Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Par pays > Egypte > 2014

Egypte

2014

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Egypte



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


"Les islamistes sont des tartufes" (Alexis Liebaert)
Marianne - 9 mars 2014

"Ecrivain engagé sans être militant, Alaa El Aswani, auteur de "l'Immeuble Yacoubian" est un observateur attentif de la société égyptienne. Il revient avec un nouveau roman et nous livre sa vision des derniers soubresauts subis par son pays. [...]
Marianne : On comprend, en vous lisant, qu'à vos yeux le problème de l'islamisme réside dans le mélange du politique et du religieux...
Alaa El Aswani: Oui, tout à fait, et cela n'a rien à voir avec l'islam. Je connais bien l'islam et son histoire ; si certains confondent religion et politique, c'est seulement pour accéder au pouvoir ou pour le conserver. L'islam politique n'existe pas dans l'histoire de l'islam. Il a été inventé en 1928 par les Frères musulmans, c'était uniquement un instrument de prise de pouvoir. Imaginez qu'ils osent présenter l'Empire ottoman comme le modèle de l'Etat islamique. L'Empire ottoman a été terrible pour l'Egypte, et je ne parle pas du massacre des Arméniens mais de celui des Egyptiens. Les musulmans turcs ont commis beaucoup plus de crimes que les Anglais chrétiens. Quand les Turcs ont pris Le Caire, ils ont massacré 10 000 Egyptiens en une journée. Voilà le modèle qu'ils nous proposent. Cela dit, j'ai défendu les Frères dans les années 90, car ils étaient jugés par des tribunaux militaires, ce qui était inacceptable. Mais n'oublions pas que M. Morsi a, le 21 novembre 2012, annulé la démocratie, en promulguant un décret supprimant en fait les lois et la Constitution. Alors, le 30 juin 2013, j'ai appelé les gens à descendre dans la rue et j'y suis descendu aussi. Nous étions des millions. Vous connaissez la suite, face aux militants islamistes qui appelaient au jihad, l'armée est intervenue aux côtés du peuple. [...]
Marianne : Vous m'aviez dit l'année dernière : "Le passage des islamistes au pouvoir a été utile, c'était un mal nécessaire"...
A. El A. : Oui, je le pense. Il fallait avoir fait l'expérience de ce qu'ils représentaient vraiment. Des millions d'Egyptiens croyaient en eux, alors il était utile pour le peuple de les voir au pouvoir, de constater qu'ils n'avaient rien à voir avec la religion, qu'ils ne l'utilisaient que pour accéder au pouvoir et qu'ils ne sont que des politiciens opportunistes au pire sens du terme. Des tartufes, rien de plus."
[...]
http://www.marianne.net/Les-islamistes-sont-des-tartufes_a237216.html


"Les Frères musulmans vivent dans le complot" (Vladimir de Gmeline)
Marianne - 1er février 2014

"Islamistes modérés ou tenants de l'instauration d'un califat mondial ? Tolérants ou violemment antisémites ? Dans "Frères musulmans, enquête sur la dernière idéologie totalitaire", Michaël Prazan lève le voile sur une organisation aux buts et aux structures opaques. [...]
Créée en 1928 par Hassan al-Banna, la confrérie a repris le chemin de la clandestinité. Emprisonnés, traqués, les Frères musulmans s'avouent-ils pour autant vaincus depuis leur destitution à la suite du coup d'Etat militaire du 3 juillet 2013 ? L'auteur, dont l'enquête s'achève le 15 août 2013, revient aussi pour Marianne sur les liens historiques entre la confrérie et le nazisme, sur les alliances entre sunnites égyptiens et chiites iraniens et sur son rôle dans la propagation d'une idéologie antisémite dans le monde musulman.
Marianne : Où en sont les Frères musulmans aujourd'hui, et quel est leur état d'esprit ?
Michaël Prazan : Ils ne s'attendaient pas à ce qui leur est arrivé. Ils étaient dans une situation où le pouvoir était acquis, où il y avait une sorte de fatalité en leur faveur. Désormais, ils sont poursuivis, emprisonnés, leurs partisans, exécutés. Leur chute a provoqué une onde de choc dans la région. En Tunisie, Ennahda a lâché prise, ils ne sont plus au pouvoir et ont peu à peu transigé sur des points sur lesquels ils ne le faisaient pas, notamment le partenariat avec les salafistes."
[...]
http://www.marianne.net/Les-Freres-musulmans-vivent-dans-le-complot_a235418.html


>>> Suite de la revue de presse : Egypte


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©