Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Israël

Israël

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Cisjordanie : des colons français au nom de Dieu (Nissim Behar)
Libération - 23 août 2016

"Musique, flonflons et discours de circonstance. Depuis le début de l'été, les autorités israéliennes célèbrent avec enthousiasme l'arrivée d'avions remplis de juifs français effectuant leur alyah ("montée" vers la Terre promise). La ministre de l'Alyah et de l'Intégration, Sofa Landver, se déplace sur le tarmac de l'aéroport pour les accueillir, et les médias locaux en suivent quelques-uns jusqu'à la porte de leur nouvel appartement d'Ashkelon, de Netanya, d'Ashdod ou de Tel-Aviv. En revanche, personne ne s'intéresse aux olim (nouveaux immigrants) qui choisissent la Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 et qui participent à sa colonisation. Pourtant, il y en a de plus en plus, même s'ils restent minoritaires par rapport aux 60 000 juifs de l'Hexagone qui ont pris racine en Israël depuis 1989.
Ces dernières années, c'est surtout en "Samarie", selon la terminologie israélienne, la partie nord de la Cisjordanie, que ces colons "made in France" s'installent. On les retrouve dans les petites colonies dites "idéologiques" qui s'inscrivent dans le courant nationaliste-religieux représenté à la Knesset par le parti d'extrême droite Foyer juif."
[...]
http://www.liberation.fr/planete/2016/08/23/cisjordanie-des-colons-francais-au-nom-de-dieu_1474254


Israël : un roman d'amour entre une Juive et un Arabe interdit aux lycéens (Sandrine Chesnel)
L'Express - 31 décembre 2015

"Un roman qui met en scène l'histoire d'amour d'une Israélienne et d'un Palestinien a été interdit dans les lycées par le ministère de l'Education israélien. Une décision qui fait polémique.
Le livre est titré intitulé Gader Haya - la barrière vivante, en hébreu. Ecrit par la romancière Dorit Rabinyan, publié en 2014, il raconte l'histoire d'amour contrariée d'une traductrice israélienne et d'un artiste palestinien.
Un "Roméo et Juliette" des années 2000, qui a séduit nombre de professeurs de lettres israéliens, au point de demander l'ajout de ce roman au programme officiel des lycéens de la filière littéraire, comme le raconte le quotidien Haaretz. Une suggestion d'abord approuvée par un comité d'universitaires et d'éducateurs, avant que le ministère de l'Education israélien, dirigé depuis avril 2015 par Naftali Bennett, leader du parti de droite nationaliste et religieux Foyer juif, ne lui oppose une fin de non-recevoir début décembre."
[...]
http://www.lexpress.fr/education/israel-un-roman-d-amour-entre-une-juive-et-un-arabe-interdit-aux-lyceens_1749805.html


Comment le conflit devient une guerre de religion (Martine Gozlan)
Marianne - 25 octobre 2015

"Le sang ne cesse plus de couler sur des terres désertées par l'intelligence politique. Résultat : les précédentes intifadas ont laissé la place à un affrontement confessionnel.
Même s'ils habitent la terre du mythe, Israéliens et Palestiniens ne vivent pas hors du temps. L'horloge régionale, celle qui sonne un minuit nihiliste avec les couteaux de Daech, les a rattrapés. Troisième ou centième intifada, telle n'est pas la question. Trêve de romantisme alors que n'importe quel passant israélien peut tomber sous le poignard ou les balles de son voisin palestinien, des routes de Cisjordanie (Eitam et Naama Henkin abattus sous les yeux de leurs quatre enfants) aux rues de Jérusalem mais aussi au coeur d'Israël, à Lod, Petah Tikvah, Hadera. Alors qu'en riposte des juifs travaillés par un terrible mimétisme scandent "Mort aux Arabes !"
L'un d'eux, à Dimona, le 8 octobre, a tenté de passer à l'acte. Le pire peut arriver alors que les Arabes israéliens, comme on appelle à tort ceux qui se définissent comme "les Palestiniens d'Israël" (20 % de la population), descendent dans la rue. Ce n'est pas nouveau, mais c'est la première fois qu'ils participent de façon aussi massive et organisée aux affrontements sur l'esplanade des Mosquées."
[...]
http://www.marianne.net/comment-conflit-devient-guerre-religion-100237446.html


Israël : "une guerre de religion" (avec AFP)
Le Figaro - 7 octobre 2015

"Le président israélien Reuven Rivlin a mis en garde aujourd'hui contre les risques d'une "guerre de religion", évoquant les récents incidents autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme.
Reuven Rivlin, qui s'est adressé à la presse étrangère, a critiqué "ceux qui veulent transformer la tragédie entre Palestiniens et Israéliens en guerre de religion (...) Ils ont du sang sur leurs mains"."
[...]
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/07/97001-20151007FILWWW00342-israel-une-guerre-de-religion.php


En Israël, la "guerre sainte" des colons radicaux (Nicolas Ropert)
Le Monde - 11 août 2015

"Le soleil disparaît lentement derrière les collines rocailleuses de Cisjordanie. Aucun immeuble à l'horizon pour gâcher cette vue à couper le souffle. Les trente-six familles de colons israéliens installées dans l'avant-poste d'Achia ne renonceraient à cette vue pour rien au monde. L'implantation, illégale au regard même de la législation israélienne, trône sur une butte aride entre le village palestinien de Jaloud et la colonie de Shilo. De l'autre côté de la route qui serpente dans la vallée, le village martyr de Douma où un incendie volontaire a tué le petit Ali Dawabsha, 18 mois, et Saad, son père. La mère et le fils de 4 ans luttent toujours pour leur survie. La police israélienne poursuit ses recherches et n'hésite pas à pénétrer dans les colonies les plus radicales pour interroger des personnes "en lien avec l'attaque de Douma", font savoir ses services. Dimanche, la presse a fait état d'une dizaine de personnes arrêtées dans les colonies d'Adei Ad et de Baladim, très proches. Toutes ont été relâchées.
A Achia aussi les forces israéliennes ont débarqué. Rafael Morris, 20 ans, confirme avoir été interrogé. Joint par téléphone, ce père de famille est décrit comme un "militant courageux" par les colons d'Achia. Le jeune homme ne cache pas son appartenance au mouvement des Jeunes des collines dont la principale figure, Meir Ettinger, fait partie des trois Israéliens placés en détention administrative depuis le drame de Douma."
[...]
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/08/11/en-israel-la-guerre-sainte-
des-colons-radicaux_4720654_3218.html?xtmc=religion&xtcr=41


Israël affiche la "tolérance zéro" contre les extrémistes juifs (Carolin Lohrenz)
Courrier International - 3 août 2015

"Un ultra-orthodoxe poignarde des participants à la Gay Pride de Jérusalem. Des colons radicaux incendient une maison et tuent un bébé palestinien. Après ces attaques, Israël affronte un problème longtemps refoulé.
Ali Dawabcheh et Shira Banki avaient la vie devant eux. Le petit garçon avait 18 mois quand il est mort dans une maison incendiée supposément par des extrémistes juifs dans la nuit du 31 juillet près de Naplouse en Cisjordanie. La jeune fille, elle, avait 16 ans. Poignardée le 30 juillet à la Gay Pride de Jérusalem, elle est morte dimanche 2 août au soir.
Ce week-end, des milliers de personnes se sont réunies à travers le pays pour dénoncer ces attaques. Et le Premier ministre Benyamin Nétanyahou en a profité pour affirmer sa détermination à "lutter de toutes nos forces contre ce phénomène de la haine, du fanatisme et du terrorisme de quelque côté que ce soit". Le gouvernement affiche la "tolérance zéro" contre les responsables des attaques. [...]
Mais la presse, elle, se demande surtout si la justice du pays a été trop conciliante avec les extrémistes juifs. "Ces derniers jours comptent parmi les plus difficiles dans la courte histoire de l'Etat. Le fil rouge entre ces terribles incidents est l'extrémisme religieux", écrit le Jerusalem Post."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/moyen-orient-israel-affiche-la-tolerance
-zero-contre-les-extremistes-juifs


Jérusalem: six personnes poignardées pendant la Gay Pride (avec AFP)
L'Express - 30 juillet 2015

"Le suspect, qui a été arrêté par la police, est un juif ultra-orthodoxe déjà condamné pour une agression similaire lors d'un défilé en 2005. Un des blessés se trouve dans un état "critique".
Sinistre Gay Pride à Jérusalem. Six participants au défilé ont été blessés ce mercredi par un juif ultra-orthodoxe qui les a attaqués à coups de couteau. Le suspect avait été emprisonné dix ans pour une agression similaire. [...]
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé l'attaque. "Il s'agit d'un événement très grave. Son auteur sera jugé. L'Etat d'Israël respecte la liberté privée de chacun qui est un des principes fondamentaux en vigueur dans notre pays. Nous devons nous assurer que tout homme et toute femme puisse vivre en toute sécurité de la façon qu'ils ont choisie", a-t-il souligné dans un communiqué.
En butte à l'hostilité d'une grande partie de la communauté ultra-orthodoxe, les organisateurs de la marche avaient choisi en accord avec la police un tracé leur évitant de passer dans les quartiers religieux de la ville."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/jerusalem-au-moins-quatre-blesses
-au-couteau-a-la-gay-pride_1703608.html


En Israël, les féministes s'élèvent contre le sexisme des ultrareligieux (Marie de Vergès)
L'Express - 17 mars 2015

"Dans une société où le poids des juifs ultraorthodoxes se renforce à l'heure des élections législatives, des "hommes en noir" tentent d'exclure l'autre sexe de la sphère publique, au nom de la "décence".
Pour Nili Philipp, le déclic a eu lieu lors d'une chaude journée de juin 2011. Alors qu'elle pédale sur une artère bordant un quartier ultraorthodoxe de la ville de Beit Shemesh, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Jérusalem, cette blonde menue sent un projectile heurter violemment son casque de vélo. Un "homme en noir" vient de lui jeter à la tête une pierre grosse comme le poing. Malgré ses cris, personne ne vient à la rescousse. Arrivée sur place en 2000 avec mari et enfants, elle avait senti l'atmosphère se durcir dans les secteurs peuplés majoritairement de haredim (les "craignant Dieu").
Il y avait d'abord eu ces panneaux intimant aux femmes de s'habiller "pudiquement". Puis des crachats. Des insultes. "On laissait filer, en se disant qu'on n'était pas vraiment concernées. Mais d'un coup, c'est devenu notre problème", explique cette ingénieure, elle-même "religieuse" et soucieuse de se vêtir sans ostentation ni décolleté plongeant. [...]
Certains cherchent à bannir les femmes de l'espace public, et cela contredit nos valeurs démocratiques et m'offense en tant que femme." Cette élue du parti de gauche Meretz, qui siège au conseil municipal de Jérusalem, vient à son tour d'engager une procédure pour demander le retrait des panneaux exigeant un certain code vestimentaire. Ils sont placardés un peu partout dans le quartier de Mea Shearim, bastion historique des "chapeaux noirs". "On ne peut tolérer l'existence d'un ghetto fonctionnant en dehors des règles communes à seulement deux minutes du centre-ville", s'agace Laura Wharton."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/en-israel-les-feministes-s-
elevent-contre-le-sexisme-des-ultrareligieux_1661873.html


La Licra demande à Nétanyahou de cesser "d'appeler les juifs à rejoindre Israël" (rédaction de Mediapart)
Médiapart - 18 février 2015

""Ce n'est pas à eux de partir, mais aux salauds qui s'attaquent à eux. Il n'est ni dans l'histoire ni dans la tradition juive de déserter", affirme le président de la Licra Alain Jakubowicz dans une tribune publiée par Le Monde.
Le président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a appelé, dans une tribune publiée mercredi 18 février par Le Monde, le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou à cesser "d'appeler les juifs d'Europe à rejoindre Israël".
"Après chaque attentat antisémite le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou appelle les juifs d'Europe à rejoindre Israël", écrit Alain Jakubowicz. "Je ne crois pas être le seul à ressentir le besoin de lui demander, respectueusement mais fermement, de mettre un terme à ces appels", poursuit-il."
[...]
http://www.mediapart.fr/journal/international/180215/la-licra-demande-netanyahou
-de-cesser-d-appeler-les-juifs-rejoindre-israel


>>> Suite de la revue de presse :
Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©