Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Science > 2003

Science : Dieu et la religion

2003

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également la rubrique Créationnisme.


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Le Dieu des savants
Sciences et Avenir - décembre 2003 / janvier 2004 - Hors série n°137 (80 pages)

Un tour d’horizon très complet sur le thème de Dieu, tel que peuvent se le représenter les scientifiques. Les nombreux et très fournis articles nous emmènent vite très loin du "vieux monsieur à barbe" de la Bible pour une sorte de quête religieuse à laquelle se livrent parfois les chercheurs. "L’accumulation de questions non élucidées finit par devenir encombrante. On s’en débarrasse en faisant intervenir Dieu comme réponse globale à la somme des questions demeurées sans réponse. Dieu est alors le nom que nous donnons à notre ignorance des causes absolument premières ou de l’explication absolument ultime des phénomènes." (Paul Clavier, professeur de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure)
Voilà qui pourrait résumer l’ensemble du dossier.

Quelques thèmes abordés: Lecture déconseillée aux croyants des religions monothéistes qui risquent d’y perdre leurs repaires. Les déistes, les panthéistes et les agnostiques se sentiront plus à l’aise avec une notion de Dieu très abstraite. Quant aux athées, un peu de culture scientifique qui pose de bonnes questions, est toujours bon à prendre.


Un tunnel biblique sous Jérusalem (Sylvie Briet)
Libération - 11 septembre 2003 - (1/2 page)


Sous-titre : Archéologie. Le site de Siloé vient d'être daté au radiocarbone.
Ce tunnel d'alimentation en eau de la ville sainte du judaïsme et mentionné à plusieurs reprises par la Bible qui en attribue la création à Ezéchias, roi de Juda (727 à 698 av. J.C.). La datation à partir des matériaux incorporés dans les parois, réalisée par Amos Frumkin et son équipe, confirme l'ancienneté du tunnel. Celui-ci devient donc la construction biblique de l'âge de fer la mieux datée.
Article très factuel qui ne prouve rien d'autre que certains passages de la Bible ont été écrits postérieurement au VIIème siècle, ce que l'on savait déjà.


Dieu habite le cerveau droit
Sciences et Avenir - Septembre 2003 - n°679 - (10 pages)

Trois articles sur les progrès de la neurologie expliquent le rôle du cerveau dans la religion et la foi. La source scientifique est probablement la même que l'article de "Marianne" (voir ci-dessous).
L'introduction (Rachel Fléaux-Mulot) retrace l'évolution du cerveau depuis la préhistoire.
"Ces deux dispositions, théorie de l'esprit et théorie du corps nous ont conduit à attribuer des intentions à toutes choses, ou plutôt à rechercher pour tout des causes intentionnelles. Cet agent intentionnel nous est devenu indispensable, comme la lumière à une plante verte. Quitte à prendre le pas sur la véracité des faits."
La biologie et la foi (Patrick Jean-Baptiste)
Des chercheurs comme Eugène Aquili ont étudié les mécanismes neurologiques mis en œuvre lors de prières ou de méditation. L'imagerie médicale et l'étude des lésions cérébrales permettent désormais de localiser les régions du cortex concernées par différents comportements, religieux en particulier, et d'en comprendre le fonctionnement.
3 expériences religieuses au microscope (R. F.-M.)
L'extase d'un moine bouddhiste ou d'une sœur franciscaine serait la conséquence d'une moindre irrigation sanguine du lobe pariétal droit. Dieu n'y serait donc pour rien !!! "Exercice volontaire purement mental, la méditation est accessible - à force de concentration évidemment - aux athées." On apprend également, si l'on ne s'en doutait pas déjà, que les grands mystiques, illuminés et autres visionnaires ne seraient que des victimes de l'épilepsie.
Les croyants fervents seraient plus souvent sujet à des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) et donc davantage enclin à suivre les rituels religieux. "En somme, la religion et les rites rassurants attireraient les "toqués", et les chamans, les premiers l'auraient bien compris, il y a des millénaires de cela, en inventant les rituels sacrés ! Le rite en effet joue un formidable rôle antistress…"
Le fanatisme est-il une molécule ? (Patrick Jean-Baptiste)
Même si l'actualité peut le laisser supposer, le fanatisme n'est pas uniquement d'origine religieuse. Il relève moins d'une pathologie neurologique que de troubles psychologiques : traumatisme de l'enfance, rébellion contre l'autorité parentale et surtout un conditionnement précoce basé sur la peur et la gratitude. "Toute l'astuce de l'endoctrinement est alors orientée vers la gratitude de l'épargné - le fanatique - vers une cause, un dieu, un homme. Pour paraphraser Desmond Morris, quelque chose de l'ordre du mâle dominant symbolique, tyrannique et dangereux, mais aussi miséricordieux envers ses zélateurs."


Religion à l'école : on y enseigne de fausses vérités
Science & vie - octobre 2003 - n°1033 – (20 pages)


Sous-titre : "Sous couvert d'histoire, on enseigne encore la foi!"
Une enquête réalisée sur les livres scolaires montre que l'école laïque dispense un enseignement religieux. Les légendes et les mythes (Bibles, Evangiles) sont présentés sans les mises en garde nécessaires à côté des faits historiques. "Des cartes géographiques reproduisent le trajet de l'Exode et des frises chronologiques balisent l'histoire des Hébreux. En citant les récits de la Bible sans les contextualiser, ces ouvrages scolaires les corroborent. Ils renoncent ainsi aux lumières qu'apportent les recherches scientifiques en la matière."
Les débuts du christianisme sont quant à eux présentés de manière "idyllique", comme par exemple en classe de 6ème. "On traite trop souvent Rome au travers du christianisme comme si le seul destin historique du monde romain avait été de l'engendrer. Mais de la religion Romaine on ne dit rien. […] Ce n'est pas là une démarche historique." (Pascal Arnaud, spécialiste du monde romain).
L'article montre que les faits pouvant choquer les croyants sont passés sous silence, on se limite au "religieusement correct" à défaut de "l'historiquement exact". Le christianisme, décrit de l'intérieur, semble se réduire au seul catholicisme. L'image du monde arabe et de l'islam, dans les ouvrages s'est amélioré depuis quelques années, mais conserve un caractère conquérant et belliqueux.
Un article éclairant et objectif.


Exclusif : on sait enfin où habite Dieu (par Anna Alter)
Marianne - 18-26 août 2003 - n°330 - (5 pages)

Un article très intéressant sur la religion et le cerveau. La compréhension que les chercheurs ont de cet organe d'une grande complexité progresse chaque jour. Des neurophysiologistes ont analysé le fonctionnement du cerveau lors de méditations religieuses ou de prières et ont pu expliquer comment les deux lobes pouvaient "disjoncter" et provoquer une "quiétude béate, un grand flash". Ce phénomène serait à l'origine des états de grâce, extases, apparitions et autres miracles.
"Humilité scientifique oblige, nos chercheurs se contentent d'analyser les deux voies qui permettent à l'homo sapiens sapiens de se hisser sur des cimes radieuses par la méditation transcendantale : la Via positiva consiste à fixer un objet, et la Via negativa exige de ne penser à rien, de se vider entièrement la tête. Chacune, par une activité mentale spécifique, perturbe le fonctionnement normal du cerveau au point de le déconnecter de la réalité, via des engrenages compliqués…[…]
Les neuropsychiatres, en se fondant sur les descriptions données par les Evangiles, le Coran ou des livres d'histoires, au vu des symptômes manifestés par certains prophètes, diagnostiquent chez ces patients d'un autre âge une épilepsie du lobe temporal droit. Un dérèglement de l'activité électrique dans ce groupe de neurones provoque des hallucinations visuelles et auditives très particulières, sauf chez les gauchers dont le cerveau est différemment latéralisé et organisé. Le sujet en phase aiguë voit la lumière et entend des paroles, exactement comme saint Paul sur le chemin de Damas ou Jeanne d'Arc dans son village lorrain de Domrémy."

L'intégrisme et le fanatisme religieux sont expliqués de même par un conditionnement approprié dès le plus jeune âge entraînant un dysfonctionnement de "régions cérébrales profondes".
La foi et les rites religieux peuvent avoir des effets bénéfiques, antistress notamment, "…mais attention toutefois aux effets toxiques à haute dose." Et pour les "pratiquants non-croyants"?


>>> Début de la revue de presse : Science

Voir la page d'accueil sur la science et la religion


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©