Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Le Coran démasqué > XII


Le Coran démasqué

une lecture non-croyante du Coran

XII - Al-Lah est une girouette


par Taghout  -  07/06/2012




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.








XI - Al-Lah est une girouette



    Où l'on voit le dieu Mahomet obligé de réécrire et d'abroger ses versets.
    Où l'on explique pourquoi la prosternation ne s'est pas toujours faite en direction de la Mecque.

Un système de croyance, un même religieux, se renforce avec le temps: plus c'est ancien, plus c'est vénérable. Plus les générations de prêtres ont peaufiné l'affaire, et plus elle semble solide. Les textes anciens sont dans des langues difficiles, oubliées, traduites et bricolées, devenues plus ou moins incompréhensibles: cela renforce la mystique des textes sacrés, leur caractère impénétrable et supposément transcendant.

Donc un principe fondamental pour élaborer d'une religion, c'est de tenter de s'approprier les traditions les plus anciennes, et d'en revendiquer une interprétation authentique afin de s'imposer face à la concurrence. C'est ainsi que rien ne change vraiment, et que des légendes évidemment étrangères à la réalité se trouvent reconduites à chaque fois, comme par exemple la Genèse.

Mahomet a fini par réaliser qu'il ne pouvait échapper au ridicule face aux tribus juives de Medine, tant son rendu de la légende de l'Exode est médiocre, face aux traditions conservées par les rabbins.

Alors il a choisi de renoncer à se prétendre le représentant du judaïsme. A la place, il affirme que les rabbins ont corrompu leurs textes, y compris la Torah, dont lui serait le seul représentant authentique. Il dénonce le judaïsme comme faux et corrompu, et du coup, ne souhaite plus s'étendre sur Moïse et les légendes de l'Exode. Il voudra même abroger les versets qui exposent son incompétence. A la place il va tenter de s'affirmer comme le représentant authentique du culte d'Abraham, plus ancien, et développer le mythe d'Ismaël.

Sourate 2, Al-BAQARAH, la vache.
    106. Aucune de Nos révélations nous n'abrogeons ou faisons oublier, que nous n'y substituons quelque chose de mieux ou similaire : Ne savez-vous pas qu'al-Lah a pouvoir sur toutes choses.

    Message de Mahomet : Je suis législateur suprême : al-Lah c'est moi. Je change les lois comme je le veux. Aucune loi n'arrêtera mes ambitions.

    Ce verset est à l'origine des discussions : Quels versets ont été abrogés par lesquels ? Que disent les hadiths à ce sujet ? C'est ainsi que s'élabore la charia. De telles discussions tentent de rendre décents des versets qui ne le sont pas, mais ignorent l'essentiel, c'est-à-dire l'imposture de Mahomet. Les pays qui construisent leur identité sur le Coran sont pris dans un piège temporel qui les oblige à vivre comme sous le joug et la barbarie d'un tyran incompétent du bas moyen-âge. Mais le Coran n'a aucune espèce de validité, ce n'est que le mensonge d'un criminel.

    Au verset 122, Mahomet récrit les versets 47-48 et suivants, pour les réorienter vers Abraham. On pourrait dire qu'il revoit sa dissertation pour se distancier de Moïse, et du judaïsme. Je pense que cette réécriture, c'est le remplacement, l'abrogation spécifiée au verset 106, mais apparemment les compilateurs du Coran ne l'ont pas compris ainsi: ils ont tout conservé pieusement.

    107. Ne savez-vous pas qu'al-Lah est souverain sur le ciel et la terre ? Et devant Lui vous n'avez ni protecteur ni allié.

    Message de Mahomet : Je serai Roi et Pontife de Médine et j'ambitionne encore davantage. Aucun accord conclu ne vaut face à ma dictature, et en particulier les accords de protection des ansars envers les tribus juives sont caducs.

    108. Demanderez-vous à votre Messager comme il a été demandé à Moise ? mais quiconque passe de la religion à son rejet, s'est certainement égaré du chemin.
    109. Un bon nombre des gens du Livre voudraient vous voir revenir à l'infidélité, par jalousie, après que la Vérité s'est manifestée à eux : Mais pardonnes et négliges, jusqu'à ce qu'al-Lah ait accompli son projet : car al-Lah a pouvoir sur toutes choses.
    110. Et priez diligemment et acquittez-vous aux échéances de l'impôt. Et quoi de bon vous envoyez pour vos âmes devant vous, vous le trouverez avec al-Lah. car al-Lah vois bien ce que vous faîtes.


    Message de Mahomet : Assez d'efforts de conversion, j'imposerai ma domination par la force quand je serai prêt militairement, c'est-à-dire quand le clan meccan ne sera plus une menace. (Les meccans tentèrent de mobiliser une armée pour faire cesser les brigandages de la secte). Je récompenserai alors ceux qui me sont fidèles aujourd'hui.

    111. Et ils disent : "Nul n'entrera au Paradis à moins qu'il ne soit juif ou chrétien." Ce sont leurs désirs. Dis : "Produisez votre preuve si vous êtes véridiques."

    Mahomet clôt les débats par ce challenge qui est un duel de malédictions.

    112. Non, qui se soumet (muslim) à al-Lah et fait le bien, celui-ci aura sa récompense de son seigneur; il n'aura pas de peur, et ne souffrira pas.

    Message de Mahomet : Je terroriserai ceux qui m'ont résisté, et je récompenserai mes adorateurs avec le butin.
    "Mouslim" s'entend comme une reddition inconditionnelle de sa volonté: Mahomet a peut-être été impressionné jadis dans ses voyages par l'obéissance que manifestaient les moines chrétiens dont il aurait copié la prosternation. L'obéissance est en effet un voeu monacal. Par imitation, il souhaite que ses adeptes deviennent ses esclaves, des zombies sans volonté, comme les films fantastiques en attribuent la création aux sorciers vaudou. Cet ambitieux a réalisé le pouvoir de la religion utilisée comme technologie guerrière. Il imagine ce qu'il pourra faire d'une armée de fanatiques pour vaincre ses ennemis.

    "Fait le bien" : Faire le bien signifie dans le Coran alimenter le narcissisme de Mahomet: accroissement de prestige, conversions, guerre, butin.

    113. Les juifs disent : "Les chrétiens ne reposent sur rien". Et les chrétiens disent : "Les juifs ne reposent sur rien" Pourtant ils lisent le Livre. De même disent les ignorants. Mais al-Lah jugera entre eux leur querelle au Jour du Jugement.

    Message de Mahomet : Les non-musulmans sont divisés : nous les écraserons quand nous serons prêts. ("Les ignorants" désignent les non-musulmans qui ne sont ni chrétiens ni juifs.)

    114. Et qui est plus injuste que celui qui interdit de prononcer le nom d'al-Lah dans les lieux de son adoration ? Quel zèle va les ruiner ? Il ne convenait pas que ceux-ci n'y entrent sinon dans la peur. Pour eux il n'y a que disgrâce dans ce monde et dans le monde à venir, un tourment excessif.

    Message à caractère raciste : Les juifs sont injustes, ils sont maudits.
    Le second commandement interdit de jurer vainement. Mahomet est frustré car les rabbins refusent les duels de malédictions qu'il leur propose de faire dans la synagogue. C'est parce que le jeteur de sorts Mahomet n'a pas d'autre argument à son répertoire que la superstition, un genre qu'il considère comme respectable.

    115. A al-Lah appartiennent l'est et l'ouest : Par où que tu te tournes, est la présence d'al-Lah. car al-Lah est tout-pénétrant, tout-connaissant.

    Mahomet a fait changer la direction de la prosternation de ses adeptes : De Jérusalem (l'ouest), la prière se fait maintenant vers la Mecque (l'est). On peu interpréter ce changement comme une volonté de marquer sa distance avec le judaïsme et les rabbins qu'il hait, et de redéfinir son culte comme une religion nationale arabe. Mais la raison invoquée par monsieur al-Lah-Je-Sais-Tout pour ce changement de la qibla n'est pas mentionnée ici, car elle révélerait son échec à se présenter comme le Messiah des tribus juives. Donc al-Lah est inconsistant : il abroge ses versets, se contredit et ne sait pas non plus très bien dans quel sens se tourner : c'est-à-dire qu'al-Lah est une girouette.

    116. Ils disent : "[Il] a eu un fils" : Gloire à Lui. Non, à Lui appartiennent tout ce qui est aux cieux et sur la terre : tout Lui rend adoration.

    Message de Mahomet : La Gloire est à moi seul.
    Allusion aux chrétiens, qui affectent l'épithète "Fils de Dieu" à Jésus. L'expression vient de la tradition élohiste (Psaumes, Job) : "Vous serez appelés Fils d'El". Les tyrans des cités syriennes étaient paternalistes : Les nomades qui restaient fidèles aux accords conclus avec eux étaient peut-être récompensés par ce titre, décerné comme une sorte de médaille. Dans le cas du mythe chrétien, des éléments messianiques et miraculeux sont venus s'y greffer.

    117. A Lui est l'origine primitive des cieux et de la terre : Quand il décrète quelque chose, Il lui dit : "Soit," et il est.

    Message de Mahomet : Mes décrets doivent être obéis sur le champ.
    On trouve l'inspiration du verset dans la Genèse.

    118. Ceux qui ne savent pas disent : "Pourquoi al-Lah ne nous parle-t-Il pas ?" ou "Pourquoi ne nous vient-Il pas un prodige ?" Ainsi a dit le peuple jadis des mots similaires. Leurs coeurs sont comparables. Nous avons produit clairement les prodiges aux peuples qui tiennent fermement la religion.

    Certains polythéistes demandent à Mahomet de produire des preuves miraculeuses avant de lui abandonner leur raison.

    119. Nous t'avons envoyé avec la Vérité, un porteur de bonnes nouvelles et un avertisseur : mais de toi aucune question ne sera demandée de la part des Compagnons du Feu Brûlant.

    Message de Mahomet : Je possède la ruse de la religion-banditisme: un livre métaphysique, des espoirs de conquête et de butin pour mes fidèles, et des menaces envers ceux qui ne voudraient pas me croire. Les gens qu'on massacrera je m'en lave les mains.
    La Vérité désigne la version locale de la haggada qui sert de source mystique à Mahomet pour ses versets.
    La notion d'irresponsabilité des musulmans et de Mahomet pour les crimes qu'ils vont commettre est présente dans ce verset. Voir aussi Coran 8.17, qui impute les meurtres à al-Lah. Mahomet affirme qu'il lui est licite de tuer et de faire tuer ceux qu'il a maudits. Il prépare ses gens à la purification ethnique.

    120. Jamais les juifs ou chrétiens ne seront satisfaits avec toi à moins que tu ne suives leur forme de religion. Dis : "La Guidance d'al-Lah, voilà la Guidance." Si tu suivait leurs désirs après la connaissance qui t'est parvenue, alors tu ne trouverais ni protecteur ni aide contre al-Lah.

    Bien sûr, c'est faux : la loi juive accepte socialement les non-juifs. Les juifs ne tentent pas de convertir qui que ce soit mais la démarche vers le judaïsme est au contraire volontaire et compliquée. Les chrétiens pratiquent davantage le prosélytisme, mais en théorie ils ne cherchent à convertir que par l'exemple. En pratique, les empires chrétiens ont pratiqué des conversions forcées.

    Mais Mahomet nous explique en filigrane son refus de revoir sa copie : Le comploteur s'est engagé auprès des brigands sur un programme. Apprendre auprès des rabbins serait dénoncer cet accord, et risquer alors sa vie. "tu ne trouverais ni protecteur ni aide contre al-Lah". Dans cette expression al-Lah désigne les dangereux mercenaires ansar.

    121. Ceux à qui Nous avons envoyé le Livre le récitent comme il doit être récité : Ils sont ceux qui croient. Ceux qui rejettent la religion qui s'y trouvent, la perte est la leur.

    Mahomet n'accepte que la récitation pieuse de son Coran. La lecture intelligente, les questions, et encore plus l'étude détaillée d'un texte, comme les rabbins vont les pratiquer, risqueraient d'exposer son imposture.

Avec ses versets, Mahomet consomme la rupture avec le judaïsme mais aussi avec les quelques chrétiens qui l'ont suivi. Il dénonce judaïsme et christianisme comme des faussetés. Il s'affirme comme un schisme reniant ses origines, comme une secte menaçante, agressive. Son dessein est de détenir le monopole de la religion, au moins à Medine, afin d'en devenir le dictateur. Il va maintenant préparer la guerre qu'il va mener contre ces deux groupes.

Mahomet a enfermé ses fidèles dans la violence sectaire afin de réaliser ses ambitions personnelles.


Notes :
De l'abrogation des versets:
Avec les succès militaires de Mahomet, les croyants ont hérité d'une compilation élaborée selon les circonstances par un homme sans scrupules. On a vu que le Coran servait la loi brutale d'un seul au service de ses propres intérêts et au mépris de toute autre tradition.

Mais quand on a affaire à des lois mauvaises, génératrices d'abus, de violences et d'injustices, incohérentes ou obsolètes, il faut les abroger.

Les jurisprudences élaborées sur le Coran et les hadiths ignorent le point essentiel: Mahomet était un imposteur, un législateur incompétent, et sa morale était celle d'un bandit.

Imposer les lois du Coran, c'est prendre les gens pour des idiots. Est-ce que vous accepteriez qu'on paye un comédien pour affirmer que le Djinn Truc ou l'Ange Machin lui a parlé, et lui a intimé l'ordre de faire connaître la Révélation Divine, à chaque fois que les responsables ont décidé de légiférer ? Non, bien sûr, les citoyens ne veulent ni mensonge ni masquerade, mais des représentants élus, une constitution, une justice indépendante.

Déclaration universelle des droits de l'homme, article premier :
"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits".


Taghout

Mon blog :




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©