Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Science > 2011-2010

Science : Dieu et la religion

2011-2010

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également la rubrique Créationnisme.


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Du bon usage de la révolution darwinienne (Paul Mazliak)
L'Humanité - 19 janvier 2011

Paul Mazliak est historien des sciences.
"Patrick Tort montre que l'incompréhension de l'émergence de la culture et de la morale dans l'histoire alimente de nombreux contresens scientifi ques sur l'oeuvre de Darwin. "Darwin n'est pas celui qu'on croit", de Patrick Tort. Éditions Le Cavalier bleu 2010, 188 pages, 18 euros.
Patrick Tort, philosophe, a déjà publié une quinzaine d'ouvrages importants sur le darwinisme ; il a cependant jugé nécessaire de publier ce nouveau livre pour "tordre le cou" à nombre d'idées reçues sur l'auteur de l'Origine des espèces. On dit encore trop souvent, par exemple, que, selon Darwin, l'homme descend du singe. C'est totalement inexact. La série des hominidés (les hommes préhistoriques africains puis européens) et la série des grands singes de l'ancien monde (gorilles, chimpanzés) ont divergé au cours de l'évolution à partir d'un ancêtre commun. Bien des caractères anatomiques ou comportementaux prouvent une parenté évidente entre les deux phylums, mais les données génétiques ou paléontologiques contemporaines font remonter la divergence, en Afrique, à sept millions d'années environ. (...)
Les contestations récentes, mais en réalité résurgentes, de la théorie darwinienne par les créationnistes ou par les partisans d'un "dessein intelligent" conduisant l'évolution, s'appuient sur les zones de non-savoir de la science contemporaine. Comme le dit l'auteur en conclusion de son livre revigorant : "Les problèmes du monde ne seront pas réglés par un moindre usage de la raison.""

http://www.humanite.fr/19_01_2011-du-bon-usage-de-la-r%C3%A9volution-darwinienne-462801


Exclusif: l'origine médiévale du suaire de Turin confirmée (C.D.)
Science et Avenir - 23 décembre 2010

"Le magazine Sciences et Avenir dévoile dans son numéro daté de janvier 2011 de nouvelles analyses qui confirment l'origine médiévale du suaire de Turin. Ce grand drap de quatre mètres de long n'aurait donc pas été le linceul du Christ.
Le Britannique Thimoty Jull dans son laboratoire de l'Université de l'Arizona. Les images au microscopes révèlent le tissage caractéristique du suaire (à chevrons) et sa composition en lin, à peine contaminée par quelques fibres de coton. (S. Meckler/Sipa pour Sciences et Avenir)
En avril 2010, l'ostension du suaire dans la cathédrale de Turin a attiré les foules : deux millions de personnes se sont déplacées pour venir voir ce que des croyants considèrent comme le linceul du Christ. Pourtant, en 1988, l'Eglise catholique annonce les résultats de la datation qu'elle a elle-même organisée : la spectrométrie de masse donne une datation comprise entre 1260 et 1390. Le tissu, montré pour la première fois vers 1357 dans la collégiale de Lirey, dans l'Aube, date donc du Moyen-Age."
[...]
http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/archeo-paleo/20101222.OBS5171/exclusif-l-origine
-medievale-du-suaire-de-turin-confirmee.html


La science et Dieu (David Larousserie)
Le Nouvel Observateur - 28 octobre 2010

"Hasard ou "dessein intelligent" ? La controverse dure depuis des siècles. Mais à coups de collisions atomiques, d'explorations satellitaires et d'innovations théoriques ébouriffantes, les cosmologues ne désespèrent pas d'expliquer la constitution de l'Univers et de répondre à leur façon aux grandes interrogations métaphysiques. Et Dieu dans tout ça ?
En Grande-Bretagne, c'est l'union sacrée. L'archevêque de Canterbury, chef de file des anglicans, l'évêque catholique de Westminster, l'imam du Conseil musulman et le grand rabbin sont tombés d'accord... et à bras raccourcis sur Stephen Hawking. Vade retro, Satanas ! Dans son dernier opus "The Grand Design" ("le Grand Dessein"), le célèbre astrophysicien, ex-titulaire de la chaire de Newton à Cambridge, estime que le recours à Dieu est inutile pour expliquer le Cosmos. "La création spontanée est la raison pour laquelle il y a quelque chose plutôt que rien, pourquoi l'Univers existe, pourquoi nous existons", clame le savant médiatique frappé par une maladie dégénérative et vissé depuis de nombreuses années sur un fauteuil roulant high-tech. Réplique de monseigneur Williams depuis sa chaire de Canterbury : "La physique à elle seule ne pourra trancher la question de savoir pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien."
La question de Leibniz ! On se croirait revenu au XVIIe siècle, lorsque l'éminent philosophe et mathématicien allemand formula sa colle, cela afin d'asseoir sa théorie d'une "harmonie universelle" commandée par un Dieu nécessairement intelligent. Depuis, le débat n'a jamais cessé. (...)
En effet, si un esprit a bien codé l'histoire de l'Univers, rien ne dit pour l'instant que ce code contient aussi la vie. Certes, les atomes et les forces qui les relient sont ad hoc pour arranger des molécules, mais ensuite ? Comment passer de l'inerte au vivant ? Il n'est pas impossible qu'à partir des mêmes ingrédients on puisse créer des vies différentes de celles que nous connaissons sur Terre par exemple. En laboratoire, dans les éprouvettes, des biologistes sont déjà capables de maintenir en vie des cellules au métabolisme différent de celui de leurs cousines terrestres. Cette "xénobiologie", comme l'hypothèse des Univers multiples, montre qu'il est tout à fait possible de se passer d'une intention ou d'un programme pour résoudre la question des origines. Ajoutons que la mécanique de précision divine que les créationnistes aiment à décrire ne l'est pas vraiment. En 2006, des physiciens ont par exemple réussi à écrire un scénario théorique de synthèse des étoiles en se passant de l'interaction nucléaire faible, l'une des quatre forces de la nature ! En outre, certains paramètres ne sont ajustés qu'à 10 ou 20% près... Cela laisse de la marge. Dieu, où qu'il se cache, serait loin d'être parfait."

http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/documents/101599/la-science-et-dieu.html


Le vrai "visage de Dieu"... et des Bogdanov ? (Jean Bérard)
Le Nouvel Observateur - 30 septembre 2010

"Omniprésents dans tous les médias pour promouvoir leur dernier ouvrage, les frères Bogdanov ne cessent de se référer à la phrase métaphorique d'un prix Nobel déclarant, en contemplant les clichés de l'Univers, 380 000 ans après le big bang : "C'est comme voir le visage de Dieu"... Forts de cette citation, ils insistent sur le fait que l'Univers n'aurait pu exister sans un réglage aussi minutieux que parfait, ce qui sous-entend à l'évidence le coup de pouce d'un "Dieu-horloger". Outre le fait que cette fameuse phrase possède une connotation totalement a-scientifique (qu'est-ce donc que le visage d'une entité purement spirituelle ? Quelque chose d'aussi irrationnel et aberrant que "la main de Dieu" de Maradona ?), on aimerait savoir ce que les très chers frères entendent par "Dieu". S'il s'agit du Créateur tout-puissant, infiniment sage et bon, Maître de la Vie et de la Mort, on souhaiterait comprendre comment et pourquoi ce Pur Esprit éternel, infiniment sage et bon, décide soudainement de sortir de sa quiétude parfaite, de s'insérer brusquement dans le temps et l'espace et de "fabriquer" quelque chose (en l'occurrence l'Univers), bref, de se muer tout-à-coup en une espèce de Deus faber.
On accepterait volontiers que son omnipotence infiniment sage et bonne l'ait conduit à créer un monde où règneraient pour le moins harmonie et bonheur, reflet de sa perfection. Mais comment les chers frères conçoivent-ils que cette Création soit, au contraire, depuis ses origines, le siège de gigantesques collisions, explosions, cataclysmes, destructions, trous noirs monstrueux ? (...)
Les frères Bogdanov sont - il est vrai - d'excellents vulgarisateurs. Mais même s'ils ne sont pas des zélateurs du créationnisme, ils se révèlent trop proches des partisans de l'Intelligent Design, autrement dit, ils mêlent abusivement la religion à la science."
[...]
http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/la-parole-aux-lecteurs/100968/le-vrai-visage-de-dieu-et-des-bogdanov.html


>>> Suite de la revue de presse : Science - 2009

Voir la page d'accueil sur la science et la religion


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©