Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Roumanie

Roumanie

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Cristian Mungiu : "L'Eglise devrait être plus ouverte à l'ère d'Internet" (Iulia Badea Gueritée)
Courrier International - 21 novembre 2012

"Alors que son dernier film, Au-delà des collines, sort en salles en France le 21 novembre, Courrier international a rencontré le réalisateur roumain, récompensé plusieurs fois à Cannes. Il évoque notamment le rôle de la religion dans son pays.
Courrier international Vous avez récemment déclaré dans une interview que ce film est une méditation sur le rôle de la religion dans la société...
Cristian Mungiu [...] "Maintenant, en pensant à ce que j'en attends et à la manière de m'y rapporter... : je crois que l'Eglise orthodoxe roumaine, par exemple, veut utiliser son immense popularité pour transmettre certaines valeurs sociales et morales censées améliorer les relations humaines dans une société. Je crois que c'est une grande responsabilité et quelque chose que l'Eglise pourrait faire dans un pays où 85 % des gens se disent croyants. Si cela se fait ou non avec efficacité, c'est plus difficile à dire. Personnellement je penche pour la négative. La quantité d'indifférence et de vanité que je vois autour de moi ne cadre pas avec le degré de dévotion qu'affichent les gens."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2012/11/21/cristian-mungiu-l-eglise-
devrait-etre-plus-ouverte-a-l-ere-d-internet


Conservatrice et influente, l'Eglise roumaine entretient un climat favorable aux populistes (Mirel Bran)
Le Monde - 13 juin 2007 (1/8 de page)

Le 9 juin, en Roumanie, une "marche de la diversité" des homosexuels" s'est trouvée confrontée à une "marche de la normalité" organisée par l'extrême droite.
"Malgré la dépénalisation officielle de l'homosexualité en 2002, les Roumains, dont 87 % se revendiquent de l'Eglise orthodoxe, restent peu compréhensifs à l'égard des minorités sexuelles. "La Roumanie a fait des progrès en termes de législation mais la société n'est pas encore au niveau de la loi, sans compter l'opposition de l'Eglise orthodoxe", affirme la révérende canadienne Diane Fisher, qui oeuvre depuis plusieurs années en faveur de la communauté homosexuelle roumaine."
En effet, l'Eglise orthodoxe considère l'homosexualité comme un "péché mortel" et cette marche des homosexuels comme une offense à la moralité de la vie publique et à la famille.
"Les réactions contre la Gay Pride du 9 juin, à Bucarest, ont confirmé une fois de plus l'énorme poids que l'Eglise orthodoxe continue d'avoir en Roumanie. Les populistes exploitent la situation pour tenter de séduire un électorat sensible aux questions religieuses."


Mon curé chez les puristes
Le Canard enchaîné - 6 juillet 2005 - (40 lignes)

Roumanie. La Française Geneviève Beney a été excommuniée pour avoir été ordonnée prêtre (Voir l'autre article du Canard enchaîné). Elle avait été prévenue.
"Cela se passe comme cela, à Rome : tout se fait en temps réel. "Santo subito" pour Jean-Paul II, "ejecto subito" pour les hérétiques..."
Geneviève Beney ne s’en tire pas si mal si l’on compare son sort à celui de la nonne roumaine Matricica Comici, qui est morte crucifiée dans un monastère de Tanacu. Ni le pope Daniel qui a "fixé" la malheureuse, ni les autres nonnes qui l’ont "tabassée", ne regrettent ce qu’ils ont fait. "Le pope a été viré de l’Eglise" orthodoxe.


Une religieuse roumaine crucifiée (AFP)
Libération - 17 juin 2005 - (17 lignes)

Roumanie. Parce qu’elle était accusée d’être possédée par le diable, une religieuse orthodoxe roumaine de 23 ans a été crucifiée dans son monastère par un prêtre et quatre autres religieuses. Elle a été retrouvée morte, enchaînée et bâillonnée à une croix, par les services d’urgence. Le supérieur du monastère explique : "Nous avons célébré des messes pour la désenvoûter. D’un point de vue religieux, ce que nous avons fait est très correct." Quant au Patriarcat orthodoxe de Bucarest, il se refuse à juger ce qui s’est passé : "Je ne sais pas ce que cette fille a fait."
Sans commentaire.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©