Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > Statistiques religieuses

Statistiques religieuses

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


"Non, il n'y a pas 28 % des musulmans qui sont "radicalisés" en France" (Antoine Jardin)
Le Monde - 29 septembre 2016

Antoine Jardin est ingénieur de recherche au CNRS.
"Depuis que l'enquête de l'Institut Montaigne, dont le rapport a été rédigé par Hakim El Karoui, "Un islam français est possible" a paru, le 19 septembre, des commentateurs ont proclamé que 28 % de musulmans seraient "radicalisés" en France.
Une mise au point s'impose. Ni le terme de radicalisation ni aucun de ses dérivés n'est employé car il ne s'agit pas d'un concept scientifique rigoureux. "Radicalité" est devenu un mot fourre-tout pour désigner vaguement ce qui est perçu comme une menace non maîtrisée et un label hasardeux des politiques publiques dans un contexte de montée de la violence djihadiste depuis les attentats commis en France par Mohammed Merah en 2012.
Loin d'une logique de stigmatisation, l'enquête identifie les items d'attitudes autoritaires ou conservatrices en montrant leur déconnexion vis-à-vis des pratiques religieuses répandues, telle que la consommation de nourriture halal. A partir de ces résultats, on peut affirmer, données à l'appui, que l'intensification de la religiosité n'est pas associée à un basculement dans l'autoritarisme.
Là où le débat public interprète, à tort, ces évolutions comme le signe d'une "conquête" de l'islam radical, cette enquête démontre l'indépendance de la religiosité et des attitudes justifiant l'inégalité entre les individus.
Le durcissement des pratiques sociales associées à certaines formes du rapport à l'islam ne constitue pas une différence de degré, mais une différence de nature..."
[...]
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/09/29/non-il-n-y-a-pas-28-des-musulmans-qui-sont-radicalises-en-france_5005163_3232.html?xtmc=religion&xtcr=11


Musulmans : une enquête "pionnière" mais limitée (Amandine Cailhol et Frantz Durupt)
Libération - 18 septembre 2016

"Qui sont les musulmans de France ? C'est à cette question épineuse qu'a essayé de répondre l'Institut Montaigne, think tank libéral, dans un rapport publié dimanche. Au risque de lancer de nouvelles polémiques.
Mieux connaître les musulmans, "afin d'être à même ensuite de proposer des solutions susceptibles d'accélérer la sereine insertion de la majorité silencieuse, mais aussi des mesures destinées à combattre le fondamentalisme, tout en ramenant le plus grand nombre possible de musulmans tentés par l'intégrisme vers des croyances et des idées en phase avec les valeurs républicaines." Tel est l'objectif d'une étude publiée ce dimanche par l'Institut Montaigne, un think tank libéral, en partenariat avec l'institut de sondage Ifop et affichée en une du JDD. [...]
Bien que seconde religion de France, l'islam reste démographiquement très minoritaire. En effet, selon l'Institut Montaigne les musulmans comptent pour 5, 6% des habitants de métropole. Soit un pourcentage "moins important que ne l'avancent bon nombre de chiffres fantaisistes", souligne Hakim El Karoui. Ce chiffre grimpe à 10% dans la catégorie des moins de 25 ans. Signe, selon le think tank, de "la prégnance croissante de la seconde religion du pays auprès des jeunes générations". Autre information sur le profil démographique des personnes se déclarant musulmanes : elles ont en grande majorité (72%) deux parents également musulmans. La transmission religieuse familiale joue donc fortement, là où les conversions restent minoritaires (ils sont 7, 5% à n'avoir aucun parent musulman). Autres enseignements : trois musulmans sur quatre sont Français (dont 50% de naissance). 30% ne fréquentent jamais la mosquée et 60% ont "un rapport distancié ou inexistant aux lieux de culte"."
[...]
http://www.liberation.fr/france/2016/09/18/musulmans-une-enquete-pionniere-mais-limitee_1501703


La religion nous rend-elle meilleurs ? (Ruwen Ogien)
Libération - 20 novembre 2015

"Il faudrait sauvegarder le sentiment religieux pour se préserver d'un monde égoïste. Une étude sur le comportement des enfants montre l'inverse : être élevé selon les préceptes chrétiens ou musulmans ne porte pas à l'altruisme, au contraire.
La religion nous rend-elle meilleurs ?
Ceux qui le croient risquent d'être profondément perturbés à la lecture des conclusions d'une enquête récente portant sur une population de 1170 enfants de cinq à douze ans au Canada, en Chine, en Jordanie, en Turquie, en Afrique du Sud, et aux États-Unis, les uns élevés dans des familles religieuses et les autres dans des familles non pratiquantes ou athées.
Comment les auteurs de l'enquête sont-ils arrivés à ces conclusions déroutantes ?
Leur but était de vérifier s'il existait des différences significatives entre les enfants élevés dans des familles religieuses et non religieuses, du point de vue de leurs comportements altruistes. [...]
Ils ont constaté que les enfants de parents non religieux étaient plus généreux que les enfants ayant reçu une éducation religieuse.
C'est une Fondation religieuse américaine qui a financé l'enquête. Le présupposé des commanditaires était évidemment qu'elle allait démontrer "scientifiquement" que la religion rend les enfants meilleurs ou plus "moraux", c'est-à-dire plus altruistes, plus empathiques à l'égard des souffrances d'autrui.
Malheureusement pour eux, les faits observés ont complètement démenti leurs attentes. L'absence d'éducation religieuse ne diminue pas la bonté humaine. Elle l'accroît.
Ces faits remettent donc en question, pour les chercheurs, le préjugé selon lequel la religion est indispensable au développement moral des enfants.
Pour expliquer la moindre générosité des enfants de croyants, les chercheurs ont envisagé la possibilité que l'éducation religieuse donnait aux enfants une sorte de "licence morale".
Ces enfants entretiendraient consciemment ou inconsciemment la croyance qu'avoir été élevé religieusement les immunisait à l'égard de l'immoralité : aucune conduite de leur part, aussi égoïste soit-elle, ne pouvait entamer leur "capital de moralité" si on peut dire. [...]
Cependant les faits collectés devraient suffire à nous laisser sceptiques sur les bienfaits moraux de l'éducation religieuse."
[...]
http://liberationdephilo.blogs.liberation.fr/2015/11/20/la-religion-nous-rend-elle-meilleurs/


Quel est le poids de l'islam en France ? (Alexandre Pouchard et Samuel Laurent)
Le Monde - 21 juin 2015

"Jeudi 18 juin marque le début, en France, du jeûne du ramadan, observé par les musulmans du monde entier. D'ici au 18 juillet, les fidèles musulmans s'abstiendront de manger, de boire et d'avoir des relations sexuelles durant la journée. En France, plusieurs millions de musulmans observeront ce rituel. L'occasion de faire le point sur le poids, souvent objet de fantasmes, de l'Islam en France.
1. Combien de musulmans en France ?
A l'été 2014, un sondage de l'institut Ipsos Mori réalisé dans plusieurs pays montrait qu'à l'instar des Britanniques, les Français surestimaient fortement le nombre de personnes de confession musulmane en France : interrogés sur une estimation sur 100 personnes, ils répondaient en moyenne 23 %, alors que la bonne réponse était 8 %.
2,1 millions ? En réalité, le chiffre exact est plus flou. La loi française interdit de recenser les populations par religion, ce qui empêche d'avoir un chiffrage précis. Néanmoins, nous disposons de quelques estimations. Ainsi, l'enquête « trajectoire et origines » menée par l'Insee et l'INED, sur la base de sondages, estimait les fidèles musulmans à 2,1 millions en 2008, contre 11,5 millions de catholiques, parmi la population de 18 à 50 ans. Un échantillon qui, pour les deux religions, ne compte donc ni les seniors, ni les mineurs.
3,9 millions ? Le chercheur Patrick Simon, de l'INED, évoque, en extrapolant les estimations sur les 18-50 ans à l'ensemble de la population, un chiffre un peu plus élevé : entre 3,9 et 4,1 millions de personnes en France seraient « musulmans », avec les mêmes réserves quant à cette appellation.
4 à 5 millions ? C'est le chiffre qu'on entend le plus souvent. Il provient du ministère de l'intérieur et n'est qu'une approximation assez floue : il s'agit d'une extrapolation tirée de l'origine géographique des populations. On pourrait donc dire qu'il compte les personnes de « culture musulmane », qu'elles soient ou non pratiquantes dans leur quotidien."
[...]
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/21/que-pese-l-islam-en-france_
4559859_4355770.html?xtmc=religion&xtcr=8


Des Américains de moins en moins chrétiens (Stéphanie Le Bars)
Le Monde - 21 mai 2015

"Difficile à croire si l'on en juge par l'incontournable présence des conservateurs chrétiens dans le débat public aux Etats-Unis, mais le pays serait doucement entré dans une phase de sécularisation. Certes, on est encore loin du désert chrétien que connaissent certains pays européens. Mais les chiffres sont là: entre 2007 et 2014, la part des chrétiens aux Etats-Unis a chuté de huit points.
Selon l'enquête publiée le 13 mai par le Pew Research Center, les Américains sont encore 70 % à se définir comme tels (78% en 2007), mais la part de ceux qui se ­disent "sans affiliation" ne cesse de ­croître, notamment chez les plus jeunes. Ces citoyens athées, agnostiques ou qui ne se reconnaissent dans aucune religion - les "none" - représentent aujourd'hui 23% des adultes, plus que la part des catholiques dans le pays (21%). Cette proportion grimpe même à 34% pour les moins de 35 ans. Et, fait relativement nouveau dans une société imprégnée de culture religieuse, ils le vivent plutôt bien."
[...]
http://www.lemonde.fr/religions/article/2015/05/21/des-americains-de-moins-en-moins-chretiens
_4638069_1653130.html?xtmc=religion&xtcr=12


Etats-Unis. Les Américains de moins en moins chrétiens (Gabriel Hassan)
Courrier International - 12 mai 2015

""Forte chute de la proportion d'Américains qui se disent chrétiens", annonce The New York Times ce 12 mai. Les Américains non affiliés sont désormais plus nombreux que les chrétiens, renchérit The Wall Street Journal.
La plupart des grands titres outre-Atlantique se font l'écho de l'étude du think tank Pew Research Center, qui montre que les Américains "non affiliés" représentaient en 2014 près de 23 % de la population, une forte hausse par rapport aux 16 % de 2007. Cette catégorie regroupe à la fois des athées et des agnostiques (7 % de la population, en forte hausse) et des personnes qui n'adhèrent "à rien de particulier".
A l'inverse, la proportion de chrétiens a chuté à 71 %, contre 78 % en 2007. Le chiffre est en baisse depuis plusieurs décennies, précise le New York Times, mais cette baisse s'accélère nettement aujourd'hui et a lieu dans toutes les régions du pays. De nombreux anciens chrétiens se disent désormais "non affiliés"."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-les-americains-de-moins-en-moins-chretiens


Raoult : sciences, égalité et athéisme (Didier Raoult)
Le Point - 24 avril 2015

Le professeur Didier Raoult est spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille.
"Selon le Pr Didier Raoult, les statistiques montrent que le niveau scientifique et l'égalité dans une société influencent le nombre de croyants et d'athées.
La population mondiale compterait 13 % d'athées, majoritairement situés dans le Sud-Est asiatique. En Europe, ce pourcentage est de 20 %. Mais le nombre d'athées dans un pays n'est pas stable, il colle à l'évolution de certains paramètres comme le niveau scientifique et l'égalité sociale. Concernant le niveau scientifique, 93 % des membres de l'Académie des sciences des Etats-Unis s'estiment athées, contre 15 % de la population générale aux États-Unis. Toutefois, il existe des variations au sein même des domaines scientifiques : les biologistes et les physiciens sont les plus athées, les mathématiciens les plus croyants.
Un travail récent corrèle maintenant l'athéisme avec l'égalité (1). C'est un fait que les pays les plus égalitaires (France, Suède) sont actuellement les plus athées. En particulier en Europe, où la France (selon Eurobaromètre 2005) est la plus athée et la plus égalitaire des nations. [...]
Dans tous les cas, à l'échelle mondiale, il apparaît que l'inégalité, dont la mesure a été relancée récemment en France par Thomas Piketty, soit corrélée à la croyance en un ou plusieurs dieux. Le retour de la pratique de l'islam chez les laissés-pour-compte et la persistante religiosité des Roms y trouvent peut-être un éclairage nouveau. Une certitude, les guerres d'athées sont déclarées par les pays riches, tandis que les guerres des pauvres sont souvent des guerres religieuses."

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-sciences-egalite-et-
atheisme-24-04-2015-1923870_445.php


Les Français veulent durcir les règles de la laïcité (Caroline Piquet)
Le Figaro - 10 décembre 2014

"Une étude menée par l'institut Sociovision révélée par RTL montre qu'une très large majorité des Français souhaitent "la discrétion des affirmations religieuses", voire la neutralité des espaces de vie en commun, c'est-à-dire dans la rue, à l'école ou au sein de l'entreprise dans laquelle on travaille. [...]
Pour comprendre cette tendance, il faut d'abord regarder le mouvement de sécularisation qui traverse la société française. En 2014, moins de 50% des Français se disent croyants et ils sont de moins en moins à se déclarer pratiquants. Alors qu'ils étaient 14% à l'affirmer au milieu des années 1990, ils ne sont plus que 10% à le revendiquer aujourd'hui. Et ce recul se poursuit ces deux dernières années: il y a 2 points de moins de croyants ou pratiquants qu'en 2013, selon l'étude. Résultats, les non-croyants et non-pratiquants ont progressé de 7 points en 20 ans."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/10/01016-20141210ARTFIG00316-les-
francais-veulent-durcir-les-regles-de-la-laicite.php


Pologne : Un pays à 90 % catholique ? Un mythe
Courrier International - 11 juillet 2014

"Les dernières estimations concernant le nombre de croyants et de pratiquants sont sans appel : de moins en moins de Polonais vont à la messe et un nombre grandissant d'entre eux se déclarent sans religion.
Selon une étude récente de l'Institut des statistiques de l'Eglise catholique, depuis dix ans la communauté catholique en Pologne a perdu environ 2 millions de fidèles, informe le quotidien Gazeta Wyborcza. "L'étude effectuée en 2014 auprès de 10 000 paroisses consistait à compter les dominicantes et communicantes, c'est-à-dire des fidèles présents à la messe de dimanche et qui communient. Ils étaient respectivement 39,1 % et 16,3 % de la population polonaise", explique le journal.
"La Pologne reste toutefois le pays où le taux de catholiques, ou de ceux qui se déclarent comme tels, reste le plus élevé au monde, soit 92,2 %", précise le site d'information Natemat.pl, en citant le Pew Research Center (Washington)."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2014/07/11/un-pays-a-90-catholique-un-mythe


Une Amérique sans Dieu, c'est peut-être pour bientôt (Philippe Bernard)
Le Monde - 13 octobre 2012

"Serait-ce la fin d'une exception américaine ? Près d'un citoyen des Etats-Unis sur cinq se déclare désormais "athée", "agnostique" ou "rien de particulier", selon une enquête sur les affiliations religieuses que vient de publier l'institut Pew. Alors que les Etats-Unis semblaient déroger à la tendance à la déconfessionnalisation qui caractérise les nations développées, le pays connaît, ces dernières années, une évolution accélérée dans cette direction.
Au début des années 1970, en pleine vague de contestation et de vogue des cultures alternatives, seuls 7 % des Américains osaient s'affirmer sans affiliation religieuse, contre 15 % en 2007. Ils sont aujourd'hui 20 %. "Une évolution aux allures de séisme", insiste le New York Times. Jamais depuis que des statistiques existent sur le sujet la désaffection à l'égard des religions n'aura été aussi marquée.
Sur ces 46 millions de personnes, 13 millions se déclarent athées ou agnostiques, et près de 33 millions "sans affiliation religieuse particulière". Toutes catégories confondues, ceux que l'on nomme les "sans" ("nones") sont désormais à peine moins nombreux que les catholiques (22 % de la population). L'importance de ces derniers ne faiblissant pas en raison du flux d'immigrés latino-américains."
[...]
http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2012/10/13/une-amerique-sans-dieu-c-est
-peut-etre-pour-bientot_1775048_829254.html?xtmc=religion&xtcr=32


Crise de foi mondiale
Courrier International - 30 août 2012

"Une étude réalisée par l'institut de sondage américain Gallup, reprise par le site de Yediot Aharonot, montre que l'humanité traverse une importante crise de la foi. Les résultats publiés le 27 août indiquent que les croyants représentent 59 % de la population mondiale, soit 9 % de moins qu'en 2005. Sur les 59 000 personnes interrogées, 23 % se disent agnostiques (ne s'expriment pas sur l'existence ou non d'un dieu) et 13 % athées (nient l'existence d'un dieu).
Yediot Aharonot relève qu'avec 38 % de croyants, 54 % d'agnostiques et 2 % d'athées, les Juifs sont les moins croyants. Par ailleurs, le Ghana est le plus croyant (96 %) des 57 pays étudiés, alors que la Chine est celui qui compte le plus d'athées (47 %). Enfin, la France a enregistré la plus forte progression de son taux d'athées entre 2005 (14 %) et 2011 (29 %)."

http://www.courrierinternational.com/breve/2012/08/30/crise-de-foi-mondiale


Les chrétiens sont près de 2,2 milliards dans le monde
Le Nouvel Observateur - 19 décembre 2011

"Le monde compte 2,18 milliards de chrétiens, soit un tiers de la population mondiale, formant le premier groupe religieux devant les musulmans, selon une étude publiée lundi par le centre de recherche américain Pew sur la religion.
Le rapport "Chrétienté mondiale, rapport sur la taille et le répartition de la population chrétienne mondiale" qui se base sur 2.400 études dans 200 pays, note que la proportion de la population chrétienne est restée stable depuis un siècle mais a beaucoup varié concernant sa répartition sur la planète.
En 1910, les deux-tiers des chrétiens vivaient en Europe, aujourd'hui ils ne sont plus que 26% à habiter dans cette région, 37% dans les Amériques, 24% en Afrique sub-saharienne et 13% en Asie-Pacifique.
Le nombre des chrétiens a quadruplé en un siècle, à peu près comme celui de la population mondiale, ce qui signifie que la proportion des chrétiens est restée à peu près stable (de 35% à 32% aujourd'hui).
Mais la répartition est différente, note l'enquête. Il y a un siècle, Europe et Amériques représentaient 93% de la population chrétienne mondiale contre 63% aujourd'hui et dans ces deux régions, la proportion des personnes se définissant comme chrétiennes est passée en Europe de 95% à 76% et pour les Amériques de 96% à 86%."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111219.AFP2179/les-chretiens
-sont-pres-de-2-2-milliards-dans-le-monde.html


La religion en voie d'extinction
L'Express - 2 avril 2011

"C'est la conviction de deux chercheurs américains en mathématiques qui ont étudié l'évolution de l'audience religieuse dans neuf pays.
Au palmarès des extinctions massives, il faudra bientôt ajouter la religion. C'est la conviction de deux chercheurs américains en mathématiques qui ont étudié l'évolution de l'audience religieuse dans neuf pays. Leur modèle s'appuie sur une idée simple: plus un groupe social compte de membres, plus il est attractif pour les autres. Leur raisonnement a déjà été utilisé pour prévoir la disparition des langues les moins utilisées. "
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/la-religion-en-voie-d-extinction_978547.html


Les Français continuent à se dire catholiques, mais vont moins à la messe (AP)
Le Nouvel Observateur - 28 décembre 2009

"Près des deux tiers des Français continuent à se considérer comme catholiques, mais seuls 4,5% d'entre eux disent fréquenter une église tous les dimanches, contre 27% en 1952, selon un sondage Ifop publié mardi dans "La Croix".
Au total, 64% des Français se reconnaissaient comme catholiques en 2009, contre 80% en 1966. L'enquête révèle un repli du catholicisme au profit principalement des "sans religion". Ainsi, 28% des personnes interrogées se disaient sans religion en 2009, contre 21% en 1987.
Ce sondage montre aussi que les catholiques pratiquants sont plus âgés : 43% d'entre eux ont 65 ans et plus, alors que cette tranche d'âge ne représente que 21% de la population française totale."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/20091228.FAP0086/?xtmc=religion&xtcr=24


La France reste catholique, mais moins pratiquante (Isabelle de Gaulmyn)
La Croix - 28 décembre 2009

"Selon une enquête Ifop réalisée pour "La Croix", les Français restent pour les deux tiers attachés à une identité catholique mais la messe du dimanche ne rassemble plus qu’une toute petite minorité.
Si deux tiers encore des Français se reconnaissent comme catholiques, rares désormais sont ceux qui considèrent que cette appartenance passe par une présence à la messe : en effet, 4,5 % seulement de nos concitoyens disent fréquenter une église chaque dimanche, 15 % y allant régulièrement, de l’ordre d’une fois par mois environ.
Ces résultats de l’enquête Ifop pour La Croix confirment ce que l’on sait des tendances actuelles de la pratique religieuse catholique en France. Mais ils ont l’avantage, portant sur un cumul réalisé à partir de toutes les enquêtes récentes de l’Ifop où la question de la proximité religieuse est posée, de porter sur un vaste échantillon (131 141 personnes interrogées, tous sondages confondus), et donc de permettre une analyse plus fine des grandes évolutions.
Premier constat, donc : la présence à l’église le dimanche n’est plus, pour les personnes interrogées, « le » critère d’appartenance religieuse. Comme on le constate, les deux courbes de l’affirmation de l’identité catholique et de la pratique dominicale se sont complètement disjointes. « Avec 4,5 %, la France est aujourd’hui le pays catholique où la pratique dominicale est la plus basse », note Denis Pelletier, historien à l’École pratique des hautes études. (...)
Dernier enseignement de cette enquête : la montée, certes encore discrète mais sensible, des autres religions en France. L’appartenance religieuse y reste certes marquée fortement (92 %) par le binôme catholiques-sans religion, mais on voit, en 2009, 8 % des personnes sondées afficher une autre appartenance confessionnelle, soit deux fois plus qu’en 1987. Parmi eux, la progression des nouvelles formes de protestantisme (évangéliques, baptistes) commence à devenir perceptible dans les sondages."
[...]
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2407513&rubId=4078


La religion musulmane, jugée la moins compatible avec la vie en société
Le Nouvel Observateur - 10 décembre 2009

"Alors que les religions catholique et juive sont jugées compatibles avec la vie en société pour 82% et 72% des Français, seuls 54% d'entre eux estiment que la pratique de la religion musulmane s'accorde avec le mode de vie français.
Interrogés sur la pratique des religions, et leur compatibilité avec la vie en société en France, les sondés réagissent différemment selon la religion dont il est question, d'après un sondage CSA pour Le Parisien/Aujourd'hui en France ce jeudi 10 décembre. En effet, 54% des Français jugent la pratique de la religion musulmane compatible avec la vie en société en France, contre 82% pour la religion catholique et 72% pour la religion juive.
Selon cette étude réalisée par l'institut CSA auprès d'un échantillon représentatif de 1.001 personnes majeures, 14% des personnes interrogées estiment que la pratique de l'islam est "tout à fait compatible" avec la vie en société en France, 40% "plutôt compatible", tandis que 19% la jugent "plutôt pas compatible" et 21% "pas du tout compatible". 6% ne se prononcent pas."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/contre_debat_sur_lidentite_nationale/20091210.OBS0178/
la_religion_musulmane_jugee_la_moins_compatible_avec_la.html


43 % des catholiques français souhaitent le départ du pape Benoît XVI (source AFP)
Le Point – 22 mars 2009

"43% des catholiques français souhaitent que le pape Benoît XVI démissionne ou parte en retraite, selon un sondage Ifop (1) paru dans le Journal du dimanche. Seulement 54 % ne le souhaitent pas tandis que 3 % ne se prononcent pas. La proportion de catholiques français qui désirent un départ du pape Benoît XVI monte à 47 % parmi les non-pratiquants, mais baisse à 31 % chez les catholiques pratiquants.
Le pape a estimé le 17 mars dernier, à bord d'un avion qui devait l'amener au Cameroun puis en Angola, que l'on ne peut "pas régler le problème du sida", pandémie aux effets dévastateurs en Afrique, "avec la distribution de préservatifs". "Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème", a-t-il assuré. Le Vatican est opposé à toute forme de contraception autre que l'abstinence (totale ou temporaire) et réprouve l'usage du préservatif, même pour des motifs prophylactiques (prévention de maladies).
Interrogés pour savoir si l'Église catholique doit "modifier son discours et ses positions pour tenir compte des changements intervenus dans la société et dans les moeurs", une très forte majorité des catholiques français estiment que oui, notamment sur la contraception."
[...]
http://www.lepoint.fr/actualites-societe/43-des-catholiques-francais-souhaitent-le-depart-du-pape-benoit/920/0/327934
Il ne restera bientôt plus que les athées pour défendre un pape de plus en plus efficace pour vider les églises.


La France, l'un des pays les moins croyants au monde (Pierre Bohm)
Le Figaro – 10 février 2009 (1/10 de page)

"Les Américains sont deux fois plus nombreux que les Français à déclarer que la religion tient une «place importante dans leur vie quotidienne».
Les Français dans le top dix des pays les moins croyants du monde. C'est le résultat d'une étude menée par l'institut américain Gallup sur l'importance de la religion dans 143 pays.
La France se classe neuvième : seul un Français sur quatre estime que la religion tient «une place importante dans (sa) vie quotidienne». Un taux similaire à celui du Japon. L'Estonie est le pays le moins croyant au monde (14%), devançant d'autre pays d'Europe de l'est ou du nord. Les Etats-Unis sont le pays occidental le plus dévot avec 65% de «oui» à cette question, soit deux fois et demi plus que la France."
[...]
http://www.lefigaro.fr/international/2009/02/10/01003-20090210ARTFIG00618-la-france-l-un-des-pays-les-moins-croyants-au-monde-.php


Les musulmans désormais plus nombreux que les catholiques (Hervé Yannou)
Le Figaro – 31 mars 2008 (1/6 de page)

"Toutes confessions confondues, les chrétiens représentent 33 % de l'humanité.
Le Saint-Siège l'a officiellement reconnu ce week-end : en valeur absolue, les musulmans sont désormais et pour la première fois plus nombreux que les catholiques dans le monde. Avec ses 1,322 milliard de fidèles, soit 19,2 % de la population mondiale, contre 1,130 milliard de catholiques, soit 17,4 % de l'humanité, l'islam est devenue la première religion du monde.
Il y a un an déjà, l'institut américain World Christian Database avait annoncé ce chiffre. En s'appuyant sur des statistiques fournies par l'ONU, le Vatican est arrivé au même résultat."
[...]


Pour qui vont voter les catholiques français ?
Le Figaro - 7 mars 2007 (1/10 de page)

Selon une enquête publiée dans La Croix sur les intentions de vote de l’électorat chrétien, il apparaît que, chez les catholiques, Nicolas Sarkozy recueille 5 points de plus qu'avec la moyenne des Français tandis que Ségolène Royal en perd 5.
Chez ceux qui se déclarent pratiquants : "Si François Bayrou surclasse Ségolène Royal avec 18% contre 16%, c’est Nicolas Sarkozy qui rafle la mise avec un score de 42% des intentions de vote. La droite de la droite recueille un franc succès avec 4% pour Philippe de Villiers et 16% pour Jean-Marie Le Pen."
Chez les "sans religion", "les scores s’inversent : Royal est en tête avec 33% devant Bayrou et Sarkozy, ex-æquo à 16%."


Si le catholicisme reste la religion la mieux établie dans l'Hexagone, 27,6 % des Français se déclarent athées (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 3 mars 2007 (1/8 de page)

Dans son numéro du 1er mars, l'hebdomadaire La Vie publie, à partir de sondages de l'Ifop, une cartographie des croyances par départements. En moyenne, 64% des français se disent catholiques, les deux départements extrêmes étant la Moselle (81%) et le Val-de-Marne (47%).
"En moyenne 27,6 % des Français se déclarent sans religion mais, dans seize départements, ce chiffre dépasse 34 %, notamment dans les Côtes-d'Armor ou dans le Loir-et-Cher, département le plus "athée", où 43,7 % des habitants se déclarent sans religion."
Les Français proches de l'islam musulmans sont 3% (le maximum étant atteint dans le Val d'Oise avec 14,3%)
"La carte du protestantisme, religion revendiquée par 2,1 % des Français, confirme la présence historique des Eglises réformées dans l'Est, la Drôme, le Lot, le Gard ou l'Ariège. Mais La Vie souligne l'émergence des Eglises locales évangéliques en Bretagne ou dans le Nord."
Quant aux juifs, ils sont 0,6%, principalement à Paris (3,7%), dans les Hauts-de-Seine, le Val-d'Oise et les Bouches-du-Rhône.


Sondage. Les Français et la religion
L'Humanité - 1er mars 2007 (8 lignes)

"Un sondage IFOP auprès de plus de 90 000 Français pour l’hebdomadaire la Vie à paraître aujourd’hui dessine la carte des croyants et des athées et montre que le catholicisme reste la religion de 64 % de Français, loin devant l’islam avec 3 %, les sans-religion étant plus de 27 %. Ce sondage s’est bâti sur plusieurs enquêtes réalisées entre 2003 et 2006 autour d’une seule question : "De quelle religion vous sentez-vous le plus proche ?""


Les Français sont de moins en moins catholiques (Henri Tincq)
Le Monde - 10 janvier 2007 (1/6 de page)

Un sondage CSA, réalisé sur un échantillon de 2012 personnes et publié dans Le Monde des religions de janvier 2007, révèle que seulement 51% des Français se disent "catholiques" (67% en 1994). 31% sont "sans religion" alors qu'ils n'étaient que 23% en 1994. Les musulmans sont 4% (2% en 1994) tandis que les protestants et les juifs restent stables avec respectivement 3% et 1%.
"L'Eglise a pu longtemps se rassurer en invoquant - au-delà de la baisse ancienne des pratiques et des croyances dans les dogmes - une résistance de l'identité catholique. Mais cette observation est de moins en moins fondée. Le déclin du sentiment d'appartenance au catholicisme rejoint celui des pratiques et croyances."
Quant aux catholiques, le sondage montre que plus de la moitié ne vont jamais à la messe. Seuls 8% s'y rendent le dimanche (13% en 1988). Le plus surprenant est dans la croyance en l'existence de Dieu que seuls 52% considèrent comme "certaine" ou "probable". "Et c'est une minorité (18 %) qui croit en un "Dieu personnel" - vérité fondamentale du christianisme - contre une grosse majorité (79 %) qui identifie Dieu à une notion plus vague de "force, énergie ou esprit". 58 % croient à la résurrection du Christ et 38 % à la virginité de Marie. Seules résistent les croyances aux miracles (64 %), au diable (33 %), à l'idée que la mort n'est pas "l'étape ultime" (74 %)." Les catholiques français sont, en outre, très favorables au mariage des prêtres (81 %) et à l'ordination de femmes-prêtres (79 %), réformes qui ne sont pas d'actualité à Rome.


Voir la page : Statistiques sur les opinions et pratiques religieuses


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©