Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions   > Les Enfers > 2/8


Les Enfers   -   2/8


Par Georges Timmermans  -  8 juin 2004




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.



Le royaume d'Hadès


Le monde des Enfers qui apparaît fréquemment dans la mythologie grecque, était régi par le dieu Hadès. Frère de Zeus et de Poséidon, Hadès était habituellement exclu de la liste des Olympiens parce que son royaume était l'opposé de l'Olympe céleste.

Le monde des morts se compose de trois parties distinctes :
  • L'Erèbe, lieu de passage des ombres, lorsque survient la mort.
  • Le Tartare, lieu créé par Zeus, entouré d'un triple mur d'airain, pour empêcher toute évasion.
    Y sont parqués les opposants de Zeus.
  • Les Champs Elysées, ou îles des Bienheureux, lieu dévolu aux âmes des justes.
Puis, les cinq fleuves qui séparent le monde des morts avec celui des vivants :
  • L'Achéron, fleuve de l'Affliction
  • Le Cocyte, fleuve des gémissements. Il est alimenté par les larmes des méchants, voleurs, etc.
  • Le Phlégethon, fleuve de feu.
  • Le Styx, fleuve des serments irrévocables par lequel juraient les dieux.
  • Le Léthé, fleuve de l'oubli. Les morts pouvaient s'y désaltérer dans le but d'oublier leurs maux et leurs anciens plaisirs terrestres.
Parmi les créatures infernales, il y a :
- Charon, le nocher des Enfers, faisait traverser le Styx aux âmes des morts.
- Cerbère, chien à trois têtes et à la queue de dragon, gardien des Enfers.
Il n'a jamais laissé personne ressortir du monde des morts sauf quelques héros, tel que Orphée venu rechercher son épouse la nymphe, Eurydice.




Orphée et Eurydice


Orphée était célèbre pour la beauté de son chant. Par son chant, il tenait sous son charme non seulement les êtres humains, mais aussi les animaux et la nature toute entière.
A la mort d'Eurydice il descendit aux Enfers où, grâce à son chant, il émut Perséphone, reine du royaume des morts.
Il obtint qu'Eurydice, retourne dans le monde des vivants, à condition qu'il ne se retourne pas vers elle en cours de route
Arrivée à la porte des Enfers, Orphée cédant à l'impatience, se retourna pour regarder sa femme, elle s'évanouit à jamais dans le royaume des ombres. Les Ménades (les enragées), ulcérées par l'amour exclusif qu'il portait à sa femme, le mirent en pièces et jetèrent sa lyre et ses membres dans l'Hèbre.
Orphée serait à l'origine du culte des Mystères en Grèce. Sa figure inspira une doctrine secrète : l'Orphisme.

Non seulement cette légende n'est pas isolée dans la mythologie antique, mais elle semble n'être qu'une variante d'une histoire très générale, qui s'est localisée dans différents pays et s'est attachée à des noms divers. Osiris, lui aussi, est déchiré en morceaux qui sont recueillis par Isis ; son corps, enfermé dans un coffre, flotte sur le Nil ; sa tête détachée vogue vers Byblos, la tête d'Orphée vogua vers Lesbos. Byblos, ville syrienne, est le centre du culte d'Adonis qui a été déchiré par un sanglier et dont le sang a rougi les eaux d'une rivière.
Ce qu'Adonis est en Syrie, Atys l'est en Phrygie ; l'un et l'autre sont victimes d'un sanglier, et les légendes se ressemblent au point d'avoir été confondues. Orphée, Osiris, Adonis, Atys meurent avant l'âge, de mort violente, ils ressuscitent et deviennent l'objet de cultes.


Suite   >>>   L'Enéide


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©