Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Par pays > Etats-Unis > 2009

Etats-Unis

2009

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Etats-Unis

Voir également la rubrique : Election présidentielle américaine


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


La guerre sainte sur le web
Courrier International - 26 novembre 2009

"Anwar Al-Awlaki, 38 ans, toujours citoyen américain, vit depuis plusieurs années au Yémen, d’où il diffuse des prêches radicaux qui font du recours à la violence un devoir religieux." [...]


Nouveau produit pour chiens: la messe dominicale (AP)
Le Nouvel Observateur - 9 novembre 2009

"Soucieux de donner un second souffle à la relation vieillissante entre son église presbytérienne et ses paroissiens, en majorité sexagénaires, le pasteur américain Tom Eggebeen a trouvé la solution: depuis dimanche, il propose à ses ouailles une messe exclusivement destinée à... leurs chiens. Un service religieux de 30 minutes, avec prières canines et prise en charge spécialisée.
Apparemment satisfait de l'expérience, le révérend Eggebeen souligne que de nombreux chrétiens aiment leur bête autant qu'ils peuvent aimer les membres de leur famille et ont le même chagrin à les voir souffrir. Un amour que les églises ont mis du temps à reconnaître comme l'oeuvre de Dieu.
"Pour définir Dieu, la Bible se limite à deux choses: Dieu est lumière et Dieu est amour. Et où que l'amour se trouve, Dieu est pour ainsi dire là", ajoute Eggebeen, lui-même grand amoureux des chiens.
La messe hebdomadaire pour chiens à l'église presbytérienne Covenant de Los Angeles est l'illustration d'une nouvelle tendance dans les églises américaines favorisant la spiritualité des animaux domestiques et le lien profond que les maîtres tissent avec leur bête."
[...]
Et bientôt un nouveau dieu à tête de chien, au panthéon chrétien, tel Anubis...
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/20091109.FAP2430/?xtmc=religion&xtcr=4


La "Bible Belt", terreau du fondamentalisme made in USA (François Hauter)
Le Figaro - 24 juillet 2009

"Voyage dans l'Amérique d'Obama (12) - À Wichita, dans le Kansas, nous atteignons la "Bible Belt", cette ceinture d'États américains où l'on trouve une forte proportion de chrétiens fondamentalistes. C'est là qu'en mai dernier, un médecin qui pratiquait des avortements tardifs a été assassiné, dans l'église où il priait.
C'était le début du culte, ce 31 mai, au temple de l'Église réformée luthérienne, de Wichita, dans le Kansas. Comme tous les dimanches matin, le pasteur Lowell Michelson demande à ses fidèles de prier silencieusement, pour entrer en communion avec le Seigneur.
Adam Watkins, 20 ans, s'en souvient. Pendant sa prière, il a entendu «pop !». Un «pop» assourdi, derrière lui, dans l'entrée du temple, où quelques paroissiens s'attardent pour discuter. Puis un gardien est venu chercher Mme Tiller, et elle s'est discrètement éclipsée. À peine est-elle sortie de la salle du culte que l'assemblée a entendu son hurlement. Son époux, le Dr George Tiller, venait de se faire assassiner. Une balle dans la tête. En plein service religieux.
Le meurtrier, Scott Roeder, 51 ans, est rapidement arrêté. Il vient d'une ville voisine, Kansas City. Il a bien planifié son crime. Le Dr Tiller ne se déplaçait qu'en voiture blindée, avec des gardes du corps. Il portait en permanence un gilet pare-balles. Le temple était le seul endroit où il baissait sa garde.
Il était l'un des trois derniers médecins des États-Unis à pratiquer des avortements tardifs, jusqu'au neuvième mois de grossesse dans des circonstances bien particulières, lorsque la santé de la mère est en danger par exemple, et le dernier dans le centre du pays."
[...]
http://www.lefigaro.fr/voyages/2009/07/24/03007-20090724ARTFIG00441-la-bible-belt-terreau-du-
fondamentalisme-made-in-usa-.php


Etats-Unis. Athées et fiers de l’être (Laurie Goodstein)
Courrier International - 12 mai 2009

"De plus en plus nombreux mais toujours aussi méprisés, ils s’organisent pour sortir de l’ombre et améliorer leur image dans la société.
Plus de deux mois après avoir érigé un panneau proclamant : “Vous ne croyez pas en Dieu ? Vous n’êtes pas seul”, les treize membres du comité directeur de l’organisation athée Secular Humanists of the Lowcountry [les Humanistes laïques du Lowcountry] se sont réunis dans le salon de Laura et d’Alex Kasman pour débattre des retombées de leur geste. Le problème n’était pas que le groupe ait suscité une vague d’hostilité, mais le contraire. Lors de leur dernier symposium en public, plus d’une centaine de personnes se sont présentées, poussant le comité directeur à se demander si le moment n’était pas venu de voir plus grand.
Plus que jamais les athées d’Amérique prennent langue et s’expriment, même ici, en Caroline du Sud, un Etat dont le pouvoir législatif a l’an dernier approuvé à l’unanimité le principe d’une plaque d’immatriculation chrétienne marquée d’une croix, d’un vitrail et des mots “Je crois” (un juge ayant bloqué la décision, l’affaire est désormais devant la justice). Ils entrent en contact par Internet, organisent des rencontres dans des bars, font de la réclame sur des panneaux d’affichage et sur les bus, se portent volontaires pour les soupes populaires et le ramassage des ordures sur les bords de route."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2009/05/12/athees-et-fiers-de-l-etre


Les Etats-Unis boycottent la conférence sur le racisme (avec AP)
Le Figaro - 19 avril 2009

"Les Etats-Unis ne participeront pas à la conférence dite «Durban II» des Nations unies sur le racisme qui s'ouvrira lundi à Genève, a annoncé samedi le département d'Etat. L'administration Obama s'oppose au langage utilisé dans le projet de déclaration finale, estimant que ses préoccupations sur des partis pris anti-Israël et anti-Occident ne sont pas prises en compte, a expliqué Robert Wood, porte-parole du département d'Etat. Israël et le Canada ont déjà annoncé qu'ils boycottaient la conférence. L'Australie et les Pays-Bas ont fait de même dimanche. En revanche, la Grande-Bretagne a indiqué qu'elle y participerait.
Durban II a pour but de mesurer les progrès accomplis en matière de lutte contre le racisme depuis la première réunion de ce type il y a huit ans en Afrique du Sud. Les pays occidentaux et musulmans n'étaient toujours pas parvenus à se mettre d'accord vendredi sur la formulation à adopter. Les premiers reprochent aux seconds de vouloir stigmatiser Israël et de tenter d'imposer un concept de «diffamation de religion» qui remettrait en cause la liberté d'expression. Pour de nombreux pays occidentaux, une interdiction de critiquer l'islam limiterait la liberté d'expression."
[...]
http://www.lefigaro.fr/international/2009/04/18/01003-20090418ARTFIG00668-les-etats-unis-boycottent-la-conference-sur-le-racisme-.php


Barack Obama n'a pas choisi son église (Laure Mandeville)
Le Figaro - 13 avril 2009

"S'il a assisté dimanche à la messe de l'église épiscopalienne St John, le nouveau président américain, échaudé par le brouillage du révérend Wright durant sa campagne, n'a pas encore décidé quelle communauté religieuse aurait sa préférence à l'avenir. Ses émissaires prospectent et l'Amérique se passionne.
Comment ne pas être fasciné, quand on vient de l'Europe laïque et largement déchristianisée, par la curiosité avec laquelle la presse et l'ensemble de la nation américaine attendaient dimanche de voir quelle église le président des États-Unis choisirait d'honorer de sa présence pour les fêtes de Pâques ? [...]
Cette semaine, l'hebdomadaire Newsweek a carrément annoncé à la une "le déclin et la chute de l'Amérique chrétienne".
Il souligne que le nombre de personnes s'identifiant comme chrétiennes a diminué de 10 % en 20 ans, notamment en Nouvelle-Angleterre, jadis bastion de la foi américaine. "Être moins chrétien" ne signifie toutefois pas être postchrétien, tempère le journal, qui considère qu'avec l'afflux d'immigrants hispaniques, la nation reste "très religieuse". "Beaucoup plus que l'Europe.""
[...]
http://www.lefigaro.fr/international/2009/04/13/01003-20090413ARTFIG00186-barack-obama-n-a-pas-choisi-son-eglise-.php


Amérique : la foi prend sa pâtée (Philippe Garnier)
Libération – 21 janvier 2009 (1/4 de page)

"Brûlot. "Religolo" part en croisade contre la religiosité des Etats-Unis.
L’affiche américaine du film de Larry Charles et du comique télé Bill Maher annonce bien la couleur, montrant trois chimpanzés arborant chacun leurs articles de foi, qui le chapeau ourlé fourrure et la croix de David, qui la mitre et la croix, qui la calotte et l’emblème de l’Islam. Le titre américain, Religulous, amalgame pas très heureux, met l’emphase sur le ridicule de la religion, plus que sur le rigolo. Comme tous les films de Larry Charles (Borat, etc.), celui-ci n’en a que le nom et il convient de le prendre sur son terrain de guérillero agit-prop.
"Bless you. Filmé en deux mois, ce brûlot paraît si bâclé qu’on pourrait en oublier le caractère culotté et surtout éminemment nécessaire. Il s’agit de se replacer dans le contexte d’un pays, les Etats-Unis, où les athées ne représentent qu’une minorité silencieuse de 26 %, où chaque ouverture des assemblées législatives commence par une prière et où les gens, du sans-abri mendiant au caissier de banque, vous disent "bless you" par réflexe. C’est donc comme film militant qu’il faut prendre ce qui se présente comme une pochade. Un film qui a eu beaucoup de succès dans les grandes villes, et pratiquement aucune distribution dans l’arrière-pays américain. Rel igolo, au-delà des gags et des coups faciles, montre pourquoi. Il suffit de faire la visite d’un parc à thème en Floride nommé The Holy Land Experience, où un Mel Gibson autochtone en fait des tonnes sur sa croix, pour prendre la mesure des attardés qui, pour être minoritaires eux aussi dans le pays, n’en ont pas moins fait basculer le vote pour Bush en novembre 2004. [...]
Pour une nation dont les pères fondateurs étaient surtout des athées (ou, au pire, des déistes), il semble curieux qu’on soit arrivé à un pays si bondieusard dans lequel la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’est qu’une sinistre plaisanterie. Mais c’est un état de fait si ancré dans les têtes et les mœurs qu’aucun politicien n’oserait s’y frotter et qu’on ne voit aucun parti politique pouvant structurer la minorité athée. Maher admet que cet aspect de la question a été escamoté, arguant seulement le manque de place et de temps. Ce qui n’enlève rien aux vérités assénées par Religolo, et à son utilité. ?"
[...]
http://www.liberation.fr/cinema/0101313576-amerique-la-foi-prend-sa-patee


Investiture d'Obama : des rabbins et une femme musulmane prieront pendant les cérémonies (AP)
Le Nouvel Observateur – 16 janvier 2009 (1/4 de page)

"Le 20 janvier prochain lors de son investiture, Barack Obama conclura sa prestation de serment par l'expression "avec l'aide de Dieu", suivant la tradition américaine. Les représentants de différentes religions -le protestantisme, le catholicisme, l'islam et le judaïsme- ont été invités à participer aux cérémonies, choix au centre de toutes les attentions.
La religion a été sujet de polémique dès le début de la campagne présidentielle de Barack Obama, depuis les fausses rumeurs le prétendant de confession musulmane, jusqu'à l'indignation suscitée par les diatribes anti-américaines de son ancien pasteur, le révérend Jeremiah Wright. [...]
Dans son article II, section 7, la Constitution américaine stipule qu'avant d'entrer en fonctions, le président "prêtera le serment ou prononcera la déclaration qui suit": "Je jure (ou déclare) solennellement que je remplirai fidèlement les fonctions de Président des Etats-Unis et que, dans toute la mesure de mes moyens, je sauvegarderai, protégerai et défendrai la Constitution des Etats-Unis".
Les archives nationales précisent que le premier président américain, George Washington, avait ajouté "avec l'aide de Dieu" lors de son investiture en 1789. La plupart des présidents suivants l'ont imité: d'autres avancent que le premier témoignage d'un tel usage est survenu lors de l'investiture en 1881 de Chester Arthur, le 21e président des Etats-Unis."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/20090116.FAP9027/?xtmc=religion&xtcr=1


Etats-Unis : Les églises évangéliques ne connaissent pas la crise
Courrier International – 1er janvier 2009

"De New York à la Californie, les fidèles affluent aux offices. Certains y prient pour conserver leur emploi, d’autres méditent sur le sens profond de la récession." [...]


>>> Suite de la revue de presse : Etats-Unis : 2008


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©