Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Laïcité > 2012

Laïcité

2012

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la revue de presse sur la laïcité



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


A petits pas, l'exécutif tente de réinvestir les questions de laïcité (Stéphanie Le Bars)
Le Monde - 13 décembre 2012

"Après l'annonce par le chef de l'Etat de la création d'un observatoire, trois ministres ont livré, mardi 11 décembre, à l'Assemblée nationale, leur point de vue sur ce sujet sensible à gauche. Après un début de quinquennat plutôt discret sur les questions de laïcité, le gouvernement et le Parti socialiste cherchent-ils à reprendre pied sur un terrain où la gauche est traditionnellement attendue ? Le président de la République a annoncé, dimanche 9 décembre, la création d'un Observatoire national de la laïcité, initiative saluée par les tenants du camp laïque." [...]
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J
&objet_id=1218087&xtmc=religion&xtcr=24


Dieu est-il mort ? (Elie Barnavi)
Marianne2 - 30 octobre 2012

"Voilà cent ans, la France adoptait la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. On oublie aujourd'hui à quel point cette opération chirurgicale fut douloureuse. Pendant des siècles, en France comme ailleurs, la religion avait constitué le socle identitaire de l'individu et de la collectivité : "Nous sommes Chrestiens au mesme titre que nous sommes Péri- gordins ou Alémans", constatait Montaigne (Essais, ch. XII) sur le ton de l'évidence. Que la fille aînée de l'Eglise pût tourner le dos à sa mère, voilà qui était resté, au moins jusqu'aux Lumières, proprement inimaginable. Et voilà que, après des siècles d'imbrication, Eglise et Etat ont fini par divorcer. En France, l'échec de la Réforme, l'identification de l'Eglise catholique au parti de l'ordre et le goût bien français des solutions tranchées se sont combinés pour conférer à ce divorce un caractère brutal et définitif. Dans le monde protestant, où la Réforme a accompagné les réformes, les Eglises et l'Etat ont divorcé à l'amiable. Mais partout en Occident, leur séparation s'est imposée comme l'un des traits majeurs de sa culture politique, mieux, une caractéristique essentielle de sa civilisation.
Donner du sens
Si la conquête de la laïcité a suivi logiquement un processus séculaire de déchristianisation, elle s'est accompagnée elle-même d'un désintérêt de principe, illogique, lui, pour les choses de la religion."
[...]
http://www.marianne.net/Dieu-est-il-mort_a223727.html


Vincent Peillon veut plus de morale laïque à l'école
Libération - 1er septembre 2012

"L'enseignement de la "morale laïque" doit être harmonisé pour enseigner aux enfants les principes et comportements du "vivre ensemble", à l'issue d'une réflexion engagée à la demande du ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon.
"Il y a eu beaucoup de petits dispositifs. Je veux créer un consensus car cela va très au delà du clivage gauche-droite", a-t-il expliqué mercredi lors de sa conférence de presse de rentrée.
La laïcité à l'école est régulièrement chahutée par diverses polémiques, comme celui des "mamans accompagnantes" voilées lors de sorties scolaires ou la question de la viande halal à la cantine.
"La laïcité, ce n'est pas la simple tolérance, ce n'est pas "tout se vaut", c'est un ensemble de valeurs que nous devons partager", a dit M. Peillon. "Pour les partager, il faut qu'elles nous soient enseignées et qu'elles soient apprises (...) Il faut reconstruire entre les enfants de France du commun", a ajouté cet agrégé de philosophie.
Le ministre a fixé "une très grande ambition" à la mission qui sera installée à la rentrée et prendra "trois, quatre, cinq mois", pour "déboucher sur une refonte des programmes qui, elle-même, prend un peu de temps"."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/2012/09/01/vincent-peillon-veut-plus-de-morale-laique-a-l-ecole_843256


Lettre à ceux qui croient au ciel et à ceux qui n'y croient pas (Pierre Laurent)
L'Humanité - 4 avril 2012

Par Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, Président du Conseil national de campagne du Front de gauche.
"En détournant le concept de laïcité, qui cherche à opposer croyants et non-croyants ?
Au moment de faire partir cette lettre aux croyants, sur laquelle nous réfléchissions depuis plusieurs semaines, une profonde révolte est venue nous étreindre. Face à la terrible tuerie de Toulouse et de Montauban, l'immense majorité du pays a réagi avec compassion, solidarité, dignité. Aujourd'hui, la peine n'est pas tarie et nous n'oublions pas. Le temps est venu pour tous ceux qui refusent les paroles de haine, qui ont été prononcées depuis, de s'unir pour s'y opposer.
L'identité du tueur est désormais en train d'ouvrir les vannes aux discours de haine et de guerre. À la suite du violent climat de xénophobie qui a été soigneusement entretenu ces dernières années jusqu'au plus haut niveau de l'État, les amalgames nauséabonds reviennent au galop?: immigration, insécurité, terrorisme, misère. Avec ceux qui croient au ciel et avec ceux qui n'y croient pas, nous voulons faire barrage à ce déferlement, nous voulons lancer un puissant message de paix.
Ces événements dramatiques n'adviennent pas dans un ciel sans nuages. Ces derniers temps, de polémiques dangereuses en stigmatisations malsaines, religion comme laïcité ont été détournées pour essayer de faire avancer la peur de l'autre et le repli sur soi. Chaque geste en ce sens a donné du grain à moudre aux racistes comme aux intégristes qui, au fond, se rejoignent et se nourrissent."
[...]
http://www.humanite.fr/tribunes/lettre-ceux-qui-croient-au-ciel-et-ceux-qui-n%E2%80%99y-croient-pas-493953


"Si la laïcité se durcit et se radicalise, les juifs seront les grands perdants" (Joël Mergui)
Le Monde - 17 mars 2012

Propos recueillis par Stéphanie Le Bars
"Joël Mergui est président du consistoire central depuis 2008. Il organise, dimanche 18 mars, le premier congrès des communautés juives de France. En clôture de cette Journée de la vie juive, une table ronde, intitulée "La laïcité menace-t-elle la liberté religieuse", réunira Claude Guéant, ministre de l'intérieur, Jean-François Copé, patron de l'UMP, Manuel Valls, porte-parole du candidat PS à la présidentielle, et Jean-Thomas Nordmann, représentant le candidat du MoDem, François Bayrou.
Déstabilisée par la polémique sur l'abattage rituel (animaux tués sans étourdissement préalable, selon le rite pratiqué dans le judaïsme et l'islam), la communauté juive est "blessée et inquiète", selon M. Mergui. Il appelle les responsables politiques à s'engager "plus fortement pour la préservation des pratiques cultuelles". (...)
Au début des années 2000, la communauté juive a fait face à une montée d'antisionisme qui a entraîné des actes antisémites. Après un retard de diagnostic, tous les responsables politiques ont rassuré les juifs de France. Aujourd'hui, face à une radicalisation montante de la laïcité, émerge une forme d'antijudaïsme. Après les atteintes physiques, les nouvelles inquiétudes des juifs portent, en profondeur, sur nos valeurs et notre identité. Comme il y a dix ans, cette situation va amener certains d'entre nous à se poser la question de notre avenir dans notre pays. Je n'ai pas une réunion avec des jeunes sans être apostrophé sur cette question fondamentale : "Que va-t-on devenir ?""
[...]
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/17/si-la-laicite-se-durcit-et-se-radicalise-
les-juifs-seront-les-grands-perdants_1671398_3224.html?xtmc=religion&xtcr=1


Dans ses quartiers, Alain Juppé oublie la laïcité (Malika Bouali)
Marianne2 - 27 février 2012

"Malika Bouali est candidate du Front de Gauche aux municipales de Bordeaux. Face à elle, Alain Juppé, actuellement maire de la ville, dont elle dénonce l'un des derniers événements médiatiques : la municipalité a organisé et financé une "rencontre inter religieuse et citoyenne", loin des idéaux laïques.
Le 2 février 2012 s'est déroulée à Bordeaux une "rencontre inter religieuse et citoyenne" que la municipalité a organisée et financée. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, puisqu'il faut bien nommer les personnes directement concernées, avait fait le choix de donner un important retentissement médiatique à l'événement.
Ce fait constitue une grave entorse au principe de laïcité. En effet, la loi de séparation de l'Etat et des Eglises de 1905 stipule que l'Etat, et par extension les collectivités locales, ne reconnaissent aucune religion. Par conséquent, l'institutionnalisation d'un dialogue selon ces modalités y circonvient fondamentalement et structurellement."
[...]
http://www.marianne2.fr/Dans-ses-quartiers-Alain-Juppe-oublie-la-laicite_a215871.html


Pourquoi nous sommes alsaciens, laïques et contre le concordat (Signature collective )
L'Humanité - 21 février 2012

"La loi de 1905 ne devrait-elle pas s'appliquer partout sur le territoire français ?
Dans un article publié dans le Monde du 10février 2012 ("Pourquoi nous sommes alsaciens, laïcs et pour le concordat"), Roland Ries, sénateur maire de Strasbourg, se revendique "concordataire" et affirme appartenir, tout comme les principaux leaders politiques alsaciens, du PS à l'UMP, en passant par le Modem et Europe Écologie, "à la très grande majorité des Alsaciens et Mosellans, d'obédiences religieuses diverses, laïques ou même athées, qui soutiennent le régime concordataire". Aucune enquête sérieuse ne confirme à ce jour de telles affirmations. Bien au contraire, comme partout ailleurs sur le territoire français, les pratiques religieuses se sont étiolées et la fréquentation des cours de religion dans les établissements scolaires (spécificité d'Alsace-Moselle) a considérablement diminué."
[...]
Lire l'ensemble de l'article : Pourquoi nous sommes alsaciens, laïques et contre le concordat
http://www.humanite.fr/tribunes/pourquoi-nous-sommes-alsaciens-laiques-et-contre-le-concordat-490575


Laïcité : mobilisation après le vote du Sénat sur les crèches et les écoles (Claire Le Nestour)
Mediapart - 11 février 2012

"Des mères qui n'ont pas le droit aux sorties scolaires car elles portent le voile ; des assistantes maternelles qui devront déclarer leur religion : des intellectuels dénoncent une islamophobie d'Etat après le vote d'une loi au Sénat instaurant une laïcité de fer. Le collectif des "Mamans toutes égales" (MTE) a tenu son premier meeting." [...]
http://www.mediapart.fr/journal/france/100212/laicite-mobilisation-apres-le-
vote-du-senat-sur-les-creches-et-les-ecoles


Que dit la loi de 1905 ? Que "la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte", un point c'est tout (Alexis Corbière)
Libération - 27 janvier 2012

Alexis Corbière est conseiller de Paris, secrétaire national du Parti de gauche.
"La laïcité va mal. La droite la piétine sans cesse, et ils sont trop nombreux au Parti socialiste à la trahir quotidiennement tout en lui rendant des hommages verbaux. Exemples : Nicolas Sarkozy entend s'appuyer sur le rapport Machelon pour brouiller la distinction du culturel et du cultuel afin de rétablir le financement indirect du culte par le biais du financement direct de la culture. Il a fait voter la loi Carle qui aggrave la loi Debré en alourdissant les charges des communes au profit des écoles privées.
Mais que font les élus socialistes du Limousin quand ils ont voulu financer des ostensions religieuses ou les élus socialistes de Lyon quand ils ont financé des manifestations de la communauté San-Elgidio avec l'argent de contribuables qui sont athées ou agnostiques autant que croyants ? Et que fait la mairie de Paris quand elle s'appuie sur un amendement de 1942 (!) pour financer des travaux dans un temple protestant du VIe arrondissement alors qu'il n'est ni propriété publique ni monument historique ?"
[...]
http://www.liberation.fr/societe/01012386058-laicite-faut-il-durcir-la-loi


Jean Baubérot. Les voux pieux de Sarkozy aux autorités religieuses (Jean Baubérot)
L'Humanité - 25 janvier 2012

Entretien réalisé par Maud Vergnol
"Le chef de l'État adresse aujourd'hui ses voux aux autorités religieuses. Jean Baubérot, historien et sociologue, démonte les mécanismes de la "falsification de la laïcité" opérée par Sarkozy dans un essai à paraître demain.
La présidence de Nicolas Sarkozy marque-t-elle une rupture dans l'attachement de la République à la laïcité ?
Jean Baubérot. Nicolas Sarkozy a porté atteinte à la laïcité comme aucun autre président de la Ve République. Quelques mois après son élection, le président a tenu un discours au Latran sur les relations entre l'Église et l'État, invitant à "valoriser les racines essentiellement chrétiennes de la France". Ce discours conservateur et clérical marquait sa volonté de renouer officieusement avec la "ré-officialisation" du catholicisme et de réinsuffler du religieux dans le fondement du lien social. Ce fut d'ailleurs perçu comme cela à l'étranger, plusieurs universitaires m'ayant demandé si le catholicisme était redevenu une religion d'État en France. (...)
Comment analysez-vous ce concept de "nouvelle laïcité" porté par l'UMP et l'extrême droite?? Jean Baubérot. Elle a comme caractéristique de ne pas être portée par les forces politiques qui ont pourtant été les garantes de la laïcité historique. Une falsification idéologique a toujours besoin de fausser l'histoire. Nicolas Sarkozy est un maître en la matière. La "nouvelle laïcité" de Sarkozy privilégie les "racines", comme en témoignent ses discours, alors que la laïcité historique se réclamait, elle, du "progrè?". La vision idyllique de Sarkozy sur l'histoire des religions est non seulement fausse, mais elle évacue surtout les conditions de la construction de la laïcité française. C'est une "catho-laïcité" qui les a aidés à glisser logiquement sur le débat concernant "l'identité nationale". société dominante..
[...]
http://www.humanite.fr/tribunes/jean-bauberot-les-voeux-pieux-de-
sarkozy-aux-autorites-religieuses-488552


Loi de 1905 dans la Constitution : des religions monothéistes inquiètes (AFP)
Le Point - 23 janvier 2012

"Le projet de François Hollande d'inscrire dans la Constitution la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat satisfait les organisations laïques mais suscite les craintes des religions sur l'avenir du régime dérogatoire du Concordat.
Le projet de François Hollande d'inscrire dans la Constitution la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat satisfait les organisations laïques mais suscite les craintes des religions sur l'avenir du régime dérogatoire du Concordat.
Le projet de François Hollande d'inscrire dans la Constitution la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat satisfait les organisations laïques mais suscite les craintes des religions sur l'avenir du régime dérogatoire du Concordat.
Selon la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat, "la République assure la liberté de conscience" et "garantit le libre exercice des cultes" (article 1), mais "ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte" (article 2).
Toutefois, quand l'Alsace et la Moselle redeviennent françaises en 1918, la loi Ferry sur l'école publique et la loi de 1905 ne leur sont pas appliquées.
[...]
Il serait temps qu'un jour l'Alsace et la Moselle redeviennent réellement françaises en supprimant cette dérogation.
http://www.lepoint.fr/societe/loi-de-1905-dans-la-constitution-des-
religions-monotheistes-inquietes-23-01-2012-1422721_23.php


La laïcité s'invitera-t-elle chez les nounous ? (Léonore Guillaume)
L'Express - 18 janvier 2012

"La proposition de loi sur le principe de laïcité dans les crèches, les centres de loisirs et chez les assistantes maternelles soulève une vague de critiques auprès d'experts qui la jugent "grotesque".
Ce mercredi, le Sénat a voté une loi polémique sur la laïcité. "Grotesque" pour certains, nécessaire pour d'autres, la neutralité chez les assistantes maternelles à domicile fait débat.
Le débat sur la laïcité fait son grand retour au Parlement. Le Sénat a adopté ce mercredi une loi controversée sur le principe de la laïcité dans les crèches, les centres de loisirs et chez les assistantes maternelles. Reste aux députés de trancher.
C'est l'article 3 qui regroupe l'essentiel des critiques. Jugé "grotesque" par certains experts, il prétend appliquer le principe de laïcité aux assistantes maternelles accueillant des enfants à domicile."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-laicite-s-invitera-t-elle-chez-les-nounous_1072818.html


>>> Suite de la revue de presse : la laïcité : 2011

Voir la page d'accueil sur la laïcité


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©