Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Liberté d'expression

Liberté d'expression

Revue de presse


Voir aussi l'affaire des caricatures de Mahomet, le procès de Charlie Hebdo, ainsi que le blasphème.

En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Toute la rigueur républicaine contre l'islam radical (collectif)
Libération - 27 juin 2016

"Refuser la stratégie de la peur et de l'intimidation, défendre le droit de critiquer les dogmes religieux, mettre en échec les guerres juridiques visant à bâillonner la libre parole, c'est ce que réaffirme le comité de soutien à l'essayiste Djemila Benhabib.
Pierre angulaire de notre démocratie, la liberté d'expression et son corollaire, la liberté de critiquer, sont sérieusement remises en cause au nom d'une vision falsifiée de la lutte contre le racisme, qui assimile la critique de l'islam à une forme de racisme, en la qualifiant d'"islamophobie". Ce positionnement idéologique, qui relève de l'escroquerie sémantique, concourt à imposer l'idée que la liberté d'expression serait subordonnée aux diktats des religions en général et de l'islam en particulier.
A plusieurs reprises ces dernières années, les démocraties ont rappelé que la liberté d'expression était un droit inaliénable. Pourtant, aujourd'hui nombre de penseurs, d'intellectuels, d'écrivains, de journalistes et de militant(e)s féministes et laïques font l'objet de graves persécutions, voire de menaces de mort en raison de leur détermination à user de ce droit. Cette tendance prend une orientation dramatique s'agissant du monde dit musulman où la séparation des pouvoirs politiques, religieux et judiciaires est un enjeu fondamental qui oppose, à l'heure actuelle, des démocrates aux islamistes et aux régimes autoritaires ou dictatoriaux."
[...]
http://www.liberation.fr/debats/2016/06/27/toute-la-rigueur-republicaine-contre-l-islam-radical_1462405


Vu du Vatican. La une de "Charlie Hebdo" : irresponsable et irrespectueuse (L'Osservatore Romano)
Courrier International - 6 janvier 2016

"En présentant en une un Dieu sanguinaire et terroriste, Charlie Hebdo préfère mépriser la foi des croyants que tenir compte des déclarations apaisantes des leaders religieux de toutes obédiences, regrette L'Osservatore Romano.
Un an après l'attentat qui l'a visé, le journal satirique français Charlie Hebdo a choisi d'afficher en une un dessin "pitoyable", regrette L'Osservatore Romano, journal du Vatican. Il représente "Dieu comme un terroriste, qui court, taché de sang, une kalachnikov sur le dos - le tout dans une iconographie clairement chrétienne".
Car, sous la bannière trompeuse d'une "laïcité sans compromis", l'hebdomadaire français a une nouvelle fois oublié ce que des leaders religieux de toutes obédiences répètent depuis longtemps pour refuser la violence commise au nom de la religion : utiliser Dieu pour justifier la haine est un authentique "blasphème", comme l'a dit le pape François à plusieurs reprises."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-vatican-la-une-de-charlie-hebdo-irresponsable-et-irrespectueuse


Liberté d'expression. Les Norvégiens ont le droit de blasphémer (d'après Vart Land)
Courrier International - 6 mai 2015

"Il est désormais légal en Norvège de faire outrage à une religion. Mardi 5 mai, les parlementaires ont approuvé à l'unanimité l'abolition de la loi qui interdit le blasphème, relate le journal norvégien chrétien Vart Land. Le texte sera adopté définitivement mardi 12 mai.
Cette question était en discussion depuis 2005, mais suite à l'attentat qui a visé Charlie Hebdo le 7 janvier dernier à Paris, les parlementaires ont jugé nécessaire de trancher. Dans leur proposition de loi du 10 février, les deux députés Anders B. Werp (du parti conservateur) et Jan Arild Ellingsen (extrême droite) ont noté qu'"il est temps que la société défende clairement la liberté d'expression, y compris dans les questions religieuses."
Si la question a fait consensus au Parlement, la presse, elle, est divisée. Ainsi, pour Finn Jarle Saele, rédacteur en chef de l'hebdomadaire chrétien Norge idag (La Norvège aujourd'hui), le changement de la loi sur le blasphème est un "suicide culturel" :
"Aujourd'hui, notre système de valeur n'a plus de fondement. Même si la Constitution affirme que le christianisme et l'humanisme sont la base de l'Etat, il n'y a plus de contenu.""
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/liberte-dexpression-les-norvegiens-ont-le-droit-de-blasphemer


Le "vilain petit canard" assassiné au Bangladesh (Laurence Defranoux avec AFP)
Libération - 30 mars 2015

"Un mois après Avijit Roy, un autre blogueur athée, Washiqur Rahman, a été poignardé à mort, lundi, à Dacca.
"La France condamne l'assassinat au Bangladesh de l'auteur indépendant Washiqur Rahman et rappelle son attachement à la liberté d'opinion et d'expression, y compris sur Internet." Les réactions se multiplient depuis l'annonce de la mort de Washiqur Rahman, 27 ans, poignardé à mort près de chez lui lundi, à Dacca, la capitale. "Il a été assassiné car il existe ici une culture de l'impunité. C'était un libre penseur progressiste opposé au fondamentalisme religieux", a déclaré à l'AFP Imran Sarker, responsable du réseau de blogueurs, Blogger and Online Activists Network.
Selon plusieurs sources, Rahman écrivait sous le nom de plume de Kutshit Hasher Chhana (vilain petit canard). Deux de ses trois assaillants, présentés comme des étudiants en religion, ont été arrêtés alors qu'ils essayaient de fuir. Un responsable de la police a déclaré que leurs auditions "semblent montrer qu'ils ont tué Rahman parce qu'il critiquait les islamistes radicaux"."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/2015/03/30/le-vilain-petit-canard-assassine-au-bangladesh_1231738


"Le blasphème fait partie des droits de l'homme, pas des bonnes manières" (André Comte-Sponville)
Le Monde - 12 mars 2015

Propos recueillis par Yves Daudu et Yann Plougastel.
"Agrégé de philosophie, auteur d'une vingtaine d'ouvrages, dont Du tragique au matérialisme (et retour), paru en janvier aux PUF, André Comte-Sponville a pour pères spirituels Epicure, les stoïciens, Montaigne et Spinoza. Il se définit comme matérialiste, rationaliste et humaniste. Fortement influencé par l'héritage philosophique des Lumières, il défend une éthique humaniste et une spiritualité sans dieu. [...]
La liberté d'expression est une liberté fondamentale. Comme toute liberté naturelle, on la voudrait absolue ; comme toute liberté socialement réglementée, elle connaît des limites. Mais pourrait-on imaginer ou réclamer une liberté d'expression sans limites ? Il n'y a pas de liberté absolue. Même à l'état de nature, à supposer qu'il ait existé, la liberté de chacun dépend de la force dont il est capable ; elle est doublement -limitée, et par sa propre faiblesse, et par la force des autres. C'est vrai a fortiori dans un Etat de droit. Pas de liberté sans lois, pas de loi sans contraintes. On prend souvent l'exemple du code de la route : s'il n'existait pas, ma liberté de circuler, théoriquement plus grande, serait en pratique presque nulle. S'agissant de la liberté d'expression, c'est différent. On pourrait envisager qu'aucune loi ne la limite. Mais est-ce souhaitable ? [...]
La dénonciation des religions est un droit incontestable, mais quels sont ses objectifs ?
Les objectifs varient selon les individus, comme toujours. Simplement, les opinions sont libres, donc aussi la critique des opinions. Cela vaut pour les religions comme pour n'importe quelle idéologie. Cela pose le problème de l'islamophobie. Le mot est équivoque. Si l'on entend par "islamophobie" la haine ou le mépris des musulmans, ce n'est qu'une forme de racisme, aussi haïssable qu'elles le sont toutes. Est-elle très répandue ? Je n'en ai pas l'impression : un arabe athée ou un noir catholique sont sans doute davantage -victimes du racisme qu'un musulman de type européen. Mais, même marginal, ce racisme-là doit évidemment être combattu. En revanche, si on entend par "islamophobie" non pas la haine ou le mépris des musulmans mais le refus, la critique ou la peur de l'islam (c'est le sens étymologique du mot "islamophobie"), ce n'est qu'une position idéologique comme une autre, qu'aucun Etat démocratique ne saurait interdire. On a le droit d'être antifasciste, anticommuniste ou antilibéral. Pourquoi n'aurait-on pas le droit de s'opposer au christianisme, au judaïsme ou à l'islam ?"
[...]
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/03/12/le-blaspheme-fait-partie-des-droits
-de-l-homme-pas-des-bonnes-manieres_4592696_3236.html ? xtmc=religion&xtcr=73


Sophia Aram : "Je suis athée, donc pour moi, le délit de blasphème n'existe pas" (Propos recueilli par Gilles Renault)
Libération - 9 janvier 2015

"Sophia Aram, 41 ans, humoriste et chroniqueuse sur France Inter.
"Depuis la création de mon spectacle Crise de foi, en 2010, j'ai reçu des menaces limitées en comparaison de celles consécutives à mes chroniques en radio sur le FN. Les insultes, elles, sont stables du côté des anonymes se revendiquant de l'islam, par contre, elles augmentent du côté de ceux se revendiquant comme chrétiens luttant contre la "cathophobie" et pour la défense des "racines chrétiennes de la France". Ils ont en commun d'avoir un niveau de langage et de haine peu compatible avec les valeurs religieuses qu'ils prétendent défendre et leurs insultes sont finalement assez proches. Les deux revendiquent le délit de blasphème. Or, je suis athée, donc pour moi, ce délit n'existe pas. [...]
"Les idées de Charlie ne sont pas mortes et Charlie non plus. La liberté d'expression nous garantit le droit d'aborder n'importe quel thème. Sur la manière de faire pour que ce soit efficace d'un point de vue politique et moral ou tout simplement drôle, chacun est libre de choisir son approche, la provocation ou la finesse, l'absurde, peu importe. Les crimes de ces deux crétins sont aussi odieux qu'inutiles et inefficaces. Ils ne font qu'accroître notre vigilance et l'envie de continuer de se foutre de leur gueule. Ils sont impuissants, incultes et inutiles. Si Dieu existe, qu'il vienne se défendre lui-même.""

http://www.liberation.fr/culture/2015/01/09/je-suis-athee-donc-pour-moi-
le-delit-de-blaspheme-n-existe-pas_1177307


Prière pour une dissolution des religions (Luc Le Vaillant)
Libération - 28 juillet 2014

"1) Dieu qui n'existe pas, s'il te plaît, débrouille-toi pour me débarrasser de toutes ces religions qui existent trop. Et qui ne pensent qu'à faire mentir l'étymologie qui les voudrait liens entre les hommes, pour pendre à la plus haute branche ceux qui ne croient pas comme elles et étriper ceux qui aiment copiner avec le diable de la raison et du plaisir.
2) Père qui est aux cieux, tu me ferais des vacances si tu pouvais rester tranquille tout là-haut, les fesses calées dans ton fauteuil rouge, à faire glouglou avec ta chicha opiacée, à siroter ton whisky tourbé, tout en grignotant du pain azyme tartiné de tarama casher.
3) Dieu qui n'est pas dieu, nom de dieu, tu es une plaie vivante surtout quand tu te prétends le seul, l'unique, monothéiste monogame monomaniaque de toi-même. Chrétien, musulman ou juif, tu es le triple exemplaire de la triple buse. Tu es l'hydre à triples tentacules et à triples foyers qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Essaie juste d'allonger sur un divan, les névroses qui te poussent à t'imaginer aussi essentiel et celles qui te font chosifier concurrents ou mécréants."
[...]
http://www.liberation.fr/chroniques/2014/07/28/priere-pour-une-dissolution-des-religions_1071850


>>> Suite de la revue de presse :
Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©