Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'islam en France

L'islam en France

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques Islam dans le monde, Le Coran, Foulard islamique, Le port de la burqa, Loi sur le port du foulard, Laïcité, Intégrisme.



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Face à l'islamisme, la République ne doit pas trembler ! (Tribune)
Marianne - 13 juillet 2015

"C'est un texte important, capital même, que nous publions ci-dessous. Il a pour objectif de faire entendre la voix de cette majorité dite "de culture musulmane", qui rejette l'islamisme et revendique la laïcité et l'universalisme. Contrainte au silence par la menace, les pressions, les compromissions, elle veut aujourd'hui réaffirmer son existence et ses convictions auprès des pouvoirs publics, des politiques, de l'opinion. Ce que pensent les personnes qui ont signé et signeront cet appel est aujourd'hui systématiquement nié, non seulement par les islamistes mais aussi par leurs complices conscients ou inconscients. A "Marianne", nous considérons comme nos compagnons de route les plus exposés de ces femmes et de ces hommes de parole. Nous savons que, dans leur sillage, s'inscrit la multitude des âmes libres. A l'heure des tragédies qui menacent nos valeurs, l'écouter constitue une urgence vitale...
Nous sommes des citoyens de culture, de tradition ou de confession musulmane ; nous sommes athées, agnostiques ou croyants ; nous sommes d'origine arabe, africaine, perse, berbère, turque ou kurde ; nous sommes des Français, des résidents en France ou des amis de la République vivant à l'étranger.
Nous sommes surtout - et avant tout - des démocrates attachés à la laïcité et aux principes de la République.
Nous sommes enfin des femmes et des hommes libres, universalistes, amoureux de la France, de sa culture et de ses valeurs.
Même s'il n'est pas question pour nous de nous enfermer dans une logique communautaire ni de brandir une quelconque identité singulière, car contrairement aux tenants du communautarisme, dire notre refus catégorique aux usurpateurs et aux apprentis-sorciers qui s'érigent en quasi autorité cléricale autoproclamée de l'uniformisation religieuse et de l'islam politique, nous revendiquons, en premier lieu, notre qualité de citoyennes et de citoyens, nous avons simplement décidé, au regard des événements et du contexte, d'assumer nos responsabilités pour dire notre refus catégorique aux usurpateurs et aux apprentis-sorciers qui s'érigent, en quasi autorité cléricale autoproclamée, et se permettent, depuis plusieurs années, en notre nom aussi, pour les uns, de s'exprimer, de revendiquer, de communiquer et d'agir souvent avec la complicité des pouvoirs publics, et, pour les autres, de menacer, d'intimider, de terroriser et de commettre des crimes. Les premiers et les seconds agissant, avec une rhétorique particulière, "au nom de tous les musulmans"."
[...]
http://www.marianne.net/agora-face-islamisme-republique-ne-doit-pas-trembler-100235454.html


"Touche pas à mon église" : "Les musulmans ne sont pas le diable" (Nathalie Funès)
L'Obs - 9 juillet 2015

"Le magazine "Valeurs Actuelles" publie un appel signé d'une trentaine de personnalités pour défendre les églises contre leur transformation en mosquées. Un seul prêtre a signé la pétition. Cette éventualité inquiète-t-elle l'Eglise catholique ? Interview de Michel Dubost, évêque d'Evry, président du Conseil pour les relations interreligieuses à la Conférence des Evêques de France.
Que pensez-vous de la pétition "Touche pas à mon église !" ? - Il est bien sûr très important que les églises soient occupées par des chrétiens et qu'elles soient défendues. Mais elles le seraient davantage si les responsables de la pétition de "Valeurs Actuelles" allaient y prier. Et la nécessité pour les musulmans d'avoir des lieux de culte ne doit pas non plus être occultée. En clair, je vois plutôt dans cette pétition la difficulté à admettre que nous avons des concitoyens qui sont des musulmans et qui ont les mêmes droits constitutionnels que les autres. Les musulmans ne sont pas le diable. [...]
Pour le moment, personne ne se pose réellement la question de la transformation des églises en mosquées. Dalil Boubakeur [recteur de la Grande Mosquée de Paris, NDLR] lui-même est revenu sur les propos qu'il avait tenus sur Europe 1 à la mi-juin. Si on met en avant une question qui ne se pose pas, c'est qu'on veut mettre autre chose derrière."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150709.OBS2386/touche-pas-a-mon-eglise-le-souci-
premier-de-cette-petition-n-est-pas-religieux.html


A l'Assemblée, les tabous sur l'islam commencent à tomber (Paul Conge)
Marianne - 23 juin 2015

"Organisé hier, au Palais-Bourbon, le forum "République et islam : ensemble, relevons le défi" aura montré qu'il est possible d'évoquer publiquement cette question. Contrairement à l'ex-UMP qui a fini par organiser, à huis clos, sa propre réunion sur le sujet au début du mois... Il est 19 heures à l'Assemblée, ce lundi soir, et à l'issue de longues heures de discussions, les cols transpirent salle Lamartine. "Si on parle de l'islam, c'est bien qu'il y a un problème", s'échauffe Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, à l'initiative du colloque "République et islam : ensemble, relevons le défi". Une petite estocade à l'adresse de Claude Bartolone - et de certains de ses condisciples - qui, en début de séance, avait trompeté : "Il n'y a aucun problème entre islam et République".
Piquant, l'échange est à l'image de ces quatre heures d'exposé, et des 36 interventions qui les ont ponctuées*. Car le sujet de l'islam et des dérives de l'intégrisme aura finalement été abordé sans mièvrerie, sans tabou, ni angélisme. Et publiquement surtout, à l'inverse de la réunion des ex-UMP qui s'est tenue sur le même sujet début juin à huis clos. Un rendez-vous voulu par Sarkozy, persuadé sans doute de rééditer le coup du débat sur l'identité nationale avec lequel il avait réussi, par le passé, à piéger la gauche... [...]
Débarqué en grande pompe, suivi par une nuée de caméras, Manuel Valls intervient quinze petites minutes, montre en main. Clôturant la discussion, il estime que "l'extrême droite et les salafistes ont un intérêt commun", tacle le CFCM qui a d'ailleurs critiqué la tenue de ce forum et qui, selon lui, "n'a pas su tenir son rôle technique" - c'est peu dire..."
[...]
http://www.marianne.net/assemblee-les-tabous-islam-commencent-tomber-100234806.html


Quel est le poids de l'islam en France ? (Alexandre Pouchard et Samuel Laurent)
Le Monde - 21 juin 2015

"Jeudi 18 juin marque le début, en France, du jeûne du ramadan, observé par les musulmans du monde entier. D'ici au 18 juillet, les fidèles musulmans s'abstiendront de manger, de boire et d'avoir des relations sexuelles durant la journée. En France, plusieurs millions de musulmans observeront ce rituel. L'occasion de faire le point sur le poids, souvent objet de fantasmes, de l'Islam en France.
1. Combien de musulmans en France ?
A l'été 2014, un sondage de l'institut Ipsos Mori réalisé dans plusieurs pays montrait qu'à l'instar des Britanniques, les Français surestimaient fortement le nombre de personnes de confession musulmane en France : interrogés sur une estimation sur 100 personnes, ils répondaient en moyenne 23 %, alors que la bonne réponse était 8 %.
2,1 millions ? En réalité, le chiffre exact est plus flou. La loi française interdit de recenser les populations par religion, ce qui empêche d'avoir un chiffrage précis. Néanmoins, nous disposons de quelques estimations. Ainsi, l'enquête « trajectoire et origines » menée par l'Insee et l'INED, sur la base de sondages, estimait les fidèles musulmans à 2,1 millions en 2008, contre 11,5 millions de catholiques, parmi la population de 18 à 50 ans. Un échantillon qui, pour les deux religions, ne compte donc ni les seniors, ni les mineurs.
3,9 millions ? Le chercheur Patrick Simon, de l'INED, évoque, en extrapolant les estimations sur les 18-50 ans à l'ensemble de la population, un chiffre un peu plus élevé : entre 3,9 et 4,1 millions de personnes en France seraient « musulmans », avec les mêmes réserves quant à cette appellation.
4 à 5 millions ? C'est le chiffre qu'on entend le plus souvent. Il provient du ministère de l'intérieur et n'est qu'une approximation assez floue : il s'agit d'une extrapolation tirée de l'origine géographique des populations. On pourrait donc dire qu'il compte les personnes de « culture musulmane », qu'elles soient ou non pratiquantes dans leur quotidien."
[...]
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/21/que-pese-l-islam-en-france_
4559859_4355770.html?xtmc=religion&xtcr=8


Selon Valls, la France doit montrer que l'islam est compatible avec la République (La rédaction de Mediapart)
Médiapart - 13 juin 2015

"Manuel Valls a profité de son déplacement à Mayotte où la très grande majorité de la population est musulmane, pour redire que l'islam avait "toute sa place" en Europe et que la France devait faire la démonstration qu'il est "compatible avec la démocratie et la République".
"L'islam a toute sa place en France, en Europe. C'est un grand défi des années qui viennent : faire la démonstration que l'islam est totalement compatible avec la démocratie, avec la République, avec l'égalité des hommes et des femmes, avec le dialogue", a dit le premier ministre, cité par l'AFP. "Que la France qui a organisé la séparation entre l'Etat et les Eglises, que la France identifiée à la laïcité et à la République soit celle qui porte ce message de tolérance et de compréhension, c'est essentiel."
[...]
http://www.mediapart.fr/journal/france/130615/selon-valls-la-france-doit-montrer-
que-lislam-est-compatible-avec-la-republique


Islam : Cazeneuve plaide pour la "transparence" (Source AFP)
Le Point - 6 juin 2015

"Le ministre de l'Intérieur a reçu une trentaine de lecteurs et auditeurs de médias actifs dans la communauté musulmane pour un moment d'"échange sincère".
Bernard Cazeneuve a plaidé samedi, pour la "transparence" dans le financement des activités religieuses liées à l'islam - mosquées, formation des imams, abattage rituel - et espéré que la future "instance de dialogue" puisse y contribuer. Le ministre chargé des cultes a accueilli Place Beauvau une trentaine de lecteurs et auditeurs de médias très actifs dans la communauté musulmane (Saphir News, Oumma.com, Zaman...) pour, a-t-il dit, "un moment d'échange sincère", dans un "contexte d'interrogations".
Dans les prises de parole de ce panel, une constante : les critiques à l'égard du Conseil français du culte musulman (CFCM), jugé peu représentatif, miné par les divisions, voire défaillant dans la gestion de la formation des imams et aumôniers, l'abattage rituel ou la certification halal. [...] Le ministre a en outre affirmé une conception "inclusive" de la laïcité, qui "n'empêche pas les menus de substitution dans les écoles". Il a dit défendre la laïcité de façon "non énervée". "On peut être républicain sans être énervé", a-t-il glissé."
[...]
http://www.lepoint.fr/politique/islam-cazeneuve-plaide-pour-la-transparence-06-06-2015-1934221
_20.php#xtmc=religion&xtnp=14&xtcr=137


Islam en quête d'imams (Edith Bouvier)
Le Monde - 30 avril 2015

"Le métier d'imam n'a plus la cote... La diversité des tâches, les horaires astreignants, pour à peine un smic, découragent les diplômés d'études supérieures islamiques. Une désaffection pour la fonction qui contribue à la radicalisation. [...]
La voix de l'appel à la prière s'élève soudain dans la pièce. Messaoud Boumaza s'installe en haut de son minbar, pour débuter son prêche. Peu de temps après les attentats contre le Musée du Bardo, à Tunis, revendiqués par l'organisation Etat islamique, il place les violences au centre de son discours. "Ces hommes ont volé notre foi et notre djihad. Ils veulent faire croire que notre religion est une religion de haine, mais ce n'est pas vrai !", assène-t-il. Dans la salle, certains hommes hochent la tête, convaincus. Depuis qu'il a ouvert ce centre, en 2010, l'imam fait salle comble. Pendant les périodes de ramadan, où l'affluence est à son comble, plus de 2 000 fidèles se pressent. Ils s'installent alors dehors, dans la cour goudronnée, devant la mosquée."
[...]
http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2015/04/30/islam-en-quete-d-imams_4624363_4497186.html ? xtmc=religion&xtcr=2


Islam et radicalisation: le grand désarroi des travailleurs sociaux (Delphine Saubaber)
L'Express - 17 avril 2015

"Face à la radicalisation islamiste, comment réagissent les éducateurs qui, au quotidien, travaillent dans les quartiers ? Brigitte Juy-Erbibou, psychanalyste à l'association Entr'Autres, relate leur trouble, voire une forme de cécité.
Qu'est-ce qui fait basculer un jeune adolescent ou adulte vers la radicalité? Si cette question interroge violemment la société, elle suscite aussi beaucoup d'interrogations chez ceux qui, au quotidien, travaillent auprès de ces jeunes dans les cités: les travailleurs sociaux. [...]
Cette montée en puissance, les travailleurs sociaux l'observent en fait depuis une dizaine d'années. Ils ont d'abord souvent été surpris par le développement de phénomènes très manifestes d'entrée dans un islam radical, fondamentaliste ou intégriste. Des phénomènes survenus en trois temps : le 11 septembre 2001, les émeutes de 2005 et puis 2012, avec l'affaire Merah. Avec, à chaque fois, des propos et des actes dénotant une "radicalité" croissante dans les populations suivies. De marqueurs d'appartenance culturelle souples et malléables, nous sommes en effet passés à une radicalisation cultuelle qui annonçait déjà, chez certains, des formes sévères de radicalisation politique."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/islam-radicalisation-djihad-le-grand-
desarroi-des-travailleurs-sociaux_1671755.html


4 lycéens suspectés d'avoir préparé une attaque contre une mosquée (avec AFP)
L'Obs - 4 avril 2015

"Ces élèves de l'Ecole des pupilles de l'Air, dans l'Isère, sont soupçonnés d'avoir projeté une action sur un lieu de culte musulman situé à Montélimar. Ils ont été mis en examen.
Quatre élèves de l'Ecole des pupilles de l'Air, en Isère, ont été mis en examen, jeudi 2 avril, pour avoir projeté "une action" contre une mosquée, a révélé vendredi "Le Dauphiné libéré". Une information confirmée peu après par une source judiciaire.
Ces quatre adolescents sont scolarisés dans le lycée de la Défense de l'armée de l'air, situé à Montbonnot-Saint-Martin, dans la grande banlieue de Grenoble. Interpellés mercredi matin, ils ont été mis en examen le lendemain "pour association de malfaiteurs", et placés sous contrôle judiciaire.
"Il va de soi que les déclarations des hommes politiques dans ces dernières périodes électorales, qui ont voulu surfer sur les thèses du Front national en évoquant des sujets tels que les menus de substitution dans les cantines ou le voile à l'université, a créé un climat propice à de tels actes", a-t-il jugé. (...)
"Je suppose qu'il faut sortir de ce climat d'hystérie pour ramener le calme, la paix et la sérénité dans la mesure où nous Français de confession musulmane avons toujours appelé au respect des valeurs de la République et de la laïcité", a conclu Abdallah Zekri."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150404.OBS6437/4-lyceens-suspectes-d-
avoir-prepare-une-attaque-contre-une-mosquee.html


Laïcité et islam de France : que de gâchis et de temps perdu (Claude Nicolet)
Marianne - 11 mars 2015

Claude Nicolet est secrétaire national du MRC en charge de la Laïcité et de la Citoyenneté, Premier secrétaire du MRC Nord et conseiller régional Nord-Pas-de-Calais.
"Gouverner est un art difficile. Incontestablement la période actuelle en est la démonstration. A ce titre, suite aux attentats de janvier dernier, le ministre de l'Intérieur a fait, lors du conseil des ministres du 25 février dernier un certain nombre d'annonces, suivies d'un discours le même jour, à la mosquée de Cenon, près de Bordeaux. L'objet de ces interventions : la place de l'islam en France et dans la République.
Dans ces temps difficile, la démagogie n'est pas de mise. Un gouvernant ne peut et ne doit se désintéresser de la question religieuse, ce serait une erreur qui pourrait devenir une faute. Si les deux interventions de Bernard Cazeneuve sont de qualité, elles appellent néanmoins quelques commentaires. Tout d'abord le rappel salutaire par le ministre que "nous sommes un peuple, un seul et unique peuple, quelles que soient nos origines, quelles que soient nos convictions ou nos croyances. Nous sommes tous Français. La République ne fait pas de distinctions parmi ses enfants : généreuse et bienveillante, elle les accueille tous en son sein. Et en République, il n'y a qu'une seule communauté : la communauté nationale que nous formons tous ensemble." Ce rappel, pour évident qu'il paraît à nos yeux, n'en vient pas moins heurter l'idéologie en vogue des différentialistes et communautaristes de tous poils qui ne cessent de vouloir séparer les Français et qui mettent à mal les fondamentaux de la nation républicaine. [...]
N'est-ce pas d'abord au sein de l'école de la République que doivent être forgées les armes contre tous les intégrismes et tous les communautarismes ? La loi de 1905 se voulait une loi d'apaisement mais également un moyen d'arracher la jeunesse française à l'influence catholique afin d'assoir la République dans les coeurs et les consciences. C'est d'abord à l'école de la République qu'il convient de "fabriquer" des républicains et des citoyens. Là est le coeur de la laïcité. [...]
A force d'avoir sous-traité la paix sociale à certaines mosquées, nous avons laissé partir l'essentiel. Dans cette affaire, les réalités géopolitiques nous ont rattrapées et à force d'avoir sous-traité la paix sociale à certaines mosquées, leurs financements à certains Etats étrangers, peut-être pour une impression de confort à courte vue, nous avons laissé partir l'essentiel ; sans républicains la République n'existe pas. Dans ces conditions, comment demander au "commun" de croire dans un modèle auquel n'adhère plus que de loin, celles et ceux qui sont sensés le mettre en oeuvre ? De même, que de retards accumulés sur la formation des imams, des aumôniers et sur la théologie islamique dans l'université française."
[...]
http://www.marianne.net/agora-laicite-islam-france-que-gachis-temps-perdu-100231970.html


Islam et laïcité : l'UMP s'engouffre dans le débat (Ellen Salvi)
Médiapart - 3 mars 2015

"L'UMP relance sa réflexion sur "ce que l'islam peut faire pour devenir l'islam de France" sous la houlette des députés Guaino et Darmanin. Une mission d'autant plus ardue qu'elle souffre de précédents calamiteux : stigmatisations, dérapages racistes et dérives frontistes.
Pour le moment, ils commencent tout juste à travailler. Ce mardi 3 mars, ils ont déjeuné avec les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM), aux côtés de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Nicolas Sarkozy, qui avait créé cette autorité en 2003, lors de son passage au ministère de l'intérieur. A l'issue de ce déjeuner qui aura duré près de deux heures, le patron de l'opposition a annoncé que son parti et le CFCM allaient tenter "de sortir un texte commun" sur "le voile, les prières dans la rue, la formation des imams, sur les discours de ces imams, sur les financements", afin de "régler cette question dans l'apaisement".
Il s'agit là du premier grand rendez-vous de la série de "consultations" que les députés UMP Gérald Darmanin et Henri Guaino souhaitent mener courant mars. Chargés par l'ex-chef de l'État d'engager une vaste réflexion sur "ce que l'islam peut faire pour devenir l'islam de France", les deux élus entendent voir "le maximum de monde". Pour "comprendre". Et surtout, "pour se mettre d'accord sur quelques sujets simples"."
[...]
http://www.mediapart.fr/journal/france/030315/islam-et-laicite-lump-sengouffre-dans-le-debat


Un enseignant d'un lycée musulman lillois poursuivi pour diffamation non publique (AFP)
Libération - 14 février 2015

"[...] Le lycée privé musulman sous contrat Averroès, à Lille, a lancé une procédure judiciaire par citation directe pour diffamation et injure non publiques contre un enseignant démissionnaire qui l'avait accusé de diffuser des idées islamistes, a-t-on appris samedi auprès de son avocat.
L'enseignant, qui avait publié le 6 février une tribune dans Libération intitulée "Pourquoi j'ai démissionné du lycée Averroès", recevra lundi par huissier une citation à comparaître le 3 avril devant le tribunal de police de Lille, chargé de juger les contraventions, a annoncé à l'AFP Me Hakim Chergui, du barreau de Paris.
La citation directe a été rédigée sur la base des propos tenus par Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, dans un courriel adressé à plusieurs collègues, a précisé l'avocat.
"Il a traité le lycée de nid de vipères hypocrites, affirmé qu'il y a de l'antisémitisme toléré et dit que les cours servent à diffuser l'idéologie salafiste", a indiqué Me Chergui. [...]
L'enseignant avait notamment accusé les responsables du lycée, premier établissement privé musulman sous contrat avec l'Etat, de jouer "double jeu", en montrant d'un côté "patte blanche dans les médias" et de l'autre en diffusant "de manière sournoise et pernicieuse une conception de l'islam qui n'est autre que l'islamisme"."

http://www.liberation.fr/societe/2015/02/14/un-enseignant-d-un-lycee-musulman-lillois
-poursuivi-pour-diffamation-non-publique_1202582


Le grand rabbin Korsia: "L'islam, comme toutes les religions, doit s'adapter à la matrice de la France laïque" (François Bonnet et Carine Fouteau)
Médiapart - 29 janvier 2015

"Après les attentats de Paris, Mediapart s'est entretenu avec le grand rabbin de France.
Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a été élu à ce poste en juin 2014, après avoir été "aumônier général israélite des armées" depuis 2007. Après les attentats de Paris, qui ont fait vingt morts et, parmi les dix-sept victimes, quatre parce qu'elles étaient juives, il considère que les manifestations du 11 janvier, qui ont rassemblé plusieurs millions de personnes, ont recréé un "sentiment d'appartenance à une espérance commune". L'antisémitisme ne découle pas d'une quelconque interprétation de l'islam, estime-t-il. Mais cette religion, ajoute-t-il, pâtit d'un "problème de représentation"."
[...]
http://www.mediapart.fr/journal/france/290115/le-grand-rabbin-korsia-l-islam-comme-
toutes-les-religions-doit-s-adapter-la-matrice-de-la-france-laique



Historique de la revue de presse sur l'islam en France
Page d'accueil sur l'islam


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©