Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'islam : monde > 2010-2011

L'islam : monde

2010-2011

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques Islam en France, Le Coran, Moyen Orient, Foulard islamique, Intégrisme.



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Ces dirigeants qui se croient élus par Dieu (Khaled Hroub - Al-Hayat)
Courrier International - 7 décembre 2011

"Comment un mouvement islamiste peut-il accepter le jeu démocratique, s'inquiète un intellectuel palestinien, alors qu'il croit que sa légitimité est d'essence divine ?
Les pays qui ont fait la révolution pour se débarrasser de la dictature policière risquent-ils maintenant de tomber dans la tyrannie religieuse ? Ce n'est ni une question de polémique abstraite ni une condamnation a priori des islamistes, avant même qu'ils aient pu arriver au pouvoir. Il s'agit au contraire d'exprimer une crainte réelle et légitime qui existe au sujet de la Tunisie, de l'Egypte et d'autres pays. Les expériences passées avec des gouvernements islamistes - du Soudan à Gaza - justifient ces craintes. [...].
Aujourd'hui, ce sont les islamistes qui forment le courant le mieux organisé et le plus susceptible d'occuper le devant de la scène politique. Ce qui incite à s'inquiéter tout particulièrement, c'est que la tyrannie religieuse est la forme la plus pernicieuse de la dictature. Elle confère à l'arbitraire une légitimité divine et donne aux acteurs la certitude de détenir la vérité."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2011/12/07/ces-dirigeants-qui-se-croient-elus-par-dieu


Les islamistes entre eux (Jean Daniel)
Le Nouvel Observateur - 1er décembre 2011

"Voici donc la troisième et dernière partie de ma série d'articles consacrée au déclin ou au regain de l'islamisme. J'en étais arrivé à la conclusion qu'en dépit des prudences érudites formulées par d'éminents experts de l'arabo-islamisme et de l'islamisme, on ne pouvait que s'incliner devant l'évidence d'un constat : sous des formes différentes, qu'elles soient islamiques ou islamistes, politiques ou radicales, non violences ou djihadistes, nous sommes bien en présence d'une victoire, précaire ou durable, d'un islam étroitement associé, sinon confondu, au pouvoir sur tous les fronts des révolutions de ce qu'on a appelé le printemps arabe.
Soudain, comme il est d'usage, l'évidence est devenue telle que de nombreux commentateurs, oubliant ce qu'ils avaient dit la veille, se demandent comment nous avons pu croire à une forme laïque, démocratique et conforme aux Lumières des modernistes, des mouvements partis de Tunisie avec un minimum de violence, qui a conduit à l'invention de l'expression "révolution du jasmin". A les en croire, le radicalisme était aussi prévisible qu'inévitable.
Les arguments de ces derniers ne sont pas indifférents lorsqu'ils rappellent, par exemple, que parmi les musulmans vivants en Europe, la majorité était, dans les mosquées, l'objet de sermons enflammés de la part des prédicateurs, souvent publiquement affiliés aux Frères Musulmans. On ne peut pas nier qu'en France, dans le conseil représentatif qui réunit les différentes tendances, les leaders les plus respectés ne sont pas ceux qui exhortent à s'intégrer dans leur pays d'adoption. (...)
Mais je ne veux pas conclure sur cette note pessimiste. Je veux rejoindre la position de mon ami Lahktar Brahimi, ancien ministre algérien des Affaires étrangères et ancien secrétaire général adjoint des nations unies pour l'Irak et l'Afghanistan. Lahktar Brahimi déclare que là où les Arabes ont échoué avec leurs prétentions progressistes, il faut laisser les islamistes montrer comment ils savent gérer les problèmes économiques et technologiques modernes, ainsi que les nouvelles données géopolitiques. Tout le pétrole du monde ne peut rien contre les crises mondiales. Qu'ils nous montrent ce qu'ils savent faire ! Pour ma part, je crains de m'en douter."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/jean-daniel/20111201.OBS5805/les-islamistes-entre-eux-3-3.html


Constitutionnaliser l'islam ? (Haoues Seniguer)
Le Monde - 29 novembre 2011

"Les révoltes arabes risquent de renier l'idéal de la laïcité. L'islam continuera de jouer un rôle dans les sociétés musulmanes si l'on en croit certaines figures musulmanes médiatiques, dont l'islamologue Tariq Ramadan. Compte tenu du fait que les Tunisiens, Egyptiens, Libyens, etc., seraient attachés, plus que tout, à la référence musulmane. Soit. C'est le droit le plus strict des pays concernés. Il serait ô combien malséant de faire ici de l'ingérence politique et/ou culturelle. Chacun de nous doit respecter la liberté de personnes qui se sont libérées, seules, du joug de leurs potentats respectifs. Elles ont donc plein droit de choisir leur modèle de société." [...]
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1175267


Qu'est-ce qu'un "islam modéré" ? (Joseph Confavreux)
Médiapart - 26 novembre 2011

"En Tunisie hier, au Maroc aujourd'hui, en Egypte demain, les urnes semblent promises aux partis affirmant leur identité islamique. "Islamistes modérés", "musulmans conservateurs", partis "à référentiel islamique"... L'hésitation terminologique procède d'une confusion idéologique qui se déchaîne lorsqu'il est question d'islam et de politique. Décryptage en quatre épisodes des nouveaux contours de l'islam politique presque un an après les révolutions arabes."[...]
http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/251111/qu-est-ce-qu-un-islam-modere


Ben Laden voulait changer le nom d'Al-Qaïda (avec AFP)
Le Nouvel Observateur - 25 juin 2011

"Ben Laden désirait mettre davantage en avant la dimension religieuse de l'organisation terroriste.
Soucieux de l'image de marque d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden avait envisagé d'en changer le nom afin de mettre en avant la dimension religieuse du groupe extrémiste, a-t-on appris vendredi 24 juin auprès d'un responsable américain sous couvert d'anonymat.
Parmi les documents retrouvés dans la villa d'Abbottabad, au Pakistan, où le chef d'Al-Qaïda a été tué début mai, figure une lettre non datée dans laquelle Oussam Ben Laden étudie des noms de substitution pour le groupe qui reflèteraient mieux sa vision du jihad, la guerre sainte.
"C'était une sorte de travail sur l'image de la marque", a expliqué ce responsable.
Le groupe s'appelait à l'origine Al Qaïda Al Jihad ("La Base de la guerre sainte") mais le monde ne faisait référence qu'à la première partie du nom, Al Jihad tombant en désuétude, ce qui était un "souci" pour lui, selon le responsable.
"De son point de vue, cela ôtait l'aspect religieux de la mission d'Al-Qaïda et permettait à l'Occident de la décrire comme une organisation sans lien avec un mouvement religieux", a-t-il analysé."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110625.OBS5858/ben-laden-voulait-changer-le-nom-d-al-qaida.html


Un dépoussiérage des idées reçues sur l'islam (Françoise Germain-Robin)
L'Humanité - 25 mai 2011

"De manière simple et efficace, des réponses à des questions brûlantes et complexes sur le Coran, l'islam et le monde musulman par trois spécialistes reconnus du monde arabe. Islam et Coran, de Paul Balta, Michel Cuypers, Geneviève Gobillot. Le Cavalier Bleu, ?270 pages, 18 euros. (.)
Tâche ardue qui pourrait s'apparenter aux travaux d'un Sisyphe remontant sans cesse la pierre qui roule de la montagne, tant les mythes qui entourent l'islam et les musulmans semblent inépuisables. Procédant de la manière la plus simple, ils ont pris une à une les idées reçues les plus rabâchées, les plus répandues dans les médias, pour les démonter, en rechercher l'origine, l'évolution, et séparer finalement le vrai du faux, le bon grain de l'ivraie. ?Les notions de bases, que tout le monde croit connaître - le plus souvent à tort, ou de manière déformée, incomplète - sont revisitées une à une?: charia, jihad, voile, burqa. Par exemple l'idée fausse que le Coran oblige la femme à se voiler.
L'évolution des mots, de leur sens, la différence entre le texte écrit du?Coran et la «?sunna?» - tradition orale -, les diverses interprétations qu'en donnent les musulmans de diverses obédiences, de divers pays, sont expliquées à la lumière des dernières recherches en islamologie, des débats qui agitent tant le "dar el islam" - le monde islamique - que le monde occidental.
De la naissance de l'islam dans l'Arabie lointaine à son instrumentalisation politique actuelle, le livre balaie les questions essentielles?: statut de la femme, rapport au politique, aux droits de l'homme, à la démocratie, au progrès, à la science."
[...]
http://humanite.fr/24_05_2011-un-d%C3%A9poussi%C3%A9rage-des-id%C3%A9es-re%C3%A7ues-sur-l%E2%80%99islam-472864


"L'islam bafoué par les terroristes"
Libération - 12 janvier 2011

"A l'appel de Respect Magazine, de nombreuses personnalités "de confession ou de culture" musulmanes dénoncent les attentats contre les chrétiens d'Orient.
Le texte de l'appel :
Dès les premières heures de l'année, 21 chrétiens étaient massacrés à la sortie de la messe, devant l'Eglise des Saints d'Alexandrie en Egypte. Deux mois auparavant, veille de la Toussaint, des terroristes assassinaient 45 chrétiens dans la cathédrale de Bagdad. Des atrocités commises "au nom de l'islam". Nous rappelons, haut et fort, que ces meurtriers ne sont pas l'islam, et qu'ils ne représentent en rien les musulmans. Nous voulons signifier par cet appel notre refus de ce rapt de nous-mêmes : celui dont on usurpe l'identité est plus à même de démasquer le faussaire.
L'instrumentalisation de la religion est certes trop souvent, ici, le fait de certains médias ou politiques. Elle reste, de par le monde, la terrible arme des extrémistes. Et ce sont eux qui tuent, dans différents pays, des femmes, des hommes et des enfants de toutes confessions, dont de nombreux musulmans. Le meurtre de chrétiens, comme de tout être humain, est une horreur absolue. Et c'est aussi l'islam qu'on assassine en commettant ces crimes en son nom. Alors comment se taire quand on tue en votre nom ?"
[...]
Cela aurait encore mieux s'ils avaient aussi proposé de supprimer quelques versets "pousse-au-crime" du Coran ! http://www.liberation.fr/societe/01012313114-l-islam-bafoue-par-les-terroristes


En camp d'été contre le terrorisme islamique (Valentine Piedelièvre)
Le Figaro - 9 août 2010

"À Warwick, de jeunes musulmans apprennent à lutter contre l'extrémisme.
Pendant trois jours, près de 1300 jeunes musulmans, hommes et femmes, venus d'Angleterre, mais aussi des États-Unis et du Canada, se sont rassemblés près de Birmingham, dans les locaux de l'université de Warwick, pour trouver des solutions à la montée de l'extrémisme, notamment dans les écoles et les universités. "Al-Hidayah 2010", sorte de "camp d'été antiterroriste", comme le décrivent les médias britanniques, proposait conférences, débats et activités multiples autour d'un thème central : comment faire face aux arguments des islamistes radicaux ? Parmi les outils proposés : des passages du Coran et des extraits de textes religieux.
"Avec ce que nous avons appris, je suis persuadé que nous pouvons empêcher nos amis, nos voisins et nos collègues de se laisser convaincre par les terroristes", raconte Dawud Qadri, 23 ans, vendeur à Manchester."
[...]
http://www.lefigaro.fr/international/2010/08/09/01003-20100809ARTFIG00511-en-camp-d-ete-contre-le-terrorisme-islamique.php


>>> Suite de la revue de presse : Islam - monde



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©