Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Laïcité > France

Laïcité en France

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques Laïcité : international, La loi de 1905, Foulard islamique et Loi sur le port du foulard.



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Vincent Peillon fait le lien entre laïcité et port de l'étoile jaune (LEXPRESS.fr)
L'Express - 4 janvier 2017

"Le candidat à la primaire de la gauche a mis le feu aux poudres en faisant une comparaison mardi entre les instrumentalisations de la laïcité et le sort des juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Il a dû préciser sa pensée ce mercredi.
Une comparaison qui passe mal. Invité de France 2 mardi soir, Vincent Peillon voulait dénoncer l'instrumentalisation par certains de la laïcité. "Si certains veulent utiliser la laïcité, ça a déjà été fait dans le passé, contre certaines catégories de populations, c'était il y a quarante ans les juifs à qui on mettait des étoiles jaunes, c'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu'on amalgame d'ailleurs souvent avec les islamistes radicaux", a déclaré le candidat à la primaire de gauche. De quoi provoquer des réactions à droite. Pour le sénateur (LR) Roger Karoutchi, "affirmer que certains ont utilisé la laïcité pour imposer l'étoile jaune aux juif pendant la guerre" est "grave" [...]
Le Crif demande une "clarification" et un "correctif immédiat" de la part de Vincent Peillon.
Celui-ci n'a pas tardé à réagir. Sur Twitter, il dit vouloir "préciser" sa pensée et sa "conviction qu'une contraction de phrases a pu déformer". "Je n'ai évidemment pas voulu dire que c'était la laïcité qui était à l'origine de l'antisémitisme de la France de Vichy. Le régime de Vichy ne se réclamait pas de la laïcité, bien au contraire."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/vincent-peillon-fait-le-lien-entre-laicite-et-port-de-l-etoile-jaune_1865672.html


Primaire à gauche : pour atteindre Valls, c'est la laïcité que Peillon attaque ! (Fatiha Boudjahlat et Céline Pina)
Marianne - 19 décembre 2016

"Vincent Peillon, qui quand il était ministre de l'Education Nationale fut à l'origine de la charte de la laïcité en 2013, se place désormais sur le terrain des accommodements tous azimuts.
"Un jour nous irons vivre en théorie parce qu'en théorie tout se passe bien" et nous y retrouverons Vincent Peillon qui manifestement y vit depuis un temps certain. En effet, le énième candidat à la Primaire du PS était l'invité de Ruth Elkrieff, vendredi 16 décembre sur BFMTV et il a réussi l'exploit de parler de sa candidature à la présidence de la république, de laïcité, de Syrie et d'islamisme sans faire une seule fois référence aux attentats et assassinats qui ont ponctué les années 2015 et 2016. [...]
Dans cette interview télévisée il reprend, et donc valide, la fausse alternative imposée par les islamistes et leurs idiots utiles, entre la gentille laïcité douce comme une lotion de bébé et celle relevant de "l'orthodoxie à rebours", de "l'intolérance" et qui "désignerait certaines populations". En cela, cet échange avec Ruth Elkrief est emblématique : il met en scène tout ce qui rend les hommes politiques méprisables : l'abandon de valeurs pour gagner des voix. Au bingo des mots à caser pour s'assurer le vote communautariste et gauchiste, Vincent Peillon a réalisé un carton plein, se dépêchant de noyer la critique des islamistes sous la mise en accusation des juifs ultra-orthodoxes et des catholiques ultras de la Manif pour Tous."
[...]
http://www.marianne.net/agora-primaire-gauche-atteindre-valls-c-est-laicite-que-peillon-attaque-100248724.html


Défilé Foul'art et crèches en mairie : l'alibi du culturel pour enterrer la laïcité (Fatiha Boudjahlat)
Marianne - 14 novembre 2016

Fatiha Boudjahlat est Secrétaire nationale à l'Education du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC).
"Le 9 novembre dernier, le Conseil d'Etat réglait un contentieux en autorisant, sous condition, l'installation de crèches dans les mairies à Noël. Le 10 Novembre, soit le lendemain, la mairie du IVème arrondissement de Paris accueillait dans ses murs un "salon-expo dédié au foulard dans toute sa diversité !", mêlant des fichus de grand-mère, celui porté par Grace Kelly, des turbans, des châles en tout genre et. des foulards islamiques. Etrangement, c'est une femme occidentale arborant un foulard à la Audrey Hepburn qu'on a choisie pour illustrer l'affiche annonçant l'évènement, non une adepte du djilbab. Ces deux faits sont importants, leur concomitance aussi.
Il est devenu évident que la stratégie à l'oeuvre pour banaliser une pratique religieuse rigoriste consiste à faire passer ce qui relève du cultuel pour une simple manifestation du culturel. [...]
C'est précisément en usant de l'argument culturel que le Conseil d'Etat a choisi d'autoriser les crèches dans les Hôtels de ville. Ce faisant, il offre clef en main une jurisprudence inespérée aux religieux rigoristes. "En raison de la pluralité de significations des crèches de Noël, qui présentent un caractère religieux mais sont aussi des éléments des décorations profanes installées pour les fêtes de fin d'année, le Conseil d'État juge que leur installation temporaire à l'initiative d'une personne publique, dans un emplacement public, est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d'un culte ou une préférence religieuse." [...]
Le festif permet de se réclamer du culturel. C'est le sens de ce salon du Foul'art dont on comprend mal pourquoi une mairie d'arrondissement a prêté ses locaux pour l'accueillir. Là comme ailleurs, la mode islamique est présentée comme fun, ludique et, dans le relativisme ambiant, le voile islamique est montré comme un simple accessoire de mode. On en gomme à la fois le caractère religieux et l'aspect orthodoxe. C'est la même manouvre que pour le hijab day organisé à Sciences-Po au printemps dernier. Le but est bien de banaliser, dans l'espace public, une pratique religieuse dont le rigorisme est présenté comme sympathique et avenant."
[...]
http://www.marianne.net/agora-defile-foul-art-creches-mairie-alibi-du-culturel-enterrer-laicite-100247861.html


Crèches de Noël : le "oui mais" du Conseil d'État ne règle rien (Lola Ruscio)
L'Humanité - 10 novembre 2016

"L'institution a validé, mercredi, la présence d'une crèche dans un bâtiment public, à condition qu'elle soit un signe "culturel, festif ou artistique"...
Les élus vont pouvoir décorer leur mairie d'une crèche de Noël. Les dix-sept juges, et le vice-président du Conseil d'État, ont estimé mardi que l'installation "temporaire" d'une crèche dans un bâtiment, une collectivité et un service publics est légale, si elle ne constitue pas un acte de prosélytisme ou de revendication d'une opinion religieuse. L'installation de ces scènes de la Nativité est autorisée à condition de refléter un caractère "culturel, artistique ou festif". La délibération des sages suit l'avis du rapporteur public, Aurélie Bretonneau, qui avait rejeté le 21 octobre toute "interdiction systématique" des crèches au nom de la neutralité s'imposant aux pouvoirs publics. Selon elle, ces représentations de la Nativité ont connu une "déconnexion progressive" de leur "substrat religieux" pour devenir un "élément du décorum" de Noël.
Le Conseil d'État fixe le cadre dans lequel ces crèches pourront s'inviter dans les bâtiments de la République. "Il convient de tenir compte du contexte dans lequel a lieu l'installation, des conditions particulières de cette installation, de l'existence ou de l'absence d'usages locaux et du lieu de cette installation", lit-on dans un communiqué. Un numéro de funambule périlleux, d'autant que la droite et son extrême ont instrumentalisé, à plusieurs reprises, la crèche de Noël à des fins politiciennes."
[...]
http://www.humanite.fr/creches-de-noel-le-oui-mais-du-conseil-detat-ne-regle-rien-620267


Une crèche dans une mairie ? Possible sous conditions (AFP)
Libération - 21 octobre 2016

"Face aux "crispations" sur la laïcité, privilégier "l'apaisement" : le rapporteur public du Conseil d'État a estimé vendredi que des crèches pouvaient être installées, sous certaines conditions, dans des bâtiments publics.
"Une crèche de Noël est-elle un signe ou emblème religieux dont l'installation dans un bâtiment ou emplacement public est systématiquement interdite par les dispositions de la loi du 9 décembre 1905 garantissant le respect du principe de laïcité?" Telle est la question que la plus haute juridiction administrative française - et en son sein la prestigieuse "assemblée du contentieux", formation de 17 juges qui ne statue que sur les affaires d'importance majeure - devra trancher dans les semaines qui viennent. [...]
Pour le rapporteur public dont l'avis est généralement suivi par les juges, Aurélie Bretonneau, "l'article 28 de la loi de 1905 et, surtout, le principe de neutralité dont la portée est plus grande (...) n'interdisent pas par principe l'installation d'un crèche sur le domaine public", à moins qu'il ne s'agisse d'un "geste de reconnaissance d'un culte". Elle invite donc ses pairs à annuler "pour erreur de droit" les arrêts rendus par les deux cours d'appels, qui devront alors réexaminer ces affaires à la lumière de l'analyse juridique proposée."
[...]
http://www.liberation.fr/france/2016/10/21/une-creche-dans-une-mairie-possible-sous-conditions_1523391


La religion catholique "a inventé" la laïcité ? Quelques rappels utiles à Marine Le Pen (François Cocq)
L'Obs - 18 octobre 2016

"Marine Le Pen défend une vision toute particulière de la laïcité. "La religion catholique n'a pas de signe ostentatoire et pour une raison simple, c'est peut-être parce que c'est elle qui a inventé en réalité la laïcité", a-t-elle expliqué sur l'antenne de RMC. Réaction de François Cocq, co-auteur avec Bernard Teper de "La laïcité pour 2017 et au-delà, de l'insoumission à l'émancipation" (éd. Eric Jamet). [...]
La provocation est bien sûr grossière et absurde et chacun a conscience de la manière dont la loi de 1905 a été arrachée à l'Église catholique qui n'a d'ailleurs depuis eu de cesse de reconquérir du terrain, comme en attestent les irruptions intempestives du pape dans nos affaires intérieures.
Chacun mesure tout autant à quel point la laïcité est le fruit d'une lente sédimentation d'insoumissions individuelles et collectives qui, du gallicanisme au déisme en passant par la philosophie des Lumières, ont permis d'ouvrir un chemin vers l'émancipation en permettant à chaque être humain de devenir maître de sa réflexion sur l'infini et de l'éventuelle perspective spirituelle qu'il y attache en étant libéré des vieilles chaînes de l'aliénation religieuse. [...]
La place et le rôle accordés à la laïcité sont l'un des éléments structurants du débat public à l'approche des échéances électorales de 2017. Deux axes antagonistes peuvent guider la campagne et le scrutin qui s'en suivra : soit la fragmentation entre ce qui nous distingue, soit le rassemblement sur ce qui nous rassemble. La laïcité est l'ennemi du premier et le vecteur du second. Madame Le Pen est le vecteur du premier et l'ennemi du second."

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1567369-la-religion-catholique-a-invente-la-laicite-quelques-rappels-utiles-a-marine-le-pen.html


Loi sur le travail: la laïcité s'invite dans le débat (Dan Israel)
Médiapart - 20 juillet 2016

"Juste avant l'adoption définitive du projet de loi porté par Myriam El Khomri, les affrontements sur la place de la religion dans les entreprises resurgissent. La CNCDH et l'Observatoire de la laïcité alertent sur l'inconstitutionnalité d'un article du texte, introduit par les radicaux de gauche avec l'accord du gouvernement.
On croyait connaître tous les sujets de polémique que recèle le projet de loi sur le travail, présenté pour la dernière fois au Parlement ce mercredi 20 juillet dans l'après-midi. On se trompait. Quelques heures à peine avant la probable adoption définitive du texte (jeudi au plus tard, si le gouvernement fait appel une troisième fois à l'article 49-3 de la Constitution), c'est d'un lieu plutôt inattendu qu'est parti le dernier coup de chaud autour du texte porté par Myriam El Khomri."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/france/200716/loi-sur-le-travail-la-laicite-sinvite-dans-le-debat


Le cours de religion sur la sellette dans les écoles publiques d'Alsace-Moselle (AFP)
Le Point - 25 juin 2016

"Faut-il maintenir une heure hebdomadaire de religion dans les écoles publiques d'Alsace et de Moselle? Le gouvernement a lancé une concertation sur le sujet, dans l'espoir d'aboutir à un "consensus", comme l'a souligné cette semaine le président Hollande à Strasbourg. Mais les associations pro-laïcité s'impatientent.
Dans les trois départements concernés - qui étaient allemands de 1871 à 1918 - les lois sur la laïcité votées en France durant cette période ne s'appliquent pas. Les cours de religion y sont donc toujours au programme des écoles publiques - même si la dispense est de droit pour toutes les familles qui la demandent.
Ces leçons sont dispensées par des intervenants payés par l'Education nationale mais choisis par les représentants des cultes reconnus (catholique, protestant et juif) qui en définissent aussi les contenus.
En avril dernier, un collectif d'organisations laïques et de syndicats enseignants - ainsi que la fédération de parents d'élèves FCPE - avait lancé depuis Paris un appel à réformer les modalités de cet enseignement, conformément aux préconisations formulées en mai 2015 par l'Observatoire de la laïcité, rattaché à Matignon.
"Ce que nous demandons, c'est que les parents qui ne veulent pas du cours de religion ne soient plus obligés de demander une dispense. A l'inverse, ce sont les familles qui le souhaitent qui devraient faire la démarche de s'y inscrire. Cela deviendrait une option", résume Michel Seelig, du collectif "Laïcité d'accord"."
[...]
http://www.lepoint.fr/societe/le-cours-de-religion-sur-la-sellette-dans-les-ecoles-
publiques-d-alsace-moselle-25-06-2016-2049605_23.php#xtmc=religion&xtnp=3&xtcr=26


La laïcité, arme de l'athéisme ? (Yvon Quiniou)
Médiapart - 19 mai 2016

"Dans un dossier, pourtant ouvert, sur la laicité du "Monde des religions", Chantal Delsol se livre à une diatribe contre celle-ci à la fois injuste, bornée et haineuse. Alors que la laicité n'est qu'un cadre juridique formel garantissant la libre expression de toutes les croyances dans le domaine religieux, y compris celle de l'athéisme radical, elle en fait un "parti-pris d'athéisme".
Ce propos est injuste (au sens de la non-justesse) et Jean Bauberot a le mérite ici de le lui rappeler. Où a-t-elle lu cela ? Mais il est aussi injuste au sens moral du terme : il revient à la dévaloriser en y introduisant un élément de "haine de la religion" qui n'en fait pas expressément, c'est-à-dire juridiquement, partie. D'où un propos également borné, étroit, et je voudrais dire pourquoi. La laïcité n'implique pas seulement le respect du droit à l'existence des religions, dès lors qu'elles ne portent pas atteinte aux lois du vivre-ensemble; elle implique aussi non seulement le droit mais le devoir de procéder à leur examen critique - ce qui n'est pas de la haine, laquelle est un sentiment négatif ou "passif" (Spinoza), mais une exigence de l'intelligence s'appuyant sur la raison théorique et pratique (ou morale).
Or, manifestement, elle oublie trop facilement, tous les méfaits des religions dans l'histoire et dont l'islam nous offre un dernier et terrible exemple : hostilité à la science, dogmatisme faisant passer la foi pour un savoir, dépréciation de la vie sensible (voir Nietzsche) et répression de celle-ci par des interdits absurdes et arbitraires, soutien massif aux dominants en politique, au point d'alimenter la détresse socio-historique des hommes (voir Marx). [...] Elles ont été un immense facteur de violence! Où est la haine quand on dit tout cela ??"
[...]
https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/190516/la-laicite-arme-de-latheisme


Les filles de 1905 (Appel)
Libération - 10 avril 2016

"Dans cet appel, des femmes politiques et journalistes défendent une application stricte de la loi sur la laïcité.
En France, chaque individu est libre de croire ou de ne pas croire, de pratiquer ou de ne pas pratiquer une religion. C'est une question individuelle au sens philosophique du terme. La France n'a pas de religion d'Etat. Contrairement à d'autres pays, nous ne jurons pas sur la Bible et nous ne devons pas chanter que "Dieu sauve la reine". Et c'est tant mieux. Les Eglises (toutes les Eglises), les extrémismes religieux, les cléricalismes, (tous les extrémismes religieux, tous les cléricalismes) partout dans le monde menacent les droits des femmes. Dans le monde et même en Europe, il est des pays où les femmes et les filles n'ont pas le droit d'aller à l'école, d'avorter, d'avoir recours à une contraception, de conduire une voiture, de prendre la parole publiquement sans autorisation d'un homme. En France, les femmes ont le droit de se promener dans la rue si elles le veulent, en jupe ou en pantalon si elles le veulent, elles peuvent avoir recours à une contraception libre et l'avortement est remboursé à 100 % par la Sécu. Des femmes peuvent épouser des femmes si elles le veulent. Les femmes n'ont pas besoin de la permission d'un mari ou d'un père pour travailler, déménager, payer, voter.
La loi française n'est soumise à aucune église, à aucun cléricalisme ou dogme religieux d'aucune religion. Parce que la loi de 1905 est une barrière, une protection, un garant des droits des femmes. La loi française protège les femmes et leurs droits, parce que la loi française est protégée par 1905 de l'influence de tous les cléricalismes."
[...]
http://www.liberation.fr/debats/2016/04/10/les-filles-de-1905_1445239


Laïcité : je suis contre les cours de religion en Alsace-Moselle. Ce système est archaïque (Philippe Derrien)
L'Obs - 7 avril 2016

Propos recueillis par Anaïs Chabalier.
"En Alsace-Moselle, l'enseignement religieux est toujours au programme. Pour mettre fin à ce système, un collectif composé d'organisations laïques et d'instances éducatives a lancé un appel. Philippe Derrien, parent d'élève et administrateur de la FCPE du Bas-Rhin explique cette démarche.
Parent d'élève et administrateur de la FCPE du Bas-Rhin, j'ai participé à la création de l'appel pour mettre fin aux cours de religion obligatoires en Alsace-Moselle.
Ici, l'enseignement est toujours régi par un statut local et non par la séparation de l'Église et de l'État, comme c'est le cas dans le reste de la France.
Ainsi, nous devons demander une dispense si nous ne voulons pas que nos enfants assistent, chaque semaine, à une heure obligatoire de religion obligatoire.
Comme tous ceux qui ont signé cet appel, j'estime que ce système archaïque doit cesser.
À l'école élémentaire, les cours de religion sont dispensés par des enseignants volontaires ou par des ministres du culte, rémunérés par l'État, aux frais des contribuables.
Cette heure de religion est incluse dans les 24 heures de cours commun hebdomadaires prévus par l'Éducation nationale. Sur le cycle élémentaire, nos enfants ont donc 180 heures de cours en moins que les élèves du reste de la France, ce qui va à l'encontre du principe d'égalité.
Comme cette heure de religion est obligatoire, les parents qui ne souhaitent pas que leurs enfants y assistent doivent signer une dispense. À la place, les enfants suivront un cours de morale.
À la rentrée, ils sont donc obligés de révéler leur orientation religieuse et celle de leurs enfants, au chef d'établissement. Cela implique un "fichage" des familles en fonction de la religion, ce qui est contraire aux principes de la laïcité."
[...]
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1503772-laicite-je-suis-contre-les-cours-de-
religion-en-alsace-moselle-ce-systeme-est-archaique.html


Au bistro de la toile : La "loi travail" cache une sournoise attaque contre la laïcité (victorayoli)
Médiapart - 16 mars 2016

" - Oh ! Loulle. Que ferais-tu si le ci-devant Ali, notre pote qui marche au son du canon (de rouge) avec nous, te demande un jour de pousser quelques tables pour pouvoir faire sa prière ?
- Ben, puisqu'il sera à genoux et tête basse, je lui demanderais de regarder sous les meubles s'il ne voit pas les clés que ma femme a paumées !
- Ah ! Ah ! Ah ! Ça s'appelle allier l'utile à la tolérance ! Mais au-delà de la rigolade, ce sont des problèmes que risquent de connaître bien des patrons d'entreprises...
- Pourquoi ?
- Parce que c'est inscrit dans un article scélérat planqué dans cette fameuse Loi Travail qui fout la zone actuellement.
- La Loi El Khomeri ? C'est une konnerie... Explique.
- Tiens, je te lis l'article 6 de ce projet de loi : « La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l'exercice d'autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l'entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. » Ça semble anodin mais ça officialise l'entrée du fait religieux dans l'entreprise ! Jusqu'à maintenant, ces problèmes étaient résolus au sein même de la boite, mais avec cette loi, si elle passe, le chef d'entreprise devra établir, preuves à l'appui, devant je ne sais quelle juridiction extérieure à la boite, que son refus de satisfaire aux demandes de caractère religieux de n'importe lequel de ses salariés est justifié...
- Mais alors Victor, cette loi s'assoit sur un des principes fondateurs de notre république : la laïcité.
- Exactement Loulle. On peut s'attendre à des offensives tous azimuts des cul-bénis de tous poils avec cet article de loi. Bonjours le foutoir... Et les emmerdements vont se multiplier. Le principal résultat de cette disposition sera de favoriser le communautarisme dans l'entreprise, et donc les embrouilles, les rivalités, les conflits voire les bagarres."
[...]
https://blogs.mediapart.fr/victorayoli/blog/160316/au-bistro-de-la-toile-la-loi-travail-cache-une-sournoise-attaque-contre-la-laicite


La laïcité induit-elle un régime d'intolérance en matière de religion ?
L'Humanité - 4 février 2016

Par Isabelle Saint-Martin de l'Institut européen en sciences des religions, Jean-Paul Scot, historien et Pierre Dharréville, membre de l'exécutif national du PCF.
"Une condition de la liberté de jugement par Isabelle Saint-Martin, de l'Institut européen en sciences des religions
Accuser l'école de la République d'enseigner l'intolérance religieuse serait mélanger plusieurs registres et méconnaître ses principes fondateurs.
Intervenant dans ce débat au titre de l'Institut européen en sciences des religions, créé à l'issue du rapport de Régis Debray sur l'enseignement du fait religieux dans l'école laïque, je voudrais rappeler les propos du président de la République en janvier 2015 : "Les religions n'ont pas leur place dans l'école. Ce qui n'empêche pas qu'il y ait un enseignement laïque des religions." Les premiers mots ne renvoient pas seulement à la vie scolaire, à la loi de 2004 ou aux polémiques sur les cantines et les parents accompagnant des sorties. Pour ces derniers cas, deux constats s'imposent : si la laïcité n'oblige pas à respecter les interdits alimentaires, elle n'empêche nullement les self-services et les choix couramment proposés. [...]
L'école, devenue obligatoire et gratuite, doit être laïque, ouverte aux élèves de toutes religions ou convictions ; les représentants d'aucun culte n'y ont plus autorité. Cette neutralité garantit l'indépendance du savoir et l'accueil indistinct de tous. Mais, à l'image de l'article Ier de la loi de 1905, qui assure la liberté de conscience, elle n'enseigne pas un athéisme d'État. Jules Ferry invitait l'instituteur à respecter la conscience de l'élève. Cette indépendance réciproque conduit à exclure l'histoire sainte de l'école."
[...]
http://www.humanite.fr/la-laicite-induit-elle-un-regime-dintolerance-en-matiere-de-religion-598022


En finir avec le procès en islamophobie (Patrick Kessel)
Libération - 15 février 2016

Patrick Kessel est président du Comité Laïcité République.
"Si le racisme antiarabe doit être combattu, les accusations systématiques d'islamophobie visent en revanche à discréditer l'idée que la laïcité s'applique à tous les cultes, à l'islam comme aux autres.
L'affaire de l'Observatoire de la laïcité, qui oppose certains de ses membres à ses responsables, traduit une opposition de fond entre ceux qui affirment qu'il n'y a pas de problème de laïcité en France et ceux qui pensent au contraire que les problèmes posés par les revendications communautaristes sont de plus en plus nombreux. C'est la résurgence d'un ancien débat qui remonte à la Révolution française.
D'un côté les tenants d'un humanisme qui place la grandeur de chaque individu dans son cheminement vers l'émancipation, toujours inachevée. Ce sont les héritiers des Lumières, pour qui la liberté de conscience et l'égalité en droit entre tous les citoyens, quelles que soient leurs origines, leur couleur de peau, leur sexe, leurs appartenances religieuses ou philosophiques, et en premier lieu l'égalité entre femmes et hommes, ne sont pas négociables.
De l'autre, les tenants du communautarisme pour qui la valeur de l'homme tient à ses racines, aux origines, à l'ethnie, à la religion, à la terre. Ceux-là prônent des accommodements avec la loi, voire des droits différenciés en fonction des communautés d'origine.
Certains vont même jusqu'à revendiquer la renégociation des principes républicains, la laïcité en premier lieu. [...]
Contrairement à ce qu'on suggère, la laïcité ne s'oppose pas aux communautés humaines fondées sur des "affinités électives" qui ont plaisir à se retrouver, à entretenir une mémoire, une culture, une langue, une religion ou une philosophie. Elle est l'art de conjuguer le singulier et l'universel. En revanche, elle pose que les communautés ne font pas la loi de la République, laquelle est commune. C'est cet universalisme des Lumières qu'ils voudraient jeter aux poubelles de l'histoire! A l'occasion de l'affaire de l'Observatoire, la chape de plomb s'est soulevée. Les yeux se sont dessillés, les témoins ont entrepris de parler. Une certaine prise de conscience s'est faite jour. Le débat doit maintenant s'ouvrir dans le pays, sur les deux rives de la République."
[...]
http://www.liberation.fr/debats/2016/02/15/en-finir-avec-le-proces-en-islamophobie_1433511
(Quelques principes qu'il était bon de rappeler)


Laïcité, une expo virtuelle pour répondre à vos questions (Daniel Roucous)
L'Humanité - 29 janvier 2016

"Vous vous posez des questions sur la laïcité ? Visitez l'exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France.
La laïcité est-elle l'ennemi des religions ? Pourquoi interdire les signes d'appartenances religieuses à l'école et la dissimulation du visage dans les lieux publics ?
A l'heure où la laïcité fait débat, l'exposition virtuelle de la BNF (bibliothèque nationale de France) apporte non pas La réponse mais des réponses à ces questions et bien d'autres. Vous pouvez visiter cette expo ici :
http://classes.bnf.fr/laicite/index.htm
Profitons de cet évènement pour rappeler quelques règles de droit sensées permettre à toutes et tous quelles que soient leurs croyances (chrétiens, musulmans, juifs, orthodoxes) ou leurs philosophies de vivre ensemble. Certes dans les faits c'est plus compliqué... mais c'est ce qui est écrit !
Sur le port de tenues et signes religieux à l'école
L'article L141-5-1 du code de l'éducation dit bien que "dans les écoles publiques, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.""
[...]
http://www.humanite.fr/laicite-une-expo-virtuelle-pour-repondre-vos-questions-597523


Régis Debray : "Le chantage à l'islamophobie est insupportable" (Magazine Marianne)
Marianne- 28 janvier 2016

"Dans un entretien à retrouver en kiosques cette semaine, le philosophe soutient Elisabeth Badinter et met en garde : "Une laïcité peureuse serait désastreuse, une laïcité guerrière serait contre-productive."
L'Observatoire de la laïcité se déchire depuis ces propos tenus le 6 janvier par Elisabeth Badinter : "Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe" lorsqu'il s'agit de défendre la laïcité. La philosophe reçoit l'appui cette semaine de Régis Debray, qui a donné un entretien à Marianne, à retrouver en kiosques à partir de ce vendredi 29 janvier. "Elisabeth n'a pas tort. On a connu le chantage à l'antisémitisme dès qu'on critiquait la politique israélienne. Le chantage à l'islamophobie est également insupportable", abonde son pair. "La critique d'une religion ne se confond pas avec l'injure faite aux fidèles de cette religion, et c'est au juge et à lui seul de faire le partage, si litige il y a."
Régis Debray publie avec le préfet Didier Leschi La laïcité au quotidien (Folio), un livre dans lequel il prône un retour "au sol ferme de la pratique, sans minimalisme ni maximalisme"."
[...]
http://www.marianne.net/regis-debray-chantage-islamophobie-est-insupportable-100239746.html


Nouvelle démission à l'Observatoire de la laïcité (Françoise Fressoz)
Le Monde - 21 janvier 2016

"La crise s'envenime au sein de l'Observatoire de la laïcité où deux conceptions de la place de la religion s'affrontent désormais au grand jour. Jeudi 21 janvier, le juriste Hugues Portelli, sénateur du Val-d'Oise, membre du parti Les Républicains a décidé de démissionner de l'Observatoire en mettant en cause son fonctionnement. Il a fait part de sa décision au président du Sénat en lui demandant de ne renommer personne pour le remplacer tant que l'abcès ne sera pas crevé. "Je ne nommerai personne sans y voir clair" a affirmé Gérard Larcher. [...]
Plus profondément, l'Observatoire voit s'affronter deux conceptions de la laïcité. L'une, apaisée, que souhaite incarner Jean-Louis Bianco, le président de l'observatoire ; l'autre, plus offensive, défendue par ceux qui veulent donner un coup d'arrêt aux "petits accommodements" avec l'islam. En début de semaine, le premier ministre Manuel Valls a clairement pris parti pour "une conception offensive" de la laïcité en désavouant publiquement Jean-Louis Bianco lors d'une conférence-débat organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF)."
[...]
http://www.lemonde.fr/religions/article/2016/01/21/nouvelle-demission-a-l-observatoire
-de-la-laicite_4851433_1653130.html?xtmc=religion&xtcr=47


>>> Suite de la revue de presse :
Voir la page d'accueil sur la laïcité


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©