Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > La magie et la religion > 3/8


La magie et la religion

Le yoga et le travail sur les chakras

Page 3/8


(Début de l'article sur la magie et la religion)

par Gral  -  24/01/2006



Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.


Le yoga et le travail sur les chakras ainsi que leurs croyances :

Le yoga mental, encore appelé méditation, n’a aucun rapport avec la pensée magique, il relèverait plutôt des possibilités du corps et du cerveau et rejoindrait plus la PNL (programmation neurolinguistique) qui, elle non plus, n’a aucun rapport avec la pensée magique, bien qu’elle y ressemble, et rejoint aussi le développement personnel.
Les chakras sont des centres d’énergie qui régissent l’homme. Leur connaissance est pluri millénaire chez les orientaux. Nous ne nous attarderons pas sur la discipline que représente le yoga physique, le corps d’un européen ne semble pas prêt à l’accepter... et pensons que la partie relevant de la discipline mentale peut être scindée de la partie physique et que son étude ainsi qu’un travail sur ces centres d’énergie peut être profitable à l’occidental.



Feng Shui et Reiki

Tout dans l’espace et le temps serait interconnecté... de là à croire au divin ou bien à le traduire par des symboles et leurs référents, il n’y a qu’un pas que fait franchir une certaine crainte de l’avenir.
L’équilibre et l’harmonie sont primordiaux pour le monde et ses composantes animale ou humaine.
Nous trouvons le Reiki qui est une méthode de soin basée sur l’application de la pensée magique mise au point vers le milieu du XVII° siècle par un japonais, le Dr Usui (religieux chrétien) !
Nous trouvons aussi le Feng Shui d’origine chinoise qui est beaucoup plus ancien que le Reiki et dont l’application se base sur les énergies terrestres que l’on retrouve dans les lignes de force et le magnétisme terrestre encore invisible à l’oeil humain, mais d’un domaine abordé par l’ésotérisme et quelques chercheurs (voir les lignes Hartmann, nommées ainsi d'après le nom du médecin allemand Ernst Hartmann qui les aurait redécouvertes).
Nous pouvons aussi leur associer les lignes Curry et Lei. Ces lignes se croisent et forme un réseau avec ses points nodaux. Ce réseau géodésique de lignes énergétiques terrestres a son équivalent dans le corps humain sous forme de méridiens utilisés en acupuncture.
Les approches modernes en géobiologie déclarent ces points nodaux comme géo-pathogène, d’autres étaient considérés comme bénéfiques et nos ancêtres y érigeaient des menhirs et plus tard des églises ou des temples ou cathédrales...
Dans les systèmes anciens de guérison, nous trouvons aussi le Feng Shui, lui aussi basé sur les lignes de force terrestres.
Pour le Feng Shui (le vent et la pluie), il est conseillé de débarrasser son environnement, et soi-même dans son corps et dans son esprit, de tout ce qui nous rattache au passé et qui nous empêcherait d’aller de l’avant. Tout ceci semblait être connu de nos ancêtres les celtes et aurait été éradiqué par la religion chrétienne romaine qui avait besoin de justifier son dieu et ses manipulations. Nous en voulons pour preuve que les églises et autres temples ont toujours été érigés sur l’emplacement d’anciens lieux de croyance, eux-mêmes choisis par nos ancêtres en fonction de données qui nous échappent encore.
Ceci nous renvoie au Yin et au Yang du Tao chi et à la possibilité d’un développement humain non-magique.

D’après Freud, aux temps primitifs des religions, dieu et diable n’étaient qu’une seule et même personne.
Pour d’autres, Dieu est enfoui au plus profond de l’être humain et c’est un dieu naturel qui répond à des causes naturelles et non extra-naturelles d’un dieu hors-humain. Les seuls avantages que nous pouvons y trouver sont l’idée d’un dieu à échelle humaine, et la possibilité d’un travail sur soi en vue d’une amélioration et d’une progression. Ceci nous ouvre l’accès à un terrain que l’on commence seulement à essarter.

À propos des religions dites "religions du livre", nous citerons ce proverbe chinois : "Si tu crois tout ce que tu lis, tu ferais mieux de ne pas lire".
Allons prier les statues de nos dieux, ces blocs de pierres sans âmes ! Pendant ce temps-là, nous ne faisons aucun mal, quoique...



Pensée magique et comportement religieux

Dès l’apparition du couple de mot "pensée magique", l’Eglise a réagi pour étouffer cette dangereuse vérité. Il ne fallait surtout pas que le croyant manque de drogue et confondant les mots soit mis en présence de cette vérité : "prière et pensée magique ne font qu’un".
L’Eglise ne pouvait se permettre à nouveau ses exactions passées dues à l’Inquisition soit : plus d’un million de personnes brûlées dont 70% de femmes. Ce chiffre étant hors exactions commises par/sous Isabelle la très catholique aux Amériques.

"(…) Si religion et magie représentent objectivement deux phénomènes distincts (…)" Lisez la suite sur : "Lettre pastorale : Magie et démonologie, DC 2104(1994)988-998". Peut-être comprendrez-vous pourquoi le rire est le propre de l’homme !
Source : http://www.final-age.net/Pensee-magique-et-comportement.html.

Pour les religieux, il existe des mots innommables tellement chargés de puissance que même les penser peut déchaîner leur potentiel énergétique. N’est-ce pas là une application directe de la pensée magique ?

Un autre domaine important pour la pensée magique est celui des symboles. Toutes les figures géométriques contenues dans un cercle symbolisant le tout ont leur importance et nous conduisent aux mandalas ou aux dessins éphémères sur le sable qui ne sont que des supports de la pensée magique (1).

Une théorie a été avancée concernant les peintures préhistoriques de l’art pariétal comme quoi elles servaient à canaliser et focaliser les forces des chasseurs en vue d’une bonne chasse. Vaincre les animaux et les représenter morts est une façon de projeter la réussite de la chasse. C’est encore là une application directe de la pensée magique !

Nous avions précédemment abordé les possibilités d’auto guérison de l’application de la pensée magique. Nous pouvons dire à ce sujet :
La pensée magique est une fonction réparatrice de soi via celle du moi !


Le bouc émissaire

Poursuivons : Nous voudrions vous rappeler certaines pratiques encore proches dans le temps.
Il s’agit de celle du bouc émissaire, animal chargé de tous les mots perturbants le clan ou la tribu et que l’on chassait de celui-ci pensant en débarrasser le clan. Encore une application de la pensée magique.

Nous connaissons des cas où l’animal a été remplacé par un être de chair et de sang, un humain. Il y eut souvent le cas de personnes handicapées. Le dieu amour ne pouvait (décemment) faire naître ces personnes qui étaient souvent la honte d’une famille. Puis l’Eglise a inventé la chasse aux sorcières, entendez par-là la chasse aux personnes pensant différemment de ses canons. Cette chasse aux sorcières fut suivie d’une chasse aux hérétiques, gens pensant encore différemment de l’unité qu’elle voulait imposer. Ce furent les guerres de religions, elles aussi fortement chargées de la pensée magique du bouc émissaire… qui portera aussi le nom de souffre-douleur !
Ceci nous montre que la pensée magique peut être un purgatif.


Note :
1 - les crucifix, statues de saint, vierges, tableaux et peintures dans nos églises ne servent que de support ou d’aide pour la prière et sont des catalyseurs de la pensée magique...


Suite   >>>   Vaudou, Dieux & magie, Rêves et songes...


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©