Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Société > 2008


Société : Dieu, religions, spiritualités

2008

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Société


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Une lycéenne subit des violences pour avoir refusé un mariage forcé (Source AFP)
Libération – 11 novembre 2008 (1/4 de page)

"La jeune fille d'origine algérienne a subi des violences de la part de sa mère et de ses deux soeurs, selon l'enquête de la police.
Une lycéenne de 18 ans d’origine algérienne a été victime de violences aggravées de la part de sa famille, la semaine dernière à Toulon, parce qu’elle refusait d’être mariée en Algérie à un homme de 30 ans et entretenait une relation avec un jeune homme non musulman.
La jeune fille, qui a été enlevée et séquestrée quelques heures, a eu le visage et l’abdomen lacérés par un couteau. Le parquet de Toulon a ouvert une information judiciaire pour «enlèvement, séquestration, violences aggravées», confiée au juge d’instruction Jean-Pierre Buffoni."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/0101262049-une-lyceenne-subit-des-violences-pour-avoir-refuse-un-mariage-force


La Bagatelle & Dieu. Priez, mes frères, et surtout forniquez (David Van Biema)
Courrier International – 1er Août 2008 (2/3 de page)

"De plus en plus d’Eglises encouragent les couples – légitimes – à jouir sans entraves, et souvent.
La Genèse (chapitre II, verset 24) dit que l’homme "s’attachera à son épouse et ils ne seront plus qu’une seule chair". Mais comment interpréter le terme "s’attacher" ? Pour répondre à cette ­épineuse question biblique, le révérend Stacy Spencer et sa femme, Rhonda, qui ont fondé la New Direction Christian Church, à Memphis, ont convoqué 252 personnes mariées. Et la réponse à laquelle les Spencer sont parvenus est plutôt encourageante. Des relations sexuelles fréquentes ont-elles leur place dans le mariage ? Oui. Les rapports bucco-génitaux ? Relisez donc le Cantique des cantiques pour confirmation."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=88112


Un mari frappe son épouse qui a ôté son voile (M.C.)
Le Figaro – 28 juillet 2008 (1/8 de page)

"Son tort ? Avoir eu trop chaud sous son voile islamique. C'est parce qu'elle l'a soulevé afin de se rafraîchir qu'une jeune femme de nationalité française a été violemment frappée au visage par son mari. Le nez est fracturé, les joues tuméfiées. L'homme, un maçon algérien de trente ans, a été arrêté. Il est sous les verrous.
Jeudi après-midi, le couple, en vacances à Marseille, fait des courses dans un supermarché près des plages du Prado. La chaleur est accablante. Sur le parking, elle étouffe. Elle laisse alors glisser son voile. "Je ne supporte pas la chaleur», expliquera un peu plus tard celle qui habite à Lille. Ivre de rage, son mari la frappe. Affolé de voir la jeune femme le visage en sang, un passant donne l'alerte."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/07/28/01016-20080728ARTFIG00320
-un-mari-frappe-son-epouse-qui-a-ote-son-voile-.php


Refus d’accorder la nationalité pour port de la burqa : Pécresse approuve (Reuters)
Libération – 11 juillet 2008

"Quelques semaines après l'annulation d'un mariage entre deux époux musulmans, au motif que la femme avait menti sur sa virginité, une nouvelle affaire, révélée vendredi par le quotidien Le Monde, pose la question de l'acceptation des particularismes religieux et culturels dans la société française.
Faïza M. est une Marocaine de 32 ans, mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France. Elle vit en France depuis 2000, parle français et a demandé la nationalité française. Demande refusée, au seul motif qu'elle porte la burqa. «Pour la première fois en France, le Conseil d'Etat, dans un arrêt du 27 juin, a pris en compte le niveau de pratique religieuse pour se prononcer sur la capacité d'assimilation d'une personne étrangère», rapporte Le Monde.
Faïza M. «a adopté, au nom d'une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d'égalité des sexes», a estimé le Conseil d'Etat, qui se prononce sur le cas de Fazia M. après un premier refus de la nationalité en première instance en 2005 pour «défaut d'assimilation».
La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a elle approuvé samedi la confirmation par le Conseil d'Etat du refus gouvernemental d'accorder la nationalité française à cette Marocaine.
[...]
http://www.liberation.fr/actualite/societe/338543.FR.php


Ces piscines et ces stades interdits aux hommes (Delphine Chayet et Raphaël Thomas)
Le Figaro - 20 juin 2008 (1/6 de pages)

"Dans l'Essonne, le public masculin devait être exclu d'un tournoi de sportives musulmanes. Dans l'Isère, une journée réservée aux femmes est organisée à la piscine.
"Un gymnase municipal est un lieu public où les lois de la République s'appliquent." Par ses mots, le secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports, Bernard Laporte, a tenté jeudi de clore la polémique née à Vigneux-sur-Seine après l'annulation d'un tournoi de basket féminin intermosquées dans un gymnase dont l'entrée, à en croire les prospectus distribués, devait être interdite aux hommes. Une affaire qui pose de nouveau le problème du respect de la laïcité dans les établissements publics, et ce, alors qu'une autre histoire, de piscine celle-là, défraie la chronique dans l'Isère.
En présence du ministre, le président de l'association culturelle des musulmans de Vigneux a plaidé un malentendu, affirmant : "Nous n'avons jamais eu l'intention d'empêcher les hommes d'entrer car nous savons que c'est illégal." Le maire UMP Serge Poinsot avait décidé d'annuler l'épreuve, jugée "inadmissible", la semaine dernière."
[...]


Histoires de virginité (Maruja Torres)
Courrier international – 19 au 25 juin 2008 (1/2 page)

Maruja Torres a 66 ans, dont quarante-cinq de journalisme. Elle est aujourd’hui l’une des grandes plumes du quotidien El País. Résolument de gauche, elle a également longtemps été correspondante à Beyrouth, une ville qui l’a profondément marquée.
"Deux faits très révélateurs se sont produits cette année en mai – comme par hasard, le mois de Marie – à seulement deux semaines d’intervalle. Au milieu du mois, le pape Benoît XVI a reçu au Vatican 3 000 vierges “consacrées”, c’est-à-dire des femmes qui ont décidé de garder leur intimité intacte et de vivre, comme les y a exhortées le souverain pontife, de sorte que leur personne “irradie toujours la dignité du fait d’être épouse du Christ”. Les non-catholiques, mais aussi les non-fanatiques, trouveront sans doute cette histoire aberrante. Chacun a le droit de disposer de son entrecuisse comme bon lui semble. Pour autant qu’on le sache, ce ne sont pas les sexes réprimés, et pas seulement féminins, qui manquent dans les troupeaux. Mais à chacun sa croix.
Cette nouvelle, plus ou moins déprimante, aurait pu se perdre dans le flot des bizarreries dont le Vatican nous gratifie depuis quelques règnes. Mais deux semaines plus tard nous est parvenue une information complémentaire et gravissime. A Lille, en France, un juge s’est senti compétent pour annuler le mariage entre deux musulmans parce que l’épouse n’était pas vierge, comme elle l’avait assuré. Elle avait menti pour se marier et avait été répudiée par son mari, un ingénieur, et sa famille. Doit-on en déduire que, si c’était lui qui avait menti – en jurant à sa fiancée, par exemple, qu’il lui fallait au moins une demi-heure pour jouir et que de toute façon il ne le ferait pas avant de lui avoir donné deux orgasmes – et que la jeune mariée, constatant qu’il ne tenait pas ses engagements, s’était présentée devant le même juge pour réclamer une annulation – et que ça saute ! –, le haut fonctionnaire aurait accédé à sa requête ? Permettez-moi d’en douter."
[...]


Gymnase réservé aux femmes: Laporte soutient le maire de Vigneux (Reuters)
Libération – 19 juin 2008 (1/6 de pages)

"L'élu a annulé un tournoi de basket dont l'entrée était interdite aux hommes. Le président de l'association musulmane qui organisait l'événement évoque une "erreur de communication".
Bernard Laporte veut étouffer la polémique. En visite ce jeudi après-midi à Vigneux-sur-Seine dans l’Essonne, le secrétaire d’Etat aux sports a estimé que Serge Poinsot, maire UMP de la ville, avait pris "la bonne décision" en refusant de prêter un gymnase municipal pour un tournoi de basket féminin auquel les hommes auraient été interdits d’assister.
S’exprimant devant la presse, il s’est dit «rassuré» que l’intention n’ait pas été d’exclure les hommes. «Que ce soit un tournoi de sport féminin me ravit […] mais qu’on exclue une catégorie, c’est-à-dire les hommes […] dans un lieu public ça c’est contraire aux lois de la République», a déclaré Bernard Laporte, qui a expliqué n’avoir "pas l’impression" que la laïcité est attaquée dans le sport. "Tout le monde a fait amende honorable, c’est peut-être une erreur de communication, et je l’espère. On n’accepterait pas que ce soit autrement", a ajouté le secrétaire d’Etat."
[...]


La mauvaise tolérance (Jean Daniel)
Le Nouvel Observateur – 12 juin 2008 (1 page)

"Un spectre hante l'Europe, celui de l'arrivée inévitable et indispensable des travailleurs immigrés, clandestins ou pas. Mais un autre spectre taraude la France centraliste et républicaine, celui de la tolérance manifestée de plus en plus souvent pour les valeurs de ces immigrés, et de leur irrésistible contagion. Sans le recours à ces deux phénomènes, on ne peut pas, à mes yeux, vraiment comprendre le débat autour de la décision des juges de Lille la semaine dernière. Dans l'affaire de cette annulation de mariage prononcée par la justice parce que l'épouse avait dissimulé qu'elle n'était plus vierge, un fait s'est en effet révélé insolite et passionnant : c'est le caractère unanime de l'hostilité que cette annulation a suscitée.
Revenons donc sur l'essentiel. Le mariage n'est plus seulement ce qu'il était à l'origine : une institution. C'est un contrat qui peut être rompu par le divorce et dont notre droit garantit l'application.."
[...]
Extrait : "L'inscription du respect de la «diversité» dans la Constitution, dont Simone Veil a cru devoir accepter la charge, l'incitation à enseigner les langues régionales, la «sagesse» selon laquelle ce serait au pasteur d'assurer la relève éthique des professeurs de l'école laïque et républicaine, l'importance accordée aux conseils représentatifs des religions devant lesquels chaque leader politique est tenu de passer un examen de bonne conduite, la multiplication des piscines où garçons et filles sont séparés, l'acceptation par certains chefs d'établissement hospitalier de ne pas faire soigner les femmes musulmanes par des hommes et réciproquement, tout cela, dans un amalgame parfois confus, est considéré comme allant dans le même sens, celui d'un renoncement à la République. Et celui d'une mise en compétition des différentes communautés, celle de l'islam n'étant pas la moins armée pour vaincre - et ce sont souvent des intellectuels musulmans qui, en France, s'en alarment le plus." [...]


Pas vierge, délit d’initiée (Mathieu Lindon)
Libération – 7 juin 2008 (1/6 de page)

"A entendre les réactions au mariage annulé, on croirait qu’il n’y a rien de plus extravagant qu’accorder de l’importance à la virginité, qu’il n’y a aucune trace d’une aberration pareille sous nos latitudes et que la Vierge Marie n’a au grand jamais fait partie de notre civilisation. Pourtant, il n’y a pas que l’islam à ne pas être fou des relations sexuelles avant mariage, et les musulmans, au moins, ne sont pas défavorisés par rapport aux émules du pape quand il s’agit du droit à l’usage des préservatifs. C’est comme pour le voile : que des élèves portent des croix ou des étoiles de David ne gênait personne, c’est quand une religion particulière s’est manifestée que les bornes se sont soudain retrouvées franchies." [...]


Tollé après un mariage annulé pour défaut de "virginité"
L'Humanité – 29 mai 2008 (1/4 de page)

"Vives réactions à gauche et au sein des associations féministes après qu’un tribunal de Lille a annulé un mariage car l’épouse avait menti sur sa virginité.
La décision de justice se base sur un article du code civil qui évoque "les qualités essentielles"…
Le tribunal de grande instance de Lille a annulé en avril un mariage, entre musulmans, "pour erreur sur les qualités essentielles" de la conjointe car celle-ci avait menti sur sa virginité. Une affaire découverte grâce au commentaire qui en a été fait en mai dans une revue juridique, le Recueil Dalloz.
Alors que sa fiancée lui avait affirmé qu’elle était chaste, une valeur essentielle pour lui, l’homme avait découvert le soir de leurs noces, le 8 juillet 2006, qu’elle ne l’était pas. Le père de l’époux aurait alors ramené la jeune femme chez ses parents, estimant sa famille "déshonorée". Le mari, un ingénieur d’une trentaine d’années, avait décidé dès le lendemain de se séparer de son épouse et l’avait assignée en justice le 26 juillet 2006.
Le tribunal a annulé l’union, estimant que l’époux l’avait conclue "sous l’empire d’une erreur objective" qui "était déterminante dans son consentement"."
[...]
Extrait : "Pour l’association Ni putes ni soumises (NPNS), la décision de justice est qualifiée de "régression". Sa présidente Silehm Habchi s’est déclarée "catastrophée" : "nous qui nous sommes battues pour notre émancipation, nous pensions qu’après le procès de Bobigny (où la justice avait donné raison à une femme qui voulait avorter), la Justice avançait vers le progrès et vers la défense du droit des femmes !", a-t-elle fait valoir.
"Toutes les filles et femmes que je côtoie depuis ce matin sont ulcérées par cette régression et surtout amères de savoir qu’en France la virginité peut être considérée comme une "qualité essentielle" ! Nous sommes aujourd’hui trahies par notre propre justice, qui instaure une véritable fatwa contre la liberté des femmes !", a-t-elle ajouté."
[...]


Contre l'homophobie le combat est mondial (Daniel Borillo)
Le Monde – 18 mai 2008 (1/2 de page)

Entretien avec Daniel Borillo, juriste, maître de conférences à Paris-X-Nanterre et chercheur au CNRS, à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie a lieu tous les ans, le 17 mai.
"Il y a, dans le monde, plus de pays qui sanctionnent l'homosexualité que de pays qui célèbrent la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie ! L'homosexualité est aujourd'hui pénalisée, souvent de façon très brutale, dans plus de 80 pays. Dans la plupart d'entre eux, l'islam est la religion officielle, qu'il s'agisse d'Etats laïques comme la Tunisie, ou de régimes islamistes, comme le Soudan. L'homosexualité est ainsi un crime passible de la peine de mort en Arabie saoudite, en Mauritanie et au Nigeria. Les homosexuels risquent la prison à vie en Ouganda, en Inde et à Singapour. Le Coran n'est pas plus homophobe que la Bible, mais dans les pays de tradition chrétienne, l'action des mouvements laïques a permis d'affaiblir le pouvoir religieux.
Ce qui est malheureux, c'est que, dans ces pays, les initiatives de la société civile sont immédiatement censurées. En 2004, un site d'information très important sur la prévention du sida, gaymiddleeast.com, a ainsi été bloqué par les autorités saoudiennes, ce qui a eu des conséquences dramatiques pour la diffusion de l'épidémie. Dans ces pays, les islamistes, qui ont poussé les gouvernements à une homophobie virulente, ont une responsabilité très lourde, mais la société dans son ensemble participe aux persécutions en rejetant les homosexuels."
[...]


Le cardinal et le biologiste (Philippe Barbarin et Axel Kahn)
Le Nouvel Observateur – 27 mars 2008 (2 pages)

Débat sur des sujets de société entre Philippe Barbarin, cardinal primat des gaules, et le biologiste Axel Kahn.
"Le Nouvel Observateur-France-Culture. - Nicolas Sarkozy s'est exprimé récemment et à plusieurs reprises sur le fait qu'à ses yeux la religion apportait des repères, de l'identité et du sens, individuellement et collectivement. Etait-ce son rôle de s'exprimer sur ces questions ? Est-ce un péril pour la laïcité "à la française" ?
Philippe Barbarin. - La parole du président sur ce sujet est libre et relativement nouvelle. Je pense qu'il donne une définition claire de la laïcité : l'Etat français est un Etat laïque, c'est-à-dire qu'il n'est pas confessionnel. Le président sait que beaucoup de citoyens appartiennent à une religion. Il n'a pas honte de le dire. Il reconnaît que cela a beaucoup marqué l'histoire de la France, ce qui est assez courageux de sa part, spécialement lorsqu'il dit, en substance : «Je sais ce que les croyants apportent à la société.»
Quelque temps avant ses déclarations, quand se profilait la guerre en Irak, nous nous sommes rassemblés, musulmans, juifs et chrétiens, devant la statue du «Veilleur de pierre», à Lyon. Le maire, qui n'est pas sarkozyste, avait dit exactement la même chose : «Je remercie les juifs, les chrétiens et les musulmans car, lorsqu'ils sont profondément croyants, ils sont artisans de paix dans la société.» Le président a voulu dire merci aux croyants, et ça l'honore.
Axel Kahn. - S'il s'agit, dans la parole libre du président de la République, de réaffirmer le respect que l'on doit à tous les croyants quels qu'ils soient, il n'y a rien à redire. S'il s'agit d'avancer l'idée selon laquelle une partie des maux les plus épouvantables qu'a connus le monde est liée au refus des religions (et en effet les crimes du stalinisme et du nazisme ont fait des dizaines de millions de victimes), c'est autre chose. En revanche, si on va en Arabie Saoudite - pays religieux s'il en est dont la moralité des pratiques n'est pas ce qui me frappe le plus - pour affirmer qu'une des bases de la morale doit être la religion, alors là c'est contestable. On ne va pas se lancer dans une comptabilité macabre. Il y a eu aussi tant de massacres et de morts au nom de Dieu. Il y avait 80 millions d'Amérindiens avant que les sujets de ces rois très catholiques du Portugal et d'Espagne ne débarquent en Amérique, et cent ans après il n'en restait que 8 millions. Il y a eu les croisades, les conflits interreligieux lors de la partition de l'Inde, la liste est longue. J'aimerais bien connaître la religion qui éviterait ces abominations. Mais l'histoire, de ce point de vue-là, ne m offre aucune piste."
[...]


Après nous, le déluge ? (Jean-Michel Dumay)
Le Monde – 10 février 2008 (1/3 de page)

" L'aspiration à l'éternité est aussi vieille que l'humanité, nous rappelle Nicole Aubert, sociologue de l'hypermodernité, dans la dernière livraison de la revue Etudes (février 2008). "Elle est une tentative de réponse à cette absence de sens à laquelle conduit l'angoisse du néant." Mais, même si les religions font de moins en moins recette dans les sociétés occidentales, sur fond de désidéalisation ou de désutopisation, cette quête d'éternité demeure : chacun est devenu, pense ainsi la sociologue, "l'artisan de sa propre sphère de sens et forge lui-même le sens qu'il entend donner à sa vie". Tout se passe comme si "d'une certaine façon, le dieu auquel on se réfère, c'est soi-même".
Le dieu individu a donc ses évangiles, façon rubriques "psycho" des magazines grand public qu'on dit féminins (mais qu'on peut lire bien sûr avec intérêt au masculin). Grâce aux progrès médicaux, l'individu a reculé les limites d'acceptation de la souffrance. La santé est un droit. Grâce à la libéralisation des moeurs, il a grandi en poussant les barrières (supposées) trop contraignantes à son épanouissement. Le divorce est un droit. Grâce aux recettes diétético-alimentaires, son corps ne connaît plus (disons presque plus) les outrages du temps. Vieillir sans rides est un droit. Etc.
Passé les bornes de l'individualisation, et de ses nouveaux droits afférents, il n'y a plus de limites. Comment, dans ces conditions, ne pas se sentir (espérer) immortel ? Comment ne pas saliver sur ce désir d'éternité ?"
[...]


A Toulouse, les frères franciscains dénoncent l’enfermement (A.R.)
L'Humanité – 31 janvier 2008 (1/10 de page)

"Depuis octobre, les membres de cet ordre se retrouvent chaque mardi place du Capitole pour protester contre les conditions de rétention des sans-papiers.
Tous les derniers mardis du mois, depuis octobre 2007, les frères franciscains de Toulouse, rejoints par des participants croyants et incroyants de plus en plus nombreux, se retrouvent place du Capitole pour former pendant une heure un cercle de silence, de prière, et de protestation contre les centres de rétention. "Nous dénonçons l’enfermement par le gouvernement dans des centres de rétention des personnes étrangères dont le seul crime est d’être entrés en France pour vivre mieux ou pour sauver leur vie", affichent-ils sur un panneau posé à même le sol."
[...]


Le repos sabbatique, c’est écolo (Maurice Ulrich)
Courrier International – 2 au 9 janvier 2008 (1 page)

"Si les juifs, les musulmans et les chrétiens cessaient toute activité un jour par semaine, ils pollueraient d’autant moins.
A l’heure actuelle, les dirigeants religieux se convertissent à l’écologie, mais ils ont négligé l’un des enseignements judéo-chrétiens qui permettrait pourtant de réduire la consommation d’énergie et la pollution de 14,2857 %. Ce chiffre correspond à un septième – comme le sabbat, ce jour de la semaine où toute activité s’arrête. Cette journée de repos – longtemps considérée comme un don de Dieu – est censée offrir un répit joyeux et libérateur dans le travail ou la consommation, deux activités bassement matérielles qui, l’une comme l’autre, puisent dans les ressources de la planète."
[...]


>>> Suite de la revue de presse : Société - 2007


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©