Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Société > 2010


Société : Dieu, religions, spiritualités

2010

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Société


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Dieu peut-il sauver les banques ? (Elodie Carcolse)
Marianne2 - 16 novembre 2010

""Un banquier mondial parle de morale", voilà pour le thème de la soirée réunissant Stephen Green, patron de HSBC et prêtre anglican et Maurice Lévy, président du groupe Publicis, au collège des Bernardins. L'occasion est trop belle d'aller écouter deux barons de la finance mondialisée parler argent, morale et religion.
Ce soir là au Collège des Bernardins, il est question d'argent, de banque, d'argent dans les banques et de morale. Les dernières polémiques qui ont égratigné la sphère financière ont mis ce mot sur toutes les lèvres. Morale. Il faut moraliser la finance pour éviter à l'avenir de tels forfaits. Pour en parler, le collège des Bernardins, célèbre think thank catho, recevait Stephen Green, président du Conseil d'administration d'HSBC et... prêtre anglican. Argent et morale donc. Pour débattre à ses côtés, Maurice Lévy, publicitaire et patron de Publicis, (et d'origine juive.) Pour les interroger, Nicolas Beytout, le redouté patron du pôle médias du groupe Arnault...
Un silence - religieux, justement - enveloppe la salle. Dans le grand auditorium, quelque 240 personnes, bon chic bon genre, la cuillère en argent coincée dans le portefeuille, écoutent, attentives, la parole du messie de la finance.
Dans un français correct, quoique trébuchant, Stephen Green prêche la bonne parole. Celle de son livre "Valeurs sûre, réflexion sur l'argent et la morale dans un monde incertain". Pour peu on serait tenter de croire qu'il existe quelque part, le monde merveilleux des bisounours de la finance. Les mots d'ordre sont : "Ethique", "Responsabilité", "Valeurs". Ici, pas question de la crise, de ses conséquences et donc de son remède mais de "philosophie". Pas question d'exploitation mais "d'exploration".
Quel est le but de notre société et de notre vie ? N'y a-t-il pas autre chose que l'argent, les profits, etc ? Ca plane pour eux ! Oyez braves gens, pour le patron d'une des plus grandes banques mondiales, l'argent ne fait pas le bonheur. Diantre! Si Kerviel et Madoff avaient su...
La moralisation de la finance est donc à la mode ces derniers temps. Même notre président s'y colle, avec plus ou moins de succès.
Lorsque Maurice Lévy prend la parole pour réagir aux propos de Stephen Green, on s'attend à un minimum de contradiction. Las, la confrontation n'aura pas lieu. Banquier et publicitaire se rejoignent."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20101128.OBS3781/le-cfcm-condamne-les-inscriptions-racistes-sur-la-mosquee-de-marmande.html


Monastères : plutôt l’hôtel que l’autel (Catherine Coroller)
Libération - 7 juillet 2010

"Points de croix. Bien que victimes d’une crise des vocations, les communautés religieuses voient affluer les «touristes» en quête de calme ou de sens.
Les monastères se vident mais les hôtelleries monastiques refusent du monde. En cette année 2010 où l’abbaye de Cluny fête ses 1 100 ans et l’abbaye de Solesmes son millénaire, l’état de santé du monachisme français est contrasté. D’un côté, la pratique religieuse ne cesse de baisser, notamment chez les catholiques puisqu’une infime minorité (4,5%) assiste désormais à la messe dominicale, selon une enquête Ifop publiée par la Croix en décembre 2009. De l’autre, des individus, toutes religions confondues, en quête de sacré, de sens, de silence ou de recueillement, se pressent dans les abbayes, couvents et monastères. "Nos capacités ne suffisent pas à accueillir toutes les demandes", affirme la mère Marie-Chantal Geoffroy, supérieure du monastère de la Visitation de Voiron (Isère) et présidente de la Fondation des monastères."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/0101645523-monasteres-plutot-l-hotel-que-l-autel


Prières et cochonnailles (Caroline Fourest)
Le Monde - 19 juin 2010

"L'extrême droite est ravie. Cet "apéro géant saucisson et pinard" interdit, quel pain bénit ! Ce n'est plus l'happy hour, c'est buffet gratuit !
Au moins dix apéros du même tonneau se profilent. Et, contrairement à ce que clament ses gentils organisateurs, ils n'ont rien de "convivial".
Nous sommes bien dans la tradition de la soupe au cochon et autres manifestations pensées pour flatter le rejet des musulmans. L'appel a été lancé conjointement par des groupes identitaires et un petit groupe d'ultralaïques, Riposte laïque, dont la dérive n'a surpris personne.
Ces derniers militent moins contre les intégrismes, au nom de la laïcité, que contre l'"islamisation" au nom de l'identité nationale. Une sémantique qui les a coupés des laïques antiracistes, avant de les rapprocher des ultranationalistes... Qu'ils admirent Eric Zemmour, Marine Le Pen, Philippe de Villiers, Batskin ou le Bloc identitaire. Bien que marginales, ces alliances préfigurent un populisme d'un genre nouveau, façon Geert Wilders aux Pays-Bas ou l'Union démocratique du Centre en Suisse.
Ce populisme marque des points partout où des élus cèdent au communautarisme et à l'intégrisme. C'est le cas lorsque certaines villes de France acceptent que des groupes religieux - juifs ou musulmans - puissent dresser des barrières et bloquer la circulation : pour la sortie d'une école religieuse ou pour prier en plein air."
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/06/18/prieres-et-cochonnailles_1375010_3232.html


Apéro géant: selon Pierre Cassen, seule l'extrême droite défend aujourd'hui la laïcité. Malheureusement.
Marianne2 - 17 juin 2010

"Pourquoi et comment des militants de la laïcité, à l'image de l'équipe de Riposte Laïque, en sont arrivés à s'allier avec un mouvement d'extrême droite comme le Bloc identitaire pour organiser un très provocateur apéro saucisson-pinard à la Goutte d'or? Réponses de Pierre Cassen, rédacteur en chef de Riposte Laïque.
Pierre Cassen, rédacteur en chef de Riposte Laïque, site internet militant considéré par ses détracteurs comme ultralaïc (ou laïcard, c'est selon, mais l'expression laïcard est de Charles Maurras...), est l'un des organisateurs de l'apéro géant saucisson-pinard qui devait avoir lieu vendredi 18 juin dans le quartier de la Goutte d'or (18e arrondissement parisien) et a finalement été interdit par la préfecture.
A Marianne2, nous connaissons bien Pierre Cassen. Aussi avons-nous été surpris de le voir présenté par plusieurs médias comme «responsable d'une association d'extrême droite». Et nous avons été également chagrinés de voir Riposte Laïque organiser cet apéro plus que discutable au côté du Bloc Identitaire, un mouvement d'extrême droite à mille lieues des valeurs auxquelles nous savons Pierre Cassen attaché. La laïcité est un combat qui fait partie de l'ADN de Marianne et nous savons d'ailleurs qu'une bonne partie des 30 000 abonnés de Riposte Laïque sont aussi des lecteurs de notre hebdomadaire. C'est justement pour cette raison que nous nous interrogeons sur ce qui ressemble bien à une dérive de Riposte Laïque : comment des militants de gauche peuvent-ils, à cause même des abandons de la gauche, en venir à fraterniser avec des militants qui se situent à la droite du Front national ? Quelle exaspération peut mener à de telles trajectoires qui satisferont, n'en doutons pas, les paranoïas habituelles sur le thème des rouges-bruns ?
Pourquoi et comment Riposte Laïque s'est-il ainsi fourvoyé? Réponses avec le principal intéressé.
Marianne2 : Qui a eu l’idée de cet apéro géant?
Pierre Cassen : Nous. Depuis sept mois, Riposte Laïque publie chaque semaine des reportages vidéo sur la prière du vendredi rue Myrha. Au début, nos lecteurs n’en croyaient pas leurs yeux. Et peu à peu, ils ont commencé à nous demander, de façon de plus en plus insistante, d’agir. Beaucoup voulaient que nous organisions une manifestation dans le quartier, ce que nous nous sommes refusés à faire. Puis un membre de notre rédaction a lancé l’idée d’un apéro géant à la Goutte d’Or, sur Facebook. Comme ça, sans réel calcul. Il ne proposait pas de saucisson-vin rouge ni même d’organiser ça un vendredi. Juste un apéro géant comme il en fleurit un peu partout. Trois jours plus tard, une certaine Sylvie François, habitante de la Goutte d’or, reprenait l’idée de l’apéro, y ajoutait le saucisson-pinard et créait un groupe sur Facebook, avec bien plus de succès que nous. Nous nous sommes donc naturellement rapprochés d’elle."
[...]
http://www.marianne2.fr/Apero-geant-selon-Pierre-Cassen,-seule-l-extreme-droite-defend-
aujourd-hui-la-laicite-Malheureusement_a194130.html


A la grâce de Dieu (Franck Nouchi)
Le Monde - 12 juin 2010

"Pour inaugurer la nouvelle formule de leur magazine, nos confrères du Pèlerin ont eu l'excellente idée de poser la seule question qui vaille aujourd'hui : "Dieu aime-t-il le football ?" Bien évidemment, chers lecteurs, je devine ici et là quelques haussements d'épaules. La métaphysique du foot, et puis quoi encore ?
Si vous n'êtes pas convaincus par la pertinence du sujet, reportez-vous page 23 de ce même numéro du Monde, à l'article que Brigitte Salino consacre au Napoli Teatro Festival Italia.
Oui, vous avez bien lu. A Naples, l'adoration pour Diego Maradona a pris une telle ampleur qu'une autre gloire de la ville, le compositeur Roberto De Simone, a écrit El Diego - Litanie per la scandalosa e la magnifica. La création a eu lieu le 5 juin au Théâtre San Carlo, en ouverture du festival.
A bien observer l'importance prise par le football dans nos sociétés, on peut effectivement se demander s'il n'est pas devenu l'objet d'un véritable culte, avec ses rites, ses grands prêtres, ses chants... "Le foot présente de vraies affinités avec les rituels religieux, explique l'ethnologue Christian Bromberger dans Le Pèlerin. Les compétitions avec un calendrier quasi liturgique ; les trophées en forme de calice ; le sentiment d'appartenance d'un public aux allures de communautés.""
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/06/11/a-la-grace-de-dieu_1371251_3232.html


La tentation du panthéisme de la société contemporaine (Chantal Delsol)
Le Figaro - 20 mai 2010

"La philosophe Chantal Delsol dénonce, dans la réflexion écologique actuelle, la sacralisation de la nature au détriment de l'homme.
À l'appel et la proposition du président bolivien Evo Morales, l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré le 22 avril «Journée internationale de la Terre-Mère». Cet étonnant événement a donc eu lieu pour la première fois avec toute la solennité souhaitée... "
[...]
http://www.lefigaro.fr/editos/2010/05/20/01031-20100520ARTFIG00701-la-tentation-du-
pantheisme-de-la-societe-contemporaine.php


Un nouveau groupe, les prêtres, chrétiens des alpes chantants
Libération - 23 mars 2010

"Vous aimez The Cure, vous allez adorer The Curés. Inspiré par le succès planétaire de The Priests, trio de prêtres catholiques irlandais et chantants, le très médiatique Mgr Jean-Michel di Falco, évêque de Gap et d’Embrun (Hautes-Alpes), est parti en quête des plus belles voix ecclésiastiques de son évêché. A l’issue d’un casting qu’on imagine calqué sur Nouvelle Star, les gagnants furent les pères Jean-Michel Bardet, Charles Troesch et le séminariste Dinh Nguyen Nguyen. Baptisé Les Prêtres (on n’aurait pas trouvé mieux), le trio sort le 29 mars son premier disque, Spiritus Dei. [...]
http://www.liberation.fr/culture/0101626113-un-nouveau-groupe-les-pretres-chretiens-des-alpes-chantants


Pour les Frères dominicains, Dieu a sa place sur Internet (Stéphanie Le Bars)
Le Monde - 19 février 2010

"Pour les Frères dominicains du couvent de Lille, la question ne fait aucun doute : Dieu a sa place sur Internet. Les 25 000 personnes déjà inscrites sur leur site pour suivre leur retraite de Carême en ligne semblent partager ce point de vue.
Depuis mercredi 17 février, premier des quarante jours de pénitence et de prière qui mènent les chrétiens à la fête de Pâques, les croyants reçoivent, chaque matin, dans leur boîte aux lettres électronique, la méditation du jour. Munis de cette "parole de Dieu", ils activent un lien qui les mène sur la "prière du jour" chantée par les Frères ; un enregistrement d'un quart d'heure que les internautes peuvent télécharger sur le support de leur choix. (...)
Aussi, lorsque, dernièrement, le pape a recommandé aux prêtres d'utiliser Internet comme "outil d'évangélisation et de catéchèse", les dominicains se sont frotté les mains. Présents sur le réseau social Facebook, où ils annoncent 2 500 amis, ils inaugurent cette année le réseau Twitter. Ils y racontent leur quotidien pour rappeler à leurs "suiveurs" que derrière l'utilisation de ces technologies, il y a une communauté de frères, "en chair et en os"."
[...]
... en attendant un dieu "en chair et en os"
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/18/pour-les-freres-dominicains
-dieu-a-sa-place-sur-internet_1307856_3224.html


>>> Suite de la revue de presse : Société - 2009


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©