inventeur de sa religion taillée sur mesure manipule les croyances et les peurs, et c'est pourquoi il est un brin condescendant.

    105. Ce n'est jamais le souhait des rejeteurs de la Religion parmi ceux du Livre, ni parmi les associateurs, que quelque chose de bon descende de votre Seigneur. Mais al-Lah choisira pour Sa faveur spéciale qui Il veut car al-Lah est de provende abondant.

    Message de Mahomet : je vais récompenser de butin qui je veux, un butin pris aux non-musulmans de Médine et aux meccans.
    Monsieur "de-provende-abondant" a des objectifs très matériels, prémédités avec ses alliés depuis fort longtemps.


Notes :
Pour la petite histoire, Gabriel était un prénom en usage dans les cités syriennes de culture elohiste, comme Ougarit. Il signifierait: "Gabor-El", c'est à dire taureau ou buffle ou vacher? et noble ou céleste ?, et Michael serait "Melek-El", c'est à dire roi-céleste ?. Ces cultures constituaient des castes endogames assez prétentieuses, qui ont fort impressionné les nomades par leur science et leurs tours de magie. Le suffixe "El" qui devait signifier noble, élevé, premier, princier, mais aussi céleste, a pu en faire des anges pour les compilateurs des textes anciens que sont les inventeurs du judaïsme.

Le titre particulier d'archange accordé à Michael et Gabriel dans la mystique (kabbale) juive viendrait de l'astrologie. Le solstice d'hiver il y a 4 à 6000 ans tombait dans le signe du taureau. Les compilateurs des traditions orales du judaïsme ont vu dans le taureau dessiné dans le ciel le Gabor-El d'un autre mythe. L'équinoxe de printemps dans le signe du lion ou roi, c'est donc Melek-El, ou Michael. Les deux autres fêtes majeures de l'année dans les cultures possédant l'astrologie sont le solstice d'été correspondant au signe du scorpion, ou sanglier, ou aigle, et l'équinoxe d'automne dans le signe du verseau, soit Uri-El et Rapha-El. Ce bestiaire analogique des constellations constitue la fameuse chimère zodiacale. (haggada, les quatre étendards du trône).

L'Arabie pré-islamique possédait un système quaternaire équivalent, respectivement : Yahouq, Yaghout ou Taghout, Nasr et Wadd, représentés par un cheval, un lion, un aigle, et un homme (Palmer, introduction à sa traduction anglaise du Coran).


Taghout

Mon blog :




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©