Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   >   Dictionnaire des religions   >  Ci - Co


Dictionnaire des religions

et des mouvements philosophiques associés

Ci - Co

>>>   Sommaire du dictionnaire des religions



Comput

Du latin computare compter.
Le comput est le mode de calcul utilisé par l'Eglise catholique pour fixer les dates des fêtes mobiles du calendrier ecclésiastique. Le comput a pour principal objectif de déterminer à l'avance la date de Pâques (Résurrection de Jésus-Christ). Le premier concile de Nicée (325) a fixé la fête de Pâques au premier dimanche après la Pleine Lune qui suit l'équinoxe de printemps (nuit du 20 au 21 mars). De ce fait, Pâques se situe entre le 22 mars et le 25 avril. Le comput est établi en dehors des phénomènes astronomiques. Son imprécision ainsi que l'avancée au fil des siècles de l'équinoxe de printemps a conduit le pape Grégoire XIII à réduire de 10 jours l'année 1582, (le 15 octobre succéda au 4 octobre). Pour éviter que le phénomène ne se reproduise, il fut convenu que les années divisibles par 100 ne seraient pas bissextiles, sauf celles divisibles par 400. Ce calendrier, dit grégorien, est encore celui qui est utilisé de nos jours.



Concordat

Du latin concordare, s'accorder.
Le concordat est une convention passée entre le pape (pour l'Eglise catholique) et un pouvoir temporel (un chef d'Etat, un gouvernement) à propos des affaires religieuses et des rapports entre l'Eglise et l'Etat.
En France, c'est le concordat signé en 1516 par le pape Léon X et le roi François 1er qui a régi les relations entre l'Eglise et l'Etat jusqu'à la Révolution. La Constitution civile du clergé mise en place par la Constituante en 1790, qui subordonnait l'Eglise à l'Etat, provoqua un schisme au sein du clergé. Le Concordat, signé par le consul Bonaparte et le Saint-Siège y mit fin en 1801. Il reconnaît l'Eglise catholique comme la religion de la "grande majorité des français". Abrogé par la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905, il demeure cependant encore appliqué dans les départements d'Alsace-Moselle qui se trouvaient alors occupés par l'Allemagne.



Concordisme / concordiste

Le concordisme est un méthode de pensée qui consiste à rapprocher le dogme religieux de la science. A chaque grande nouvelle découverte scientifique, les concordistes tentent de faire concorder à tout prix les textes sacrés avec la science. La recherche de cohérence de la religion s'opère par de nouvelles interprétations des Ecritures, le manque de précision de celles-ci étant attribué à l'état pré-scientifique de ceux qui les ont rédigées.
Une variante appelée concordisme du "Dieu-bouche-trou" consiste à faire appel au divin pour expliquer les lacunes des théories scientifiques, c'est aussi l'idée que la science peut conduire à la religion. Exemple : la création divine pour le Big-bang et la précision des constantes universelles; des interprétations de textes allégoriques du Coran qui en font une Révélation divine de descriptions scientifiques, comme le Big-bang.
Voir les pages "Le Coran et la science" et "La science et Dieu", ainsi que la revue de presse sur la science.



Confucianisme

Le conficianisme est une doctrine et une éthique philosophiques développées par Confucius (K'ong-fu-tseu, Chine 551 - 479 av JC). La civilisation chinoise jusqu'à nos jours a été fortement influencée par les enseignements et ses idées de Confucius, recueillis par ses disciples. Le confucianisme prône l'effort constant pour rechercher la sagesse et la vertu individuelle et établir l'harmonie dans la société. L'homme y parvient par la pratique du jen (amitié) et du yi (équité). C'est une morale humaniste du juste milieu, de l'équilibre et de l'amour de son prochain. Au XIIe siècle, des préoccupations métaphysiques donnèrent naissance au néo-confucianisme.



Consubstantialité

La consubstantialité est le caractère de ce qui n'est constitué que d'une seule et unique substance. En théologie chrétienne, la Sainte Trinité (Dieu-le père, Jésus-Christ et le Saint-Esprit) est consubstantielle depuis le concile de Nicée qui condamna l'arianisme.
La consubstantiation s'applique, selon les luthériens à la présence divine du Christ dans l'eucharistie, avec le pain et le vin.



Coran

Le Coran est le livre saint de l'islam considéré comme la parole de Dieu (Allah révélée par l'archange Gabriel au prophète Mahomet, au cours d'extases que des scribes ont transcrites sur des feuilles de palmiers, des omoplates de chameaux et des morceaux de cuir. Cette Révélation s'est également conservée oralement. Zaïd, secrétaire de Mahomet et quelques érudits ont fixé définitivement le texte dix-neuf ans après la mort du prophète.
Le Coran est divisé en cent quatorze sourates, composées de plusieurs versets. Il constitue la doctrine de l'islam ainsi que les prescriptions qui s'imposent à tous les musulmans qui en font le guide infaillible de la vie, la synthèse de toute science et le chef d'œuvre de la littérature arabe. La science du commentaire du Coran (tafsir) essaie de bien faire comprendre le sens des mots par rapports à la langue parlée du début du VIIe siècle et de tenir compte des circonstances de la Révélation divine. Les fondamentalistes en font une lecture à la lettre tandis qu'un mouvement libéral en a une approche plus éthique. Certains commentateurs modernes prétendent même que les grandes découvertes techniques de la science seraient "annoncées" par le Coran.
En savoir plus : Dictionnaire + : Le Coran
Voir la page d'accueil sur l'islam



>>>    Suite du dictionnaire des religions    >>>


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion Dictionnaire des religions   Haut de page   Contact Copyright ©