Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Littérature > 2013

Littérature

2013

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la revue de presse sur la littérature


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Comment les musulmans ont-ils traité leurs minorités religieuses ? (François Reynaert)
Le Nouvel Observateur - 20 octobre 2013

"Pour enfin comprendre quelque chose à l'histoire du monde arabo-musulman, notre ami François Reynaert publie "L'Orient mystérieux et autres fadaises", où il consacre un chapitre au fonctionnement de l'Empire ottoman. Extraits :
L'hétérogénéité est le trait dominant de l'Empire ottoman. Les peuples y abondent. On a parlé des Grecs, des Serbes, des Bulgares, des Roumains, des Arméniens, des Turcs, des Arabes, des Tatars, des Kurdes et des Tsiganes. On aurait pu citer aussi les Berbères, qui vivent dans les lointaines régences de Méditerranée, les Hongrois ou encore les Albanais. [...]
Les Ottomans ne cherchent pas à unifier ce patchwork. Au contraire, ils en font leur système de pouvoir. L'empire est organisé en divers millets ("communautés") auxquels chaque sujet est tenu d'appartenir en fonction de sa religion. Les musulmans ont le leur, qui a, évidemment, la prééminence. À sa tête est symboliquement placé le sultan lui-même, puisqu'il joue le rôle de calife, c'est-à-dire de chef religieux, même si les Ottomans n'ont porté ce titre que très tardivement, au XIXe siècle. [...]
Chaque communauté gère son propre système judiciaire, en particulier pour ce qui concerne le "statut personnel" (les questions d'héritage, de mariage, etc.). Souvent, le millet organise son propre système éducatif. Son chef est responsable du bon ordre au sein de sa communauté, et surtout de la collecte de l'impôt, qui diffère selon la religion. Les non-musulmans en paient plus. On voit bien l'idée pour le pouvoir central. Je ne veux voir qu'une tête, ou plutôt je ne veux voir qu'une calotte ou une kippa, pour le reste débrouillez-vous entre vous. [...]
Au-delà de leurs différences de système politique, toutes les sociétés musulmanes ont usé, pour gérer leurs relations avec les non-musulmans, du même cadre général, leur proposant le statut de dhimmi - "protégés", ou plutôt "tributaires" (2) -, que nous avons déjà évoqué."
[...]
http://bibliobs.nouvelobs.com/les-ecrivains-de-l-obs/20131009.OBS0376/comment-
les-musulmans-ont-ils-traite-leurs-minorites-religieuses.html


Le salafisme, puritain et conservateur (Pierre Saly)
L'Humanité - 16 septembre 2013

Pierre Saly est historien.
"Du golfe aux banlieues, le salafisme mondialisé, de Mohamed-Ali Adraoui. Éditions PUF, 248 pages, 24?euros, 2013.
Salafisme?: voilà un mot galvaudé par la pratique journalistique, et qui est entré dans le quotidien de la communication politique pour désigner un radicalisme de l'islam dont la violence (en particulier terroriste ou militarisée) serait l'expression par excellence.
C'est au salafisme en France que s'est intéressé Mohamed-Ali Adraoui dans un savant ouvrage, riche de nombreuses et passionnantes interviews de fidèles. Ce courant est d'abord un fondamentalisme (plus qu'un intégrisme) qui se réclame d'un retour aux principes et pratiques des "?pieux ancêtres?", c'est-à-dire des premiers compagnons du Prophète.
Mais cette "voie salafiste" n'est pas nourrie principalement par la fréquentation personnelle du Coran?; elle s'inscrit dans un des courants de la multiforme tradition islamiste, avec une référence particulière à l'enseignement du wahhabisme, associé à une valorisation récurrente de l'Arabie saoudite."
[...]
http://www.humanite.fr/tribunes/le-salafisme-puritain-et-conservateur-du-golfe-aux-549232


L'islam des Lumières est-il un mythe ? (Eric Conan)
Marianne - 9 juin 2013

"Alors que l'euphorie ayant salué les printemps arabes laisse la place à une gêne silencieuse, Pierre Nora et Marcel Gauchet, que la déception n'empêche pas de penser, publient dans la collection accompagnant leur revue le Débat un essai renversant de Philippe d'Iribarne sur les rapports entre l'islam et la démocratie.
Pour ce spécialiste de la mondialisation et du multiculturalisme, la progression de l'islamisme ne serait pas une réaction archaïque à la modernité, mais son produit. Loin d'être des "terroristes" hérétiques, les islamistes qui détruisent au Mali les mausolées édifiés par un syncrétisme mi-soufi mi-autochtone participent de l'"hégémonie d'un islam légaliste mondialisé" favorisé par l'alphabétisation, les pétrodollars des pays à législation coranique et les nouveaux moyens de communication.
Pourquoi, se demande Iribarne, cette modernité qui a contribué à la sécularisation du judéo-christianisme produit-elle l'inverse dans une aire musulmane humainement si diverse ? Après avoir examiné nombre d'hypothèses, il retient la dynamique propre du Coran qui sacralise la "certitude" et l'"unicité" comme objectifs primordiaux, mais aussi comme conditions de leur réalisation : le doute, le dialogue et le pluralisme passent pour des faiblesses.
Quand le christianisme agit, selon la formule de Marcel Gauchet, comme la "religion de la sortie de la religion", l'islam demeure la religion de l'effort permanent pour réaliser le message divin de soumission."
[...]
http://www.marianne.net/L-islam-des-Lumieres-est-il-un-mythe%C2%A0_a229270.html


Que de folies la religion a-t-elle suscitées ! (Nicolas Weill)
Le Monde - 15 février 2013

"Un dictionnaire fait le point sur le lien entre états morbides et passions religieuses. Face à l'étrangeté du mysticisme (extases, transe extatique, possession, convulsions) ou à la violence du fanatisme (fous de Dieu, terroristes ceinturés d'explosifs), la tentation est toujours forte de réduire les manifestations de la vie religieuse à des pathologies psychiques. Tel fut le cas de Jean-Martin Charcot (1825-1893) et de ses disciples de la Salpêtrière à l'âge d'or de l'anticléricalisme et du positivisme. Pour eux, la "grande hystérie" avait fini par fournir une grille d'explication quasi universelle." [...]
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J
&objet_id=1223803&xtmc=religion&xtcr=37


>>> Suite de la revue de presse : la littérature : 2012

Voir la page d'accueil sur la littérature et la religion


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©