Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Indonésie

Indonésie

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Le gouverneur de Jakarta en prison pour "blasphème" (Laurence Defranoux)
Libération - 9 mai 2017

"C'est un coup de poignard dans le rêve d'une Indonésie tolérante et multiconfessionnelle. Ahok, gouverneur de Jakarta, a été condamné mardi à deux ans de prison pour "blasphème contre l'islam" et emprisonné. Un verdict d'une sévérité inouïe, alors que les procureurs ne réclamaient qu'une mise à l'épreuve. Massés devant le tribunal, les partisans d'Ahok sont restés silencieux, pendant que les musulmans conservateurs criaient "Dieu est grand".
La sentence est un mauvais signal pour les minorités religieuses et ethniques de ce pays peuplé à 80 % de musulmans. Car Ahok a la particularité d'appartenir à deux minorités : les Indonésiens d'origine chinoise et les chrétiens. Son premier mandat avait été un élément de stabilité pour le pays. Ultrafavori à sa réélection, il avait, au début de sa campagne, accusé ses adversaires d'instrumentaliser le verset du Coran qui suggère que les musulmans n'ont pas le droit de choisir des non-musulmans comme chefs, en lançant : "Ne vous sentez pas mal à l'aise à l'idée de ne pas pouvoir voter pour moi de crainte d'aller en enfer, parce qu'on vous ment.""
[...]
http://www.liberation.fr/planete/2017/05/09/le-gouverneur-de-jakarta-en-prison-pour-blaspheme_1568437


En Indonésie, "Ahok" exaspère les islamistes (Marc Epstein)
L'Express - 8 avril 2017

"Le gouverneur de Djakarta Basuki Purnama, surnommé "Ahok", est accusé de blasphème par des islamistes qui l'accusent d'avoir insulté le Prophète.
De foi chrétienne et d'origine chinoise, c'est un édile qui aime le travail bien fait et qui ne mâche pas ses mots. Un tel profil ne pouvait passer inaperçu dans le plus grand pays musulman du monde, l'Indonésie, où des groupes islamistes radicaux tentent d'agiter la question religieuse et d'attirer vers eux une part croissante des quelque 255 millions d'habitants. [...]
En septembre 2016, lors d'un meeting électoral, Ahok cite le verset 51 de la cinquième sourate du Coran: "Ô les croyants! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens. Ils sont les amis les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs." Il l'interprète ensuite à rebours et invite les musulmans à voter pour lui. Il n'en fallait pas davantage pour qu'il se retrouve accusé de blasphème. Commencé en décembre, son procès devrait s'achever en avril, peu après le scrutin."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/en-indonesie-ahok-exaspere-les-islamistes_1896100.html


L'Indonésie en faveur d'un protocole international contre le blasphème (Marie de Douhet)
Le Point - 25 septembre 2012

"Le président du plus grand pays musulman au monde suggère l'instauration d'un délit de blasphème à l'échelle internationale.
Un protocole international visant à pénaliser le blasphème. C'est ce que souhaite proposer, cette semaine, le président Susilo Bambang Yudhoyono aux Nations unies. Après avoir dénoncé l'usage de la violence lors de la manifestation devant l'ambassade des États-Unis de Jakarta la semaine dernière, le chef d'État a néanmoins fait part de son intention de sensibiliser la communauté internationale à la notion d'atteinte au sacré. L'objectif, selon Carool Kersten, conférencier au King's College de Londres et spécialiste de l'Islam, serait "d'amender la Déclaration universelle des droits de l'homme condamnant l'insulte ou l'offense faite à une personne, afin de l'étendre au respect de la religion". (...)
"La chute de Suharto a permis l'ouverture d'un processus démocratique, mais cela a également permis aux factions religieuses d'imposer leurs principes dans la sphère publique. Aujourd'hui, les lois sur le blasphème montrent à quel point, en Indonésie, celle-ci est polarisée autour des valeurs islamiques", conclut Carool Kersten. "
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/l-indonesie-en-faveur-d-un-protocole-international-contre-le-blaspheme-25-09-2012-1509797_24.php


Indonésie. Les chiites ont-ils leur place dans un pays sunnite ?
Courrier International - 11 septembre 2012

"A la suite d'une violente attaque contre des chiites, fin août, les esprits s'enflamment. La presse s'interroge sur l'intolérance religieuse, et revient sur l'histoire de cette branche minoritaire de l'islam dans le plus grand pays musulman du monde.
"La conversion des chiites est la solution". Ce titre choc, à la une du quotidien The Jakarta Post, est sorti de la bouche du ministre des affaires religieuses indonésien, Suryadharma Ali. Pour lui, la conversion au sunnisme des adeptes du chiisme constitue la seule solution aux violences récurrentes entre les deux communautés musulmanes sur l'île de Madura, située au nord-est de Java. Le ministre s'exprimait quelques jours après l'attaque menée par des musulmans sunnites contre les familles chiites de la région de Sampang, le 26 août. Trois cents personnes se sont réfugiées dans une forêt à la suite de l'incendie de leurs maisons et demeurent aujourd'hui hébergées sur des terrains de tennis. En décembre 2011, un chiite avait été frappé à mort à coups de hache par des sunnites.
Mais, loin d'apporter une solution au conflit, les propos du ministre attisent l'intolérance religieuse, estime un chroniqueur du quotidien Kompas. Le conflit entre sunnites et chiites à Madura aurait été encouragé, selon Kompas, par une fatwa prononcée par le Conseil des oulémas indonésiens (MUI) de Sampang."
[...]
http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2012/09/11/
les-chiites-ont-ils-leur-place-dans-un-pays-sunnite


Indonésie. Lady Gaga face aux islamistes (The Jakarta Post)
Courrier International - 9 mai 2012

"Les "petits monstres", surnom des fans de Lady Gaga, ne se laisseront pas intimider par les menaces du Front de défense de l'islam (FPI). Le Jakarta Post indique que ce mouvement islamiste radical et violent veut saboter le concert de la star américaine, prévu le 3 juin prochain dans la capitale indonésienne. Il accuse Lady Gaga de faire l'apologie de l'homosexualité. "Nous refusons qu'elle foule notre sol. Elle apporte la foi de Satan dans notre pays et cherche à souiller notre morale nationale", a déclaré le chef du FPI de Jakarta, qui annonce que ses troupes vont attendre de pied ferme la chanteuse à l'aéroport et la forcer manu militari à remonter dans l'avion." [...]
http://www.courrierinternational.com/breve/2012/05/09/lady-gaga-face-aux-islamistes


Tous les athées en prison ? (Brève)
Courrier International - 5 avril 2012

"Un jeune fonctionnaire de Padang (Sumatra-Ouest) encourt six ans de prison pour avoir formé un "groupe d'athées" sur Facebook, écrit The Jakarta Post. La loi en vertu de laquelle il pourrait être condamné est entrée en vigueur sous le général Suharto après son coup d'Etat en 1965 et sa chasse contre les communistes, obligeant tout citoyen indonésien à adhérer à l'une des cinq (aujourd'hui six) "religions officielles" et interdisant l'athéisme. Les militants des droits de l'homme de Padang qualifient cette loi d'obsolète dans une Indonésie devenue démocratique. "Pourquoi ne pas condamner tous les athées indonésiens ? Nous ferions mieux de nous occuper avant tout des corrupteurs qui dégradent ouvertement les enseignements religieux", a réagi le directeur du Centre pour le dialogue interreligieux."
http://www.courrierinternational.com/breve/2012/04/05/tous-les-athees-en-prison


Obama plaide pour un rapprochement entre Etats-Unis et musulmans (Grégory Blachier et Jean-Loup Fiévet)
Le Nouvel Observateur - 10 novembre 2010

"Dans la veine de son discours fondateur du Caire, Barack Obama a profité mercredi de son séjour en Indonésie, premier Etat musulman de la planète, pour affirmer que l'Amérique n'est pas et ne sera jamais en guerre avec l'islam.
Le président américain, lors d'une visite éclair dans un pays où il a passé une partie de son enfance, a néanmoins reconnu qu'il était ardu d'effacer "des années de méfiance".
"Les relations entre les Etats-Unis et les communautés musulmanes se sont effilochées au fil de nombreuses années (...) Je me suis fixé pour priorité de s'employer à améliorer ces relations", a-t-il dit devant une audience de milliers de personnes à Djakarta.
Il a ajouté: "Je dis très clairement que l'Amérique n'est pas, et ne sera jamais en guerre avec l'islam. Nous devons plutôt tous infliger une défaite à Al Qaïda et à ses affiliés, qui n'ont aucune légitimité à prétendre diriger une quelconque religion - en tout cas, certainement pas une grande religion, à l'échelle du monde, comme l'islam". (...)
Son programme resserré lui a néanmoins laissé assez de temps pour ce discours à l'université d'Indonésie et pour se rendre à la mosquée Istiqlal de la capitale, une des plus grandes au monde et la plus vaste d'Asie du Sud-Est.
Il s'y est présenté pieds nus, tandis que son épouse Michelle Obama était coiffée d'un foulard beige, symbole des efforts du couple pour manifester son respect envers les traditions de l'islam."

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101110.REU4051/obama-plaide-pour-un-rapprochement-entre-etats-unis-et-musulmans.html


Ouverture à l'islam - "Le chemin sera encore long", selon Barack Obama (Source Reuters)
Le point - 9 novembre 2010

"Le président américain Barack Obama, arrivé mardi en Indonésie, a réaffirmé sa volonté d'ouverture en direction du monde musulman tout en admettant que le chemin serait encore long avant d'effacer des années "d'incompréhension et de méfiance". "Je pense que nos efforts ont été sérieux et soutenus", a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec le président indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono. "Nous ne nous attendons pas à éliminer totalement les incompréhensions et la méfiance qui se sont accumulées depuis longtemps, mais nous pensons être sur la bonne voie", a-t-il ajouté.
Le successeur de George W. Bush à la Maison-Blanche a fait des relations avec le monde musulman l'une de ses priorités diplomatiques, alors que les interventions armées en Irak et en Afghanistan, le blocage du processus de paix au Proche-Orient et la lutte contre Al-Qaeda portaient plutôt la thèse du "choc des civilisations", ces dernières années, à Washington. En juin 2009, au Caire, Barack Obama avait appelé à "un nouveau départ entre les États-Unis et les musulmans du monde entier, fondé sur l'intérêt et le respect mutuels, fondé sur la confiance dans le fait que l'Amérique et l'islam ne sont pas incompatibles et qu'ils n'ont pas à être en concurrence"."
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/ouverture-a-l-islam-le-chemin-sera-encore-long-selon-barack-obama-09-11-2010-1260373_24.php


La controverse de Djakarta (Sylvie Kauffmann)
Le Monde – 8 janvier 2009 (1/4 de page)

Extrait : "L'affaire est partie de Malaisie où, un mois plus tôt, le Conseil national des fatwas avait décrété que la pratique du yoga était "haram" (interdite) pour les musulmans, car teintée d'hindouisme. A peine les amateurs de yoga commençaient-ils à s'en indigner que, déjà, la question traversait le détroit de Malacca et gagnait l'immeuble flambant neuf du Conseil des oulémas d'Indonésie à Djakarta : fallait-il aussi décréter le yoga "haram" en Indonésie, pays qui, avec 240 millions d'habitants dont 85 % de musulmans, abrite la plus forte population musulmane du monde ? Le Conseil décida d'"enquêter". [...]
Dernier symptôme de la dynamique qui secoue l'islam indonésien, dont la solide tradition d'ouverture et de tolérance est mise à l'épreuve par le militantisme de groupes conservateurs depuis quelques années, l'affaire du yoga suit son cours. L'intelligentsia de la capitale préfère s'en amuser, après le choc des deux controverses qui ont marqué 2008 : en juin, un décret gouvernemental a gelé les activités de la secte musulmane des Ahmadis, que les radicaux considèrent comme "déviante" parce qu'elle vénère son propre prophète ; puis, le 30 octobre, la loi anti-pornographie a été adoptée au terme d'un long combat entre courants libéral et conservateur de la société et de l'islam indonésiens."
[...]
http://www.lemonde.fr/web/recherche_resultats/1,13-0,1-0,0.html


En Indonésie, les islamistes rêvent d’un retour au califat (Arnaud Dubus)
Libération – 18 août 2007 (1/4 de page)

Le 12 août, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur le stade Bung Karno de Jakarta pour réclamer le rétablissement du califat qui gouvernerait l’ensemble de la communauté musulmane mondiale (Oumma).
Pour le Hizbut Tahrir, mouvement islamiste indonésien, à l'origine de cette manifestation, l'objectif de "mobiliser la population autour de l’idée du califat islamique - est pleinement atteint".
Son porte-parole, Mohammad Ismaïl Yusanto, a déclaré : "Le capitalisme est le pire des systèmes, il fait souffrir aussi bien les musulmans que les non-musulmans. Pour négocier avec le capitalisme global, il faut lui opposer un autre système global : le califat islamique."
Le califat a été aboli en 1924 par Mustafa Kemal, après la chute de de l’Empire ottoman. Pour Ismaïl Yusanto, le rétablir est "difficile, mais pas utopique". "Nous nous opposons à la démocratie quand elle affirme que la souveraineté appartient au peuple ; la souveraineté appartient à Allah," poursuit-il.
"Dans les jours qui ont suivi la conférence au stade Bung Karno, plusieurs politiciens indonésiens et leaders d’organisations de protection des droits de l’homme se sont offusqués des attaques du Hizbut Tahrir - qui revendique deux millions de membres - contre la démocratie. Ils ont notamment reproché à l’organisation de refuser de se soumettre au pancasila , la philosophie politique inscrite par Sukarno - premier président indonésien - dans la constitution, base d’une démocratie consensuelle et multiconfessionnelle."


Ils ont osé le faire : Morale à poil (Dominique Widemann)
L’Humanité - 12 avril 2006 (30 lignes)

Indonésie. Un projet de loi contre la pornographie, préparé par des fondamentalistes islamistes, fait scandale. Il prévoit en effet "cinq ans de prison pour un baiser en public, interdit aux femmes de dévoiler des zones corporelles "sensibles" comme les jambes ou les épaules (?). Les oeuvres d’art n’échapperaient pas à l’opprobre. Prohibées, les représentations de la nudité et les déhanchements des danses orientales. Adieu, si l’on peut dire, aux indécents bas-reliefs du temple bouddhiste de Borobudur, sculptés aux VIIIe et IXe siècles."
Quant aux peines encourues : 6 ans de prison, par exemple, pour avoir montré ses fesses. "À Bali, haut lieu touristique où la peau bronze en grandes surfaces, les habitants appellent déjà ce projet de loi "la troisième bombe", après les deux attentats qui ont déjà mis à mal leur économie."


L’ordre moral islamique gagne du terrain à Jakarta (Jocelyn Grange)
Le Figaro - 9 août 2005 - (1/3 de page)

Jakarta, la capitale de l’Indonésie, est réputée pour ses nuits au point que les étrangers viennent y chercher ce qu’on ne trouve dans aucun pays musulman : discothèques, karaokés, bars "branchés", alcool...
Or depuis quelques semaines et à l’approche du Ramadan, la police s'en prend à la consommation de drogue, aux salles de jeux et bientôt à la prostitution. Les autorités veulent s’attaquer aux mafias et rassurer la population quant au développement du sida. Le risque est d’autant plus grand que la "promotion du préservatif" est freinée par les organisations musulmanes. "Jouant sur la peur, celles-ci poussent le président à aller encore plus loin dans sa "guerre contre le vice" et font campagne pour la restauration de l’ordre moral." Elles voudraient que l’alcool soit interdit, que la "vie nocturne" soit supprimée et que les tests de virginité soient imposés avant le mariage. Face à une occidentalisation des moeurs, on assiste "à une réislamisation profonde de la société qui se nourrit des frustrations, des inégalités croissantes et du spectacle quotidien d’élites nanties et corrompues".
A l’image de son président Yudhoyono, musulman non pratiquant, l’islam de l’Indonésie est modéré et syncrétique, mais la tendance est à des pratiques plus rigoureuses : Ramadan, prière ostentatoire, augmentation du nombre de femmes voilées... Le président Yudhoyono cherche "le bon dosage entre les deux courants qui traversent la société". Sinon il y a le risque de voir se confirmer la percée du parti islamique, le Parti de la Justice et de la postérité.


Le fondamentalisme hindou essaime à Bali (Putu Wirata Dwikora)
Courrier International - 22 au 28 juillet 2004 - N°716 (2/3 de page)

De nombreux Balinais, de religion hindoue qui est majoritaire dans l’île, manifestent leur opposition à l’utilisation de l’imagerie sacrée par des artistes. C’était le cas par exemple pour un groupe de rock Saigon Kick dont le chanteur courait sur le mythique mont Meru dans un clip vidéo ou pour une marque de motos utilisant les noms de Rama ou de Krishna.
Ce genre d’attaques contre ce qui est "considéré comme une atteinte à la pureté de l’hindouisme de Bali s’est développée ces vingt dernières années."
L’iconographie balinaise est très appréciée pour son exotisme notamment dans l’hôtellerie, dans la restauration, dans les boutiques touristiques. Il s’en suit une polémique sur la frontière entre le sacré et le profane et une difficulté pour établir la limite entre l’usage noble et le blasphème. De telles accusations pourraient générer la crainte d’explorer l’iconographie de Bali.
L’auteur de l’article estime qu’il existe une tendance à voir apparaître un "fondamentalisme religio-culturel à Bali" et cela également à l’intérieur de la communauté hindoue. En effet, depuis quelques années "sont apparus des adeptes de Hare Krishna, qui adorent Krishna de manière extrêmement militante", par opposition aux adeptes de Shiva Siddhanta, qui sont majoritaires dans l’île.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©