Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'islam en France

L'islam en France

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques Islam dans le monde, Le Coran, Islamisme, Foulard islamique, Le port de la burqa, Loi sur le port du foulard, Laïcité, Intégrisme.



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Cazeneuve exhorte les musulmans à lutter contre le terrorisme (Agence Reuters)
Médiapart - 24 novembre 2016

"Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a exhorté jeudi les musulmans de France à prendre part à la lutte contre le terrorisme pour qu'ils n'aient pas "honte" des actes qui sont commis au nom d'une vision dévoyée de leur religion.
Il a dit avoir besoin "ardemment, absolument" de leur aide lors de la cérémonie de pose de la première pierre du futur Institut Français de Civilisation Musulmane (IFCM) qui devra ouvrir ses portes en 2018 aux côté de la Grande Mosquée de Lyon.
"Nous avons besoin de vous partout où des formes de radicalité s'enkystent, partout où des mosquées s'installent, où une parole est portée et éloigne les fidèles de principes qui nous sont chers, où l'égalité homme-femme peut parfois reculer par certains propos (...), où des formes de haine peuvent être déployées à l'égard des représentants d'autres religions, où l'antisémitisme parfois peut-être prôné", a-t-il déclaré."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/france/241116/cazeneuve-exhorte-les-musulmans-lutter-contre-le-terrorisme


Islam radical: dissolution de l'association d'aide aux détenus musulmans Sanâbil (avec AFP)
L'Express - 23 novembre 2016

"L'association, dont le nom était apparu dans de nombreux dossiers terroristes, était dans le collimateur des autorités depuis 2010.
Le ministère de l'Intérieur a décidé de dissoudre Sanâbil, une association d'aide aux détenus musulmans, basée en Seine-et-Marne. Dans le radar des autorités depuis sa création en 2010, elle est soupçonnée de liens avec l'islam radical, a indiqué, ce mercredi, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.
Cette décision a été prise sur le fondement d'un article du code de la sécurité intérieure sur les associations qui "appellent à la haine ou à la violence, ou qui se livrent à des agissements susceptibles de provoquer des actes terroristes", a indiqué Stéphane Le Foll lors de son point-presse à l'issue du Conseil des ministres."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/islam-radical-dissolution-de-l-association-d-aide-aux-detenus-musulmans-sanabil_1853319.html


L'islam, miroir de la crise (Abdennour Bidar)
L'Obs - 6 novembre 2016

"Pour le philosophe et essayiste, la deuxième religion de France est "le meilleur révélateur de notre crise d'identité".
Abdennour Bidar est spécialiste de l'islam et des évolutions contemporaines de la vie spirituelle.
Pourquoi l'islam a-t-il pris cette place centrale dans nos débats publics ? S'il nous interroge et nous déstabilise autant, c'est peut-être qu'il est le meilleur révélateur de notre crise d'identité. Nous avons abdiqué la volonté de nous rassembler autour de valeurs, d'un sacré et de toute idée d'un bien commun, face à deux forces de dissolution que nous avons laissées tout emporter sur leur passage :
- d'abord le libéralisme économique, qui éparpille les individus en soldats de la compétition généralisée ;
- ensuite le libéralisme culturel, qui répète ad nauseam son mantra "tous différents", pour achever de disperser feu le corps social en une multiplicité éclatée d'individus, d'identités, de tribus et de communautés.
Et bien entendu l'intellectualité dominante a pris sa part de ce travail de destruction : depuis des décennies, aussitôt qu'un malheureux ose parler de "valeurs universelles", ou simplement à l'échelle française, de "valeurs partageables", toute une doxa savante se ligue aussitôt contre lui pour le traiter de "fasciste", d'"impérialiste", de "néocolonialiste" ou plus charitablement d'"idéaliste"."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20161031.OBS0535/l-islam-miroir-de-la-crise-par-abdennour-bidar.html


Quatre mosquées fermées pour radicalisation en Ile-de-France (T.V.)
L'Obs - 2 novembre 2016

"Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve "a fait procéder ce jour à la fermeture administrative de quatre mosquées", informent ses services dans un communiqué ce mercredi 2 novembre. Leur fermeture a été décidée sur "le fondement des dispositions de l'article 8 de la loi sur l'état d'urgence permettant la fermeture des lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d'actes de terrorisme ou faisant l'apologie de tels actes", est-il précisé.
Le 12 octobre, le ministre de l'Intérieur avait annoncé qu'une vingtaine de mosquées et de salles de prières présumées radicalisées avaient été fermées depuis la mise en vigueur de l'état d'urgence, instauré après les attentats du 13 novembre. Les fermetures décidées ce mercredi s'appliquent à des lieux de culte situés dans les départements des Yvelines, de la Seine-Saint-Denis ainsi que du Val-de-Marne, et "prennent effet immédiatement"."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/etat-d-urgence/20161102.OBS0637/quatre-mosquees-fermees-pour-radicalisation-en-ile-de-france.html


"Il y a un problème avec l'islam" : quand Hollande fait du Valls (Etienne Girard)
Marianne - 11 octobre 2016

"Dans le dernier ouvrage des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, François Hollande se lâche sur l'islam et l'immigration. Pour la première fois, le Président assume des positions clairement proches de celles déjà portées par son Premier ministre, Manuel Valls.
Quelle est votre position sur l'islam ? Il va falloir s'habituer à cette question brute, qui ne manquera pas d'être posée à tous les candidats à l'élection présidentielle jusqu'en avril prochain. La réponse apportée par François Hollande dans Un président ne devrait pas dire ça..., le dernier ouvrage des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme (Stock), a de quoi suprendre. Le Président y prend des positions proches de celles soutenues de longue date par son Premier ministre Manuel Valls.
"Il y a un problème avec l'islam", assène le chef de l'Etat, interrogé par les deux journalistes, selon l'Express qui diffuse ce mardi 11 octobre les bonnes feuilles du livre. "Parce que l'islam demande des lieux, des reconnaissances", poursuit-il. Et de développer son propos : "Ce n'est pas l'islam qui pose un problème dans le sens où ce serait une religion qui serait dangereuse en elle-même, mais parce qu'elle veut s'affirmer comme une religion dans la République. Après, ce qui peut poser un problème, c'est si les musulmans ne dénoncent pas les actes de radicalisation, si les imams se comportent de manière antirépublicaine..."."
[...]
http://www.marianne.net/il-y-probleme-islam-quand-hollande-fait-du-valls-100246990.html


"Non, il n'y a pas 28 % des musulmans qui sont "radicalisés" en France" (Antoine Jardin)
Le Monde - 29 septembre 2016

Antoine Jardin est ingénieur de recherche au CNRS.
"Depuis que l'enquête de l'Institut Montaigne, dont le rapport a été rédigé par Hakim El Karoui, "Un islam français est possible" a paru, le 19 septembre, des commentateurs ont proclamé que 28 % de musulmans seraient "radicalisés" en France.
Une mise au point s'impose. Ni le terme de radicalisation ni aucun de ses dérivés n'est employé car il ne s'agit pas d'un concept scientifique rigoureux. "Radicalité" est devenu un mot fourre-tout pour désigner vaguement ce qui est perçu comme une menace non maîtrisée et un label hasardeux des politiques publiques dans un contexte de montée de la violence djihadiste depuis les attentats commis en France par Mohammed Merah en 2012.
Loin d'une logique de stigmatisation, l'enquête identifie les items d'attitudes autoritaires ou conservatrices en montrant leur déconnexion vis-à-vis des pratiques religieuses répandues, telle que la consommation de nourriture halal. A partir de ces résultats, on peut affirmer, données à l'appui, que l'intensification de la religiosité n'est pas associée à un basculement dans l'autoritarisme.
Là où le débat public interprète, à tort, ces évolutions comme le signe d'une "conquête" de l'islam radical, cette enquête démontre l'indépendance de la religiosité et des attitudes justifiant l'inégalité entre les individus.
Le durcissement des pratiques sociales associées à certaines formes du rapport à l'islam ne constitue pas une différence de degré, mais une différence de nature..."
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/09/29/non-il-n-y-a-pas-28-des-musulmans-qui-sont-radicalises-en-france_5005163_3232.html?xtmc=religion&xtcr=11


Musulmans : une enquête "pionnière" mais limitée (Amandine Cailhol et Frantz Durupt)
Libération - 18 septembre 2016

"Qui sont les musulmans de France ? C'est à cette question épineuse qu'a essayé de répondre l'Institut Montaigne, think tank libéral, dans un rapport publié dimanche. Au risque de lancer de nouvelles polémiques.
Mieux connaître les musulmans, "afin d'être à même ensuite de proposer des solutions susceptibles d'accélérer la sereine insertion de la majorité silencieuse, mais aussi des mesures destinées à combattre le fondamentalisme, tout en ramenant le plus grand nombre possible de musulmans tentés par l'intégrisme vers des croyances et des idées en phase avec les valeurs républicaines." Tel est l'objectif d'une étude publiée ce dimanche par l'Institut Montaigne, un think tank libéral, en partenariat avec l'institut de sondage Ifop et affichée en une du JDD. [...]
Bien que seconde religion de France, l'islam reste démographiquement très minoritaire. En effet, selon l'Institut Montaigne les musulmans comptent pour 5, 6% des habitants de métropole. Soit un pourcentage "moins important que ne l'avancent bon nombre de chiffres fantaisistes", souligne Hakim El Karoui. Ce chiffre grimpe à 10% dans la catégorie des moins de 25 ans. Signe, selon le think tank, de "la prégnance croissante de la seconde religion du pays auprès des jeunes générations". Autre information sur le profil démographique des personnes se déclarant musulmanes : elles ont en grande majorité (72%) deux parents également musulmans. La transmission religieuse familiale joue donc fortement, là où les conversions restent minoritaires (ils sont 7, 5% à n'avoir aucun parent musulman). Autres enseignements : trois musulmans sur quatre sont Français (dont 50% de naissance). 30% ne fréquentent jamais la mosquée et 60% ont "un rapport distancié ou inexistant aux lieux de culte"."
[...]
http://www.liberation.fr/france/2016/09/18/musulmans-une-enquete-pionniere-mais-limitee_1501703


Le burkini, l'arbre extrémiste qui cache la forêt d'un recul sans précédent de la religion (Peggy Sastre)
L'Obs - 1er septembre 2016

"De quoi la polémique sur le burkini, qui a secoué la France ces trois dernières semaines, est-elle le nom ? Si on se penche du côté de la science, la réponse est sans appel. Les explications de Peggy Sastre. [...]
Avec l'affaire du burkini, cet énorme décalage entre subjectivité et factualité s'est fait jour dans la difficulté, pour les journalistes, de trouver des images pour illustrer leurs très nombreux articles sur le sujet. Comme si le burkini, à l'instar du dahu des régions montagneuses, était de ces bestioles dont tout le monde parle sans jamais les avoir vues.
Reste qu'un éléphant de mer encore plus massif trône au milieu du château de sable : ce que signale l'arrivée du burkini sur (quelques) plages françaises, ce n'est pas un retour en force de la religion. C'est même tout le contraire : ce qu'indiquent ces petits bouts de crispation sectaire, c'est que la religion, autant comme structure organisationnelle des communautés, que comme boussole comportementale des individus, n'a jamais été aussi faiblarde.
Le phénomène est observable partout où il a été possible de l'observer - c'est-à-dire de le mesurer. La grande tendance "spirituelle" de notre siècle et de notre monde est à la désaffection religieuse. Jamais autant d'individus ne se sont déclarés athées ou agnostiques. Jamais cette sortie de la religion de la vie intime ou sociale n'a été aussi rapide. Et jamais le projet théologico-politique n'a suscité aussi peu d'assentiment.
On pourrait croire la chose évidente pour les contrées industrialisées et sécularisées depuis belle lurette, elle est tout aussi vraie dans celles où la religion organise encore la vie de la cité. Oui, même quand cette religion est l'islam.
En France, les personnes se disant athées ou "indifférentes" à la religion constituent désormais une large majorité de la population. En ce qui concerne la religion musulmane, la tendance la plus lourde de ces trente dernières années, ce n'est pas la radicalisation et l'extrémisme, mais le fait que les "nouvelles" générations soient beaucoup moins religieuses que les "anciennes". L'an dernier, Patrick Simon, sociodémographe à l'Institut national d'études démographiques (INED), résumait les choses en ces termes :
"Si l'on doit décrire une mobilité chez les jeunes descendants d'immigrés par rapport à leurs parents, on observe plus une désaffection du religieux qu'une radicalisation. Ce qui n'est pas contradictoire avec l'émergence de petits cercles radicalisés.""
[...]
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1555721-le-burkini-l-arbre-extremiste-qui-cache-la-
foret-d-un-recul-sans-precedent-de-la-religion.html


Islam : le hic avec le laïc Chevènement (Bernadette Sauvaget, Jonathan Bouchet-Petersen)
Libération - 29 août 2016

"Nommé à la tête de la Fondation pour l'islam de France, l'ancien ministre, souverainiste de gauche, continue de créer la polémique en multipliant les positions controversées.
Si son nom avait vocation à susciter l'engouement, c'est loupé. La confirmation par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, lundi dans la Croix, de la nomination de Jean-Pierre Chevènement à la présidence de la future Fondation pour l'islam de France continue de susciter des réactions plurielles. Et la prestation lundi matin sur France Inter de celui qui, selon un proche, n'était candidat à rien, est loin d'avoir rassuré. Ils sont certes nombreux, à gauche comme à droite, à louer son expérience et ses qualités de serviteur de l'Etat, comme son ancien collaborateur lorsqu'il était au ministère de l'Intérieur (1997- 2000), Didier Leschi : "A gauche, peu de personnalités bénéficient d'une telle aura dans le monde arabo-musulman. Il a une grande culture sur l'islam, notamment grâce aux liens qu'il a longtemps entretenus avec l'islamologue Jacques Berque, l'un des traducteurs en français du Coran", explique ainsi son ancien chef du bureau central des cultes. D'autres sont (beaucoup) moins convaincus. Parce qu'ils trouvent le casting inadéquat ou jugent avec sévérité les premières sorties du "Che", principale figure à gauche du républicanisme laïc tendance souverainiste."
[...]
http://www.liberation.fr/france/2016/08/29/islam-le-hic-avec-le-laic-chevenement_1475392


Ghaleb Bencheikh : "Il faut se débarrasser de la religiosité aliénante" (Entretien réalisé par Mina Kaci)
L'Humanité - 8 août 2016

"L'islamologue Ghaleb Bencheikh plaide en faveur de la refondation de la pensée théologique pour "libérer l'esprit de sa prison". Il regrette que des politiciens exploitent le terrorisme de manière "éhontée" et appelle à l'unité de la population française.
Islamologue français, Ghaleb Bencheikh est originaire d'une famille qui a définitivement tranché en faveur d'une lecture moderne des textes ouvrant sur "un islam de beauté et d'intelligence". Son père, le cheikh Abbas Bencheikh El Hocine, recteur de la Grande Mosquée de Paris de 1982 à 1989, n'est sans doute pas étranger à cette éducation qui place la religion au coeur de l'humanisme. Président de la Conférence mondiale des religions de paix, Ghaleb Bencheikh est un fervent défenseur de la laïcité. [...]
De plus en plus de théologiens et de religieux évoquent la réforme de l'islam. De quoi s'agit-il précisément ?
Ghaleb Bencheikh Le mot "réforme" est un peu problématique, on ne sait pas à quoi il renvoie. Pour ma part, je parle plutôt de refondation de la pensée théologique pour sortir de la pensée magique, de la raison religieuse et laisser place à la raison critique autonome. Refonder pour dégeler les glaciations idéologiques, en finir avec les clôtures dogmatiques, avec les représentations superstitieuses et se soustraire à l'argument d'autorité. Il faut renouveler la pensée théologique pour libérer l'esprit de sa prison. C'est primordial, indispensable de le faire. Il faut amaigrir le sacré, qui est devenu de plus en plus obèse, se débarrasser de la religiosité aliénante, avec la normativité asphyxiante. Laissons place à l'intelligence, à l'humanisme et à la notion même de progrès et de civilisation."
[...]
http://www.humanite.fr/ghaleb-bencheikh-il-faut-se-debarrasser-de-la-religiosite-alienante-613283


Dans une tribune au JDD, Manuel Valls met en garde l'islam de France (Jonathan Bouchet-Petersen)
Libération - 31 juillet 2016

"Le Premier ministre a affirmé qu'il y avait "urgence" à "bâtir un véritable pacte" avec l'islam, en revoyant notamment les règles autour de ses financements extérieurs.
"Si l'islam n'aide pas la République à combattre ceux qui remettent en cause les libertés publiques, il sera de plus en plus dur pour la République de garantir le libre exercice du culte." Dans une tribune publiée par le Journal du dimanche, Manuel Valls se livre à une mise en garde inédite au sommet de l'Etat [...]
Mais il juge aussi qu'il y a "urgence" à "bâtir un véritable pacte" avec les musulmans de France, qu'il appelle à "un devoir de lucidité face à la montée de l'islamisme et du djihadisme mondialisé avec sa vision apocalyptique". Laquelle prend "en otages de nombreux musulmans de France".
Comme dans son interview au Monde, vendredi, le Premier ministre répète qu'il faut sans tarder "revoir certaines règles pour tarir les financements extérieurs [issus en premier lieu du Maghreb, Maroc en tête, loin devant l'Arabie saoudite, ndlr] et accroître en compensation les possibilités de levées de fonds en France."[...]
Dans le JDD, Manuel Valls ajoute : "Toute tentation néoconcordataire serait une insulte à la laïcité, [mais] rester spectateur des événements en attendant que les problèmes trouvent leur solution serait irresponsable." Le locataire de Matignon écarte aussi nettement toute référence à un concordat avec l'islam, faisant suite à un "écho" du Canard enchaîné, très repris et qui a contraint la semaine dernière le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a un ferme démenti."
[...]
http://www.liberation.fr/france/2016/07/31/dans-une-tribune-au-jdd-manuel-valls-met-en-garde-l-islam-de-france_1469546


"Les musulmans doivent comprendre que leur salut exige qu'ils prennent le train de l'histoire en marche" (Abderrahim Hafidi)
Le Monde - 28 juillet 2016

Abderrahim Hafidi est politologue, et islamologue.
"Cette fois, tout semble indiquer que la coupe est pleine et que la digue de patience dont ont fait preuve les Français risque de céder. Comme nous, ils sont choqués, désespérés et en colère après le massacre de la promenade des Anglais, survenu le 14 juillet à Nice, et l'assassinat crapuleux d'un prêtre, perpétré le 26 juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Martime).
Certes, les assassins n'ont pas fait de quartier et n'ont pas trié leurs victimes et les musulmans se consolent comme ils peuvent en brandissant la liste de leurs morts comme preuve que le terrorisme n'a pas de religion !
Cependant, ce n'est plus rassurant. Car il ne suffit plus de pérorer sur le fait que "l'islam n'y est pour rien", que la religion islamique est une religion "de paix", que les criminels qui se drapent dans les oripeaux sanglants des victimes innocentes de l'islam pour commettre leurs sales forfaits ne sont pas de "vrais musulmans"...
Mais la bonne foi ne sauvera pas leur foi. Il leur faudrait changer de logiciel, repenser radicalement le sens de leur présence, et redéfinir le périmètre du pacte qu'ils comptent définitivement parapher avec la société devenue - en dépit des suspicions - la leur."
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/28/musulmans-changeons-de-logiciel_4975594_3232.html?xtmc=religion&xtcr=28


Organisation de l'islam en France : un rapport dénonce l'ambiguïté de l'État (Paule Gonzales)
Le Figaro - 6 juillet 2016

"Un rapport sénatorial déplore l'absence de données officielles sur le nombre de Français de culte musulman.
L'islam de France ou l'"équation insoluble". C'est ainsi que Nathalie Goulet, sénateur UDI de l'Orne et rapporteur pour la mission d'information sur l'organisation, la place et le financement de l'islam en France et de ses lieux de culte, résume la délicate relation entre les pouvoirs publics et la deuxième religion de France. Fait remarquable, ce rapport a été adopté à l'unanimité moins une abstention, celle de David Rachline (FN).
"D'une main, l'État organise l'islam de France, de l'autre, il ne peut y toucher du fait de la loi de 1905 sur la laïcité." Un principe intangible et le cadre strict à ne pas dépasser que se sont imposés les rapporteurs lors de cette mission d'information [...]. Selon les rares statistiques, le chiffre se situerait autour de 4,7 millions de personnes. Cela en fait la communauté musulmane plus importante d'Europe. "Cela serait bien utile de disposer de chiffres fiables pour mesurer les besoins en mosquées et ministres du culte", déplore André Reichardt, qui rappelle qu'"il n'y aurait aucun obstacle à de telles statistiques si des garanties adéquates sont prises, comme l'absence de tout registre nominatif". [...]
Ce que remarquent les parlementaires, non sans inquiétude, c'est surtout la forte influence des pays d'origine que sont l'Algérie, le Maroc et la Turquie, qui agissent comme des "leviers d'influence" à travers, entre autres, leur rapport avec les mosquées et les associations cultuelles et culturelles, la composition et la gouvernance du Conseil français du culte musulman"
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/06/01016-20160706ARTFIG00322-organisation-de-l-islam-
en-france-un-rapport-denonce-l-ambiguite-de-l-etat.php


Quatre Femen interpellées pour avoir perturbé une conférence de Tariq Ramadan (AFP)
Le Point - 14 mai 2016

"Plusieurs Femen ont perturbé, seins nus, une conférence de l'islamologue suisse controversé Tariq Ramadan, samedi, lors du grand rassemblement musulman annuel du Bourget, près de Paris, et ont été interpellées et placées en garde à vue, a-t-on appris de sources concordantes.
Sur une vidéo transmise à l'AFP par les Femen, on voit une femme vêtue d'une abaya (tunique longue laissant apparaître le visage) s'approcher de Tariq Ramadan, qui s'exprimait dans le cadre d'un café-débat sur le thème "L'islam politique existe-t-il?" à l'occasion de la 33e Rencontre annuelle des musulmans de France qui se tient dans cette ville de Seine-Saint-Denis.
Arrivée à quelques mètres de cette personnalité aussi populaire que contestée, la jeune femme a ôté sa tenue pour dévoiler sa poitrine nue. Elle a été rejointe par trois autres militantes aux torses également dévêtus, qui ont scandé "Allah is not a politician" (Allah n'est pas un homme politique), avant que le service d'ordre ne les dirige vers la sortie.
Les quatre femmes ont été interpellées par la police aux frontières, compétente sur ce secteur de l'aéroport du Bourget, et "sont en garde à vue pour exhibition sexuelle", a indiqué samedi soir à l'AFP le parquet de Bobigny. [...]
Dans un communiqué, l'organisation féministe, habituée à ce genre d'actions, a expliqué qu'elle "proteste contre la venue de prédicateurs intégristes lors d'un rassemblement visant à politiser les musulmans de France sous l'égide des Frères musulmans"."
[...]
http://www.lepoint.fr/societe/quatre-femen-interpellees-pour-avoir-perturbe-une-conference-de-
tariq-ramadan-14-05-2016-2039386_23.php#xtmc=religion&xtnp=14&xtcr=134


Des élus s'inquiètent de la déscolarisation d'enfants musulmans (Caroline Beyer)
Le Figaro - 5 avril 2016

"Outre la religion, c'est la réussite scolaire des enfants qui pousse les familles musulmanes à sortir d'un système public qui ne semble plus tenir ses promesses.
Les blogs aidant les parents à proposer un enseignement à domicile qui "respectent strictement les préceptes islamiques" fleurissent sur Internet.
"Avenue des sours", "Apprends-moi Ummi", "Musulman productif"... Sur la Toile, les blogs et articles consacrés à l'enseignement à la maison se multiplient." De nos jours, ce que certains établissements choisissent d'enseigner à nos enfants peut être inapproprié", explique l'un d'eux. Mais il est possible de "contrôler" les apprentissages, "un point crucial pour tout parent souhaitant voir son enfant emprunter la voie de la vertu et de la piété", poursuit-il. Et de conclure: "L'école à domicile permet également de consacrer beaucoup plus de temps à l'étude de l'islam et à l'apprentissage du Coran."
Rappel du droit à l'instruction à domicile, du cadre légal, présentation de la pédagogie Montessori, méthodes d'apprentissage de l'arabe, ou encore fiches pédagogiques qui "respectent strictement les préceptes islamiques", sans "représentation d'âme", ni "dessin illicite", promet un autre blog..."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/04/05/01016-20160405ARTFIG00359-des-elus-
s-inquietent-de-la-descolarisation-d-enfants-musulmans.php


Valls : une "minorité" salafiste "en train de gagner la bataille" de l'islam en France (avec AFP)
L'Express - 4 avril 2016

"Le Premier ministre Manuel Valls a estimé lundi soir qu'en dépit de leur faible représentativité, le message des salafistes était dominant sur les réseaux sociaux en France.
Contesté dans la rue sur le projet de loi Travail, Manuel Valls rebondit sur l'islam. "Il y a une forme de minorité agissante, des groupes [salafistes] qui sont en train de gagner la bataille idéologique et culturelle", a déclaré le Premier ministre ce lundi, en clôture d'un colloque à Paris sur "L'islamisme et la récupération populiste en Europe". "Les salafistes doivent représenter 1% aujourd'hui des musulmans dans notre pays, mais leur message, leurs messages sur les réseaux sociaux, il n'y a qu'eux finalement qu'on entend", a-t-il ajouté. [...]
Le Premier ministre a estimé qu'il y avait "un travail essentiel de reconquête de la République et de la laïcité" dans certains quartiers populaires. [...]
Le Premier ministre a par ailleurs salué l'interview "lumineuse" d'Elisabeth Badinter, qui a appelé samedi dans Le Monde au boycott des marques vendant des tenues islamiques. Le Premier ministre a mis en garde "contre le message idéologique qui peut se dissimuler derrière le signe religieux"."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/valls-une-minorite-salafiste-en-train-de-gagner-
la-bataille-de-l-islam-en-france_1779423.html


Le président de l'UOIF réduit le terrorisme à une "pathologie" dont souffrent quelques "brebis galeuses" (Thomas Vampouille)
Marianne - 28 mars 2016

"Amar Lasfar a décidément bien du mal à sortir de l'ambiguïté. Invité ce lundi 28 mars sur Europe 1, le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a bien sûr été interrogé sur la radicalisation de jeunes musulmans qui finissent par s'engager sous la bannière de Daech afin de commettre des attentats en Europe.
Alors que Jean-Pierre Elkabbach remarque que la voix de l'UOIF se fait peu entendre pour condamner les attentats qui ont notamment frappé Bruxelles la semaine dernière, Amar Lasfar s'en défend : "Nous les avons toujours condamnés, à haute voix. A bas le terrorisme, à bas l'extrémisme ! Il n'a pas de place, le terrorisme, ni dans la religion ni dans la société, à bas les extrêmes d'une façon générale". D'une façon générale, donc.
Si Amar Lasfar a tant de mal à se montrer plus spécifique, c'est peut-être parce qu'il considère le terrorisme djihadiste comme un problème marginal... "Il y a quelques brebis galeuses, quelques poissons qui nous échappent entre les mailles du filet", concède-t-il, avant de relativiser aussitôt l'importance du phénomène : "Onze, allez onze qui ont sombré dans le terrorisme !" [...]
L'UOIF, de son côté, serait garante des valeurs de la République : "Notre islam, c'est d'abord un islam de la citoyenneté, notre islam s'intègre au sein de la République, (il est) respectueux des lois de la République, nous sommes avant tout des citoyens". C'est pourquoi, sans doute, chaque rassemblement de l'organisation est l'occasion d'inviter toute une série de républicains notoires, donc nous ne citerons que les derniers exemples en date :
- Tariq Ramadan, favorable à un moratoire sur la lapidation des femmes
- Hassan Iquioussen, qui considère que "les sionistes ont été de connivence avec Hitler"
- Mohamed Rateb Al-Nabulsi, qui conseille à la femme de ne sortir de chez elle que "pour une nécessité ou un cas d'urgence"
- Abouzaïd Al-Mokri, selon lequel "les juifs ont une capacité incroyable à détruire les nations"
- Abdallah Salah Sana'an, qui confond allègrement homosexualité et pédophilie...
Avec de amis comme ça, la République n'a guère besoin d'ennemis."
[...]
http://www.marianne.net/president-uoif-reduit-terrorisme-pathologie-dont-souffrent-quelques-brebis-galeuses-100241459.html


Le Conseil français du culte musulman veut s'ouvrir aux femmes (Cécile Chambraud)
Le Monde - 7 mars 2016

"C'est avec un groupe de femmes que le Conseil français du culte musulman (CFCM) a rédigé une déclaration à l'occasion du 8 mars et c'est en soi une petite révolution pour cette institution quasi intégralement masculine. Le texte, qui devait être rendu public mardi 8 mars, affirme l'égalité de l'homme et de la femme aux yeux de l'islam. "Malheureusement, ajoute-t-il, dans de nombreux cas, ces principes d'égalité et d'équité ne sont pas respectés par des hommes qui continuent parfois à imposer leur point de vue. Il convient donc de continuer à mener un travail de pédagogie et d'éducation pour que les femmes musulmanes ne soient plus l'objet de discrimination ou de soumission."
Cette initiative est un premier petit pas dans un domaine où les institutions du culte musulman ont fort à faire. Les femmes sont notoirement absentes non seulement du CFCM, l'institution créée en 2003 à l'initiative de Nicolas Sarkozy pour représenter cette religion auprès des pouvoirs publics, mais aussi de la vie de l'immense majorité des lieux de culte. Hanane Karimi en sait quelque chose. Il y a deux ans, cette doctorante en sociologie a créé un collectif intitulé "Les femmes dans la mosquée" pour protester contre la décision de la Grande mosquée de Paris d'interdire la salle principale aux femmes et de les expédier prier au sous-sol."
[...]
http://www.lemonde.fr/religions/article/2016/03/07/le-conseil-francais-du-culte-musulman-veut-s-ouvrir-aux-femmes_4877775_1653130.html?xtmc=religion&xtcr=78


Opération portes ouvertes dans les mosquées, ce week-end
L'Humanité - 9 janvier 2016

"Des mosquées françaises vont ouvrir leurs portes au grand public les 9 et 10 janvier pour une grande opération de conquête du public français lancée par le Conseil français du culte musulman.
Officiellement, c'est pour "commémorer l'esprit du 11 janvier", selon Anouar Kbibech le président du Conseil français du culte musulman, CFCM à l'origine de l'initiative. "Durant ces deux jours d'accueil du grand public, les fidèles serviront des thés de la fraternité, présenteront le Coran et les rites de leur religion et répondront à toutes les interrogations."
[...]
http://www.humanite.fr/operation-portes-ouvertes-dans-les-mosquees-ce-week-end-594976



Historique de la revue de presse sur l'islam en France
Page d'accueil sur l'islam


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©