Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > > Croyances > Pêche aux crédules > Page 2/3


La pêche aux crédules

Quand la religion joue la séduction

Page 2 / 3

Début de "La pêche aux crédules



Les acteurs de la communication

Dans une communication, à un instant donné, il y a celui qui parle et celui (ou ceux) qui écoute(nt).

Celui qui parle

En schématisant, celui qui parle peut se trouver dans deux modes différents :

Celui qui écoute

Quand l'écoute est active (ce qui signifie avoir toujours en tête la question "Que veut-il réellement me dire ?") la concentration qu'elle nécessite mobilise une grande partie de l'énergie intellectuelle. On peut alors adhérer "en toute connaissance de cause" à des idées que l'on aura parfaitement comprises ou bien en faire une analyse critique que l'on saura argumenter. Cette attitude demande une grande vigilance notamment lorsque celui qui parle a tendance à pratiquer le monologue ou lors d'une conférence. Si celui qui écoute n'a pas la possibilité d'interrompre l'orateur, il court le risque de se faire déborder par des flots de paroles qui s'écoulent plus vite que la capacité de son cerveau à les analyser et à les "décoder". Il s'en suit alors soit : Les moments d'écoute passive peuvent être librement consentis lorsqu'on abandonne volontairement sa conscience au plaisir de voir un film, de lire un roman, d'écouter un morceau de musique, que l'on sait pertinemment être un conte, une fable, une histoire, un mythe inventé pour nous distraire. C'est reposant et peut être très agréable pour "oublier" un temps les tracas quotidiens. Mais si on en abuse, on court le risque de perdre le sens de la réalité, de se couper des autres et de perdre tout sens critique.


La captation de l'attention

Même si l'on peut parfois la qualifier d'active, l'écoute est une attitude avant tout passive, non créative. Elle constitue une période de risque car notre attention est mobilisée sur une source d'information que l'on ne maîtrise pas. En effet, capter l'attention d'autrui c'est, consciemment ou non, qu'on le veuille ou non, prendre une forme d'ascendance sur lui.
Les médias et les publicitaires en particulier l'ont parfaitement compris. Tous leurs efforts et leur savoir-faire sont consacrés à capter l'attention de leur public afin de la concentrer sur l'objet ou le concept vendu. Notre société de consommation ne tardera pas, si ce n'est déjà fait, à donner une valeur marchande à cette attention captée. Certains commencent à raisonner en "temps de cerveau" mobilisé sur leurs produits.

Les cerveaux sceptiques étant plus difficiles à capter, faut-il en conclure que la société de consommation a tout intérêt à ce qu'il y ait un maximum de personnes crédules et donc de croyants ?


Quelques exemples de techniques de séduction et de captation de l'attention

On n'est jamais très loin des techniques de ventes, de porte à porte : Inconsciemment, celui qui parle en public, et qui se trouve donc au centre de l'attention commune, est mis par les autres sur un piédestal, il est idéalisé. Pour peu qu'il y ait du décorum, du faste, du mystère, l'autorité de celui qui parle en est démultipliée.

...sans compter le charisme naturel de certains orateurs.


Suite  >>>>  Les sirènes religieuses


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Croyances    Haut de page    Contact   Copyright ©