Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Justice > 2004

Justice et religion

2004

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Au Nouveau-Mexique, la religion est l’opium du peuple (Guy Baret)
Le Figaro - 17 décembre 2004 - (1/8 de page)

L’Eglise Espirita Beneficiente, au Nouveau-Mexique (USA), a la particularité d’inclure comme dogme et sacrement dans son culte "le thé hoasca, boisson hallucinogène qui contient une substance illicite, le DMT". Pour le procureur général des Etats-Unis, les missionnaires de cette Eglise sont en réalité des "dealers". L’usage de ce thé leur avait donc été interdit en 1998. Les croyants ont protesté : "Sans thé, nous sommes athées !" Dans un pays où la liberté religieuse est gravée dans la constitution, l’Eglise a porté l’affaire devant la cour d’appel qui lui a donné raison. Le Gouvernement fédéral, ne voulant pas en rester là, a saisi la Cour suprême qui a rendu son verdict : "l’usage ecclésiastique de ce thé... est protégé par la constitution américaine, au titre de la liberté religieuse". Les adeptes de l’Eglise Espirita Beneficiente sont "ravis" de pouvoir fêter Noël comme ils le souhaitent. Il s’agit là d’une "victoire posthume de Karl Marx, qui enseignait que "la religion, c’est l’opium de peuple"".
Espérons pour les américains que Ben Laden ne profitera pas de cette décision pour faire d’al-Qaida une religion aux Etats-Unis.


L’archevêché de Paris à l’amende
Le Canard enchaîné - 20 octobre 2004 - (20 lignes)

Radio-Notre-Dame, qui est présidée par Mgr Ornella, a lu "à l’antenne et en feuilleton l’intégralité d’un estimable ouvrage, "Vingt ans dans la forêt", de Michel Damien (Calmann-Lévy)" et cela sans l’autorisation de l’auteur. Le tribunal des référés a ordonné la cessation du délit et une provision de 3000 euros pour contrefaçon.
Cette information est reprise dans le "Canard enchaîné" du 27 octobre qui précise que la diffusion se faisait également sur internet.


Islam : Houellebecq définitivement relaxé
France Soir - 15 octobre 2004 (11 lignes)

La relaxe de l’écrivain Michel Houellebecq, prononcée le 22 octobre 2002 par la Justice est désormais définitive. Il était, en effet, poursuivi pour avoir qualifié l’islam de "religion la plus con", mais la dernière des parties civiles, la Ligue Islamique Mondiale, s’est désistée, comme l’a constaté le cour d’appel de Paris.


Le "messie" de Néo-Phare devant les juges (Dominique Hervouet)
Le Figaro - 15 octobre 2004 (13 lignes)

Arnaud Mussy, 38 ans, guide de la secte Néo-Phare, comparait devant le tribunal correctionnel de Nantes, en vertu d’un article de la loi About-Picard du 12 juin 2001, pour "abus de faiblesse sur des personnes en état de suggestion psychologique ou physique". Avec cette nouvelle loi qui vise les agissements néfastes des sectes, le prévenu encourt jusqu’à cinq ans de prison et 750 euros d’amende.
Créée il y a quatre ans cette petite secte comprenait une dizaine d’adeptes. Le but d’Arnaud Mussy, un professionnel de la communication, n’était pas l’argent, mais à travers ses prophéties apocalyptiques, associées à la numérologie, à la kabbale et à la science-fiction, d’"asseoir son pouvoir par la manipulation mentale".
Au printemps 2002, il prévoit la fin du monde pour le 24 octobre. Jérémy, un de ses adeptes, âgé de 28 ans, décide d’anticiper la date et se suicide le 14 juillet. Le lendemain et le surlendemain, deux autres adeptes tentent de se suicider et se blessent grièvement. Arnaud Mussy et cinq autres membres de la secte s’enferment dans un pavillon de Nantes pour y attendre la fin du monde. "L’apocalypse n’ayant pas eu lieu, l’aura du gourou pâlira et la secte se diluera peu après."
Le prévenu, qui dit regretter le suicide de Jérémy, ne se sent pas responsable et "veut utiliser son procès comme une tribune".


La condamnation de l'Eglise de scientologie confirmée en cassation
Le Monde - 5 octobre 2004 (10 lignes)

L'Asesif (Association spirituelle de l'Eglise de scientologie d'Ile-de-France) avait été condamnée en 2003 pour non respect de la loi informatique et liberté (Elle avait conservé des données concernant ses anciens membres). La cour de cassation a rejeté les pourvois l'Asesif et de son président, Marc Walter, confirmant leur condamnation à 5000 euros chacun. Elle a également rejeté la constitution de partie civile d'une association de défense des familles.


L'imam de Vénissieux de nouveau menacé d'expulsion (Olivier Bertrand)
Libération - 5 octobre 2004 (1/4 de page)

Sous-titre : Le conseil d'Etat vient d'annuler une ordonnance du tribunal administratif
Cette ordonnance, qui avait suspendu l'arrêté d'expulsion d'Abdelkader Bouziane, vient d'être annulée par le Conseil d'Etat parce que le juge lyonnais aurait "dénaturé les pièces du dossier qui lui était soumis".
Dominique de Villepin, ministre de l'Intérieur, a fait savoir qu'il prendrait les mesures nécessaires à l'expulsion de l'imam. Ce dernier, déjà sous le coup d'un arrêté d'expulsion depuis février, avait été reconduit en Algérie en avril à la suite d'une interview à "Lyon mag". Cet arrêté avait été suspendu par le Tribunal Administratif, saisi en référé le 26 avril. Abdelkader Bouziane avait alors pu rentrer en France.
Selon les Renseignements Généraux, l'imam appartiendrait au "mouvement salafiste" et entretiendrait "directement ou indirectement" des liens "avec des organisations terroristes appartenant à des filières afghanes, yéménites ou tchéchènes", liens que l'intéressé réfute. Cependant, il n'est mis en examen que pour ses propos tenus dans "Lyon mag".
Partisan d'une lecture littérale du Coran, Abdelkader Bouziane "encourage ses fidèles à vivre comme au temps des premiers compagnons du prophète". Son influence auprès des jeunes musulmans radicaux semble en déclin.


Le diocèse fait faillite (Jean-Sébastien Stehli)
L’Express - 12 au 18 juillet 2004 (1/3 de page)

Le diocèse de Portland (Oregon, USA), dirigé par l’archevêque John Vlany et accablé de dettes pour faire face à plus de 130 poursuites pour pédophilie, a annoncé qu’il se mettait sous la protection des tribunaux afin de geler pour un temps les procédure judiciaires. Rien qu’en 2003, 21 millions de dollars ont été déboursés, plus de 53 millions au total. Cette décision intervient au moment où s’ouvre un procès dans lequel un ancien enfant de choeur réclame 130 millions de dollars pour avoir été abusé sexuellement par un prêtre. Ce dernier est accusé d’avoir violé plus de 50 adolescents pendant une trentaine d'années. "Les assureurs refusent de prendre en charge ces paiements [dommages et intérêts] lorsque les autorités de l’Eglise étaient au courant des agissements de leurs prêtres".
D’autres diocèses, comme celui de Tucson (Arizona), sont dans la même situation. Selon une étude, 11000 plaintes auraient été déposées entre 1950 et 2002 contre 4400 prêtres, aux Etats-Unis.


Fonctionnaire voilée : recours contesté
Le Figaro - 2 juillet 2004 (10 lignes)

La requête en annulation d'une sanction d'exclusion pour port d'un foulard islamique, à l'encontre d'une fonctionnaire, a été rejetée par le commissaire du gouvernement. Le tribunal statuera d'ici un mois.


Aghajari échapperait à la peine de mort
Libération - 29 juin 2004 (16 lignes)

La poursuite pour apostasie, en l'occurence "insulte au prophète et négation des principes religieux", à l'encontre de Hachem Aghajari a été abandonné par la justice iranienne. Il ne risque donc plus la peine de mort, mais encourt cependant de un à cinq ans de prison pour "insulte aux principes sacrés". Devant les protestations lors sa condamnation à mort en 2002, l'ayatollah Ali Khameny avait dû intervenir pour faire réviser le verdict. "Le nouveaux procès doit s'ouvrir le 3 juillet."


Moscou : procès en iconoclastie
Libération - 18 juin 2004 - (14 lignes)

Un procès pour "incitation à la haine religieuse" vient de s’ouvrir à Moscou contre les organisateurs d’une exposition artistique de janvier 2003, mettant en scène des crucifix (avec, par exemple, une femme à la place du crucifié) et le Christ (avec une bouteille de coca-cola). Il est dénoncé comme une "attaque de l’obscurantisme" par de nombreux défenseurs des droits de l’homme. Six orthodoxes qui avaient saccagé l’exposition avec de la peinture rouge ont été acquittés.


L'Italie sommée de faire une croix sur le crucifix (Eric Jozsef)
Libération - 28 octobre 2003 - (1/2 page)

Sous titre : Un musulman fait interdire par la justice le symbole religieux dans une école.
L'Italie est en émoi. Un juge vient d'ordonner le décrochage d'un crucifix dans une école. Adel Smith, parent d'élèves et président de l'Union des Musulmans d'Italie, qui mène un combat pour le retrait des croix dans les bâtiments publics, est à l'origine de cette décision du tribunal. Celle-ci est très largement critiquée par la classe politique : "un excès qui n'aide pas l'islam".
Sous concordat avec le Vatican, l'Italie ne semble pas, malgré cette décision, être encore prête à franchir le pas de la laïcité.


>>> Début de la revue de presse : Justice


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©