Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Maroc

Maroc

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"



Les mosquées marocaines devront être plus vertes (Rémi Barroux)
Le Monde - 17 novembre 2016

"Le gouvernement marocain a lancé un programme visant à réduire de 40 % la consommation d'énergie d'une centaine d'établissements, alors que se tient la COP22 à Marrakech.
A la couleur verte de l'islam, les mosquées marocaines veulent ajouter le vert de l'écologie. La transition énergétique dont se targue le Maroc, qui accueille, à Marrakech, la conférence sur le climat, la COP22, doit aussi passer par la religion. Un programme "Mosquées vertes", basé sur l'efficacité énergétique, ambitionne de réduire les consommations d'énergie des lieux de culte. "La facture énergétique, dans les mosquées, est de 140 millions de dirhams [14 millions d'euros] par an, dont 40 reviennent au gouvernement. Nous voulons réduire de 40 % leur consommation d'énergie", explique Samira Lakhlifi, de l'Agence marocaine de l'efficacité énergétique (AMEE). [...]
Dans une brochure, publiée en novembre, le ministère des habous et des affaires islamiques, associé à l'AMEE, explique que ces valeurs environnementales "s'expriment autant dans les enseignements coraniques que dans la tradition et les hadiths du prophète, à travers divers concepts supposés servir de référentiel de base pour les comportements du musulman". Il liste ainsi de nombreux versets coraniques où sont présentes les notions de préservation de la nature, de respect de la vie sur terre, voire de consommation. "
[...]
http://www.lemonde.fr/cop22/article/2016/11/17/les-mosquees-marocaines-devront-etre-plus-vertes_5033105_5025028.html?xtmc=religion&xtcr=59


Mohammed VI appelle à l'union face au fanatisme religieux (avec AFP)
Le Monde - 21 août 2016

""Les terroristes qui agissent au nom de l'islam sont des individus égarés condamnés à l'enfer pour toujours", a déclaré le souverain des Marocains.
"Face à la prolifération des obscurantismes répandus au nom de la religion", le roi du Maroc Mohammed VI a appelé, samedi 20 août, toutes les croyances à "un front commun pour contrecarrer le fanatisme". S'exprimant à la télévision publique dans un discours à la nation, il a notamment fait référence à l'assassinat du père Hamel le 26 juillet, soulignant que le meurtre d'un prêtre "dans l'enceinte d'une église est une folie impardonnable".
Le chef d'Etat a également "invité" les 5 millions de Marocains vivant en Europe et dans le reste du monde "à rester attachés aux valeurs de leur religion et à leurs traditions séculaires face à ce phénomène qui leur est étranger"."
[...]
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/08/21/mohamed-vi-appelle-a-l-union-face-au-fanatisme-religieux_4985633_3212.html?xtmc=religion&xtcr=47


La tentation djihadiste des salafistes marocains (Ilhem Rachidi)
Médiapart - 19 juin 2016

"Le conflit en Syrie a séduit un nombre important de Marocains, qui forment son troisième contingent arabe, avec plus de 1 500 personnes qui se sont rendues en Irak et en Syrie. Leurs départs, auparavant tolérés par les autorités, sont désormais surveillés, de même que les retours, par crainte d'un attentat sur le territoire du royaume.
Rabat (Maroc), de notre correspondante. - Hatim el-Ouahabi, surnommé Halawa, était un sportif réputé. Issu de Tétouan, dans le nord du pays, ce jeune Marocain a fait partie de l'équipe nationale de football en salle. L'été dernier, il décidait de rejoindre Daech. Quelques mois plus tard, en mai 2016, des sites d'information locaux annonçaient sa mort lors d'affrontements entre Daech et les forces armées syriennes. Issu de la même ville, d'où proviennent une proportion importante de djihadistes, Mourad Derdri, un professeur de sciences, est décédé quelques jours plus tôt dans des circonstances similaires. Deux hommes a priori éloignés des clichés du djihadiste marginalisé par la société.
Dans cette région où le chômage est élevé, les occasions rares et la mouvance salafiste présente, les volontaires au djihad sont nombreux. Rejoindre Daech et y jouer un rôle important, reconnu, avec de surcroît des avantages matériels, représente pour eux un symbole de réussite."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/international/190616/la-tentation-djihadiste-des-salafistes-marocains


Au Maroc, la réforme du code pénal menace un peu plus les libertés (Ilhem Rachidi)
Médiapart - 16 juillet 2015

"Les poursuites intentées contre deux jeunes filles pour avoir porté une jupe trop courte ont mis le pays en émoi. Elles ont été innocentées, mais de nombreuses questions subsistent sur la régression des libertés dans le royaume. Un nouveau code pénal est en cours d'élaboration, qui acte un retour du religieux.
Le droit de porter une jupe. C'est pour défendre ce droit que des centaines de personnes ont manifesté ces derniers jours devant le Parlement et dans plusieurs villes marocaines. Le 6 juillet, deux jeunes femmes comparaissaient au tribunal d'Inezgane, près d'Agadir, dans le sud du Maroc, pour outrage à la pudeur. Leur délit supposé : avoir porté des jupes trop courtes en se rendant sur un marché local. C'est après avoir été agressées par des hommes - deux hommes ont été poursuivis depuis - qu'elles sont passées de victimes à accusées (voir la page Facebook "Mettre une robe n'est pas un crime"). Il n'en a pas fallu davantage pour mobiliser des manifestants de bords politiques divers, du Parti Authenticité et Modernité (PAM) au parti d'extrême gauche Annnahj Addimocrati, ainsi que des personnalités politiques comme l'ancienne ministre Nezha Squalli et la secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) Nabila Mounib."
[...]
http://www.mediapart.fr/journal/international/160715/au-maroc-la-reforme-du-code-penal
-menace-un-peu-plus-les-libertes


Quatre Marocains condamnés pour avoir publiquement rompu le jeûne (Source AFP)
Le Point - 14 juillet 2015

"Les jeunes hommes avaient été interpellés à Marrakech pour avoir rompu publiquement le jeûne du ramadan. Ils écopent de deux mois de prison avec sursis.
Quatre jeunes arrêtés à Marrakech, au sud du Maroc, pour n'avoir pas respecté le jeûne du ramadan ont été condamnés mardi à deux mois de prison avec sursis, a annoncé une ONG de défense des droits de l'homme.
"Ce jugement est courageux même si nous aurions souhaité qu'ils soient innocentés", a déclaré le représentant local de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH, indépendante), Omar Arbib. L'article 222 du Code pénal punit la "rupture publique du jeûne" pendant le mois de ramadan d'une peine pouvant aller jusqu'à six mois de prison ferme."
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/quatre-marocains-condamnes-pour-avoir-publiquement-rompu-
le-jeune-14-07-2015-1944389_24.php#xtmc=religion&xtnp=8&xtcr=71


Maroc : 8 djihadistes dont 1 Français condamnés (Avec AFP)
Le Figaro - 12 février 2015

"Huit personnes, dont un ressortissant français, ont été condamnées dans "des affaires de terrorisme" à des peines de trois à cinq ans de prison ferme par un tribunal de Salé, près de Rabat, a rapporté aujourd'hui l'agence MAP. Le Français, Pierre Pascal, a écopé de cinq ans de prison ferme pour "constitution de bande", "actes de terrorisme dans le cadre d'un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l'ordre public" et "apologie d'actes constituant des crimes terroristes", selon la même source. [...]
Les procédures liées à des "affaires de terrorisme" ont plus que doublé dans le royaume en 2014 par rapport à 2013, avec un total de 147 contre 64 l'année précédente, a indiqué mercredi un haut responsable judiciaire. Rabat, qui ne cache pas son inquiétude face au phénomène djihadiste, a lancé ces derniers mois un nouveau dispositif de sécurité et complété sa législation antiterroriste."

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/12/97001-20150212FILWWW00498-maroc-8-djihadistes-dont-1-francais-condamnes.php


Le tribunal de Fès acquitte un jeune homme ayant reconnu sa conversion au christianisme
Panoramaroc - 14 février 2014

"Après avoir été condamné à deux et demi de prison en 1ère Instance pour "diffusion du christianisme et atteinte à la foi des musulmans", un jeune homme de la région de Taounate, Mohamed el Baladi, a été acquitté en appel après que le parquet ait renoncé à réclamer sa condamnation.
Le verdict a surpris l'assistance qui s'attendait à une confirmation du jugement de 1ère Instance pour ce jeune homme qui avait été condamné, donc, à deux ans et demi d'incarcération et qui avait déjà passé 30 jours en détention. La Cour d'appel de Fès lui avait accordé la liberté provisoire et, après trois audiences, a finalement décider de casser le premier jugement.
Commentant ce verdict, l'avocat d'el Baladi, Me Mohamed Ouazzani Chahidi Benabdallah a expliqué que le tribunal avait observé scrupuleusement les termes de la loi et les stipulations du Code pénal qui, en son article 220, dispose que : "Est puni de la même peine (six mois à trois ans de prison), quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d'ébranler la foi d'un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d'enseignement"."
[...]
http://www.panoramaroc.ma/fr/le-tribunal-de-fes-acquitte-un-jeune-homme
-ayant-reconnu-sa-conversion-au-christianisme/


La polygamie n'est pas une volonté divine et le viol des enfants n'est pas mariage (Ahmed Aassid)
PanoraMaroc.ma - 30 décembre 2013

"La polygamie n'est pas une volonté divine et le viol des enfants n'est pas mariage Le leader de l'USFP a eu le courage de réclamer l'égalité des femmes et des hommes dans l'héritage et la criminalisation de la polygamie et de la pédophilie. Cela lui a attiré, comme toujours en pareille occasion, les attaques puériles et artificielles des inconditionnels de la tradition et des gardiens du temple, ceux-là même qui se nourrissent du sous-développement et qui ne doivent leur existence au sein de l'espace public qu'en combattant férocement toute notion de dignité humaine et en s'opposant à toute espèce d'évolution. Ils ne sentent leur masculinité et ne ressentent de virilité qu'en exerçant leur domination sur les femmes qu'ils placent sous la crade chaussure des ignorants et des malades mentaux.
Ces gens-là n'ont d'autre argument que de répéter à l'envi que Dieu a voulu la polygamie et la non-égalité devant l'héritage. Cela est une preuve ancienne et dépassée, au nom de laquelle les pires injustices de l'histoire de l'humanité ont été commises et le sont encore : Attribuer à Dieu les erreurs des hommes.
Or, selon la propre logique religieuse, on peut dire que Dieu a conféré à ces gens des esprits et des yeux pour réfléchir et voir où se trouve l'intérêt de leurs sociétés.
Et donc, bien que Dieu ait recommandé de prendre soin des esclaves et de jouir de nos prises, et bien que l'esclavage fût un mode économique sur lequel a été fondé l'ensemble de l'édifice sociale califal, nous avons opté pour l'intégration à notre temps en criminalisant l'esclavage, dans le sillage des nations développées, de même que nous avons transformé les prises de guerre en harems, qui ont ainsi prospéré des siècles durant."
[...]
http://www.panoramaroc.ma/fr/la-polygamie-nest-pas-une-volonte-divine-et-le-viol
-des-enfants-nest-pas-mariage-par-ahmed-aassid/


Au Maroc, les rebelles du ramadan suscitent les critiques
Le Nouvel Observateur - 16 août 2012

"Le groupe "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas" en arabe marocain) a été récemment créé par de jeunes Marocains déterminés à défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants. Ils veulent pouvoir manger, boire et fumer en public durant le mois sacré du ramadan.
"L'idée est de dire à la société que nous sommes différents et que nous n'avons pas à nous cacher", affirme à l'AFP Imad Iddine Habib, 23 ans, cofondateur de ce groupe dont la page Facebook compte quelque 350 membres.
Les grandes villes du Maroc, un pays très touristique où se pratique un islam tolérant et modéré, regorgent de bars qui ferment néanmoins durant le ramadan.
Quelque 89% des Marocains considèrent la religion comme "très importante" dans leur vie, selon une récente étude de l'institut américain Pew research Center, et pour la grande majorité des gens, ne pas jeûner pendant le ramadan relève du sacrilège.
"La plupart des gens sont choqués de voir quelqu'un manger dans la rue", convient Omar Benjelloun, un avocat de défense des droits de l'Homme.
L'article 222 du code pénal stipule qu'une rupture du jeûne en public est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à six mois."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120816.AFP5850/au-maroc-les-rebelles-du-ramadan-suscitent-les-critiques.html


Maroc : le gouvernement islamiste bouleverse le paysage de l'audiovisuel (AFP)
Le Point - 12 avril 2012

"L'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard, l'obligation de diffuser les cinq appels à la prière et une plus grande arabisation des programmes sur les chaînes publiques ont provoqué un coup de tonnerre au Maroc, dirigé depuis janvier par un gouvernement islamiste. (...)
Ces nouvelles mesures, adoptées par la Haute autorité de la Communication et de l'audiovisuel (HACA), et qui doivent entrer en vigueur à partir du 1er mai, suscitent de vives réactions, y compris au sein du gouvernement de l'islamiste Abdelilah Benkirane qui dirige une coalition de partis.
Le ministre des sports --qui est en même temps le président du Conseil d'administration de la Marocaine des jeux et des sports (MDJS) --Mohamed Ouzzine a ainsi critiqué "l'approche" de M. Khalfi, "qui est un ministre de la communication et non un Mufti ou un Fqih (théologien) qui interdit et autorise".
Pour la première fois au Maroc, des islamistes modérés sont aux affaires, après leur victoire aux législatives anticipées de novembre, voulues par roi Mohammed VI qui a organisé une transition politique en douceur du royaume afin de lui éviter le tumulte du printemps arabe."
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/maroc-le-gouvernement-islamiste-bouleverse-le-
paysage-de-l-audiovisuel-12-04-2012-1450698_24.php


Maroc: le gouvernement islamiste bouleverse le paysage de l'audiovisuel (AFP)
Le Nouvel Observateur - 12 avril 2012

"L'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard, l'obligation de diffuser les cinq appels à la prière et une plus grande arabisation des programmes sur les chaînes publiques ont provoqué un coup de tonnerre au Maroc, dirigé depuis janvier par un gouvernement islamiste.
Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a annoncé l'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard et l'obligation pour les chaînes publiques de diffuser les cinq appels quotidiens à la prière en présentant le 31 mars les cahiers de charges des deux chaînes publiques.
Ces nouvelles mesures, adoptées par la Haute autorité de la Communication et de l'audiovisuel (HACA), et qui doivent entrer en vigueur à partir du 1er mai, suscitent de vives réactions, y compris au sein du gouvernement de l'islamiste Abdelilah Benkirane qui dirige une coalition de partis."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120412.AFP3100/maroc-le-gouvernement-islamiste-bouleverse-le-paysage-de-l-audiovisuel.html


Un numéro du Nouvel Obs censuré au Maroc (avec AFP)
L'Express - 3 février 2012

"Pour avoir publié un dessin évoquant le film Persepolis, le dernier exemplaire du Nouvel Observateur a été interdit au Maroc. C'est la deuxième fois en un mois que l'hebdomadaire subit la censure de ce pays.
Pas de Nouvel Obs au Maroc cette semaine. La distribution du dernier numéro du magazine français a été interdite au Maroc au motif qu'il comporte une représentation de Dieu, proscrite par la tradition musulmane, a indiqué ce vendredi le ministre de la Communication Mustapha Khelfi.
Quelques jours auparavant, c'est L'Express qui avait été interdit pour avoir publié un dossier de 95 pages sur l'islam, avec le visage du prophète Mahomet."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/un-numero-du-nouvel-obs-censure-au-maroc_1078818.html


Voir la page d'accueil sur le Maroc

>>> Suite de la revue de presse :

Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©