Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Grands thèmes > Créationnisme > Dangers dans l’éducation > 4/6

Les dangers du créationnisme dans l’éducation

Rapport du Conseil de l'Europe

Créationnisme et éducation

Page 4 / 6
Début du rapport






Créationnisme et éducation : Les principales manifestations créationnistes en Europe, états des lieux et réactions des milieux scientifiques et religieux

En Turquie :

53. La Turquie, un des rares pays musulmans officiellement laïcs depuis l’instauration d’une république par Moustafa Kemal Ataturk en 1923, apparaît comme l’un des principaux berceaux du créationnisme scientifique islamique. Comme l’a souligné Jacques Arnoult(5), La Turquie apparaît comme l’un des centres les plus actifs et les plus structurés de ce courant fondamentaliste.

54. Le prédicateur islamiste turc Harun Yahya, de son vrai nom Adnan Oktar, se trouve être l’une des figures les plus emblématiques de ce mouvement. Agé d’une cinquantaine d’années, Harun Yahya publie des ouvrages sur la création ou la religion depuis une vingtaine d’années, il possède par ailleurs sa propre maison d’édition, Global, dont le siège se trouve à Istanbul. En 1991, Adnan Oktar a créé le BAV, Bilim Arastirma Vakfi, (Fondation pour la Recherche et la Science). Le BAV a été très actif depuis sa création pour tenter de faire disparaître de l’enseignement turc toute idée d’évolution, il publie et organise en outre de nombreuses conférences sur le créationnisme dans les principales villes turques. Il semblerait que le BAV soit proche de l’ICR, Institut for Creation Research, américain.

55. Le dernier ouvrage d’Harun Yahya est paru en décembre 2006 et s’intitule L’Atlas de la Création. Ce très gros livre constitue le premier volume d’une série de sept ouvrages. Il tente de réfuter en 772 pages très richement illustrées le darwinisme et la théorie de l’évolution. La conclusion de cet ouvrage est claire : "la création est un fait" et "l’évolution une imposture". De plus, l’auteur dénonce de façon virulente "les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme". Harun Yahya a depuis le début de l’année 2007 lancé une offensive qui vise à la diffusion massive de son dernier ouvrage en Europe et dans le Monde.

56. Par ailleurs, à noter que les thèses créationnistes apparaissent déjà dans certains manuels scolaires turcs, et 75 % des lycéens turcs ne croient pas à la théorie de l’évolution. Cependant, des mouvements de contestation se sont formés en Turquie. Une commission a été créée en 1998 pour répondre aux critiques et aux attaques créationnistes à l’encontre des idées évolutionnistes et pour tenter de prévenir l’opinion publique. La TÜBA, l’académie des sciences, et le TÜBITAK, le conseil national pour la recherche scientifique et technique, ont aussi pris position en faveur de l’évolution.

En France :

57. L’offensive d’Harun Yahya : Au début de l’année 2007, le créationniste turc Harun Yahya, a fait parvenir dans de très nombreux établissements scolaires français et centres de documentation, son ouvrage intitulé "L’Atlas de la Création". En réponse, le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a demandé aux recteurs d’académies de veiller à ce que ce livre "qui ne correspond pas au contenu des programmes établis par le ministère, ne figure pas dans les centres de documentation et d’information des établissements scolaires". Hervé Le Guyader, professeur de biologie de l’évolution à l’Université Paris VI, a été chargé par l’Inspection générale de l’Education nationale d’analyser de façon détaillée cet atlas. Hervé Le Guyader juge ce livre "beaucoup plus dangereux que les initiatives créationnistes précédentes, souvent d’origine anglo-saxone". Selon lui, le luxe de l’ouvrage et la méthode employée par l’auteur peuvent "s’avérer redoutablement efficace pour un public non averti". La teneur scientifique de ce livre lui semble par ailleurs "d’un pauvreté affligeante". L’Atlas de la Création a également été envoyé à de nombreux journalistes.

58. L’UIP Université Interdisciplinaire de Paris : L’UIP, association loi 1901, a été créée en 1995 sur les cendres de l’Université Européenne de Paris, fondée en 1989 pour succéder à l’Université Populaire de Paris. Soutenue à ses débuts par des entreprises prestigieuses, elle a progressivement été abandonnée par ses sponsors en raison des soupçons de néocréationnisme qui pesaient sur elle. L’UIP travaille activement à l’introduction de la spiritualité dans les sciences et dans la société. Elle serait par ailleurs très proche de la mouvance américaine de l’Intelligent Design. La diffusion sur ARTE en octobre 2005 du documentaire de Thomas Johnson, Homo sapiens, une nouvelle histoire de l’Homme a par ailleurs été très controversée en France. En effet, ce documentaire semble s’être très largement inspiré des travaux d’Anne Dambricourt-Malassé, chargée de recherche au CNRS, rattachée au muséum d’histoire naturelle de Paris, et alors membre du conseil scientifique de l’UIP. Le documentaire a été accusé de véhiculer un message néocréationniste et de servir la cause de l’UIP.

En Suisse :

59. Manifestation d’Harun Yahya en Suisse Romande : En Mars 2007, de très nombreuses écoles de la Suisse romande ont également reçu l’ouvrage d’Harun Yahya, l’Atlas de la Création. Georges Schürch, directeur général des Cycles d’Orientation Genevois a relaté que le livreur chargé de la distribution de cet ouvrage en Suisse romande lui aurait confié avoir un millier d’exemplaires à distribuer. Georges Schürch a, à cette occasion, rappelé que tout nouvel ouvrage ne peut être autorisé pour l’enseignement sans examen préalable.

60. Jacqueline Horneffer, secrétaire adjointe de l’instruction publique de Genève a demandé aux établissements scolaires de refuser la livraison de cet ouvrage, ce qu’ils ont fait. Selon elle, "le livre ne correspond pas aux théories scientifiques actuelles et ne respecte pas la séparation entre l’enseignement laïc et confessionnel". En Suisse, l’Atlas de la Création a également été envoyé à des journalistes et des scientifiques.

61. Le Centre Biblique Européen : Les créationnistes sont également représentés en Suisse par le Centre Biblique Européen et son animateur Daniel Mathez. Le Centre Biblique Européen est une maison d’édition créationniste qui a déjà publié une quinzaine d’ouvrages.

62. Le Groupuscule ProGenesis : Le groupuscule créationniste suisse ProGenesis œuvre pour la réhabilitation du livre de la Genèse, son but est d’imposer le créationnisme face à l’évolutionnisme, et ce par des moyens médiatiques ou ludiques. Dans cet ordre d’idée, ProGenesis a mis en place un projet nommé Genesis-Land. Il s’agit d’un parc de loisirs qui pourrait être construit dans le nord-est de la Suisse et qui aurait pour objectif de "diffuser le message chrétien comme un contrepoids à la théorie omniprésente de l’évolution de Darwin".

En Belgique :

63. Tentative d’infiltration créationniste dans les écoles belges : Après la France, et parallèlement à l’offensive menée en Suisse, Harun Yahya a lancé la diffusion de son Atlas de la Création en Belgique en Mars 2007. Dans une circulaire datée du 22 mars 2007, la ministre chargée de l’enseignement obligatoire et de la promotion sociale, Marie Arena, met en garde "l’ensemble des équipes éducatives contre les valeurs véhiculées dans ce document". La ministre "compte sur la vigilance de chacun [...] pour veiller à ce qu’il ne constitue en rien un outil pédagogique à destination des élèves".

64. Mobilisation du monde universitaire bruxellois : Depuis le début de l’année 2007, des universitaires belges rattachés à l’ULB, Université Libre de Bruxelles, ont donné une série de conférences ayant pour thème central le questionnement suivant : Dieu ou Darwin ? Parmi ces différents travaux, l’on trouve une étude menée par Laurence Perbal, universitaire, portant sur "l’évaluation de l’opinion des étudiants de l’enseignement secondaire et supérieur de Bruxelles vis-à-vis des concepts d’évolution". Cette étude montre notamment "qu’une grande partie des individus interrogés semble considérer que la théorie darwinienne de l’évolution ne concerne que l’aspect physique de l’homme et non pas son âme ou sa conscience". Par ailleurs, "une grande partie des étudiants déclare n’avoir jamais entendu parler de la théorie néodarwinienne de l’évolution bien qu’elle soit au programme du cours de biologie de la dernière année des études secondaires".

En Pologne :

65. La théorie de l’évolution et le darwinisme ont été publiquement remis en cause à l’automne 2006 par le vice-ministre polonais de l’Education et député de Lodz, Miroslow Orzechowski, rattaché à la Ligue des familles polonaises (LPR, parti d’extrême droite ultracatholique). Il a déclaré que "la théorie de l’évolution est un mensonge, une erreur qu’on a légalisé comme une vérité courante". Il a ajouté qu’"il ne faut pas enseigner les mensonges, tout comme il ne faut pas enseigner le mal à la place du bien et la laideur à la place de la beauté". Enfin, selon lui, la théorie évolutionniste n’est "qu’une histoire à caractère littéraire qui pourrait servir de trame à un film de science fiction". Peu avant cela, au début du mois d’octobre 2006, Maciej Giertych, eurodéputé LPR, père du ministre polonais de l’Education Roman Giertych, avait demandé le retrait de la théorie de Darwin des programmes scolaires, prétextant qu’elle n’est pas "soutenue par des preuves".

En Russie :

66. En février 2007, en Russie, le ministère de l’Education et de la Science s’est vu attaqué par une jeune fille de 16 ans et son père n’acceptant pas que les manuels scolaires de biologie ne proposent qu’une théorie, celle de l’évolution, incompatible avec leurs croyances. Les plaignants ont alors été soutenus par des membres de l’église orthodoxe de Russie. Il semble qu’à l’heure actuelle, en Russie, l’enseignement de la théorie de l’évolution soit de plus en plus remis en cause par des élèves et leurs parents qui souhaitent pouvoir avoir accès à un enseignement plus proche de leurs convictions religieuses et personnelles. Le père Tchapline, vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, déplore le caractère idéologique de la théorie de l’évolution, seule théorie enseignée dans les écoles russes depuis l’époque soviétique. Le père Tchapline plaide en effet pour le droit des élèves et de leurs parents à avoir un enseignement qui ne va pas à l’encontre de leur foi. Ce droit, rappelle-t-il, est garanti par la législation internationale.

En Italie :

67. Letizia Moratti, alors ministre italienne de l’Enseignement et de la Recherche de Silvio Berlusconi, a proposé en février 2004, dans le cadre d’une réforme de l’éducation et notamment des programmes scolaires, un décret visant à abolir l’enseignement de la théorie de l’évolution dans l’enseignement primaire et secondaire. On ne trouvait plus, dans les programmes scolaires, les cours portant sur la théorie de l’évolution. Les communautés scientifiques et journalistiques italiennes se sont alors mobilisées. En avril 2004, une commission a été chargée de réfléchir à la question. En février 2005, le rapport de cette commission a été rendu, celui-ci rappelle que l’étude de l’évolution est essentielle pour une vision globale de la vie, ainsi que l’importance des sciences naturelles dans la culture moderne. Par ailleurs, le rapport souligne que l’enseignement des théories darwiniennes permet de prévenir le racisme et l’eugénisme. Depuis lors, aucun nouveau décret n’a été publié. La réforme des programmes scolaires serait toujours en cours, mais ne devrait pas permettre la suppression des théories darwinienne de l’enseignement.

En Grèce :

68. La théorie de l’évolution, sans être bannie des programmes scolaires, est souvent reléguée en fin de programme, en fin d’année scolaire. En conséquence, la théorie de l’évolution est rarement étudiée dans le secondaire par manque de temps.

En Angleterre :

69. En Angleterre, des créationnistes donnent des conférences dans les écoles publiques et les universités. A l’été 2006, l’Angleterre a accueilli pendant trois jours le plus grand colloque international des créationnistes. Le syndicat enseignant le plus important en Grande Bretagne, The National Union of Teachers (NUT), a tiré la sonnette d’alarme et réclame une législation pour faire obstacle à l’influence croissante des groupes religieux dans le système éducatif britannique. Selon le NUT, donner plus de pouvoir aux groupes religieux se fera probablement au détriment de la cohésion sociale et interculturelle. La Royal Society, ainsi que l’Archevêque de Canterburry, ont pris position contre l’enseignement du créationnisme dans les établissements scolaires britanniques. Diverses organisations, comme le British Center for Science Education, dénoncent des tentatives d’introduction d’un enseignement créationniste dans les écoles.

En Serbie :

70. En 2004, la ministre de l’Education, Liliana Colic, a été contrainte de démissionner de son poste après avoir ordonné aux écoles d’abandonner l’enseignement de la théorie Darwinienne de l’évolution, si les thèses créationnistes n’étaient pas également présentes dans les programmes scolaires. L’Académie des sciences et des arts ainsi qu’une quarantaine d’associations ont alors dénoncé ce danger qu’ils qualifiaient de dérive théocratique.

Aux Pays-Bas :

71. En 2005, la ministre néerlandaise de l’Education de l’époque, Maria Van der Hoeven, a suscité le trouble en proposant l’organisation d’un débat sur l’enseignement des théories de l’évolution dans les écoles de son pays. Pourtant, six ans auparavant, une trêve avait été conclue entre les différents partis politiques de façon à ce que le darwinisme figure au programme de tous les établissements scolaires des Pays-Bas, y compris ceux d’appartenance confessionnelle que l’Etat finance, sans exercer pour autant un contrôle idéologique. Lors d’une interview, Maria Van der Hoeven a estimé que les théories de Charles Darwin n’étaient pas complètes et que de nouveaux éléments avaient été mis en évidence depuis, notamment par les tenants de l’Intelligent Design. Cependant, la ministre a annoncé qu’elle n’entendait pas introduire les thèses créationnistes dans les programmes scolaires, souhaitant seulement confronter ses partisans à ceux de l’évolution. L’initiative de la ministre Van der Hoeven n’a reçu qu’un très faible écho, y compris dans son propre parti, l’appel chrétien démocrate (CDA). Le D66, parti de centre gauche, allié du CDA, est totalement opposé au fait de placer sur un pied d’égalité le créationnisme et le darwinisme. Le VVD, parti libéral de droite, est du même avis.

En Suède :

72. La Suède a ouvert le premier musée créationniste à Uméa en 1996.

En Allemagne :

73. Dans une ville universitaire de la Hesse, en Allemagne, le créationnisme semble déjà s’être propagé dans les établissements scolaires. Les professeurs de science de la vie et de la terre d’un lycée privé reconnu par l’Etat, apprennent aux élèves qu’un créateur est à l’origine des différents "types principaux" d’animaux. Alertés, des parents d’élèves ont interpellé le ministère de l’Education du Land mais ce dernier a estimé qu’il n’y avait pas d’infraction directe aux programmes scolaires, et a déclaré ne pas être compétent sur ces questions. Certains parents ont alors retiré leurs enfants de cet établissement.

En Espagne :

74. Un mois après la France, l’Atlas de la création de M. Yahya a été reçu par des professeurs de la faculté de biologie de l’université de Barcelone et par la bibliothèque de la même université.



>>> Suite : Positionnement des autorités religieuses




Notes :

5 Jacques Arnoult, Dieu Versus Darwin, Albin Michel, février 2007 p.135.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Haut de page    Contact   Copyright ©