Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > Djihadisme > 2014

Djihadisme

2014

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Abdel Sarout : le foot, la révolution syrienne et l'EI (Barbara Krief)
L'Obs - 31 décembre 2014

"L'ancien gardien de but et rebelle pacifiste anti-Bachar se serait rapproché de l'Etat Islamique et d'Al-Qaïda pour combattre le régime syrien.
Il était une icône forte de la révolution syrienne. Et pour cause : à 19 ans, Abdel Basset Sarout, alors gardien de but promis à une belle carrière sportive, rejoint les rangs du front anti Bachar en mars 2011.
Visage anguleux et corps athlétique, Sarout entraînait la foule de manifestants pacifistes d'Homs chaque vendredi de 2011. A coup de chants décriant le régime de Bachar Al-Assad, le jeune athlète séduisait les groupes liés à l'Armée syrienne libre.
Mais son combat a pris une direction bien plus radicale : Sarout aurait rejoint l'Etat islamique pour combattre le régime syrien, explique "Le Monde" daté du 31 décembre "
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141230.OBS9054/abdel-sarout-le-foot-la-revolution
-syrienne-et-l-ei.html


Une analyse du djihadisme "français" (Marie-Jean Sauret)
L'Humanité - 19 décembre 2014

Marie-Jean Sauret est psychanalyste, professeur émérite des universités et auteur.
"Comment est-il possible que le djihad non seulement trouve un écho favorable en France, mais y prenne l'allure d'une croisade de jeunes gens et de jeunes filles élevés dans un environnement areligieux ou chrétien et parfois musulman?? Répondre supposerait d'examiner la façon dont se nouent deux dimensions essentielles?: le vivre-ensemble contemporain et ses caractéristiques et le fonctionnement psychologique des sujets concernés. Ce nouage s'effectue habituellement dans la famille. La famille se définit par cette fonction et non par ses formes aujourd'hui multiples et appelées à se diversifier encore -?bien au-delà des familles dites patriarcales, nucléaires ou monoparentales. L'humain naît deux fois?: une fois organiquement et une fois comme sujet parlant. Cette seconde naissance requiert toute l'attention?: la famille est le lieu qui, tout en autorisant la sexualité entre adultes et en protégeant les enfants, transmet à ces derniers les éléments et le temps (l'éducation) nécessaire à chacun. Il y construit la solution qui l'autorisera à effectuer l'un des pas les plus importants pour la société?: s'en aller. La solution qu'il emporte est celle qui lui permet d'abord de nouer entre elles les dimensions dont il est fabriqué (le corps, le sens, le langage) et avec le lien social où il est appelé à les mettre à l'épreuve du fait d'y vivre. [...]
Les crimes commis par des chrétiens ou par des musulmans, convertis ou non, obéissent à la même logique. Leur traitement médiatique est cependant instructif?: les chrétiens sont psychiatriquement qualifiés, tandis que les musulmans sont automatiquement référés au terrorisme -?instrumentés pour justifier l'augmentation des mesures de sécurité et l'engagement dans les guerres impérialistes qui alimentant du coup ce que la politique officielle prétend combattre."
[...]
http://www.humanite.fr/une-analyse-du-djihadisme-francais-560754


Les jihadistes nient l'histoire pour mieux la falsifier (Asiem El Difraoui)
Libération - 14 décembre 2014

Asiem El Difraoui est chercheur expert du jihadisme.
"Les jihadistes trahissent les temps mythiques des origines et ils écrivent leur propre histoire sanglante qui n'a plus rien à voir avec l'islam.
L'histoire n'existe pas pour Al-Qaeda, Boko Haram, les milices Al-Shabab, ni pour les douzaines d'autres groupuscules jihadistes. Aucune historicité n'est admise, comprendre l'histoire comme un processus de nouvelles interprétations et analyser le passé pour mieux saisir les développements et phénomènes du présent est prohibé. Les jihadistes n'admettent qu'un seul temps : le "temps originel" pour utiliser le mot de l'historien des religions et philosophe Mircea Eliade, in illo tempore. Ce temps primordial est le temps du vivant du prophète Mohammed et, à un degré moindre, le temps de la communauté musulmane sous les quatre premiers califes (al-Khulafa' al-rashîdûn, les "califes bien guidés") et les Pieux Ancêtres, les al-salaf al-salah, un terme qui a donné son nom au salafisme.
L'époque mythique des origines, de 622 à 660, est la seule histoire existante, sur laquelle la folie du jihadiste prétend bâtir sa légitimité. Ce temps n'est pas à analyser ou à interpréter mais à imiter pour en reproduire tous les gestes et rituels. Ainsi, la réalité se définit exclusivement par la répétition.
Dans sa vision apocalyptique, Daesh maintient même que le jour du jugement dernier - la fin de toute histoire - advient quand la communauté originelle sera reconstruite au Bilad al-Sham, à savoir en Syrie."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/2014/12/14/les-jihadistes-nient-l-histoire-pour-mieux-la-falsifier_1163468


Pakistan. La fin du djihad comme politique d'Etat ? (Kunwar Khuldune Shahid)
Courrier International - 9 décembre 2014

"L'arrivée de l'Etat islamique et les attaques contre l'armée vont obliger Islamabad à arrêter de soutenir les extrémistes. Ce serait la fin d'une collusion idéologique et stratégique vieille de plus de trente ans.
Selon l'Ispar [le département communication de l'armée pakistanaise], l'armée a remporté un grand succès dans la région la plus explosive du Nord-Waziristan lors de l'opération militaire en cours baptisée Zarb-e-Azb. Alors même que depuis fin octobre les tracts, les posters, les drapeaux et les graffitis de l'Etat islamique (EI) se sont mis à fleurir dans trois des quatre capitales provinciales du pays. Que le succès de cette opération militaire coïncide avec l'irruption au Pakistan de l'une des plus violentes organisations islamistes en dit long sur le bras de fer idéologique qui se profile.
Une guerre entre l'islamisme et toutes les autres idéologies, puisque l'armée pakistanaise réunit toutes les versions de l'islam. Une guerre dont le vainqueur pourra dicter sa propre version de l'islam. [...]
Le djihad, c'est-à-dire l'action de prendre les armes contre les kafirs, prend pour postulat de base que le kafir est un être inférieur. Si un Etat fait de la discrimination envers ses citoyens pour raisons religieuses, il cultive l'extrémisme et nourrit le djihad. L'armée pakistanaise, qui a nourri en son sein l'islamisme depuis plus de trente ans, connaît mieux que quiconque la nature des djihadistes. L'armée est également la seule institution qui peut encore battre les islamistes sur le terrain de la popularité. L'appel au djihad contre l'armée pakistanaise facilite également ce renversement des valeurs. Le "Zarb-e-Azb idéologique" contredirait évidemment la plupart des idées prêchées dans ce pays via l'islam."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2014/12/09/la-fin-du-djihad-comme-politique-d-etat


"Enquête exclusive" sur M6: nous avons infiltré les réseaux djihadistes. C'était éprouvant (Bernard de la Villardière)
L'Obs - 23 novembre 2014

"Ils seraient plus de 1000 Français à être impliqués dans le djihad, déjà sur place ou "candidats au départ". Dans un document diffusé ce dimanche, une journaliste d'"Enquête exclusive" s'est fait passer pour l'un d'eux en créant un faux compte sur Facebook. Le producteur et présentateur de l'émission Bernard de la Villardière nous raconte ce tournage un peu spécial.
Ce dimanche, M6 diffuse un documentaire d'"Enquête Exclusive" sur les réseaux djihadistes.
Nous avons décidé de faire ce film cet été, au moment où l'État islamique commençait à prendre une place préoccupante autant d'un point de vue géopolitique que culturel. [...]
éprouvant d'échanger avec des individus qui se réjouissent de la décapitation de "mécréants". C'est perturbant et très inquiétant. [...]
Ce qui est terrible, c'est que ce phénomène d'embrigadement rapide s'attaque à des esprits faibles qui manquent d'une colonne vertébrale, de valeurs solides, d'éducation. C'est exactement le même phénomène que l'embrigadement dans une secte sauf qu'ensuite, on leur fait commettre des atrocités. Nous sommes dans une "banalité du mal" qui me fait penser à celle décrite par Hannah Arendt. [...]
Tout cela en dit long sur l'état de notre société, sur comment nous avons abandonné notre jeunesse faute de communication sur la morale républicaine. Beaucoup ont perdu de vue le sens à donner à leur vie. Et quand ils tombent sur ce qui paraît être une aventure collective dangereuse et exaltante, ils sont tentés."
[...]
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1281047-enquete-exclusive-sur-m6-nous-avons
-infiltre-les-reseaux-djihadistes-c-etait-eprouvant.html


Djihadisme : "Le psychopathe, l'ado en crise, le névrosé..." (Philippe Jérôme)
L'Humanité - 21 novembre 2014

"À Nice, ville qui fournit l'un des plus gros contingents de djihadistes français, des universitaires réunis au sein de l'association Entr'Autres s'interrogent sur le phénomène qui n'a aucun précédent dans notre histoire.
Le Normand Maxime et le Francilien Mickaël, bourreaux présumés d'otages détenus par l'"État islamique?" ("EI"), sont-ils l'incarnation de ce que la philosophe Hannah Arendt appelait, à l'occasion du procès d'Adolf Eichmann, "la banalité du mal" qui a ensanglanté le XXe siècle?? Ou bien, comme l'estiment les psychologues et universitaires de Nice et Paris-VII, réunis au sein de l'association Entr'Autres, qui tente depuis 2006 de "comprendre, prévenir et réparer les départs pour le djihad", révèlent-ils un phénomène qui ne peut se comparer à aucun autre dans l'histoire de notre pays?? La question était au coeur d'un colloque qui se déroule de jeudi à samedi à Nice."
[...]
http://www.humanite.fr/djihadisme-le-psychopathe-lado-en-crise-le-nevrose-558301#sthash.u9kCGPp6.dpbs


La fascination morbide pour le djihad (Editorial)
Le Monde - 18 novembre 2014

"Pourquoi un jeune Français de 22 ans, originaire de Normandie, né dans une famille non musulmane, appartenant à la classe moyenne, au casier judiciaire vierge, au parcours scolaire réussi et qui ne se convertit à l'islam que tardivement, devient-il l'un des bourreaux de l'Etat islamique (EI) ?
Pourquoi ? Comment ? Si les informations concernant le jeune homme aperçu sur une vidéo de l'EI en train d'égorger un prisonnier syrien confirment qu'il s'agit bien de Maxime Hauchard, comme le croit fortement la police, ces questions n'ont pas fini de tarauder les pouvoirs publics et nombre de familles en France. Car, dans un rapport commandé par le ministère de l'intérieur, le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam pointe ce phénomène : la proportion des convertis ne cesse d'augmenter parmi les jeunes Français qui rejoignent des formations djihadistes au Moyen-Orient."
[...]
http://www.lemonde.fr/international/article/2014/11/18/la-fascination-morbide-pour-le-djihad
_4525324_3210.html?xtmc=religion&xtcr=33


Etat islamique : l'Arabie saoudite en guerre contre elle-même (Régis Soubrouillard)
Marianne - 12 septembre 2014

"Dix pays arabes ont accepté de rejoindre la coalition bricolée par Barack Obama pour aller combattre l'Etat Islamique. Pour la première fois, l'Arabie saoudite paraît se porter à l'avant-garde du combat contre cet ennemi. Menacé à ses frontières, le royaume saoudien combat en fait un adversaire qu'elle a contribué à faire naître. Car il ne faut surtout pas oublier que la montée en puissance de l'EI doit beaucoup à l'Arabie saoudite et à sa volonté de répandre le wahhabisme dans le monde musulman.
L'histoire a connu des coalitions hétéroclites mais celle que tente de bricoler Barack Obama pour combattre l'Etat islamique s'annonce comme un modèle du genre. L'Iran a ainsi immédiatement exprimé ses doutes quant à la volonté réelle de la coalition internationale de lutter contre les djihadistes sitôt le discours du président américain achevé : "Certains membres de la coalition internationale ont soutenu ces dernières années financièrement et militairement des groupes terroristes en Irak et en Syrie", a déclaré Marzieh Afkha, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, dans une claire allusion au Qatar et surtout à l'Arabie saoudite . [...]
Mais les preuves de la bonne volonté saoudienne arrivent bien tardivement, comme le rappelait récemment le chercheur Ed Husain, au parcours iconoclaste pour avoir lui-même était enrôlé dans un groupe islamiste lors de ses études en Angleterre et avoir passé plusieurs années dans le royaume. Dans une tribune au New York Times il rappelait combien le refus de l'Arabie saoudite, en novembre 2013, d'occuper un siège provisoire au Conseil de sécurité de l'ONU était symbolique de l'ambiguïté du royaume : "Cette posture est le reflet de sa paralysie interne dans le traitement du radicalisme islamiste sunnite. Al-Qaïda, l'Etat islamique, Boko Haram, Al-Shabab sont tous des groupes sunnites salafistes violents et pendant cinq décennies, l'Arabie Saoudite a été le sponsor officiel du salafisme sunnite dans le monde entier. L'Arabie saoudite a créé le monstre qu'est le terrorisme salafiste. C'est aussi aux racines théologiques et idéologiques de cet extrémisme qu'il faudrait s'attaquer"."
[...]
http://www.marianne.net/Etat-islamique-l-Arabie-saoudite-en-guerre-contre-elle-meme_a241294.html


Djihad : une adolescente soupçonnée d'être partie en Syrie (Source : AFP)
Le Point - 19 juin 2014

"Une collégienne du Val-d'Oise âgée de 14 ans a disparu, laissant une lettre où elle dit partir "pour le pays où l'on n'est pas empêché de suivre sa religion".
Une enquête a été ouverte jeudi après la disparition d'une adolescente de 14 ans vivant à Argenteuil (Val-d'Oise), soupçonnée d'être partie pour la Syrie. La jeune fille, une jeune musulmane scolarisée dans un collège de la ville, "n'est pas rentrée après sa journée de cours mercredi", a raconté une source proche du dossier, confirmant une information de France Bleu. "Vers 18 heures, elle a envoyé un texto à ses parents pour leur dire de regarder sous son matelas, dans sa chambre. Son père y a trouvé une lettre. Dans cette lettre, elle dit qu'elle part pour le pays où l'on n'est pas empêché de suivre sa religion", a-t-elle ajouté.
Selon une source policière, l'adolescente, issue d'un milieu musulman modéré, n'a laissé paraître aucun signe d'un possible départ. Elle n'avait "jamais manifesté jusque-là sa volonté de partir à l'étranger pour des raisons religieuses", a confirmé la source proche du dossier. Selon ses parents, elle était depuis quelque temps plus réservée et portait "une tenue traditionnelle", a ajouté cette source."
[...]
http://www.lepoint.fr/societe/djihad-une-adolescente-soupconnee-d-etre-partie-
en-syrie-19-06-2014-1837884_23.php


"Le djihadisme atteint toutes les couches sociales" (Dounia Bouzar)
Le Monde - 24 avril 2014

"Le gouvernement a dévoilé mercredi 23 avril, en conseil des ministres, une vingtaine de mesures destinées à empêcher les jeunes Français d'aller pratiquer le djihad en Syrie. Dounia Bouzar, anthropologue spécialiste du fait religieux et de la laïcité, a publié en janvier dernier Désamorcer l'islam radical : ces dérives sectaires qui défigurent l'islam (éditions de l'Atelier), et créé un Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI), en vue d'aider les familles de victimes d'endoctrinement radical. Elle revient sur les mécanismes de basculement dans la radicalité.
Comment les djihadistes réussissent à endoctriner les jeunes ?
Dounia Bouzar : le système d'endoctrinement consiste à supprimer l'identité des jeunes, à broyer les souvenirs anciens. On leur demande même de déchirer les photos de famille, parce que ça les parasiterait. L'identité du groupe prend la place de l'identité personnelle et on remplace la raison par une sorte d'hypnose et de mimétisme. C'est pour ça que tous les jeunes répètent la même chose, c'est commun à toutes les dérives sectaires.
Quels sont les vecteurs de l'endoctrinement ?
Selon nos statistiques, qui concernent les familles qu'on a rencontrées, 95 % de l'endoctrinement passe par Internet avec l'intervention d'un interlocuteur physique à un moment. L'islam radical d'aujourd'hui se sert d'un mode de communication virtuel pour donner l'illusion aux jeunes qu'ils sont élus pour faire partie d'une communauté virtuelle, supérieure au reste du monde."
[...]
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/24/le-djihadisme-atteint-toutes-les
-couches-sociales_4406038_3224.html?xtmc=islamiste&xtcr=23


Djihadistes français : qui sont les nouveaux fous d'Allah ? (Sophie Des Déserts)
Le Nouvel Observateur - 22 avril 2014

"Le ministre de l'Intérieur présentera mercredi un plan pour lutter contre les filières djihadistes. Des centaines de jeunes Français sont déjà partis combattre en Syrie. Comment ont-ils basculé ? [...]
La France compte ses enfants perdus, partis faire le djihad en Syrie, dans cette guerre meurtrière qu'ils embrassent comme si c'était la leur. Musulmans de toujours ou néo-convertis, fils et filles d'immigrés, souvent en manque de père et de repères, voyous repentis, déçus de la vie, ils ont quitté Roubaix, Lyon, Orléans, Toulouse, Trappes, Soissons, Brest... Beaucoup n'ont pas 25 ans et tentent l'aventure entre frères, cousins, voisins, copains d'enfance. A Strasbourg et à Nice, où "le Nouvel Observateur" a tenté de reconstituer leur parcours, une dizaine de jeunes ont pris l'avion ensemble aux environs de Noël, direction Istanbul puis la Syrie. Depuis, d'autres ont suivi leur trace. Et quelques-uns, déjà, ont rejoint la liste des morts, vingt-et-un à ce jour, qui n'ont même pas pu être rapatriés en France. [...] Les groupes rebelles syriens se méfient de ces jeunes Français débarqués la fleur au fusil, sans expérience, parfois même sans connaissance de l'arabe. On les affecte d'abord aux basses oeuvres, on les envoie dans des écoles coraniques. On leur fait prendre conscience qu'ils sont surveillés, qu'ils risquent, en cas d'imprudence, de finir en prison, comme certains de leurs frères rentrés en France. Le djihad est aussi une guerre de communication. Ils la mènent avec la haine des médias occidentaux. Votre job, c'est du lavage de cerveaux, s'emporte un combattant bordelais contacté en Syrie par Skype, qui fut dans une autre vie employé en télémarketing. Vous, la presse, vous êtes manipulés, vendus aux sionistes."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20140422.OBS4697/djihadistes-francais
-qui-sont-les-nouveaux-fous-d-allah.html


Enlèvement : Au Mali, les djihadistes ciblent la Croix-Rouge (Hassane Zerrouky)
L'Humanité - 12 Février 2014

"L'enlèvement de cinq membres du CICR par le Mujao, groupe islamiste allié d'Aqmi, montre qu'un an après l'opération "Serval", la région du nord du pays est loin d'être sécurisée.
Le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a revendiqué, hier, l'enlèvement de quatre membres du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et d'un vétérinaire d'une ONG humanitaire. "?Nous avons pris (...) un véhicule 4X4 des "ennemis de l'islam" avec leurs complices?", a déclaré Yoro Abdoulsalam, responsable connu du Mujao, dans un entretien téléphonique avec un journaliste de l'AFP à Bamako, avant de préciser que les otages "?sont en vie et en bonne santé?"?! [...]
L'enlèvement des membres du CICR, qui intervient quelques jours après le massacre de trente civils touareg, le 6?février dernier, dans la localité de Tamkoutat (près de Gao), montre que si l'intervention militaire française a permis d'éviter que tout le Mali tombe entre les mains des djihadistes, la région du nord est loin d'être sécurisée."
[...]
http://www.humanite.fr/monde/au-mali-les-djihadistes-ciblent-la-croix-rouge-558941


Filières djihadistes vers la Syrie: 33 enquêtes en cours à Paris (Eric Pelletier)
L'Express - 30 janvier 2014

"Ces enquêtes concernent environ 80 personnes identifiées, dont six mineurs, selon des informations recueillies auprès du parquet général de Paris.
La justice française s'intéresse de près aux filières djihadistes à destination de la Syrie. Selon des informations recueillies par L'Express auprès du parquet général de Paris, trente-trois affaires judiciaires liées à de telles filières sont en cours dans la capitale. Ces enquêtes visent environ 80 personnes identifiées, dont six mineurs."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/filieres-djihadistes-vers-la-syrie-33-enquetes
-en-cours-a-paris_1318783.html


Islam : comment les jeunes basculent dans le radicalisme (Dounia Bouzar)
Le Nouvel Observateur - 23 janvier 2014

"Dans son nouveau livre, "Désamorcer l'islam radical", Dounia Bouzar, membre de l'Observatoire de la Laïcité, analyse le processus d'endoctrinement.
Dounia Bouzar, 50 ans, est anthropologue du fait religieux, nommée à l'Observatoire de la Laïcité. Auteur de "la République ou la burqa" (Albin Michel, 2009) et de "Laïcité, mode d'emploi" (Eyrolles, 2010), elle publie aujourd'hui "Désamorcer l'islam radical. Ces dérives sectaires qui défigurent l'islam", aux Editions de l'Atelier. Interview.
Le témoignage de Dominique Bons, la mère du djihadiste français tué dans une opération kamikaze en Syrie, a frappé l'opinion. Quelle leçon faut-il en tirer ?
Il montre qu'il y a urgence à comprendre les mécanismes qui amènent un jeune à basculer dans le radicalisme, qu'il soit de famille musulmane ou non, puisque beaucoup n'ont aucun lien avec l'islam. Des gens du 16e arrondissement m'ont déjà appelée à l'aide. Les parents qui ne connaissent pas l'islam sont d'ailleurs ceux qui réagissent le plus tard, pris dans la confusion ambiante sur ce qu'est cette religion.
Comment avez-vous recueilli les exemples d'endoctrinement que vous analysez ?
J'ai passé six mois sur les sites radicaux en me mettant dans la peau de quatre personnages virtuels, deux hommes et deux femmes. J'en suis ressortie abattue.
Peu de musulmans osent aborder ces questions de front. Pourquoi ?
Il y a une omerta. Et je sais bien qu'en la brisant, je vais me mettre à dos à la fois les islamophiles, qui considèrent que, par essence, les musulmans sont des personnes dominées qu'il faut traiter comme une "espèce à protéger" et les musulmanophobes (je préfère ce terme à celui d'islamophobes), qui pensent que l'islam est par essence archaïque et qu'il faut par conséquent l'éradiquer."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140121.OBS3174/islam-comment-les-jeunes
-basculent-dans-le-radicalisme.html



Voir la suite de la revue de presse : Djihadisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©