Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Marianne > La mort au nom de Dieu

La mort au nom de Dieu

Plongée dans les guerres de religion d'hier et d'aujourd'hui


Marianne - 8 au 16 juillet 2006

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"



La mort au nom de Dieu
Marianne – 8 au 16 juillet 2006 (16 pages)

Le retour des guerres de religion (Martine Gozlan)
"Qu'y a-t-il de "moderne" dans les guerres de religion ? Aux yeux des experts, la misère et le nationalisme y ont autant leur part que les dieux. Il n'empêche ; en Irlande du Nord, au Moyen-Orient, en Inde, en Egypte, au Nigeria... trop souvent, l'enfer c'est l'autre."
Le danger peut se mesurer à la façon agressive dont est fustigé le modèle laïc français qui nous permet de vivre ensemble quelles que soient nos convictions.

La religion sert de paravent à des conflits politiques (Jean Delumeau)
Pour l'historien chrétien spécialiste des religions, Jean Delumeau, la religion a très souvent été utilisée à des fins politiques dans les grands conflits du XXe siècle et d'aujourd'hui. "[...] Les pays musulmans ont le plus souvent raté leur décolonisation. Ils sont restés en rade, incapables de mettre le moteur économique en marche, alors même que la Chine et l'Inde se dirigeaient à marche forcée vers la croissance. Ce n'est pas simple à accepter. Les causes de la haine des fanatiques de l'islam, de cette forme d'impérialisme revanchard, ne sont donc pas seulement religieuses."

Egypte. Les coptes ont de plus en plus peur (Liliane Sichler)
"Menacés par la dérive fondamentaliste musulmane de l'Egypte, 25000 coptes - sur 8 millions - quittent chaque année un pays de moins en moins "républicain"."
Tandis que le président Moubarak semble resté sourd et muet à cette situation, les Frères musulmans n'ont qu'un seul objectif, la prise du pouvoir.

Soudan. Le croissant contre la croix et les païens (PG)
L'Afrique noire est un lieu d'affrontement entre l'islam et le christianisme qui a fait des centaines de milliers de morts. Au Darfour, "les musulmans du Nord qui avaient inscrit dans la Constitution la pratique de la Charia, [s'opposent] aux chrétiens animistes du Sud contre lesquels était prêché le djihad, la guerre sainte."

Côte-d'Ivoire. Dieu, Allah et Gbagbo (PG)
"La guerre civile qui éclata en 2002 est essentiellement un conflit entre musulmans nordistes et chrétiens sudistes. A ceci près que, Simone Gbagbo et son mari étant devenus "born again chistians", passés sous la coupe des fondamentalistes protestants proches des néoconservateurs américains, eux et leurs partisans se méfient désormais de l'Eglise catholique, très active dans les associations de défense des droits de l'homme."

Inde. Au Gujarat, on tue Gandhi tous les jours (Martine Gozlan)
Sur fond de pogroms antimusulmans qui se multiplient, "à grands coups de lavage de cerveau, la non-violence est devenue synonyme de trahison. Les "mangeurs de vache" [les musulmans], ennemis désignés, doivent être exterminés. Tant pis pour la plus grande démocratie du monde."
Toute la société indienne semble contaminée malgré la défaite du BJP (parti néofasciste) et le retour au pouvoir du parti du Congrès dans la majorité des Etats. Le mouvement de résistance au nouvel ordre safran ne fait pas le poids face au RSS, la branche armée du BJP.

Nigeria. Des progroms anti-chrétiens (PG)
Bien que le Nigeria soit officiellement une république fédérale laïque, "les Etats du Nord, très peuplés, ont institué la charia comme loi fondamentale, menaçant ainsi les libertés des minorités chrétiennes."
Des dizaines d'églises et de magasins ont été brûlés et une politique de purification ethnique se met en place dans l'indifférence de l'opinion internationale.

Irlande du Nord. Un armistice plein d'arrière-pensées (Eric Dior)
"En Ulster, on ne se tue plus, sans pour autant se tolérer. La paix balbutie, mais catholiques et protestants continuent à cajoler, comme un legs vénéneux, de multiples raisons de s'exécrer."
Cependant sur fond de délinquance et de marasme économique, les mariages mixtes commencent à se développer et la classe moyenne souhaite un gouvernement biconfessionnel.

Russie. La Tchétchénie ? Une simple "normalisation" (Anne Dastakian)
En accord avec la thèse officielle de Moscou, Kirill, le numéro deux du Patriarcat de Moscou considère qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter de la progression du wahhabisme radical. Il "préfère s'attarder sur la "normalisation" en cours dans la république rebelle." Pour lui, la coexistence pacifique entre les religions se limite à "ne pas offenser l'autre."



Voir les pages d'accueil sur la religion et la politique


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©