Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Citations   > Thèmes Catholicisme > 1/3



Citations :   Catholicisme

Page 1/3




"Mais les dieux païens, aussi, croyez-vous qu'on puisse les mépriser ? Le catholicisme en porte l'empreinte, par ses saints, ses chapelles et ses miracles..."
(Emile Chartier, dit Alain / 1868-1951 / Propos sur la religion, Enchanteurs, prodiges, dieux, 5 mai 1921)

"Je voudrais dire que le christianisme lui-même, et aussi l'organisation catholique, ne prendront toute leur valeur que quand ils seront tout à fait morts. Comte est remarquable parmi les penseurs modernes, principalement parce qu'il a jugé sans passion et humainement du progrès catholique."
(Emile Chartier, dit Alain / 1868-1951 / Propos sur la religion, De la culture, 22 décembre 1921)

"Tuez-les tous, car Dieu saura reconnaître les siens !"
(Arnaud Amalric, abbé de Citaux, le légat du pape lors de la prise de Béziers en 1209... pour ne pas avoir à trier entre les hérétiques et les "bons" chrétiens / 1150-1225)

"Ton Dieu catholique et chrétien qui, comme tous les autres dieux, a pensé tout le mal :
1° Tu l'as mis dans ta poche.
2° Nous n'avons que faire de tes canons, index, péché, confessionnal, prêtraille, nous pensons à une autre guerre, guerre à toi, Pape, chien."

(Antonin Artaud / 1896-1948)

"Voilà ce que, de toutes les religions qui existent ou qui ont existé, le christianisme a mieux compris que les autres, sans excepter même les antiques religions orientales, qui d'ailleurs n'ont embrassé que des peuples distincts et privilégiés, tandis que le christianisme a la prétention d'embrasser l'humanité toute entière ; et voilà ce qui, de toutes les sectes chrétiennes, le catholicisme romain a seul proclamé et réalisé avec une conséquence rigoureuse. C'est pourquoi le christianisme est la religion absolue, la dernière religion ; et pourquoi l'Eglise apostolique et romaine est la seule conséquente, légitime et divine."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l'Etat / 1882)

"Vous [les catholiques de France] avez été, pendant plusieurs siècles, la partie la plus visible du christianisme ; ainsi, c'est par vous qu'on a pu juger de tout. Or quel jugement peut-on faire du christianisme, si on se règle sur votre conduite ? Ne doit-on pas croire, que c'est une religion qui aime le sang, et le carnage ; qui veut violenter le corps et l'âme ; qui, pour établir sa tyrannie sur les consciences, et faire des fourbes et des hypocrites, en cas qu'elle n'ait pas l'adresse de persuader ce qu'elle veut, met tout en usage, mensonges, faux serments, dragons, juges iniques, chicaneurs et solliciteurs de méchants procès, faux témoins, bourreaux, inquisitions ; et tout cela, ou en faisant semblant de croire qu'il est permis et légitime, parce qu'il est utile à la propagation de la foi, ou en le croyant effectivement ; qui sont deux dispositions honteuses au nom chrétien ?"
(Pierre Bayle / 1647-1706 / La France toute catholique sous le règne de Louis-Le-Grand, 1685)

""Dieu premier servi" : la famille devait se rendre à l'évidence. On ne lutte pas à arme égale contre une idéologie. Ni le sentiment, ni les pressions ne peuvent venir à bout d'un comportement sectaire. L'Eglise Catholique, avec le poids formidable de ses certitudes, de sa tradition, avait seule le pouvoir de décider des valeurs: ce qui est bon, ce qui ne l'était pas."
(Michel Benoît / Prisonnier de Dieu, 1992)

"La croyance catholique est, comme toute croyance, une falsification de la nature, une maladie que contractent tout à fait consciemment des millions de gens, parce qu'elle est l'unique salut pour eux, pour l'homme faible, l'homme qui n'a aucune indépendance, qui n'a pas une tête à lui, qui doit laisser une autre tête, pour ainsi dire supérieure, penser à sa place."
(Thomas Bernhard / 1931-1989 / Extinction)

"[L'Eglise catholique] n'agit jamais que dans son propre intérêt, se tait lorsqu'il faudrait parler, ai-je dit, quand cela devient trop dangereux pour elle, elle se retranche derrière Jésus-Christ, exploité depuis des millénaires."
(Thomas Bernhard / 1931-1989)

"Le catholicisme est le tombeau de l'intelligence, de la pensée, du cerveau ; le protestantisme, le tombeau de la conscience, du sentiment, du coeur."
(Louis-Auguste Blanqui / 1805-1881)

"Ainsi l'Eglise catholique, depuis qu'elle a compris qu'elle était atteinte d'une anémie mortelle, célèbre les vertus de l'oecuménisme."
(Gérard Bonnot / La vie c'est autre chose / 1976)

"Et maintenant, je vous le demande un peu, pourquoi ce dieu qui s'appelle le hasard ne ferait-il pas aussi bien les choses que le Dieu des catholiques, le dénommé Jésus-Christ. S'il ne les fait pas aussi bien, il faudra lui rendre cette justice qu'il ne les fait pas plus mal.
Car, soit dit en passant, les zélateurs de la religion catholique sont bien obligés d'imputer à leur fétiche tout puissant, Jésus-Christ, la conception et la réalisation des sanguinaires mise en scène que sont les guerres mondiales.
Obligés de lui reconnaître une intervention personnelle dans les catastrophes ferroviaires et autres fariboles qui ne constituent pour lui que les plus inoffensifs et dilettantiques passe-temps."

(Georges Brassens / 1921-1981 / Le monde libertaire du 27 septembre 1946 sous le pseudonyme Gilles Colin)

"Le renoncement à l'amour, qu'il [le catholicisme] s'autorise ou non d'un prétexte idéologique, est un des rares crimes inexpiables qu'un homme doué de quelque intelligence puisse commettre au cours de sa vie."
(André Breton / 1896-1966 / Second Manifeste de surréalisme / 1930)

"Pour manier les hommes, il faut pratiquer leurs vices et en rajouter. Voyez les papes : tant qu'ils forniquaient, s'adonnaient à l'inceste et assassinaient, ils dominaient le siècle ; et l'Église était toute-puissante. Depuis qu'ils en respectent les préceptes, ils ne font que déchoir : l'abstinence, comme la modération, leur aura été fatale ; devenus respectables, plus personne ne les craint. Crépuscule édifiant d'une institution."
(Emile Michel Cioran / 1911-1995 / Syllogismes de l'amertume)

"La France est catholique parce que la femme est catholique. Et la femme est catholique parce qu'elle n'est pas libre."
(Georges Darien / 1862-1921 / La Belle France / Voleurs ! / 1900)


Voir la page d'accueil sur le catholicisme

>>> Suite des citations : Catholicisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Citation    Haut de page    Contact   Copyright ©