Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > Djihadisme > 2015

Djihadisme

2015

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


On est toujours le "mécréant" de quelqu'un (Camille Laurens)
Libération - 18 décembre 2015

"Voilà un mot qui nous force à raisonner en termes religieux, ce qui revient toujours plus ou moins à séparer le bon grain de l'ivraie.
S'il y a des mots qu'on est content de voir ressurgir dans la langue, il en est d'autres dont on se passerait volontiers. Ainsi de la "mécréance", sinistrement remise au goût du jour par la prose de Daech. Est mécréant, au sens littéral, celui qui croit mal, qui a une mauvaise croyance, bref, toute personne qui ne croit pas comme vous. On est toujours le mécréant de quelqu'un. Le (bon) croyant, au contraire, serait donc celui qui adhère totalement à votre foi, adore votre Dieu et obéit à vos interdits. [...]
Tout m'alerte, ces derniers temps. Ainsi l'autre soir, sur BFMTV, un consultant spécialiste de l'islam, faisant allusion aux menaces qu'il avait reçues - "hypocrite, mécréant" - s'est tourné face caméra, index pointé vers les assassins de Daech auxquels il s'adressait, mais donc aussi vers nous tous devant notre écran, et pendant près de deux minutes, a expliqué, moitié en arabe moitié en français, sa conception modérée de l'islam avant de terminer son discours, toujours face aux téléspectateurs, par ces phrases : "Dieu reconnaîtra les siens. Vive la République. Vive la France." Au risque d'en choquer certains, cette échappée, quoique courageuse, m'a déplu. Dire "Dieu reconnaîtra les siens" à des millions de gens est une façon d'entériner la notion de mécréance. [...]
Et je me suis demandé si, dans les mêmes conditions, on m'aurait laissé expliquer à Daech et aux spectateurs, les yeux dans les yeux, sans m'interrompre, que je ne croyais pas en un maître là-haut, que pour moi il n'y avait rien après la mort, ni houris ni paradis, et terminer par ces mots : "Charlie reconnaît les siens." Je ne crois pas."
[...]
http://www.liberation.fr/chroniques/2015/12/18/on-est-toujours-le-mecreant-de-quelqu-un_1421752


Le difficile travail de prévention des dérives djihadistes (Mehdi Fikri)
L'Humanité - 23 novembre 2015

"Comment aider ces personnes à sortir de l'engrenage fanatique? ? C'est à ce défi que s'attellent depuis des mois plusieurs chercheurs et intervenants en prison. Un travail délicat de dialogue et de raccrochage social qui permet, s'il est réussi, d'ouvrir d'autres perspectives que le djihad armé.
Le travail que Ouisa Kiès mène à Fleury et Osny est, pour l'instant, la seule expérimentation pénitentiaire auprès des détenus radicaux. La jeune sociologue a été désignée par la chancellerie pour mener des ateliers "?recherche-action?" dans ces deux établissements pénitentiaires. Chaque jour, ou presque, Ouisa Kiès discute avec des détenus de retour de Syrie ou condamnés pour terrorisme. "?Mon travail, c'est de proposer des alternatives à la violence armée, pas de donner des leçons de morale, tranche la jeune femme. Les souffrances du Moyen-Orient dont me parlent les détenus sont une réalité. Les discriminations en France à l'encontre des immigrés et des musulmans, c'est vrai aussi.?"
Un dialogue ouvert et ardu, préalable à tout processus de déradicalisation. [...]
Loin de l'idée de "désendoctrinement", la déradicalisation consiste donc à essayer de donner les moyens aux jeunes de vivre leur religion en paix ou de lutter pour des idées de manière constructive. [...]
"Déradicalisation, c'est une formule choc?", convient la sociologue. Mais, au final, les recettes ne sont pas nouvelles. Il est ici question d'écoute, de suivi social et d'accompagnement vers l'emploi. Autant de missions nécessaires qui ont pâti du désinvestissement de l'état et de la casse des services publics."

http://www.humanite.fr/le-difficile-travail-de-prevention-des-derives-djihadistes-590485


Femmes de djihadistes : ces aides de camp de l'ombre (Patricia Neves)
Marianne - 18 novembre 2015

"L'assaut a été donné le 18 novembre aux alentours de 4h30 du matin par le RAID à Saint-Denis, à quelques mètres seulement du Stade de France. Cible visée ? Le commanditaire présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, un belge originaire de Molenbeek à Bruxelles. L'opération serait toujours en cours. A l'heure actuelle, deux terroristes ont été tués dont une femme qui s'est fait exploser. Dans une enquête parue en janvier dernier, Marianne revenait sur le rôle des femmes de djihadistes. "On les imagine facilement effacées" écrivait-on, mais "elles sont déterminées et prennent même une part active dans les choix de leurs époux, leurs fils ou leurs frères ..."
Cet article a été publié dans Marianne en janvier 2015.
On les pense soumises, recluses derrière leur voile ou leur niqab, mais elles sont actives. Déterminées. Pour leurs époux, leurs fils, leurs frères, islamistes radicaux, elles sont prêtes à tout. A aimer par-delà la loi, la prison, et parfois même la mort. Prêtes à dissimuler, voire à mentir. "Je n'ai pas d'opinion" répondait ainsi Hayat Boumeddiene, aujourd'hui en Syrie, aux enquêteurs qui l'interrogeaient, lors d'une audition en 2010, sur les actions violentes commises par Al-Qaïda. A l'époque, son compagnon, Amedy Coulibaly, le futur preneur d'otages de l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, était pourtant déjà incarcéré pour avoir tenté de faire évader, sans succès, Smaïn Ait Ali Belkacem, l'artificier des attentats de 1995, commis dans le RER C, à Paris."
[...]
http://www.marianne.net/femmes-djihadistes-ces-aides-camp-ombre-100230839.html


Afghanistan, la nouvelle donne djihadiste (Lina Sankari)
L'Humanité - 23 octobre 2015

"A peine formé, le gouvernement d'union nationale doit tout à la fois affronter l'offensive talibane?dans le nord du pays et l'implantation progressive de l'"État islamique", qui entend se servir?de l'Afghanistan comme d'un tremplin pour une expansion vers l'Asie centrale.
L'extrême focalisation sur le Moyen-Orient a eu tendance à éloigner un autre terrain de guerre toujours en proie aux combats. Depuis le retrait d'Afghanistan de la majeure partie des troupes de l'Otan, fin décembre?2014, l'organisation militaire occidentale est censée poursuivre exclusivement une mission d'entraînement et de formation des forces de sécurité nationales. [...]
Sur le terrain, la population civile paie un lourd tribut?: plus de 5?000 personnes sont mortes ou ont été blessées durant les six premiers mois de l'année. Un record depuis 2009. "Cette nouvelle vague de combats est aggravée par une convergence de réseaux extrémistes et terroristes internationaux - comprenant des talibans, des milliers de combattants étrangers et des groupes extrémistes comme l'"État islamique" - qui ont pris le contrôle de districts, voire de provinces qu'ils utilisent comme des bases", a soutenu le représentant permanent de l'Afghanistan auprès des Nations unies, Zahir Tanin."
[...]
http://www.humanite.fr/afghanistan-la-nouvelle-donne-djihadiste-587637


Daech se forme au piratage : "Le risque, c'est un cyber-11-Septembre" (Boris Manenti)
L'Obs - 19 octobre 2015

"Le groupe islamiste aurait tenté de pirater les firmes énergétiques américaines, avec dans l'idée de produire des black-out. Il n'a pour l'instant pas réussi.
Ce n'était qu'une question de temps. L'Etat islamique (dit "EI" ou "Daech") "commence à lancer des cyber-attaques", affirme Caitlin Durkovich du Département américain de la sécurité intérieure, rapporte CNN. Et leur première cible est évidente : les Etats-Unis.
La chaîne de télévision raconte que Daech a tenté (en vain) de pirater des firmes énergétiques américaines lors d'une grande conférence organisée la semaine dernière. Toutefois, le groupe islamiste utilise des outils de piratage dépassés, incapables de pénétrer dans les systèmes pour les couper ou les faire exploser. L'intention est forte, heureusement les capacités sont faibles", commente à CNN John Riggi, responsable de la division cyber au FBI. "Mais, nous restons préoccuper s'ils achètent plus de capacités.""
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/tech/20151019.OBS7872/daech-se-forme-au-piratage-le-risque-c-est-un-cyber-11-septembre.html


Les djihadistes se forment ailleurs qu'en prison (Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, sociologues)
Le Monde - 31 août 2015

"L'attaque du Thalys a une nouvelle fois mis la prison sur la sellette. On invoque à l'envi les incarcérations pour trafic de drogue d'Ayoub El-Khazzani comme autant de facteurs ayant "renforcé son extrémisme". Pourtant, d'autres sont aussi mentionnés : la mosquée qu'il fréquentait à Algésiras, un possible séjour en Syrie, ainsi qu'Internet - à l'origine de 90 % des cas de radicalisation, selon le ministre de l'intérieur. Va-t-on enfin relativiser la thèse simplificatrice selon laquelle la prison serait le lieu par excellence de la radicalisation islamique ?
A la suite des attentats de janvier, cette "?évidence?", construite à partir de l'affaire Kelkal en 1995 jusqu'aux tueries commises par Merah en 2012 et Nemmouche en 2014, ne semblait souffrir aucune remise en question. Et c'est au nom de cette "évidence" que la prison est devenue la cible privilégiée de la politique de lutte contre la radicalisation. Cela s'est traduit par la création de quartiers spécifiques, le renforcement du renseignement pénitentiaire, la formation des personnels à la détection des profils radicaux et le recrutement de davantage d'aumôniers musulmans. L'administration pénitentiaire s'est trouvée désignée comme la principale institution responsable de ce phénomène."
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/08/31/les-djihadistes-se-forment-ailleurs
-qu-en-prison_4741036_3232.html?xtmc=religion&xtcr=1


Daech et la théologie du viol (vu sur le Web)
Libération - 16 août 2015

"Un reportage du "New York Times" détaille la façon dont l'Etat islamique avait fait du viol non seulement une arme de guerre, mais aussi une part intégrante de son interprétation de l'islam.
"Juste avant de violer la fillette de 12 ans, le combattant de l'Etat islamique a pris le temps d'expliquer que ce qu'il s'apprêtait à faire n'était pas un péché. Parce que la jeune fille pratiquait une religion qui n'était pas l'islam, le Coran ne lui donnait pas seulement le droit de la violer, il l'approuvait et l'encourageait. Il attacha ses mains et la baillonna. Puis il s'agenouilla à côté du lit et se prostra dans une prière avant de se mettre sur elle. Quand il eut terminé, il s'agenouilla pour prier encore, balisant le viol de dévotion religieuse."
C'est avec cette scène terrible que s'ouvre un édifiant reportage publié par le New York Times, qui montre comment l'Etat islamique a construit une véritable "théologie du viol", appliquée à des femmes réduites en esclavage dans les régions d'Iraq et de Syrie conquises par le groupe islamiste."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/2015/08/16/daech-et-la-theologie-du-viol_1364263


Le terreau djihadiste lyonnais scruté à nouveau (Jean-Manuel Escarnot et Bernadette Sauvaget)
Libération - 26 juin 2015

"Les services de renseignement se penchent sur les liens éventuels entre le groupuscule Forsane Alizza et le principal suspect de l'attentat contre Air Products, Yassin Salhi.
Ces derniers mois, la région était sous très haute surveillance. Car la banlieue lyonnaise est l'un des redoutables terreaux du terrorisme islamiste. Et cela depuis une vingtaine d'années. Qu'elle ait été le cadre d'un attentat ce vendredi ne surprend guère les spécialistes de la surveillance du territoire, sans qu'on ne puisse établir un lien solide et direct entre le principal suspect et les réseaux islamistes lyonnais.
Récemment, la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) y a mené plusieurs opérations, particulièrement à Meyzieu (Rhône), en septembre 2014 et en février 2015, interpellant une douzaine de personnes suspectées de vouloir se rendre en Syrie.
L'implantation de cellules islamistes remonte aux années 90. A cette époque, le Groupe islamique armé (GIA) avait développé ses réseaux à Chasse-sur-Rhône et à Vaulx-en-Velin. Le maître des attentats de 1995, Khaled Kelkal, était lui-même originaire de Vaulx-en-Velin. "La région lyonnaise est une petite Seine-Saint-Denis où se mélangent les réseaux islamistes et ceux du banditisme", souligne une source policière."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/2015/06/26/le-terreau-jihadiste-lyonnais-scrute-a-nouveau_1338128


L'EI appelle à la guerre sainte durant le ramadan (AFP)
Courrier International - 23 juin 2015

"Le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui sévit en Irak et en Syrie, a appelé les musulmans dans le monde à engager la guerre sainte contre les "mécréants" durant le ramadan, dans un message sonore attribué mardi à son porte-parole.
"Les meilleurs actes qui vous rapprochent de Dieu résident dans le jihad, alors accourez durant ce mois sacré pour envahir (des territoires) et tomber en martyrs", a dit Abou Mohamed al-Adnani, le porte-parole officiel du groupe ultraradical sunnite.
Le ramadan, qui a commencé le 17 juin, est observé par les musulmans à travers le monde et les fidèles y multiplient les signes de piété et les prières."
[...]
http://www.courrierinternational.com/depeche/lei-appelle-la-guerre-sainte-durant-le-
ramadan.afp.com.20150623.doc.3354p.xml


Les djihadistes de Daesh sur le chemin de Tripoli (Stéphane Aubouard)
L'Humanité - 3 juin 2015

"Les combattants de "l'État Islamique" ("EI") étendent leur emprise sur le territoire libyen. Le pays est menacé de basculer dans un scénario à l'irakienne.
Au début de l'année 2014 - trois ans après les premiers bombardements de l'Alliance atlantique sur la Libye de Kadhafi - les premiers combattants de Daesh (acronyme arabe de "l'État islamique") faisaient leur entrée dans le pays. Les djihadistes profitaient alors du chaos politique généré par le délitement de ce territoire partagé entre deux gouvernements rivaux - l'un reconnu par la communauté internationale, contrairement au second, soutenu par les milices de Fajr al Libya (l'Aube de la Libye). Depuis lors, la Libye est devenue le paradis des trafiquants d'armes et des islamistes. Daech a eu le temps d'y constituer un émirat à Derna et contrôle en partie, à l'aide de ses alliés, les salafistes d'Ansar al Charia, des villes importantes comme Benghazi dans l'ouest libyen, ou Sabratha en Tripolitaine.
Un an plus tard, les "soldats" de l'autoproclamé calife Abou Bakr al Bagdadi continuent de gagner du terrain. Jeudi dernier, Daech a pris l'aéroport international de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi."
[...]
http://www.humanite.fr/les-djihadistes-de-daesh-sur-le-chemin-de-tripoli-575762


La branche saoudienne de l'EI appelle à exterminer les chiites (avec Reuters)
Le Figaro - 30 mai 2015

"La branche saoudienne de l'Etat islamique a annoncé qu'elle avait l'intention de débarrasser la péninsule arabique de tous les musulmans chiites et a appelé les jeunes Saoudiens à soutenir son combat, indique l'association américaine SITE spécialisée dans l'observation des réseaux islamistes sur internet.
Dans un enregistrement de 13 minutes, un orateur explique avoir donné ordre à tous les fidèles du mouvement djihadiste de "tuer les ennemis de l'islam, en particulier les chiites", précise SITE."
[...]
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/30/97001-20150530FILWWW00111-la-branche
-saoudienne-de-l-ei-appelle-a-exterminer-les-chiites.php


Lutter contre les réseaux djihadistes en prison : combien ça coûte ? (Patricia Neves)
Marianne - 14 avril 2015

"Les médias ont relayé en masse, la semaine dernière, les travaux de la commission d'enquête du Sénat sur "l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe". Voilà un rapport utile mais qui fait l'impasse sur un sujet de taille : l'argent. "Marianne" a tenté de chiffrer les mesures préconisées. Et il y en a pour des dizaines de millions d'euros. Est-on prêt à payer ? Le peut-on seulement ?
"J'ai besoin de ma fiche..." : "O-C-L-C-T-I-C" articule alors minutieusement, le sénateur PS du Loiret, Jean-Pierre Sueur, en conférence de presse, ce mercredi 8 avril pour évoquer cet "imprononçable truc" qu'est l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication. Après des mois de travail, d'enquête sur le terrain, après plusieurs dizaines d'auditions à huis clos et l'étude du fonctionnement d'autant d'organismes d'Etat aux acronymes compliqués et tout aussi "imprononçables", la commission d'enquête du Sénat sur "l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe" vient de remettre ses conclusions.
Quatre cents pages (dont deux cents d'analyse) qui, de l'aveu même de son rapporteur, Jean-Pierre Sueur donc, rendent compte d'une situation "grave." "Nous avons là un gros problème" juge même le parlementaire quant à l'organisation actuelle des renseignements français qui "manquent" non seulement de "moyens" mais souffrent également d'une mauvaise "répartition des effectifs" ainsi que d'un défaut cruel de communication entre "la base" et le "sommet." Des ratés que les attentats de janvier ont révélés de façon criante."
[...]
http://www.marianne.net/lutter-contre-les-reseaux-djihadistes-prison-combien-ca-coute-100232623.html


Enquête. Ce que veut vraiment l'Etat islamique (The Atlantic)
Courrier International - 18 mars 2015

"Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech. Soutenant la thèse selon laquelle l'organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. En voici, en exclusivité, l'essentiel. Qu'est-ce que l'Etat islamique [EI, Daech en arabe] ? D'où vient cette organisation et quelles sont ses intentions ? La simplicité de ces questions peut être trompeuse, et rares sont les dirigeants occidentaux qui connaissent les réponses. En décembre 2014, The New York Times a publié des remarques confidentielles du général Michael K. Nagata, commandant des opérations spéciales pour les Etats-Unis au Moyen-Orient, qui admettait être encore très loin de comprendre l'attrait exercé par l'Etat islamique. "Nous ne comprenons pas cette idéologie." [...] La vérité est que l'EI est islamique. Très islamique. Certes, le mouvement a attiré des psychopathes et des gens en quête d'aventures, souvent issus des populations défavorisées du Moyen-Orient et d'Europe. Mais la religion que prêchent les plus fervents partisans de l'EI est issue d'interprétations cohérentes et même instruites de l'islam.
Presque chaque grande décision ou loi proclamée par l'EI obéit à ce qu'il appelle la "méthodologie prophétique", qui implique de suivre la prophétie et l'exemple de Mahomet à la lettre. Les musulmans peuvent rejeter l'EI, comme le fait l'écrasante majorité d'entre eux. Néanmoins, prétendre que ce n'est pas une organisation religieuse millénariste dont la théologie doit être comprise pour être combattue a déjà conduit les Etats-Unis à sous-estimer l'organisation et à soutenir des plans mal pensés pour la contrer. [...]
Conformément à sa doctrine sur l'excommunication, l'EI s'engage à purifier le monde en exterminant de larges groupes de personnes. Les publications sur les réseaux sociaux laissent penser que les exécutions individuelles se déroulent plus ou moins en continu et que des exécutions de masse sont organisées à quelques semaines d'intervalle. Les "apostats" musulmans sont les victimes les plus nombreuses. Il semble en revanche que les chrétiens qui ne résistent pas au nouveau pouvoir échappent à l'exécution automatique. Abou Bakr Al-Baghdadi les laisse vivre tant qu'ils paient un impôt spécial, appelé jizya, et qu'ils se soumettent.
Des siècles se sont écoulés depuis la fin des guerres de religion en Europe. Depuis, les hommes ont cessé de mourir en masse pour d'obscurs différends théologiques. C'est peut-être pour cette raison que les Occidentaux ont accueilli la théologie et les pratiques de l'EI avec tant d'incrédulité et un tel déni."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-que-veut-vraiment-letat-islamique


Un candidat français au djihad condamné à six ans de prison ferme en appel (avec AFP)
Le Monde - 17 mars 2015

"Six ans de prison ferme. La cour d'appel de Paris a rendu son verdict, mardi 17 mars, à l'encontre d'Ibrahim Ouattara. Le Français de 27 ans, candidat au djihad, avait été arrêté en novembre 2012 au Mali, alors qu'il tentait de rejoindre les groupes islamistes qui s'étaient emparés du nord du pays.
En première instance, le 9 juillet 2014, il avait été condamné à quatre ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Paris. Le parquet, qui avait requis deux ans supplémentaires, avait fait appel et a été entendu. M. Ouattara, qui a refusé en première instance comme en appel l'assistance d'un avocat, avait expliqué devant le tribunal correctionnel qu'après une enfance chaotique, de père inconnu, maltraité par sa mère et placé en foyer, il avait "toujours été à la recherche de quelque chose". Jusqu'à sa rencontre avec l'islam, cette religion dans laquelle il a "trouvé toutes les réponses à [ses] questions"."
[...]
http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/03/17/un-candidat-francais-au-djihad-condamne-a-
six-ans-de-prison-ferme-en-appel_4595332_3224.html ? xtmc=religion&xtcr=61


Maroc : 8 djihadistes dont 1 Français condamnés (Avec AFP)
Le Figaro - 12 février 2015

"Huit personnes, dont un ressortissant français, ont été condamnées dans "des affaires de terrorisme" à des peines de trois à cinq ans de prison ferme par un tribunal de Salé, près de Rabat, a rapporté aujourd'hui l'agence MAP. Le Français, Pierre Pascal, a écopé de cinq ans de prison ferme pour "constitution de bande", "actes de terrorisme dans le cadre d'un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l'ordre public" et "apologie d'actes constituant des crimes terroristes", selon la même source. [...]
Les procédures liées à des "affaires de terrorisme" ont plus que doublé dans le royaume en 2014 par rapport à 2013, avec un total de 147 contre 64 l'année précédente, a indiqué mercredi un haut responsable judiciaire. Rabat, qui ne cache pas son inquiétude face au phénomène djihadiste, a lancé ces derniers mois un nouveau dispositif de sécurité et complété sa législation antiterroriste."

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/12/97001-20150212FILWWW00498-maroc-8-djihadistes-dont-1-francais-condamnes.php


Pourquoi nos banlieues fabriquent des djihadistes (Elie Arie)
Marianne - 9 février 2015

"Faut-il que nos jeunes djihadistes des banlieues soient désespérés, "cassés", pour ne plus avoir, à 20 ans, comme moyen de se sentir exister, ne serait-ce que quelques heures, que la mort (attentats-kamikazes, ou équipées suicidaires à la Mérah et Coulibaly), au nom d'une religion dont on ne leur a inculqué que la vision salafiste - qui existe bel et bien, même si ce n'est pas la seule [...]
Ce qui ne vaut pas absolution, pour autant : à 20 ans, on est responsable de ses actes, quel que soit son passé ; trop facile, de faire endosser toutes les responsabilités à "la société" - car on pourrait dire cela de tout criminel ; et il n'y a pas que la société française qui produise des kamikazes de 20 ans. Cette poussée du retour à l'islam intolérant, pur et dur des origines correspond à un mouvement aujourd'hui mondial : entre le Daesch, Boko Haram, les Al Quaïda du monde entier, les djihadistes syriens, les talibans afghans, le wahhabisme saoudien, les islamistes du Hamas, le FIS algérien, le fondamentalisme qatari, la charia impitoyable du Soudan, les lanceurs de fatwas de l'Iran ou du Pakistan, etc., il n'y a que des différences de degré, pas de nature. [...]
En fait, le djihadisme de nos banlieues relève de la rencontre explosive entre :
  • le besoin d'absolu et de "pureté" et le refus des compromis à 20 ans, qui ont toujours existé dans tous les milieux, toutes les sociétés et toutes les époques,
  • le désert mental et l'inculture totale des laissés pour compte de notre société et de notre école (ah, si on avait pu leur faire lire et comprendre Albert Camus ou Kamel Daoud plutôt que le Coran.),
  • laissant un cerveau vierge et sans repères totalement disponible pour l' implantation facile du message radical et simpliste du salafisme mondial."
[...]
http://www.marianne.net/elie-pense/pourquoi-nos-banlieues-fabriquent-djihadistes-100231197.html



Voir la suite de la revue de presse : Djihadisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©