Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Par pays > Amérique

Amérique

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Voir les pages spécifiques pour l'Argentine, le Brésil, le Canada, Cuba, les Etats-Unis et le Mexique.


Erol Josué, gouverneur du vaudou (Frédérique Briard)
Marianne - 18 septembre 2015

"Erol Josué est un électron libre. Entre Miami, Boston, New York, Paris et les îles de la Caraïbe, dont la sienne, Haïti, l'homme n'a ni maître ni dieu pour dessiner son chemin, si ce n'est une passion, le vaudou, et une mission, sa réhabilitation.
Longtemps stigmatisé, hier diabolisé par le colon catholique ou instrumentalisé par la dictature duvaliériste, aujourd'hui fustigé par les églises protestantes, le vaudou a trouvé en Erol Josué un fervent défenseur et un ambassadeur de choix. Quand il n'est pas tenu par ses fonctions de hougan (prêtre vaudou) et de directeur général du Bureau National d'Ethnologie de Port-au-Prince, il enfile ses habits de chanteur, danseur, chorégraphe et conférencier pour dire au monde la véritable dimension de ce vaudou tant chahuté."
[...]
http://www.marianne.net/sono-mondiale/erol-josue-gouverneur-du-vaudou-100236919.html


Le crucifix communiste et l'accès à la mer au coeur de la visite du Pape en Bolivie (Ludivynn Munoz)
L'Humanité - 10 juillet 2015

"Lors de la visite du pape François à La Paz, deux sujets ont été au cour des débats et des commentaires de la presse nationale et internationale : le crucifix communiste et l'accès à la mer. Quelques éléments explicatifs.
Mercredi, le Pape est arrivé en Bolivie, pour la deuxième étape de son voyage en Amérique latine. Il a été chaleureusement accueilli par le premier président "indigène" du pays, Evo Morales avec des bouteilles d'oxygène et des feuilles de coca à mâcher afin de lutter contre les problèmes liés à l'altitude et à la fatigue du voyage. Lors de l'accueil, le président bolivien a évoqué sa satisfaction de recevoir "le Pape des pauvres", qu'il qualifié de "frère Pape François" car il apporte "un message d'espérance et de libération" dans son Etat plurinational."
[...]
http://www.humanite.fr/le-crucifix-communiste-et-lacces-la-mer-au-coeur-de-la-visite-du-pape-en-bolivie-579259


Le pape débute son voyage en Amérique latine (La Prensa)
Courrier International - 23 mars 2012

"Le quotidien populaire consacre sa une à la visite de Benoît XVI, qui arrive ce vendredi 23 mars au Mexique, pour sa deuxième visite en Amérique latine depuis le début de son pontificat - il s'est rendu au Brésil en 2007. Au Mexique, où 84 % de la population se dit catholique mais où, chaque année, la violence liée au trafic de drogue fait des milliers de morts, le souverain pontife vient apporter un message de paix. Après cette visite, le pape se rendra à Cuba où il rencontrera le président Raúl Castro." [...]
http://www.courrierinternational.com/breve/2012/03/23/le-pape-debute-son-voyage-en-amerique-latine


"Dieu attendra, j’ai encore du boulot sur Terre" (Jean-Louis Le Touzet)
Libération - 8 février 2010

"A Port-au-Prince, l’école Saint-Gérard a été durement touchée par le séisme. Les prêtres qui l’administrent tentent de maintenir la foi et de faire barrage à la montée des sectes.
Une sensation de "vertige" s’empare "parfois" du père Abélard Thomas, 36 ans, curé de la paroisse Saint-Gérard dans le quartier de Carrefour-Feuilles, sur les hauteurs de Port-au-Prince. Saint-Gérard était visible de très loin "grâce à sa croix lumineuse" : "C’était comme un repère pour tous, un phare…" La paroisse compte "environ 10 000 âmes, trois prêtes et un diacre". Le dimanche, dès 6 h 30, les pères se succédaient pour célébrer cinq messes dans l’église aujourd’hui écroulée. La statue en plâtre de sainte Thérèse, nichée dans un mur, est fendillée. Le tabernacle est sous un amas de poutrelles. Il reste deux stations du chemin de croix, couvertes de poussière, la 9 et la 11 : Jésus tombe pour la troisième fois et Jésus meurt sur la croix. (...)
"J’ai de grands moments de doute, avoue pour sa part le père Thomas. Je me dis que l’Eglise n’avait déjà pas su aller au contact des plus pauvres avant cette tragédie. Et cette douleur est tellement lourde…"Il ajoute : "Nous n’avons pas su accompagner les plus démunis, les plus pauvres. Nous n’avons pas été réactifs face à la ghettoïsation de certains quartiers de Port-au-Prince. Les sectes protestantes ont travaillé ce terreau fertile et poussé sur ces quartiers délaissés par nous." Un paroissien ruisselant de sueur aide au déblaiement avec une pelle de cantonnier. En posant les mains sur le manche, il raconte : "Je me suis dit tout de suite : "Où est Dieu ?" Notre foi est touchée, mais pas détruite. La représentation des symboles est par terre. L’évêché, la cathédrale Notre-Dame, etc. Mais les hommes ne sont pas à terre. Dites-le au monde !"."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/0101617947-dieu-attendra-j-ai-encore-du-boulot-sur-terre


L’Eglise bolivienne ne veut pas se faire taxer (Reza Nourmamode)
Libération – 3 janvier 2009 (1/6 de page)

"«Le curé ne fait rien gratuitement» : c’est ainsi que s’est justifié le député de la majorité Jorge Silva en proposant de taxer messes, baptêmes et autres offices religieux qui coûtent en Bolivie entre 2 et 25 euros.
Impôt. Plus généralement, le parti MAS (Mouvement vers le socialisme) du président Evo Morales a averti que l’Eglise catholique allait perdre ses privilèges avec la nouvelle Constitution en passe d’être adoptée et qui efface toute mention de la religion catholique. L’Eglise pourrait donc avoir à payer un impôt sur toutes ses activités considérées comme lucratives, par exemple dans le domaine de l’éducation privée. Tout cela agace profondément l’évêque Jesus Juarez, secrétaire général de la conférence épiscopale bolivienne : «Le gouvernement se trompe en nous attaquant, car il blesse le sentiment religieux de quasiment 80 % de la population bolivienne, calcule-t-il. Il aurait dû faire plus attention, être plus respectueux. L’Eglise a toujours lutté contre la pauvreté.» [...]
Le gouvernement d’Evo Morales reproche régulièrement à la hiérarchie ecclésiastique de rouler pour l’opposition, mais le ton est brusquement monté après les récentes déclarations du cardinal Julio Terrazas. Au cours d’un sermon, l’archevêque de Santa Cruz avait décrit le pays comme un endroit «où dominent les narcotrafiquants sans foi ni loi», relayant ainsi un message récurrent de la droite. «Ce que nous critiquons, c’est fondamentalement le comportement politique de certaines autorités de l’Eglise catholique, explique César Navarro, un député proche du président Morales. Nous ne critiquons pas l’Eglise catholique. Moi, je suis catholique.»"
[...]
http://www.liberation.fr/monde/0101309136-l-eglise-bolivienne-ne-veut-pas-se-faire-taxer


Venezuela. L'épiscopat met en cause la dérive "marxiste" de M. Chavez (Henri Tincq)
Le Monde - 17 juillet 2007 (1/10 de page)

"Les relations s'enveniment au Venezuela entre la hiérarchie catholique et le président Hugo Chavez. Dans un pays qui compte 60 % de catholiques, les évêques ont rendu public, lundi 16 juillet à Caracas, un document mettant en cause l'orientation "populiste" et "marxiste" du régime." [...]
"Nicolas Maduro, ministre des affaires étrangères, accuse la conférence épiscopale de se conduire comme "une nouvelle Inquisition avec les vieux manuels de guerre froide" et de "préparer un plan de déstabilisation du pays". Pour le président, la hiérarchie catholique - notamment le cardinal José Ignacio Velasco, décédé depuis - aurait participé à la tentative de coup d'Etat d'avril 2002." [...]



Chili. Enfante et tais-toi ! (Maria Poblete)
Marianne - 17 au 23 décembre 2005 (1/2 page)

Deux chaînes de télévision appartenant à l'Eglise catholique ont refusé de passer des spots de la campagne contre le sida, qui sont considérés comme "vulgaires et de mauvais goûts" et destinés à "promouvoir le libertinage". Ils ont été remplacés par des clips plus en phase avec la morale du Vatican et prônant... l'amour !
La pression conservatrice de l'Eglise catholique est également très forte sur le thème du divorce et de la lutte contre l'avortement. "Et ce n'est pas fini, car en cas de victoire de la gauche à la présidentielle, on sait déjà que les principaux chefs de l'opposition appartiendront tous à l'Opus Dei."


Ernesto Cardenal - Catholique, apostolique et... sandiniste (Reed Johnson)
Courrier International - 15 au 21 décembre 2005 (1 page)

Nicaragua. L’article dresse le portrait du père Ernesto Cardenal, aujourd’hui âgé de 80 ans, grande figure de la poésie centraméricaine depuis une cinquantaine d’années et longtemps cauchemar de Jean-Paul II". Il fut ministre de la Culture du gouvernement sandiniste en 1988 avant de rompre avec le FLNS en dénonçant la corruption du parti.


Le Salvador sous influence évangélique (Frédéric Faux)
Le Figaro - 20 octobre 2005 - (1/4 de page)

Salvador. En Amérique latine, des millions de déçus du catholicisme se retrouvent aujourd'hui dans les églises évangéliques. "Cette persistante érosion est l'un des plus grands défis lancés au pape Benoît XVI : les fidèles évangéliques représentent déjà 30% de la population au Salvador et au Guatemala voisin." Les Eglises créées de toute pièce se multiplient, avec de "jeunes pasteurs qui ne subissent pas les contraintes du célibat et des longues études imposées par l'Eglise catholique".
La religion évangélique s'est d'abord développée parmi les plus déshérités, mais aujourd'hui elle touche toutes les couches de la population. "Dans les campagnes, ce sont les rugissements des sonos évangélistes qui éclipsent quotidiennement le traditionnel carillon des cloches." Les catholiques soupirent, à l'image du père Esquival qui fait part de ses statistiques chaque année au Vatican. "Dans mon archidiocèse, où vivent 4 millions d'habitants, 26 780 baptêmes ont été célébrés en 2004, contre plus de 100 000 il y a dix ans. Le nombre de communions est tombé à 17 000, celui des mariages s'est écroulé à 2 829."


Les crédules du monde entier ont rendez-vous avec les OVNI
Marianne - 15 au 21 octobre 2005 - (1/5 de page)

Pérou. Le Congrès mondial des extraterrestres se tient pendant une semaine à Lima. Les organisateurs, appartenant au groupe Alfa y Omega, croient qu'une "flotte d'ovnis, dont l'un transportant Jésus-Christ, apparaîtra dans le ciel pour signaler la fin du monde". L'un des invités a raconté que, le 11 septembre 2001, des centaines de personnes ont été sauvées du Wold Trade Center et emmenées sur une autre planète. Un psychologue américain a détaillé sa rencontre avec un "gris" (extra-terrestre) qu'il a hébergé chez lui pendant 9 jours. "Effrayé de tant de crédulité ?"


L’Amérique latine s’indigne de l’appel à assassiner Hugo Chavez (AFP)
Le monde - 28 et 29 août 2005 (17 lignes)

Venezuela. Le président vénézuélien Hugo Chavez s’est entretenu avec des collaborateurs pour préparer la conduite à tenir au cas où il serait assassiné et a déclaré : "Si quelque chose vient à m’arriver, le responsable s’appelle George W. Bush, ce sera lui l’assassin.". En effet, lundi dernier, le prédicateur télévangéliste Pat Roberson avait appelé à assassiner le président vénézuélien, propos que la Maison Blanche avait qualifié de "déplacés". Les dix-neuf pays d’Amérique latine ont condamné "les déclarations du révérend Pat Robertson, fondateur de la Coalition chrétienne, organisation proche du Parti républicain aux Etats-Unis, appelant à assassiner le président élu démocratiquement" du Venezuela et ont exigé des "poursuites légales" contre le télévangéliste.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©