Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > L'islam > Les caricatures

Les caricatures de Mahomet

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir l'ensemble des articles de la rubrique Islam : Monde

Voir également la rubrique International - Danemark pour les débuts de l'affaire.



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Un projet d'assassinat contre un caricaturiste de Mahomet déjoué
Courrier International - 10 mars 2010

"Sept personnes de confession musulmane, soupçonnées de fomenter une tentative d'assassinat sur la personne du peintre suédois Lars Vilks, ont été arrêtées le 9 mars par la police irlandaise, rapporte le Dagens Nyheter. Le peintre vit sous protection de la police suédoise depuis 2007, lorsque son portrait de Mahomet avec un corps de chien avait été publié dans le journal local Nerikes Allehanda. Cette publication avait suscité des protestations dans le monde musulman. Al-Qaida avait offert 100 000 dollars pour assassiner le caricaturiste." [...]
http://www.courrierinternational.com/breve/2010/03/10/un-projet-d-assassinat-contre-un-caricaturiste-de-mahomet-dejoue


Caricature : Bayrou et Hollande témoins pour "Charlie Hebdo"
Libération - 20 janvier 2007 (12 lignes)

"Le candidat UDF à la présidentielle, François Bayrou, et le Premier secrétaire du PS, François Hollande, ont accepté d'être cités par la défense de Charlie Hebdo lors du procès de l'hebdomadaire pour la publication de caricatures représentant Mahomet."
Le journal est, en effet, poursuivi par l'UOIF (Union des organisations islamiques de France) et par la Grande Mosquée de Paris pour cette affaire qui date de début février 2006. Le Tribunal correctionnel de Paris examine la plainte les 7 et 8 février.


Un tribunal danois acquitte les responsables du quotidien "Jylland-Posten" estimant que les caricatures n'étaient pas offensantes à l'égard des musulmans. (avec agences)
Libération – 26 octobre 2006 (1/10 de page)

Après la publication des caricatures de Mahomet, sept associations musulmanes du Danemark avaient intenté un procès contre les reponsables du journal pour cause de texte et de dessins "offensants et injurieux" à l'encontre du prophète de l'islam.
"Le juge du tribunal de première instance d'Aarhus, où Jyllands-Posten a son siège, a estimé que les caricatures n'étaient pas offensantes ou n'avaient pas pour but d'être dégradantes à l'égard des musulmans. "Même si le texte accompagnant ces dessins peut être lu comme un appel au mépris et à la dérision, les caricatures n'ont pas de caractère offensant", selon les attendus de la Cour."
Les plaignants qui se disent troublés par cette décision ont décidé de faire appel.


Une "caricature" de Mahomet... il y a 800 ans (Juliette Delabarre)
L'Histoire - Septembre 2006 (2 pages)

Juliette Delabarre est agrégée d'histoire.
"Un visage barbu posé sur un cou de cheval et terminé par une queue de poisson...
Ainsi figure Mahomet dans un manuscrit [chrétien] du XIIe siècle. Après la polémique sur la question de la représentation du Prophète, enquête sur une image de plus de 800 ans".



Comment l’affaire des caricatures interpelle les ONG (Pierre Micheletti)
L’Humanité - 11 mars 2006 (1/6 de page)

Le Dr Pierre Micheletti est trésorier adjoint de Médecins du monde. Il y a un mois, à cause de l’affaire des caricatures de Mahomet, les ONG scandinaves présentes au Darfour ont dû réduire leurs effectifs et se préparer à évacuer cette région du Soudan.
"La question religieuse apparaît ici comme un puissant vecteur d’un "effet papillon" que l’on perçoit de façon manifeste : un battement d’aile provoqué par des dessins publiés dans un journal européen entraîne en cascade une crise de dimension internationale et des inquiétudes majeures qui divisent la classe politique et crispe (plus ou moins spontanément) la communauté musulmane mondiale. Ces événements montrent une nouvelle fois combien les associations humanitaires ont aujourd’hui du mal à se situer hors les grandes lignes de fracture de la politique internationale et à échapper aux aux instrumentalisations de toutes sortes."
Il n’y a pas qu’au Darfour que la situation des ONG est délicate pour les intervenants humanitaires. L’Irak, l’Afghanistan, la Tchétchénie, le Pakistan... sont autant de "terres d’expression de tensions entre l’Occident et le monde arabo-musulman".
Dans ce contexte, les ONG doivent réaffirmer quelques fondamentaux, notamment leur dimension citoyenne, de même qu’un positionnement sans équivoque par rapport aux forces armées et à la politique étrangère des pays auxquels elles appartiennent.
"De la capacité du mouvement humanitaire à contourner la question des clivages religieux dans leur expression la plus radicale dépend en partie notre efficacité pour porter secours aux populations, participer à vaincre leur isolement et, au bout du compte, la capacité des sociétés civiles à se poser en alternative des logiques politiques et économiques des États comme vis-à-vis des extrémismes de toutes sortes."


Merci "Charlie Hebdo" (Daniel Leconte)
Libération - 2 mars 2006 (1/6 de page)

Daniel Leconte, qui est producteur- réalisateur et a reçu le prix Albert-Londres, remercie l'hebdo satirique qui, en publiant les caricatures de Mahomet a montré l'exemple à tous les médias et à la classe politique, y compris la gauche et même l'extrême gauche, étrangement silencieux pour défendre la liberté d'expression.
"Face à ces renoncements en cascade, merci de ne céder ni à la peur, ni à la confusion, ni au repli. Merci de témoigner que la France n'est pas seulement cet assemblage de volontés molles. C'est aussi cet esprit des Lumières que vous incarnez. Merci, Charlie, de défendre en ces temps troubles l'honneur du journalisme. Et, puisque la grandeur de ce métier est de porter la plume dans la plaie, j'émets le voeu que les confrères fassent de vous les lauréats du prix Albert-Londres."


Ne pas céder aux pressions
Libération - 21 février 2006 (1/8 de page)

"A la suite de la polémique sur les caricatures, un climat liberticide lié à la peur et au chantage instauré par des groupes minoritaires sape peu à peu nos valeurs et acquis démocratiques."
Jean-Pierre Le Goff est sociologue, auteur de "la Démocratie post-totalitaire" (La Découverte).
"Si le pouvoir politique cédait à ces pressions en bricolant de nouveau la Constitution ou en se montrant favorable à une nouvelle loi, comme il l'a malheureusement déjà fait vis-à-vis d'autres groupes de pression, il renforcerait le climat de suspicion et la dénonciation victimaire qui laminent les idéaux républicains et le patriotisme indispensables pour faire face aux défis qui sont posés au pays."


Les protestations contre les caricatures de Mahomet gagnent en intensité au Pakistan (avec AFP, Reuters et AP)
Le Monde - 16 février 2006 (1/8 de page)

Alors que les manifestations contre la publication des caricatures de Mahomet s’essoufflent dans le reste des pays musulmans, des protestations au Pakistan ont fait trois nouvelles victimes dont deux dans le bastion islamiste de Peshawar, à proximité de l'Afghanistan. "A Peshawar comme à Lahore, à l'issue de manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes, quelques centaines de protestataires plus violents ont visé les symboles de la présence occidentale", y compris américaine.

Un diplomate occidental à Islamabad a indiqué qu’il ne fallait "pas nier l'offense que beaucoup de musulmans ont ressenti, mais les manifestations de ces derniers jours sont clairement dirigées, non seulement contre les pays où les dessins ont été publiés, mais aussi contre les Etats-Unis et [le président] Musharraf lui-même."
Les partis islamistes ont clairement annoncé leur intention de poursuivre le mouvement de protestation.


Religions, la critique libre pour tous (Richard Malka)
Libération - 15 février 2006 (1/4 de page)

Richard Malka, avocat à la cour spécialisé en droit de la presse, répond aux arguments selon lesquels il y aurait "deux poids" et "deux mesures" en France au bénéfice des chrétiens et des juifs et qu’une loi contre l’islamophobie est nécessaire.
"La confusion (au mieux), la méconnaissance de la réalité (certainement) ou la malhonnêteté intellectuelle (parfois) est totale. Pourtant, nul doute que certains hommes politiques aussi bien inspirés que particulièrement taisants ces dernières semaines, si ce n'est pour condamner hâtivement de prétendues provocations, finiront par relayer cette aspiration qu'ils trouveront légitime."
Richard Malka rappelle qu’une telle loi, interdisant de stigmatiser toute communauté à cause de sa religion, existe déjà (29 juillet 1881 modifiée par la loi du 1er juillet 1972). En rappelant plusieurs affaires récentes, il estime que ce serait plutôt aux chrétiens de se sentir victimes du "deux poids" et "deux mesures" et que les minorités sont plutôt mieux protégées par les tribunaux.
"Alors pourquoi instaurer une loi sur l'islamophobie, là où un texte de répression existe déjà, si ce n'est pour rétablir en réalité et sous ce nom un délit de blasphème qui, au demeurant, ne concernerait que l'islam et serait donc discriminatoire à l'envers ?"


Téhéran et la caricature du génocide (S. Etr.)
Libération - 14 février 2006 (1/8 de page)

Une première caricature sur l'Holocauste des juifs, dans le cadre d'un concours répondant à celles du prophète publiées en Europe, est parue sur le site Internet de la Maison de la caricature de l'Iran, en association avec le journal iranien Hamshahri. "La chancelier autrichien Wolfgang Schlüssel, président en exercice de l'U.E., a immédiatement condamné cette publication."


Des écrivains face à la caricature
Le Monde – 14 février 2006 (1/6 de page)

Onze écrivains s’expriment (Salim Bachi, Jean-Yves Cendrey, Didier Daeninckx, Paula Jacques, Pierre Jourde, Jean-Marie Laclavetine, Gilles Leroy, Marie NDiaye, Daniel Pennac, Patrick Raynal, Boualem Sansal).
A tous ceux qui voudraient considérer que les caricatures publiées il y a cinq mois dans un journal danois, "on a envie de dire qu'on s'en fiche un peu, et des caricatures, et de savoir si elles étaient bonnes ou non. On nous dit que c'est attiser la haine. Et, là encore, on aimerait répondre que la haine n'est pas dans nos moeurs ni dans nos coeurs. Et en quoi serions-nous responsables d'attiser la haine d'autrui, la haine étant par essence une braise qui s'alimente toute seule ?" [...]
"La vérité, c'est que nous sommes libres de blasphémer. Il y a quelque chose d'assez déconcertant, en France, en 2006, dans le fait de devoir rappeler qu'on a droit au blasphème." [...]
"Quand le président du MRAP décide de porter plainte contre des journaux coupables de complicité avec les blasphémateurs, sous prétexte qu'il s'agit là de "racisme antimusulman", nous nous interrogeons : de quelle race s'agit-il ? L'islam serait-il génétiquement transmissible ?" [...]
"Laissons faire et on incendiera les bibliothèques qui abritent Voltaire, Sade, Ovide, Omar Khayyam, Proust et tous les autres. Et il est bien certain que pour le grand autodafé, seront réunis et danseront les papes, les grands rabbins et les grands muftis."


Caricatures : surenchère en Iran
Le Figaro - 13 février 2006 (1/8 de page)

Un site Internet iranien a publié les premières caricatures du concours de dessins sur l’Holocauste, intitulé "Où est la limite de la liberté d'expression en Occident ?" Ce concours est une réponse à la parution de caricatures de Mahomet dans la presse européenne.
"Dans le premier dessin, intitulé Auschwitz 1942, on voit un Juif, portant l'étoile de David et un baluchon, entrant dans le camp de concentration par le portail surmonté de l'inscription "le travail apporte la liberté". Dans le second, intitulé Israël 2002, le même homme, portant cette fois un fusil, se dirige vers le portail de ce qui ressemble à un champ de bataille, avec l'inscription "la guerre apporte la paix"."
Pendant ce temps, l’Union européenne cherche à apaiser les esprits. Le Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Javier Solana, a déclaré, lors d’un voyage en Arabie saoudite : "Nous vouons un profond respect aux musulmans aujourd'hui comme hier et demain."


Voir la suite de la revue de presse sur les caricatures de Mahomet

Voir la page d'accueil sur l'islam



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©