Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Bouddhisme

Bouddhisme

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Les bouddhistes français loin du nirvana (Anne Both)
Le Monde - 10 novembre 2016

"Dans une enquête fouillée, l'anthropologue Marion Dapsance met en cause l'enseignement que dispensent les centres Rigpa en France.
Voir au-delà des apparences. Tel est, nous rappelle Marion Dapsance dans son essai, "l'objectif métaphysique prescrit par le bouddhisme". Il est donc tout à fait banal que le lama tibétain ­Sogyal Rinpoché l'exige de la part de ses adeptes occidentaux. Ce qui serait beaucoup moins anodin, en revanche, d'après elle, c'est le fonctionnement et les visées du réseau international Rigpa.
Pour comprendre comment les centres bouddhistes en France forment leurs disciples, l'anthropologue s'est immergée dans les parcours d'apprentissage proposés par cette entreprise, créée en 1978 par Sogyal Rinpoché lui-même, auteur du Livre tibétain de la vie et de la mort (La Table ronde, 1993), best-seller mondial.
Ses investigations, étalées sur sept ans, ont mené Marion Dapsance à Nice, Paris, Monaco, Bristol, Londres ou Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). A travers une touchante galerie de portraits et de rigoureuses descriptions de pèlerinages, de retraites ou de cours, elle retrace une double expérience."
[...]
http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/11/09/les-bouddhistes-francais-loin-du-nirvana_5028370_3260.html?xtmc=religion&xtcr=88


Rencontre avec le dalaï-lama : "Le monde irait peut-être mieux sans religion" (Ursula Gauthier)
L'Obs - 24 septembre 2016

"Le maître spirituel tibétain a accordé à "l'Obs" un entretien exclusif lors de son passage à Strasbourg. Avec toujours la même obsession : comment faire pour ne pas sombrer dans la violence ?
Pour une fois, les pressions du consul chinois n'ont eu aucun effet. A Strasbourg, le dalaï-lama a été reçu à bras ouverts tant par l'hôtel de ville que par les instances européennes. Point d'orgue de son séjour dans la capitale alsacienne, un week-end à décrypter, devant un public de 8.000 passionnés rassemblés au Zénith, une oeuvre philosophique ardue datant du IIe siècle. [...]
Volontiers iconoclaste vis-à-vis du bouddhisme, le dalaï-lama ne ménage pas non plus ses critiques de toute pratique religieuse qui s'est éloignée de ce qu'il appelle l'"essence", à savoir l'amour et la compassion. "Quand je vois comment certains leaders religieux, y compris bouddhistes, défendent leur foi, je me demande parfois si le monde n'irait pas mieux sans les religions", s'exclame-t-il avec ce célèbre rire qui résonne dans la petite pièce."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160923.OBS8657/rencontre-avec-le-dalai-lama-le-monde-irait-peut-etre-mieux-sans-religion.html


Dérives sexuelles, humiliations et business, la face cachée du bouddhisme (Anna Benjamin)
L'Express - 14 septembre 2016

"Le dalaï lama est en visite en France cette semaine. Au même moment sort le livre-enquête Les dévots du bouddhisme, une plongée au coeur de la version occidentale du bouddhisme, très éloignée de celle pratiquée au Tibet.
Le dalaï lama a entamé à Paris une visite d'une semaine, sa première en France en cinq ans, au moment où paraît Les dévots du bouddhisme, un livre-enquête de Marion Dapsance. Pendant sept ans, cette anthropologue s'est plongée dans la version occidentale du bouddhisme, celle de Sogyal Rinpoché. Le quotidien de ce lama controversé est bien loin de la vision que l'on peut se faire des moines qui renoncent à toute possession matérielle et mènent une vie exemplaire. Pourtant Sogyal Rinpoché est l'un des plus célèbres à avoir exporté sa religion en Occident. Marion Dapsance décrit une "star", un "gourou omnipotent" dont les pratiques religieuses ne correspondent pas à la doctrine tibétaine." [...]
Sogyal Rinpoché se comporte comme un gourou omnipotent qui se place au centre de cet univers, et invoque le droit de mettre dans son lit des jeunes filles de la communauté. C'est ce que m'a raconté Mimi, son assistante personnelle pendant trois ans. Elle s'est faite séduire et Sogyal Rinpoché a réussi à la faire venir dans sa chambre, car c'est un honneur de servir le maître. "
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/derives-sexuelles-humiliations-et-business-la-face-cachee-du-bouddhisme_1830188.html


Birmanie. Au coeur de la croisade antimusulmane des bouddhistes radicaux (Myanmar Now)
Courrier International - 4 octobre 2015

"Représentant à peine 5 % de la population, la minorité musulmane birmane fait l'objet d'une campagne de discrimination orchestrée par des bouddhistes radicaux. Ils réclament notamment la fermeture des abattoirs et commerces tenus par les musulmans.
En Birmanie, où la population est majoritairement bouddhiste, la minorité musulmane représente environ 5 % des habitants. Dans le delta de l'Irrawaddy, les musulmans vivent essentiellement des activités liées aux abattoirs et au commerce du boeuf. Actuellement, les entreprises musulmanes sont la cible de l'islamophobie que propagent les extrémistes bouddhistes, dont la voix a beaucoup gagné en puissance avec l'ouverture politique de la Birmanie. Depuis fin 2013, une campagne soutenue par Ma Ba Tha [association birmane "pour la protection de la race et de la religion", créée en juin 2013] a forcé à fermer des dizaines d'abattoirs et d'usines..."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/birmanie-au-coeur-de-la-croisade-antimusulmane-
des-bouddhistes-radicaux


Matthieu Ricard : "Que l'on arrête de nous tanner en disant que les gens sont naturellement méfiants !" (Propos recueillis par Léa Iribarnegaray et Anastasia Vécrin)
Libération - 21 août 2015

"L'entraide contre l'individualisme, le bonheur opposé à l'enrichissement, la compassion face aux égoïsmes. Le moine bouddhiste défend une vision de la société aux antipodes de celle prônée par les décideurs, tant politiques qu'économiques, s'emparant sans complexe de questions habituellement propres à la finance et à l'entreprise.
Rencontrer le moine boudhiste Matthieu Ricard, c'est se faire servir un excellent thé, agrémenté d'un optimisme presque béat. Il dit qu'on le prendra pour un "imbécile", on ajoutera "heureux" ! L'ancien chercheur en biologie moléculaire a publié Vers une société altruiste, aux éditions Allary, avec la collaboration de Tania Singer, chercheuse en neurosciences. Etonnante proposition que de lier des disciplines a priori antagonistes - bouddhisme versus économie, sacré versus tangible. Avec son franc-parler, il prône davantage de bienveillance et de compassion dans nos systèmes financiers. Naïveté assumée, certes, mais réconfortante.
Dans nos sociétés individualistes, l'altruisme n'est-il pas une valeur en berne ?
C'est notre grand défi par excellence. Il y a un réel épuisement émotionnel, notamment dans les villes où l'on est dépassé par la multiplicité des sollicitations. Certains distinguent l'altruisme "intéressé" de l'altruisme "pur" - lorsqu'on n'attend rien en retour. Intéressé n'est pas un joli mot, la réciprocité naturelle participe à l'harmonie d'une société. Au Népal, on l'a d'ailleurs remarqué à la suite du séisme du 25 avril, la solidarité fait partie du fonctionnement des villages. Dans l'anonymat de capitales gigantesques, l'entraide est beaucoup plus limitée. Mais mettons la main à la pâte, Aristote disait : "On devient vertueux en pratiquant la vertu.""
[...]
http://www.liberation.fr/economie/2015/08/21/matthieu-ricard-que-l-on-arrete-de-nous-tanner-en-
disant-que-les-gens-sont-naturellement-mefiants_1367178


La Birmanie en fait tout un Bouddha
Le Canard Enchaîné - 25 mars 2015

"Qu'est-ce qu'il en coûte à Rangoun, de représenter le Bouddha dans un décor psychédélique, avec des écouteurs sur les oreilles ? Deux ans et demi de prison, a sobrement répondu la justice birmane.
Incarcéré depuis décembre avec deux collègues, Phil Blackwood, un gérant de bar néozélandais, avait eu cette idée très années 1970 pour attirer les clients au Gastro-Bar. Et s'était immédiatement excusé devant le tollé, remplaçant la publicité par une lettre d'excuses à "ceux qu'[il avait] pu offenser".
Contrition parfaitement inutile aux yeux du juge, qui a estimé que le barman avait intentionnellement voulu insulter les croyances religieuses". Une position soutenue par les applaudissements nourris des nationalistes bouddhistes, qui avaient fait de cette pochade un combat personnel."
[...]



>>> Voir la page d'accueil sur le bouddhisme

>>> Suite de la revue de presse :
Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©