Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Laïcité > 2014

Laïcité

2014

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la revue de presse sur la laïcité



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Quelles sont les dernières atteintes à la laïcité en Turquie ? (Solène Cordier)
Le Monde - 11 décembre 2014

"Le président turc Recep Tayyip Erdogan vient à nouveau d'égratigner le fondement laïc de la République turque en reprenant à son compte, lundi 8 décembre, une proposition émanant du Conseil national de l'éducation, qui vise à imposer l'enseignement du turc ancien dans les lycées du pays. C'est une entaille de plus au modèle de séparation des pouvoirs politique et spirituel, mis en place par Mustafa Kemal Atatürk dans les années 1920.
Le Conseil national de l'éducation, composé majoritairement de proches du chef de l'Etat et de son Parti de la justice et du développement (AKP), souhaite que l'apprentissage de l'alphabet ottoman, proche de l'arabe, soit obligatoire dans les lycées religieux et optionnel dans les autres. Une remise en cause directe de la réforme linguistique de 1928 qui signait l'adoption de l'alphabet latin, occidental, et l'abandon de l'écriture arabe.
Le chef de l'Etat a affirmé que la décision, controversée, s'appliquerait "quoi qu'on en dise". Comme souvent, M. Erdogan présente cette réforme comme un retour aux "racines turques", permettant l'avènement de la "nouvelle Turquie" qu'il appelle de ses voeux.
"C'est un moyen de montrer que la Turquie change, qu'elle se tourne davantage vers l'Orient et le monde musulman", interprète l'historien Faruk Bilici, professeur à l'Inalco. Cette réforme en apparence mineure ravive en Turquie des inquiétudes sur la nature laïque de l'enseignement délivré dans le secondaire. Les professeurs des écoles religieuses étant à première vue les plus qualifiés pour enseigner le turc ancien et l'alphabet arabe, comment s'assurer que des discours religieux ne seront pas associés à cet apprentissage ?"
[...]
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/12/11/quelles-sont-les-dernieres-
atteintes-a-la-laicite-en-turquie_4538761_4355770.html?xtmc=religion&xtcr=39


Les Français veulent durcir les règles de la laïcité (Caroline Piquet)
Le Figaro - 10 décembre 2014

"Une étude menée par l'institut Sociovision révélée par RTL montre qu'une très large majorité des Français souhaitent "la discrétion des affirmations religieuses", voire la neutralité des espaces de vie en commun, c'est-à-dire dans la rue, à l'école ou au sein de l'entreprise dans laquelle on travaille. [...]
Pour comprendre cette tendance, il faut d'abord regarder le mouvement de sécularisation qui traverse la société française. En 2014, moins de 50% des Français se disent croyants et ils sont de moins en moins à se déclarer pratiquants. Alors qu'ils étaient 14% à l'affirmer au milieu des années 1990, ils ne sont plus que 10% à le revendiquer aujourd'hui. Et ce recul se poursuit ces deux dernières années: il y a 2 points de moins de croyants ou pratiquants qu'en 2013, selon l'étude. Résultats, les non-croyants et non-pratiquants ont progressé de 7 points en 20 ans."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/10/01016-20141210ARTFIG00316-les-
francais-veulent-durcir-les-regles-de-la-laicite.php


Strasbourg : "la saine laïcité" de l'Eglise (Eddy)
Médiapart - 27 novembre 2014

"Aucune voix des organisations laïques traditionnelles ne s'est élevée contre cette visite divine à Strasbourg. Où est l'Observatoire français de la laïcité ? Pourquoi reste-t-il atone ? Refuse-il de voir l'immixtion du religieux dans le champ politique ?
Seul l'Observatoire Chrétien de la Laïcité, groupant des associations en majorité catholiques, en France, a désapprouvé fermement la décision d'inviter le pape à s'exprimer officiellement devant le Parlement européen : "l'Observatoire Chrétien de la Laïcité demande la séparation claire et nette des Institutions religieuses et de l'Etat au sein des institutions européennes. C'est une des conditions essentielles pour permettre aux européens de toutes convictions religieuses ou non de vivre ensemble." [...]
Une séparation asymétrique prend corps. Le pape intervient dans le champ politique, mais le politique, lui, ne peut intervenir sur le terrain de l'Eglise."
[...]
http://blogs.mediapart.fr/blog/eddy/271114/strasbourg-la-saine-laicite-de-l-eglise


Madame Najat Vallaud-Belkacem contre la laïcité (Philippe Fleutot)
Médiapart - 29 octobre 2014

"Mme Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, a déclaré devant l'Observatoire de la laïcité : "(...) dès lors que les mamans ne sont pas soumises à la neutralité religieuse, comme l'indique le Conseil d'État, l'acceptation de leur présence aux sorties scolaires doit être la règle et le refus l'exception." Faisant encore mieux que son prédécesseur Benoît Hamon (l'homme du "cas par cas"), elle franchit le pas décisif dans l'abandon du principe (constitutionnel !) de laïcité scolaire applicable à l'exercice du service public de l'éducation.
L'UFAL rappelle que, par définition, les sorties dites "scolaires" relèvent de l'exercice du service public et que leur cadre est forcément neutre - ce qui n'est pas le cas des kermesses dans l'école ou des rencontres parents-enseignants. Ainsi, la circulaire Chatel du 27 mars 2012 rappelait que le principe de laïcité permet "d'empêcher que les parents d'élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques lorsqu'ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires.".
Le Conseil d'État, dans son étude sur le sujet, n'a pas contredit cette circulaire. S'il considère les parents accompagnateurs comme de simples usagers, non soumis à l'obligation de neutralité religieuse, il indique explicitement que "les exigences liées au bon fonctionnement du service public de l'éducation peuvent conduire l'autorité compétente, (...) à recommander [à ces parents] de s'abstenir de manifester leur appartenance ou leurs croyances religieuses"."
[...]
http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-fleutot/291014/madame-najat-vallaud-belkacem-contre-la-laicite


L'université, territoire sacrifié de la laïcité (Samuel Mayol)
Marianne - 5 octobre 2014

Samuel Mayol est maître de conférences en Sciences de Gestion et directeur de l'IUT de Saint-Denis.
"Pour Samuel Mayol, "l'université française mérite autant que les autres établissements d'être protégée des pressions religieuses et communautaristes". Le directeur de l'IUT de Saint-Denis avance d'ailleurs un certain nombre de mesures qu'il souhaite voir entrer en vigueur car, explique-t-il, "nous devons depuis quelques années faire face à des situations devenues problématiques, visant à faire de l'université un lieu adapté au culte".
A la suite du rapport Stasi, la loi du 15 mars 2004 rappelle le principe fondateur de celle de 1905, à savoir l'interdiction de porter tout signe extérieur de religion au sein des établissements publics de l'enseignement, un problème réapparu en 1989. Cette loi a clarifié la position de la République et a réaffirmé un de ses principes fondamentaux, tout du moins au sein des collèges et lycées, excluant de fait les universités avec l'argument mis en avant que, les étudiants étant majeurs, ils agissent en conscience, libres d'affirmer leurs opinions et croyances.
Poser la question de la laïcité en ces termes constitue toutefois pour moi une erreur fondamentale. Croire que les jeunes femmes, bien que majeures, agissent en totale liberté de conscience quand elles affichent leur appartenance religieuse est souvent faux car beaucoup d'entre elles nous disent subir des pressions énormes de leur famille, quand elles ne sont pas le fait d'autres étudiants de leur promotion."
[...]
http://www.marianne.net/L-universite-territoire-sacrifie-de-la-laicite_a241632.html


Robert Ménard, faux laïque et vrai hypocrite (Alexis Corbière)
Marianne - 14 août 2014

"La Feria de Béziers a débuté hier avec une messe à laquelle le nouveau maire de la ville, Roberd Ménard, a convié l'ensemble des habitants de la commune. Pour Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, "il s'agit là d'un mépris évident de la laïcité" doublé d'une "supercherie" car, explique-t-il, "la Feria de Béziers est née en 1968 à l'initiative d'un élu SFIO, laïque reconnu, qui n'aurait pas toléré ce mélange des genres".
Robert Ménard est le nouveau maire de Béziers. Sitôt élu - grâce au soutien de Marine Le Pen -, il pétaradait devant les micros, "au nom du principe de laïcité", pour dire qu'il allait immédiatement "supprimer les repas halal dans les cantines scolaires de la ville". "Nous n'accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles", ajoutait-il. La réalité est qu'aucun repas ni menu halal n'était servi précédemment dans les cantines scolaires de Béziers. Piteusement, il finit par le reconnaître lors d'un conseil municipal. Mais qu'importe, l'essentiel avait été fait en direction de sa clientèle électorale.
Le beau principe émancipateur de laïcité n'était en fait que le masque d'un lourd sous-entendu discriminatoire. La preuve : le maire Ménard a annoncé dans la presse municipale et par affiche, à propos de la Féria 2014 de Béziers, qu'"afin de redonner du sens à cette fête, nous avons décidé d'ouvrir au public la messe aux Arènes du 13 août. Que l'on croit ou pas, ce sera le rassemblement de tous les amoureux de la Feria". Dans une autre interview, le même précise que cette messe ouvre la Feria "afin de la rendre aux Biterrois".
Vous avez bien lu. Utilisant sa nouvelle fonction de maire, il invite publiquement l'ensemble des habitants de sa ville à une cérémonie religieuse, "seule" à même selon lui de "donner du sens". A le lire, cet acte liturgique "rendra" la fête à ses administrés. Sidérant. Qui peut nier qu'il s'agit là d'un mépris évident de la laïcité ?"
[...]
http://www.marianne.net/Robert-Menard-faux-laique-et-vrai-hypocrite_a240602.html


La mairie de Paris fête le Ramadan. Et le principe de laïcité ? Mauvaise idée (Édité par Rozenn Le Carboulec)
Le Nouvel Observateur - 13 juillet 2014

Olivier Maillebuau et Fabrice Moulin sont élus parisiens du Parti radical de gauche.
"Le 9 juillet, la mairie de Paris organise une réception pour célébrer le début du Ramadan. Une fête qui n'est pas du goût de tous les élus parisiens, qui dénoncent une initiative allant à l'encontre du respect de la laïcité. Parmi eux, ceux du Parti radical de gauche, qui co-signent cette tribune collective.
L'organisation à l'Hôtel de Ville de Paris le 9 juillet prochain, d'une nouvelle fête culturelle, calée sur un calendrier religieux, nous interpelle.
Une ville irréprochable, notamment quant au respect de la laïcité, voilà un des combats que les Radicaux de gauche mènent depuis 2001, au Conseil de Paris ou au sein des mairies d'arrondissement.
Certaines pratiques des élus parisiens, de toute appartenance politique, prêtent en effet largement à confusion. Nous n'avons eu de cesse de le dénoncer.
Ainsi, nous nous sommes successivement mobilisés contre le déplacement de la date d'un Conseil de Paris pour cause de fête religieuse, contre l'attribution de subventions à des crèches confessionnelles ou encore contre les baisses de loyers injustifiées pour des associations religieuses. Et nous étions aussi au premier rang de la fronde lorsqu'une place de Paris a été rebaptisée au nom de Jean-Paul II, sans vote au Conseil de Paris.
C'est dans ce même esprit que nous dénonçons aujourd'hui la célébration de la fête du Ramadan organisée à l'Hôtel de Ville. Et cette indignation vaut pour l'ensemble des événements à caractère religieux organisés avec la Ville de Paris : qu'ils soient catholiques, juifs ou musulmans, nous les considérons inopportuns au sein du centre des institutions municipales, l'Hôtel de Ville de Paris, comme dans tous les édifices municipaux. [...]
Si la République laïque garantit la liberté de culte, ce n'est pas notre rôle d'encourager la pratique religieuse et nous devons préserver la neutralité des institutions."
[...]
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1220440-la-mairie-de-paris-fete-le-
ramadan-et-le-principe-de-laicite-mauvaise-idee.html


Laïcité : il est temps de se ressaisir !
Marianne - 26 juin 2014

"Il y a urgence ! Les politiques se sont trop longtemps défaussés sur les juges, comme le montre l'interminable feuilleton Baby-Loup, désormais entre les mains de la justice européenne. "Marianne" publie un appel d'intellectuels, de politiques et d'acteurs de la société civile. Pour renouer avec la tradition républicaine et en finir avec trente ans de démissions. Un appel que vous pouvez vous aussi signer sur la plateforme Change.org.
Hommes et femmes d'horizons philosophiques, politiques et professionnels différents, nous sommes inquiets de voir à quel point, face à l'action engagée par diverses mouvances religieuses et politico-religieuses pour attenter à la laïcité républicaine, la réponse politique demeure faible. Pour notre part, récusant autant ceux qui exploitent la défiance générale pour accentuer la fracture sociale et identitaire, que ceux qui rejettent toute analyse critique du multiculturalisme dans le camp des "réactionnaires" ou des "intolérants", notre démarche vise à défendre et faire vivre la laïcité sans blesser mais dans la clarté et la fermeté, à trouver des solutions sans heurter mais sans faillir.
La laïcité - qui refuse les aspects politiques des religions et laisse à ces dernières toute liberté dans la vie sociale sous régime de droit commun - est globalement vécue dans notre pays comme une "tradition moderne", ce qui est parfois difficile à décrypter pour ceux venus d'ailleurs. Or aujourd'hui, la laïcité comme principe politique, code de vie collective et force morale, est remise en question par divers mouvances et groupes religieux qui rejettent "la démocratie des mécréants", la suprématie du droit civil sur les textes, à leurs yeux sacrés, avec un usage maîtrisé des radios communautaires et d'internet. Dans cet espace ainsi ouvert se rejoignent radicaux et orthodoxes issus des trois religions monothéistes pour exploiter à leur profit la crise ambiante, remettant notamment en cause les acquis du long combat pour l'égalité des sexes que l'on croyait clos et qui, à notre grande surprise, est à reprendre.
Il est grand temps de se ressaisir !"
[...]
Cette pétition a déjà été signée par plus de cinquante personnalités.
http://www.marianne.net/Laicite-il-est-temps-de-se-ressaisir-_a239732.html


En Guyane, les prêtres sont fonctionnaires (Mathilde Damgé)
Le Monde - 11 juin 2014

"En Guyane française, les prêtres sont des fonctionnaires. Cette "anomalie de l'histoire" a été "corrigée" selon les mots du président du conseil général, Alain Tien-Liong, puisque les 26 prêtres guyanais n'ont pas été payés à la fin du mois de mai. Au grand dam de l'évêque de Guyane, qui a déposé cette semaine un référé auprès du tribunal administratif de Cayenne.
Prêtres payés par les deniers publics, exonérations de TVA, absence de permis de chasse, etc. : tour d'horizon des exceptions guyanaises.
Religion subventionnée
Jusqu'à présent, ce département-région d'outre-mer (DROM) rémunérait sur les deniers publics un quota de 26 prêtres (fonctionnaires de catégorie B) ainsi que l'évêque lui-même - en catégorie A, il continue d'être payé.
En Guyane, le seul texte fondamental régissant les cultes est l'ordonnance royale de Charles X du 27 août 1828. La loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905 n'y est pas appliquée contrairement à la Martinique, la Guadeloupe et la Réunion.
A la différence de l'Alsace-Moselle, où tous les ministres des cultes sont payés par l'argent public, seul le clergé catholique est rémunéré ainsi dans le département d'outre-mer.
La garde des sceaux, Christiane Taubira, avait estimé lors de sa campagne présidentielle de 2002 que la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat devait être appliquée dans sa région d'origine."
[...]
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/06/11/la-guyane-ce-territoire-
d-exceptions_4434846_4355770.html?xtmc=religion&xtcr=29


A peine installé, Hamon recule sur la laïcité ! (UFAL)
L'Humanité - 14 mai 2014

"Devrons-nous regretter Vincent Peillon, qui avait au moins fait bénéficier l'école d'une "charte de la laïcité" ? Le nouveau ministre Benoît Hamon vient en effet de déclarer (RMC et BFM TV lundi 12 mai) : "Il faut faire preuve de discernement et regarder de quelle manière, oui, dans un certain nombre de situations, on peut accepter que -c'est déjà le cas- des mamans qui portent un voile [accompagnent les sorties scolaires]". Lapsus révélateur : "accepter" le port de signes religieux à l'intérieur même du service public d'éducation est présenté comme un objectif ministériel ! Nous sommes dans la droite ligne des visites de Valls au Vatican.
Le "discernement" est ainsi explicité par B. Hamon : "une dame avec un voile dans une ville x, on ne peut pas mettre un signe égal [sic] avec une autre dame dans une ville y". Chaque chef d'établissement ou directeur, sous peine de manquer de "discernement", est ainsi sommé de se soumettre à la sociologie des quartiers, aux pressions communautaristes locales. Laïcité en centre-ville, communautarisme en banlieue ?
Le Conseil d'Etat avait estimé, dans son Etude publiée en décembre 2013 : "Les exigences liées au bon fonctionnement du service public de l'éducation peuvent conduire l'autorité compétente [.] à recommander" aux "parents d'élèves qui participent à des déplacements ou des activités scolaires" "de s'abstenir de manifester leur appartenance ou leurs croyances religieuses." L'UFAL avait alors dénoncé, dans un communiqué du 24 décembre 2013, une "porte ouverte à tous les "accommodements raisonnables" ; la responsabilité en incombant (.) in fine au chef d'établissement scolaire". Le ministre vient de confirmer nos craintes, allant même au-delà."
[...]
http://www.humanite.fr/peine-installe-hamon-recule-sur-la-laicite-ufal-528920


Et la laïcité, monsieur Valls ? (Henri Pena-Ruiz)
Libération - 28 avril 2014

Henri Pena-Ruiz, philosophe, écrivain, ancien membre de la commission Stasi.
"Monsieur le Ministre,
Nous savons tous les deux ce que peut être la stigmatisation par un régime dictatorial de ceux qui ne partagent pas la croyance imposée ou privilégiée par le pouvoir. Dans l'Espagne de Franco, que nos deux familles ont fui, le national catholicisme régnait. La coalition des trois fascismes (Hitler, Mussolini, Franco) avait brisé la république espagnole, livrant le peuple à des décennies de violence sourde ou avouée, après avoir écrasé les républicains sous des bombes, qui, bientôt, ensanglanteraient le monde entier. [...]
Laïque, la république confère les mêmes droits aux athées et aux divers croyants. Sociale, elle rend crédible sa superbe devise.
Vous voilà Premier ministre de cette république. Pour ma part, j'ai consacré ma vie à l'instruction publique et laïque, vecteur d'émancipation pour ceux qui n'ont que l'école pour devenir tout ce qu'ils peuvent être. Nous nous accordons, n'est-ce pas, sur un tel idéal. D'ailleurs, nous étions ensemble pour défendre la crèche Baby-Loup, qui s'est voulue laïque afin d'accueillir les enfants de 50 nationalités sans faire violence à aucune famille. Alors, sans polémique, j'entends vous dire mon incompréhension devant votre décision de représenter la France, ès qualités, dans l'exercice de vos fonctions, pour la canonisation de deux papes. Il n'y aurait évidemment aucun problème si vous vous rendiez à Rome à titre privé, en ne représentant que vous-même. En république laïque, les croyants sont pleinement libres, mais leur foi ne doit engager qu'eux seuls. De même pour l'athéisme. L'égalité des droits est ici en jeu, et la déontologie qu'elle inspire se fonde sur un souci d'universalité. Tout privilège public de la religion est blessant pour les athées. Or, en France, il y a des athées et des agnostiques en grand nombre, et tout acte officiel de la puissance publique se doit de les représenter à égalité avec les divers croyants. D'où la neutralité, qui n'a rien d'antireligieux, mais qui tient bon sur la distinction privé - public."
[...]
http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/28/et-la-laicite-monsieur-valls_1006539


Laïcité : Valls a besoin de repères, pas de Saints-Pères (Eric Conan)
Marianne - 25 avril 2014

"La présence de Manuel Valls en tant que Premier ministre au Vatican, dimanche prochain, pour les canonisations des papes Jean XXIII et Jean Paul II révèle l'état de confusionnisme dans lequel continue de patauger une partie de la gauche.
On sait que, depuis quelques décennies, le Parti socialiste a abandonné la laïcité, parmi bien d'autres obligations qui faisait partie de son patrimoine historique. Il a laissé la droite légiférer dans ce domaine en 2004 et 2010 et Marine Le Pen fondre sur cette thématique. Mais rien n'y fait et le Premier ministre révèle l'état de confusionnisme dans lequel continue de patauger une partie de la gauche en annonçant sa présence en tant que Premier ministre au Vatican, dimanche prochain, pour les canonisations des papes Jean XXIII et Jean Paul II. [...]
Passons sur l'absence de logique du PS qui avait dénoncé en 2011 la présence de François Fillon, premier ministre, lors de la béatification (stade antérieure à la canonisation) de Jean-Paul II, se disant "choqué" par cette violation d'une "tradition diplomatique établie et respectée par tous ses prédécesseurs". Le PS se tient aujourd'hui coi sur l'initiative de Valls ! Alors que sur le principe il était dans le vrai en 2011 : il n'y a aucune ambiguïté, le Premier ministre d'une république laïque n'a rien à faire au Vatican pour une cérémonie purement religieuse."
[...]
http://www.marianne.net/Laicite-Valls-a-besoin-de-reperes-pas-de-Saints-Peres-_a238322.html


Valls au Vatican : une atteinte inadmissible à la laïcité de l'Etat ! (Libre Pensee)
Médiapart - 15 avril 2014

"La presse vient d'informer que le nouveau Premier Ministre Manuel Valls a l'intention de se rendre au Vatican, le 27 avril 2014, pour la double canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II. La presse commente : "Le Premier Ministre représentera la France à cette cérémonie décidée par le pape François."
Ainsi, une nouvelle fois, Manuel Valls, si prompt à souhaiter voir foulées aux pieds les libertés individuelles des travailleuses musulmanes (crèche Baby Loup) au mépris de la laïcité qu'il prétend incarner, va plier le genou devant la hiérarchie catholique. Ce n'est plus une habitude, cela devient un sacerdoce.
Quand la Libre Pensée proteste contre la présence de représentants de la République à des cérémonies religieuses catholiques, à chaque fois les "bonnes âmes" lui répondent : c'est parce que le Vatican est un Etat et qu'il y a des obligations diplomatiques."
[...]
http://blogs.mediapart.fr/blog/libre-pensee/150414/valls-au-vatican-une-
atteinte-inadmissible-la-laicite-de-l-etat


Libre tanceur (Anne-Sophie Mercier)
Le Canard Enchaîné - 2 avril 2014

"Henri Pena-Ruiz, écrivain et maître de conférence à Sciences-Po, publie un "Dictionnaire amoureux de la Laïcité" (Plon). Efficace et inspiré.
Assez de cette laïcité bêlante qui masque mal notre nostalgie d'une France d'avant, d'une France de l'entre-soi. Vous sentez le rance et votre laïcité, avec un grand "L", comme il se doit, n'est qu'une façon de masquer votre malaise face à la diversité de notre société. Vous voilà tout doucement devenus racistes, islamophobes peut-être, vous ne l'assumez pas, alors vous voilà laïcs, voire laïcards, etc. Efficace paravent. On est prié de s'incliner, c'est fort comme les saintes huiles, et pourquoi donc, et au nom de quoi ?
C'est à cet argument qui monte en puissance que le dictionnaire amoureux d'Henri Pena-Ruiz répond, avec flamme et conviction. Avec d'être vécue par certains comme un carcan, la laïcité fut, et demeure sans doute, le plus formidable outil d'émancipation de l'homme jamais conçu par l'homme lui-même."
[...]


Une entreprise privée adopte une "charte de la laïcité" (avec AFP)
L'Express - 10 Février 2014

"Paprec, entreprise française de recyclage, a adopté avec le soutien de ses 4000 employés une "charte de la laïcité" interdisant notamment le port de signes religieux.
Une première en France. L'entreprise française de recyclage Paprec a adopté, avec le soutien de ses 4000 employés, une "charte de la laïcité" qui interdit notamment le port de signes religieux, revèle l'AFP.
Son PDG revendiquant cette première en France comme un acte "militant" après la controverse "Baby-Loup".
Le groupe privé basé en Seine-Saint-Denis (région parisienne), régulièrement salué comme un modèle en terme de diversité et de promotion sociale, notamment d'employés d'origine étrangère, va officialiser mardi lors d'une conférence de presse l'entrée en vigueur d'un texte de huit articles dans son règlement intérieur.
"J'applique le modèle qui prévaut dans la sphère publique et je l'applique à l'entreprise. J'applique le modèle de la République", a déclaré à l'AFP le patron de Paprec, Jean-Luc Petithuguenin."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/une-entreprise-privee-adopte-une-
charte-de-la-laicite_1321948.html?xtmc=religion&xtcr=6


La laïcité, de fond en comble (Jérôme Skalski)
L'Humanité - 23 janvier 2014

A propos du livre de Catherine Kintzler : Penser la laïcité (Editions Minerve).
"C'est comme une suite de Qu'est-ce que la laïcité?? (Vrin, 2007). La philosophe Catherine Kintzler revient dans cet ouvrage sur ce concept majeur de la théorie politique moderne qu'est la laïcité. Là encore, il s'agit de penser la laïcité "de fond en comble" pour la spécialiste de la philosophie et de l'esthétique des Lumières, c'est-à-dire de "proposer une construction philosophiquement pertinente et concrètement appliquée aux problèmes contemporains". Cependant, comme elle l'explique dans l'avant-propos de son ouvrage, non pas de manière "succincte" et "académique" mais détaillée et confrontée aux questions laïques, vraies ou fausses, posées dans et par l'actualité. On trouvera donc dans cet ouvrage une illustration de la philosophie politique appliquée et impliquée. Mais ce qui suffirait à donner à Penser la laïcité son intérêt est soutenu plus largement par son assise conceptuelle." [...]
http://www.humanite.fr/tribunes/la-laicite-de-fond-en-comble-557672


>>> Suite de la revue de presse : la laïcité : 2013

Voir la page d'accueil sur la laïcité


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©