Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Société > 2015


Société : Dieu, religions, spiritualités

2015

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Société


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Pouvez-vous faire interdire la sonnerie de la cloche d'une église ? (Robin Massonnaud)
L'Express - 26 mai 2015

"Les cloches de l'église de votre ville ou de votre village sonnent tous les jours et à toutes les heures. Vous avez demandé au maire de faire cesser cette nuisance sonore. Pouvez-vous le contraindre à interdire ces sonneries ?
Depuis la loi de séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905, c'est le maire qui réglemente les sonneries des cloches d'église et qui, en cas de désaccord avec l'autorité cultuelle, s'adresse au préfet qui doit trancher. Dans ses décisions, l'édile doit concilier l'exercice de son pouvoir et le respect de la liberté des cultes. Il ne peut donc pas s'opposer à ces sonneries, sauf pour des motifs tenant à l'ordre public ou lorsque la vétusté du clocher en rendrait l'usage dangereux pour la sécurité publique.
Le clocher sonne toutes les heures, de 7 heures à 22 heures ? Une telle sonnerie ne porte pas atteinte à l'ordre public. Le maire peut demander qu'elle commence plus tard, à 8 heures par exemple, pour se terminer plus tôt, à 19 heures, mais il ne peut pas interdire complètement les sonneries."
[...]
http://votreargent.lexpress.fr/droit/pouvez-vous-faire-interdire-la-sonnerie-de-la-cloche-d-une-eglise_1683245.html


L'ingérence des religions est insupportable (Benoît Schneckenburger)
L'Humanité - 23 mars 2015

Benoît Schneckenburger est philosophe et auteur.
"École, mariage, fin de vie : laissez-nous vivre en paix !
La déclaration à l'encontre de la loi sur la fin de vie émanant des représentants des trois monothéismes publiée dans le Monde constitue le dernier avatar de l'emprise croissante des religions dans le débat public. Déjà, lors de la nécessaire campagne de lutte contre la discrimination filles-garçons à l'école ou à l'occasion des débats accompagnant la loi pour le mariage pour tous, la sainte alliance des monothéismes s'était peu à peu reformée. En intervenant dans le débat sur la fin de vie, on pourrait soupçonner les prêtres, rabbins et imams de venir défendre leur fonds de commerce, tant il est aujourd'hui encore difficile de pouvoir mourir en paix sans que de bonnes âmes ne veuillent récupérer la nôtre. [...]
Ça suffit ! Cette ingérence des religions est de plus en plus insupportable. Au nom de quoi ces dignitaires auraient-ils le droit de s'ingérer dans le débat public, et de réclamer pour eux-mêmes un respect que l'histoire entière des religions dément ?"
[...]
http://www.humanite.fr/lingerence-des-religions-est-insupportable-569032


Croyance et PIB : les pays les plus riches sont les moins religieux (Eugénie Bastié)
Le Figaro - 16 mars 2015

"Une étude américaine met en évidence la corrélation entre richesse et athéisme. Seuls les États-Unis échappent à cette règle. Les Américains se distinguent également par leur optimisme.
"En général, les peuples riches ont moins tendance que les peuples pauvres à admettre que la religion joue un rôle dans leur vie". Une étude du Pew Research center, think tank américain spécialisé dans l'analyse du fait religieux, met en évidence une corrélation entre le niveau de PIB par tête et le degré de religiosité: plus un pays est riche, moins il croit en Dieu. Ainsi, le Pakistan, le Ghana ou encore le Sénégal, pays très pauvres, affichent près de 100% de croyants. À l'autre bout du spectre, la France, le Royaume-Uni, ou le Japon, pays riches, comptent moins de 20% de personnes accordant à la religion un rôle important dans leurs vies.
Exception majeure à cette corrélation: les États-Unis. Le pays se démarque par sa religiosité et son optimisme par rapport aux autres nations occidentales."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/16/01016-20150316ARTFIG00171-croyance-et-pib
-les-pays-les-plus-riches-sont-les-moins-religieux.php


Quand Dieu n'existait pas (Olivier Adam)
Libération - 30 janvier 2015

"J'allume la télévision, la radio. Et ils sont là. Partout. Des religieux. De toutes confessions. Des durs. Des mous. Des excités. Des conciliants. Ils s'expriment. Au même titre que les élus, les chercheurs, les intellectuels. Ils formulent des analyses, émettent des préconisations. S'immiscent dans le débat public. Ils ont voix au chapitre. On les consulte. On écoute leurs recommandations. Leurs souhaits. Leurs exigences, même. Mariage et adoption pour tous. Fin de vie. Et même, depuis Charlie, fanatisme religieux (!), liberté d'expression (!!), laïcité (!!!). Ils sont là, partout, arpentent les plateaux. Et s'ils ne sont pas là, on parle d'eux. On tient compte de leur "sensibilité". On nous dit qu'il faut veiller à ne pas les heurter. Et tant pis si, par leurs incursions hors des lieux de culte, ils heurtent les athées et nuancent d'emblée une laïcité pourtant non négociable.
J'allume la télévision, la radio. Et me retrouve projeté dans des temps très lointains et très obscurs. Des temps que je n'ai pas connus. Et que je ne pensais pas connaître un jour. Parce qu'on se croyait délivrés. Affranchis. J'ai grandi en banlieue. Un écheveau de villes plus ou moins tranquilles, bien mélangées, avec leurs cités déjà sensibles, leurs lotissements et un reste de culture prolétaire à l'ancienne. J'avais des copains beurs, des copains blacks, la plupart vivaient dans les HLM. On ne parlait pas de musulmans. Ceux qui l'étaient ne s'en réclamaient jamais."
[...]
http://www.liberation.fr/chroniques/2015/01/30/quand-dieu-n-existait-pas_1192366


Un droit fragile, attaqué par les obscurantistes (Francine Bajande)
L'Humanité - 16 janvier 2015

"Les organisations féministes appellent à célébrer, ce samedi 17 janvier, la promulgation de la loi Veil. Débats et manifestation sont prévus toute la journée à Paris.
"N'oublions jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question.?" Les mots de Simone de Beauvoir résonnent avec fracas, quarante ans après la promulgation de la loi sur la légalisation de l'avortement. Car des vents contraires soufflent dans le pays de Voltaire, qui s'acharnent à balayer ce droit sans quoi la liberté des femmes n'aurait aucun sens. Un droit fondamental, un droit fragile que les féministes défendront bec et ongles, comme leurs aînées l'avaient fait dans l'histoire récente, en organisant de multiples initiatives ce samedi 17?janvier, jour anniversaire de la loi Veil. Des associations, comme Osez le féminisme, débattront à la mairie du 4e arrondissement, à Paris, en présence de la ministre Marisol Touraine. Quant au Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), il appelle à se rassembler, à 14?h?30, place de la Bastille. [...]
Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne, analyse?: "?Dans une période d'instabilité, de crise économique et sociale, on constate une certaine perméabilité à des discours qui culpabilisent les femmes, et un retour à des valeurs religieuses, morales, perçues comme une solution à nos maux.""
[...]
http://www.humanite.fr/un-droit-fragile-attaque-par-les-obscurantistes-562965


>>> Suite de la revue de presse : Société - 2014


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©