Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Thèmes  >  Homosexualité


Homosexualité et religion



Une définition de l'homosexualité

L'homosexualité est le désir, le sentiment amoureux, l'attirance ou les rapports sexuels entre des personnes du même sexe. Elle est une composante de la sexualité humaine, mais se rencontre aussi chez de nombreux animaux.

"Selon les époques et les cultures, l'homosexualité est plus ou moins acceptée ou réprimée dans ses différentes incarnations. Au début du XXIe siècle, la tendance, dans les sociétés occidentales, est à l'acceptation et, dans certains pays, à l'établissement d'un statut légal (union civile ou mariage entre personnes de même sexe), statut revendiqué dès la fin du XIXe siècle. Toutefois, 88 pays (principalement en Afrique et au Moyen-Orient) condamnent encore les auteurs d'actes homosexuels à des peines plus ou moins importantes, allant jusqu'à l'emprisonnement à perpétuité ou à la peine de mort." (Wikipédia)

L'homosexualité du point de vue des religions

L'homosexualité est condamnée dans la plupart des religions, monothéistes en particulier, avec des formes de rejet très variables selon les époques, les sociétés, les cultures et les milieux.

La Bible condamne l'homosexualité dans deux versets :
"Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme: c'est une pratique abominable." (Lévitique 18.22).

"Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils commettent tous deux un acte abominable. Ils seront punis de mort, leur sang retombera sur eux." (Lévitique 20.13)
En se basant sur ces versets du Lévitique qui ne semblent concerner que les relations entre hommes,
le judaïsme condamne la pratique homosexuelle masculine, sans mentionner, de ce fait, l'homosexualité féminine. Toutefois, il existe un courant progressiste, notamment aux Etats-Unis, qui se montre plus tolérant vis-à-vis des homosexuels.

Le christianisme reprend à son compte les versets du Lévitique et considère l'homosexualité comme un péché.
L'Eglise catholique continue à interdire et à condamner l'homosexualité. Elle fait pression sur les élus des pays qui adoptent une législation plus ouverte pour les homosexuels (mariage, homoparentalité, etc.) avec des menaces d'excommunication. La prêtrise est encore explicitement interdite aux homosexuels. Pour ses adeptes, elle a cependant évolué vers une certaine forme de tolérance pour la "condition ou tendance homosexuelle".

Dans le protestantisme, les positions vis-à-vis de l'homosexualité ne sont pas unanimes. Dans certaines Églises protestantes et anglicanes, l'homosexualité ne fait plus débat, selon le principe que "l'Eglise doit se réformer sans cesse". Des prêtres et des évêques homosexuels sont ordonnés. Des pasteurs célèbrent même des unions de personnes de même sexe, tandis que dans d'autres Églises cette question peut poser des problèmes et provoquer des scissions.

Les Eglises orthodoxes ont une attitude assez proche de celle de l'Église catholique, en faisant la même distinction entre "le pécheur" et "le péché". Cependant leurs condamnations de cette "pathologie" peuvent parfois prendre des formes très virulentes, voire violentes.
L'islam condamne fortement l'homosexualité en se basant sur la charia (loi islamique) qui prescrit la peine de mort ou une peine discrétionnaire. Dans la très grande majorité des pays musulmans, les pratiques homosexuelles sont punies par la loi et sont passibles d'amendes, de peines de prison, de châtiments corporels, voire de la peine de mort.

Le bouddhisme n'interdit pas explicitement l'homosexualité, mais globalement, il tend à reconnaitre la seule hétérosexualité en vue de la procréation et à rejeter la recherche du plaisir "pour le plaisir".

Bien que conservateur, le shintoïsme ne condamne pas l'homosexualité et y porte un regard plutôt serein. Pour les Japonais, il s'agit d'un comportement individuel qui doit être autorisé et protégé, mais sans intervenir dans le domaine public. Il n'y a donc pas de débat sur l'homosexualité.

Si dans l'hindouisme, la sexualité, en tant que don de Dieu, n'est pas perçue comme un mal, le plaisir charnel n'est accepté que s'il est hétérosexuel et réalisé dans le cadre du mariage. L'homosexualité a connu au fil des siècles différents degrés de tolérance ou d'intolérance, en particulier pendant les cinq siècles de dominations musulmanes et la colonisation du très puritain Empire britannique.

Profitant de la condamnation de l'homosexualité par les grandes religions, certains groupes considérés comme sectaires accueillent volontiers des homosexuels dans leur communauté et s'affichent en défenseurs de cette cause. C'est le cas par exemple du mouvement raëlien.


Ressources




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Haut de page    Contact   Copyright ©