Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Justice > 2009

Justice et religion

2009

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Dépôt d'un recours contre l'interdiction des minarets en Suisse
Le Nouvel Observateur - 16 décembre 2009

""La Suisse érige en principe une mesure qui restreint la liberté de religion des musulmans", estime l'ancien porte-parole de la mosquée de Genève, qui va faire examiner l'interdiction des minarets par la Cour européenne des droits de l'homme.
Un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme a été déposé contre l'interdiction des minarets en Suisse, a révélé la TSR, mardi 15 décembre. L'initiative revient à l'ancien porte-parole de la mosquée de Genève, Hafid Ouardiri, entouré d'avocats suisses, français et belges."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20091216.OBS0827/?xtmc=religion&xtcr=6


La citation de la Licra contre Siné annulée en appel (Tristan Berteloot)
Le Nouvel Observateur - 27 novembre 2009

"La citation de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) contre le dessinateur Siné a été annulée par la cour d'appel de Lyon pour vice de procédure, a annoncé jeudi 26 novembre Siné Hebdo. Siné était poursuivi pour "incitation à la haine raciale" pour une chronique parue dans Charlie Hebdo dans laquelle il avait ironisé sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy. Ancienne figure du journal satirique Charlie Hebdo, Maurice Sinet, alias Siné, 80 ans, n'était pas présent lors de l'audience.
Joint par Nouvelobs.com, il s'est dit "soulagé", avouant en vouloir encore aux acteurs de l'affaire, Philippe Val en tête. "J'ai failli y laisser ma peau, ma réputation. Ils ont voulu m'abattre", avance-t-il. "Je ne comprends pas l'acharnement de l'avocat de la Licra. Il semble en avoir fait une affaire personnelle, et s'acharne comme un fou", ajoute Siné, illustrant ses propos : "je le compare à ce qu'est devenu [l'humoriste, ndlr] Dieudonné. Ce sont des gens qui s'enferment dans des trucs et n'arrivent pas à en sortir. Il deviennent comme des bêtes en cage"."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/medias-pouvoirs/20091126.OBS8887/la-citation-de-
la-licra-contre-sine-annulee-en-appel.html


En Italie, Solie Lautsi, Mère Courage en lutte contre le crucifix (Camille Bauer)
L'Humanité - 6 novembre 2009

"Elle a mis en émoi l’Italie et toute l’Europe catholique. Solie Lautsi n’est qu’une simple mère de famille. En se lançant dans une bataille judiciaire pour protéger ses enfants, elle est à l’origine de la condamnation de l’Italie par la Cour européenne des droits de l’homme pour la présence de crucifix dans les salles de classe. À l’unanimité, les sept juges de la Cour ont estimé mardi que ces crucifix étaient contraires au droit des parents à éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté religieuse, donnant raison à la ténacité de Solie Lautsi. Cette Italienne d’origine finlandaise s’est lancée dans cette bataille en 2001, quand elle a découvert que les classes de ses deux enfants, dans l’école publique d’Abano Terme en Vénétie, étaient ornées de crucifix. Exprimant sa réprobation, elle a alors demandé que ces symboles religieux soient retirés, arguant qu’un arrêt de la Cour de cassation avait jugé leur présence dans les bureaux de vote contraire à la laïcité de l’État." [...]
http://www.humanite.fr/2009-11-06_International_En-Italie-Solie-Lautsi-Mere-Courage-en-lutte-contre-le


Les écoles italiennes priées de remballer leurs crucifix (Eric Jozsef)
Libération - 4 novembre 2009

"La Cour européenne des droits de l’homme juge la croix contraire à la liberté religieuse. Tollé.
Vade retro crucifix. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a sommé hier l’Italie de remiser les croix chrétiennes qui ornent les murs des classes dans la plupart des écoles transalpines. Au nom de l’article 9 de la Convention des droits de l’homme, qui affirme la liberté de pensée et de conscience, la cour de Strasbourg a en effet estimé à l’unanimité que la présence de crucifix était, entre autres, contraire au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions, et au droit des enfants à la liberté de religion. La sentence a immédiatement provoqué un petit séisme dans une péninsule très majoritairement catholique et toujours dans l’ombre du Vatican.
«aberrante». Une grande partie de la classe politique, notamment dans la majorité de droite, juge la décision inacceptable considérant, en substance, qu’elle portait atteinte à l’identité et à l’indépendance du pays. "C’est une sentence aberrante qu’il faut repousser avec fermeté", a résumé l’ex-ministre ultra-catholique de la Culture, Rocco Buttiglione, avant de marteler : «L’Italie a une culture, une tradition et une histoire». (...)
Bien qu’en Italie, le catholicisme n’est officiellement plus religion d’Etat depuis 1984, la justice confirmait ainsi de facto la validité des ordonnances adoptées dans les années 20 sous le régime fasciste, prévoyant la présence du crucifix dans les lieux publics, écoles, commissariats ou tribunaux. Mais Soile Lautsi ne s’est pas résignée. C’est elle qui a présenté un recours devant la CEDH, laquelle a donc finalement estimé que "la croix pouvait aisément être interprétée par des élèves de tous âges comme un signe religieux, signe qui peut être perturbant pour des élèves d’autres religions ou athées".
Hier, le camp laïque s’est réjoui de la nouvelle en provenance de Strasbourg. Le petit juge de Rimini, Luigi Tosi, qui est toujours suspendu de ses fonctions pour avoir refusé, en 2003, de rendre la justice sous un crucifix, s’est félicité d’un «verdict cohérent avec les principes d’égalité et de liberté». Le secrétaire des communistes du parti Refondation, Paolo Ferrero, a salué une décision qui «réaffirme la valeur de la laïcité de l’école et de l’Etat»."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/0101601088-les-ecoles-italiennes-priees-de-remballer-leurs-crucifix


La scientologie condamnée (Lina Sankari)
L'Humanité - 28 octobre 2009

"L’église de scientologie plie mais ne rompt pas. Les parties civiles saluaient hier comme une "décision historique" la condamnation à 600 ?000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris des deux principales structures pour "escroquerie en bande organisée". Mais, dans le même temps, le porte-parole de l’église assurait dans un communiqué "ne pas renoncer", tout en dénonçant un "procès en hérésie". [...]
Il s’agit du jugement le plus sévère jamais prononcé en France contre ce groupement d’origine américaine, créé en 1954 par l’écrivain de science-fiction Ron Hubbard, et considéré comme une secte dans un rapport officiel français remontant aux années 1990, mais qui se présente comme une nouvelle religion. La liberté de conscience ne suppose pas d’immunité pour ceux qui peuvent s’en prévaloir, ont fait valoir les juges."

http://www.humanite.fr/2009-10-28_Societe_La-scientologie-condamnee


Scientologie: le parquet demande la dissolution (AP)
Le Nouvel Observateur - 15 juin 2009

"Le parquet de Paris a requis lundi la condamnation suivie de la dissolution de l'association spirituelle de l'Eglise de Scientologie-Celebrity Center et de la librairie SEL (Scientologie espace liberté), jugées en tant que personne morale par le tribunal correctionnel de Paris pour "escroquerie en bande organisée", et a réclamé une amende de deux millions d'euros contre chacune de ces deux associations.
Ces réquisitions sont d'autant plus sévères que le ministère public avait dans ses réquisitions écrites, transmises au juge d'instruction en septembre 2006, demandé un non-lieu général au profit des deux personnes morales et des sept prévenus qui n'étaient plus que six devant le tribunal, l'un d'entre eux étant mort depuis.
Le ministère public a requis des peines d'emprisonnement avec sursis -de deux à quatre ans- assorties d'amende -de 10.000 euros à 150.000 euros- à l'encontre de quatre des six anciens membres de l'Eglise de Scientologie jugés depuis le 25 mai.
Maud Morel-Coujard, l'un des deux procureurs de la République, a estimé que les tests de personnalité réalisés sur les futurs membres, la pratique de l'électromètre, "le harcèlement commercial" et la "cohorte de programmes de formation" vendus aux adeptes étaient autant de "manoeuvres frauduleuses" caractérisant l'infraction d'escroquerie en bande organisée."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/20090615.FAP8520/?xtmc=religion&xtcr=4


Le dessinateur Siné relaxé par le tribunal correctionnel de Lyon
L'Humanité -– 24 février 2009 (1/10 de page)

"Le dessinateur Siné, poursuivi pour "incitation à la haine raciale" après avoir ironisé dans Charlie Hebdo sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy, a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Lyon.
"Le tribunal considère que (Siné) s'est autorisé à railler sur le mode satirique l'opportunisme et l'arrivisme d'un homme jeune, engagé sur la scène politique et médiatique", a déclaré le président du tribunal, Fernand Schir, au rendu du délibéré.
"Il ne creuse pas le préjugé antisémite", a-t-il ajouté.
Ancienne figure du journal satirique Charlie Hebdo, Maurice Sinet, alias Siné, 80 ans, présent au jugement, s'est dit "soulagé", répétant qu'il ne "s'était jamais senti coupable".
La chronique controversée sur Jean Sarkozy, qui ironisait sur sa conversion éventuelle au judaïsme avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty, avait été publiée le 2 juillet 2008 dans Charlie Hebdo."."
[...]
http://www.humanite.fr/node/31236


>>> Suite de la revue de presse : Justice - 2008


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©