Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > Djihadisme

Djihadisme

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Royaume-Uni. Le voisin modèle devenu djihadiste (The Independent)
Courrier International - 24 mars 2017

""Qu'est-ce qui fait qu'un père de famille devient terroriste ?" se demande The Independent en une. Comme tous les titres de la presse britannique ce vendredi matin, le quotidien de Londres se penche sur Khalid Masood, 52 ans, père de trois enfants et auteur de l'attentat de Londres du 22 mars, revendiqué par Daech.
Né sous le nom d'Adrian Russell, dans le comté de Kent, dans le sud-est de l'Angleterre, il s'est converti à l'islam à l'âge de 18 ans. Il vivait depuis trois ans dans une banlieue de Birmingham, la deuxième ville du pays, dans les Midlands. Pour ses voisins, c'était "un voisin modèle, un homme discret, qui lavait sa voiture, tondait la pelouse, donnant aux gosses du quartier quelques astuces sur le football". Cependant, entre 1983 et 2003, il a été inculpé à plusieurs reprises, notamment pour agressions (dont blessures graves), possession d'armes et atteinte à l'ordre public, précise le journal.
La Première ministre, en révélant son identité jeudi 23 mars, a précisé qu'il aurait fait l'objet d'une enquête du MI5 en lien avec "l'extrémisme violent", mais qu'il était un "personnage périphérique". Il est possible, conclut le journal, que, "lorsque les services de renseignement se pencheront à nouveau sur l'homme qui a été considéré comme n'étant qu'à la périphérie de l'extrémisme, ils se rendront compte que sa trajectoire ressemble de plus en plus à celles des autres délinquants européens devenus djihadistes". [...] "
[...]
http://www.courrierinternational.com/une/royaume-uni-le-voisin-modele-devenu-djihadiste


Djemila Benhabib : le djihad tente d'imposer sa loi aux tribunaux (Martine Gozlan)
Marianne - 30 septembre 2016

"La journaliste et essayiste Djemila Benhabib, Prix international de la laïcité, est traînée en justice par les islamistes. Un procès symbole qui s'est ouvert à Montréal lundi et devrait se conclure ce vendredi 30 septembre.
Les prétoires aussi sont des champs de bataille. Précédant, provoquant et prolongeant le terrorisme, une nuée d'avocaillons s'affaire depuis vingt ans, d'Orient en Occident, à traquer le moindre zeste et geste de liberté. Faut-il rappeler que, longtemps avant d'être massacrée, l'équipe de Charlie Hebdo avait été poursuivie par la Mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France ? Djemila Benhabib, qui publia naguère un salutaire Ma vie à contre-Coran et appelle au sursaut laïque dans Après Charlie (H&O éditions), n'a rien oublié. Ni nos amis assassinés, ni son pays natal, l'Algérie, laboratoire du totalitarisme islamique dans les années 90. Elle avait mis un océan entre elle et la terreur, mais la terreur nous rattrape toujours.
"J'ai dénoncé le fait qu'on fait réciter à des petits enfants des versets coraniques appelant à l'extermination des mécréants. A leur âge, on m'ordonnait de répéter des phrases entières réclamant la destruction des juifs et la lapidation des femmes adultères. Je me suis également insurgée contre le port du voile imposé à des fillettes de moins de 9 ans. L'école qui me poursuit est l'établissement islamique le plus important du Québec..."."
[...]
http://www.marianne.net/djemila-benhabib-djihad-tente-imposer-sa-loi-aux-tribunaux-100246685.html


Des femmes "téléguidées" par Daech (AFP)
L'Humanité - 10 septembre 2016

"Le commando de femmes arrêté jeudi soir était piloté depuis la Syrie et était en contact avec d'autres jihadistes français, a expliqué vendredi soir le procureur de Paris François Molins.
Un commando "composé de jeunes femmes totalement réceptives à l'idéologie mortifère de Daech a été démantelé", a déclaré vendredi le procureur de Paris François Molins, à la tête du parquet antiterroriste. Ce commando a été "téléguidé" par des jihadistes de l'EI depuis la Syrie, a-t-il ajouté. Tout démarre avec la découverte dans la nuit de samedi à dimanche, à quelques centaines de mètres de Notre-Dame-de-Paris, d'une voiture avec cinq bonbonnes pleines de gaz, feux de détresse allumés et sans plaque d'immatriculation. Selon les enquêteurs, elle devait servir à un attentat, manqué pour une raison encore indéterminée. L'enquête a rapidement permis, selon les autorités, de déjouer un autre projet d'attaque "imminente", en suivant la piste de la fille du propriétaire de la voiture, [...]
Le propriétaire de la voiture, connu pour des faits anciens de prosélytisme islamiste, avait été remis en liberté mardi soir à l'issue de sa garde à vue. Deux couples avaient aussi été arrêtés mardi et mercredi dans le sud de la France et dans le Loiret, mais le second a été relâché vendredi."
[...]
http://www.humanite.fr/des-femmes-teleguidees-par-daech-615416


Le social contre le djihad (Marie Barbier)
L'Humanité - 11 août 2016

"Une association propose un travail de réinsertion professionnelle aux jeunes du 93 tentés par le départ en Syrie. Rencontre.
La mère et le fils en parlent aujourd'hui de façon détendue. De ce moment où leurs vies ont failli basculer, de ces quelques mois où Siham (1) a vécu la peur au ventre que son adolescent de 15 ans Omar (1) ne cède aux "chants des sirènes". Ces sirènes qui portaient kamis (vêtement islamique), barbes et prêchaient à la sortie de la mosquée. "Le vendredi, ils venaient nous voir là où on était posé avec mes amis pour nous faire des rappels de religion", raconte aujourd'hui le massif jeune homme de 17 ans. L'un d'entre eux se faisant plus insistant, évoquant le travail "humanitaire" de Daech en Syrie et le besoin de volontaires. "Je me suis dit pourquoi pas ?" reconnaît Omar. [...]
Fondée en 2011 par Djamel Guessoum, éducateur spécialisé dans la réinsertion carcérale depuis trente ans, l'Arsej s'occupe alors de ceux que l'on appelle cruellement les "incasables", des jeunes en très grande difficulté.
L'association dispose de plusieurs unités d'hébergement en Seine-Saint-Denis et compte 31 salariés. Avec Siham, Djamel Guessoum commence à travailler le "contre-discours" : "Un discours pragmatique et objectif sur l'islam pour démonter un à un les arguments."
L'association met en place un réseau d'observateurs dans les cités du 93."
[...]
http://www.humanite.fr/le-social-contre-le-djihad-613631


Saint-Etienne-du-Rouvray : "On ne s'attendait pas à ce que Daech arrive ici" (Elena Brunet et Camille Sellier)
L'Obs - 26 juillet 2016

"Dans cette commune de Seine-Maritime, les habitants évoquent leur incompréhension, leur colère et leur peur. Reportage.
"Et s'ils venaient ici, à Saint-Etienne-du-Rouvray ? Quand ma fille m'a dit ça, après l'attentat du 14-Juillet, j'ai rigolé. Jamais je n'aurais cru que c'était possible." Attablé au Café des sport mardi 26 juillet, Michel observe les policiers qui s'affairent dans la rue d'en face. En 50 ans, il n'avait jamais vu une telle agitation dans sa commune, un bourg pavillonnaire en périphérie de Rouen. [...] En milieu d'après-midi, une équipe de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), cagoulés et armés, lance une perquisition dans l'avenue chez les parents d'un des deux assaillants, à deux pas de chez eux. "Je ressens une grande colère, nous ne sommes plus à l'abri nulle part", estime Johan, le mari, épousé devant le père Hamel."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160726.OBS5355/saint-etienne-du-rouvray-
on-ne-s-attendait-pas-a-ce-que-daech-arrive-ici.html


Attentat de Nice : sur l'"islamisme radical", Valls et Cazeneuve ne disent pas la même chose (Matthieu Alexandre / AFP)
L'Obs - 16 juillet 2016

"Pour le premier ministre l'auteur de l'attentat de Nice "est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical" mais pour le ministre de l'Intérieur, rien ne permet pour l'instant de l'affirmer.
Le profil de l'auteur de l'attaque de Nice est toujours incertain deux jours après le drame qui a fait 84 victimes et plus de 200 blessés. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, ressortissant tunisien agé de 31 ans vivait dans les quartiers Nord de la ville. [...]
Dès jeudi soir, François Hollande faisait le lien avec le terrorisme islamiste : "Après les attaques de Paris en janvier 2015 et en novembre 2015, voilà Nice à nouveau touchée, C'est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste." [...]
Sur les liens de Mohamed Lahouaiej Bouhlel avec l'islamisme radical, les discours du Premier ministre Manuel Valls et celui du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont différé vendredi soir."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/attaque-de-nice/20160716.OBS4752/attentat-
de-nice-sur-l-islamisme-radical-valls-et-cazeneuve-ne-disent-pas-la-meme-chose.html


Djihadisme : "Évaluer la présence de traits paranoïaques" (Roland Coutanceau)
L'Express - 21 juin 2016

Propos recueillis par Claire Chartier. Roland Coutanceau est président de la Ligue française pour la santé mentale.
"Le psychiatre et criminologue Roland Coutanceau est amené à expertiser de nombreux islamistes pour les tribunaux. Il juge possible et urgent de classer ces partisans de Daech selon leur degré de dangerosité.
"Ceux qui adhèrent à l'idéologie de Daech présentent tous des traits de caractère plus ou moins prononcés - un tempérament passionné et exalté, une pensée jusqu'au-boutiste qui signent, à un certain niveau, une tonalité paranoïaque.
Attention: on peut être un vibrant idéaliste et se montrer incapable de faire du mal à une mouche! Tout est question d'intensité. Lorsque les traits sont fortement marqués, on peut parler de pathologie, mais il ne s'agit pas encore de maladie mentale. Ce niveau est atteint avec le délire paranoïaque, qui, lui, requiert des soins cliniques, mais c'est rare.
D'après mon expérience de terrain, je distingue trois types de profils: ceux qui voient dans Daech une sorte de 'nouvelle religion' proche des pauvres; ceux qui, séduits par l'islam fondamentaliste, considèrent que l'Etat islamique est le seul endroit au monde où la foi musulmane peut totalement s'épanouir; et, enfin, ceux qui, sans attaches religieuses particulières, sont déjà transgressifs dans leur vie quotidienne et cherchent à s'identifier à un combat guerrier."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/djihadisme-evaluer-la-presence-de-traits-paranoiaques_1804512.html


Femmes de djihadistes, complices ou simples amoureuses ? (propos recueillis par Patricia Neves)
Marianne - 11 juin 2016

"Elles ont aimé, admiré, épousé des islamistes radicaux et parfois leur cause. Izzana, Hayat, Selma, Nahla... sont-elles complices pour autant de leurs amants, qui finissent tous, tôt ou tard, rattrapés par la justice et condamnés à de longues peines pour association de malfaiteurs en vue de commettre un acte terroriste ? Le journaliste à Mediapart Matthieu Suc, consacre son dernier livre, "Femmes de djihadistes", à ces amoureuses de l'ombre, et tente d'apporter quelques réponses. Entretien.
Marianne : Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux femmes de djihadistes ?
Matthieu Suc : Au départ, j'avais travaillé pour M Le Monde, en juin 2014, sur les islamo-braqueurs, ces grands bandits qui font des allers-retours avec la religion. A l'époque, je m'étais intéressé à Teddy Valcy, un braqueur qui était apparu en 2010 dans la même affaire que Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly. [...]
Qu'est ce qui les attire, selon vous, dans le djihad ?
Matthieu Suc : Il y a quelque chose qui me semble très important, c'est que dans le djihad, pour ces jeunes, vous devenez quelqu'un. Vous mettez une photo de votre linge sur Twitter ou sur Facebook, tout le monde s'en moque, mais si la photo est prise à Raqqa, tout de suite vous avez 10.000 followers, et 300 journalistes qui vont essayer de vous contacter. [...] Quel est leur périmètre d'action ? Tiennent-elles des réunions, comment utilisent-elles internet et les réseaux sociaux, militent-elles au sein d'association ? Qu'en est-il des converties ? Matthieu Suc : Les converties sont plutôt dans la surenchère. Elles doivent (se) prouver quelque chose. Diane par exemple, l'aristocrate, elle envoie de nombreux SMS à Hayat Boumeddiene, l'épouse d'Amedy Coulibaly. Hayat Boumeddiene, elle, organise des soirées Tupperware halal, à visée d'endoctrinement. A propos de Diane, un policier qui l'a rencontré, m'a décrit une jeune femme intelligente, bien élevée mais, selon lui complètement paumée."
[...]
http://www.marianne.net/femmes-djihadistes-complices-simples-amoureuses-100243498.html


La tentation djihadiste des salafistes marocains (Ilhem Rachidi)
Médiapart - 19 juin 2016

"Le conflit en Syrie a séduit un nombre important de Marocains, qui forment son troisième contingent arabe, avec plus de 1 500 personnes qui se sont rendues en Irak et en Syrie. Leurs départs, auparavant tolérés par les autorités, sont désormais surveillés, de même que les retours, par crainte d'un attentat sur le territoire du royaume.
Rabat (Maroc), de notre correspondante. - Hatim el-Ouahabi, surnommé Halawa, était un sportif réputé. Issu de Tétouan, dans le nord du pays, ce jeune Marocain a fait partie de l'équipe nationale de football en salle. L'été dernier, il décidait de rejoindre Daech. Quelques mois plus tard, en mai 2016, des sites d'information locaux annonçaient sa mort lors d'affrontements entre Daech et les forces armées syriennes. Issu de la même ville, d'où proviennent une proportion importante de djihadistes, Mourad Derdri, un professeur de sciences, est décédé quelques jours plus tôt dans des circonstances similaires. Deux hommes a priori éloignés des clichés du djihadiste marginalisé par la société.
Dans cette région où le chômage est élevé, les occasions rares et la mouvance salafiste présente, les volontaires au djihad sont nombreux. Rejoindre Daech et y jouer un rôle important, reconnu, avec de surcroît des avantages matériels, représente pour eux un symbole de réussite."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/international/190616/la-tentation-djihadiste-des-salafistes-marocains


Les enseignants belges face à la radicalisation islamiste (Françoise Germain-Robin)
L'Humanité - 18 mai 2016

"Djihadisme. Des mesures sont prises en Belgique pour détecter les jeunes musulmans susceptibles de se laisser embarquer dans l'aventure du djihad et les en dissuader.
Les événements de ces derniers mois en ont apporté une tragique confirmation, la Belgique est l'un des bastions du djihadisme en Europe (1). Les autorités ont mis longtemps à mesurer l'ampleur du phénomène?: il a fallu attendre février?2015 et le procès de Sharia4Belgium pour voir ce réseau de recruteurs, actif depuis 2010, traduit en justice et plusieurs de ses membres condamnés.
Désormais, on tâche de détecter les candidats au départ en incitant les familles à signaler tout changement de comportement chez leurs enfants. Les enseignants jouent un rôle fondamental dans cette prévention en participant à des cellules de déradicalisation dans les communes touchées par une montée de l'islam radical, comme Molenbeek ou Schaerbeek. L'un d'eux, professeur de religion dans l'enseignement catholique, explique?: "?Dans certaines classes, j'ai jusqu'à 98?% d'élèves musulmans. Les cours de religion catholique sont obligatoires, mais les familles préfèrent cela à l'école laïque."[...]
Le centre de recherches Etopia, auteur d'un rapport sur le radicalisme en Belgique, donne sa "?recette de la radicalisation?: de la religion, de l'identité, de l'indignité et de l'indignation?". Un mélange détonant que l'on trouve dans ces communes où se sont entassées des générations issues de ces travailleurs marocains achetés au royaume chérifien dans les années 1960, quand on avait besoin de bras pour les usines et pour les mines. Usines et mines ont fermé. Restent, le long du canal de Charleroi où ils s'étaient installés, leurs descendants. Beaucoup sont chômeurs et ont renoncé à trouver leur place dans cette société où les filières de la drogue ont remplacé les péniches de charbon.?"
[...]
http://www.humanite.fr/les-enseignants-belges-face-la-radicalisation-islamiste-607398


Le président de l'UOIF réduit le terrorisme à une "pathologie" dont souffrent quelques "brebis galeuses" (Thomas Vampouille)
Marianne - 28 mars 2016

"Amar Lasfar a décidément bien du mal à sortir de l'ambiguïté. Invité ce lundi 28 mars sur Europe 1, le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a bien sûr été interrogé sur la radicalisation de jeunes musulmans qui finissent par s'engager sous la bannière de Daech afin de commettre des attentats en Europe.
Alors que Jean-Pierre Elkabbach remarque que la voix de l'UOIF se fait peu entendre pour condamner les attentats qui ont notamment frappé Bruxelles la semaine dernière, Amar Lasfar s'en défend : "Nous les avons toujours condamnés, à haute voix. A bas le terrorisme, à bas l'extrémisme ! Il n'a pas de place, le terrorisme, ni dans la religion ni dans la société, à bas les extrêmes d'une façon générale". D'une façon générale, donc.
Si Amar Lasfar a tant de mal à se montrer plus spécifique, c'est peut-être parce qu'il considère le terrorisme djihadiste comme un problème marginal... "Il y a quelques brebis galeuses, quelques poissons qui nous échappent entre les mailles du filet", concède-t-il, avant de relativiser aussitôt l'importance du phénomène : "Onze, allez onze qui ont sombré dans le terrorisme !" [...]
L'UOIF, de son côté, serait garante des valeurs de la République : "Notre islam, c'est d'abord un islam de la citoyenneté, notre islam s'intègre au sein de la République, (il est) respectueux des lois de la République, nous sommes avant tout des citoyens". C'est pourquoi, sans doute, chaque rassemblement de l'organisation est l'occasion d'inviter toute une série de républicains notoires, donc nous ne citerons que les derniers exemples en date :
- Tariq Ramadan, favorable à un moratoire sur la lapidation des femmes
- Hassan Iquioussen, qui considère que "les sionistes ont été de connivence avec Hitler"
- Mohamed Rateb Al-Nabulsi, qui conseille à la femme de ne sortir de chez elle que "pour une nécessité ou un cas d'urgence"
- Abouzaïd Al-Mokri, selon lequel "les juifs ont une capacité incroyable à détruire les nations"
- Abdallah Salah Sana'an, qui confond allègrement homosexualité et pédophilie...
Avec de amis comme ça, la République n'a guère besoin d'ennemis."
[...]
http://www.marianne.net/president-uoif-reduit-terrorisme-pathologie-dont-souffrent-quelques-brebis-galeuses-100241459.html


Les salafistes sont-ils des djihadistes en puissance ? (Feriel Alouti)
Médiapart - 20 janvier 2016

"En nette progression en France depuis les années 2000, le salafisme est souvent taxé d'être le carburant du djihadisme. S'il engendre un repli identitaire problématique, le passage à l'action violente n'est pas automatique, loin de là. Ce qui n'empêche pas certains fidèles, déçus par le manque d'action politique ou fragilisés socialement, de sauter le pas.
Les suites judiciaires des attentats du 13 novembre 2015 font apparaître les parcours des auteurs du carnage qui a abouti à la mort de 130 personnes à Paris et à Saint-Denis. Certains éléments racontent la radicalisation progressive de leur pratique religieuse ainsi que des liens avec la mouvance salafiste."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/france/200116/les-salafistes-sont-ils-des-djihadistes-en-puissance


La gauche face au piège djihadiste (Aude Lancelin)
L'Obs - 17 janvier 2016

A propos du livre de Jean Birnbaum : Un silence religieux. La gauche face au djihadisme (Le Seuil).
"Le camp progressiste a toujours été mal à l'aise avec la religion. Il l'est plus que jamais par rapport à l'islam radical. Jean Birnbaum publie "Un silence religieux", réflexion sur cette méconnaissance aux conséquences ravageuses.
Que les démagogues de tous bords exploitant plus que jamais la peur de l'islam ne se frottent pas trop vite les mains. Si l'essai de Jean Birnbaum, "Un silence religieux", dénonce aujourd'hui le "rien-n'à-voirisme", c'est-à-dire les discours qui s'empressent de tenir l'islamisme pour un phénomène étranger à l'islam, ce n'est en aucune manière pour salir une religion et jeter la suspicion sur l'ensemble de ses croyants. [...]
Fut un temps en effet pas si lointain, rappelle-t-il, où c'était la gauche qui offrait un horizon internationaliste, une fraternité vécue, et ce depuis les brigadistes français qui s'engageaient contre Franco jusqu'aux guévaristes en partance pour l'Amérique latine, à la manière de Régis Debray dans les années 1970."
[...]
http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160115.OBS2857/la-gauche-face-au-piege-djihadiste.html



Voir la page d'accueil sur l'islam

>>> Suite de la revue de presse :


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©