Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Citations > Thèmes > Livres saints



Citations :   Livres saints




"Ecriture : Livres sacrés de notre sainte religion, à ne pas confondre avec les récits profanes et mensongers sur lesquels sont fondées toutes les autres croyances."
(Ambrose Gwinett Bierce / 1842-1914 / Le Dictionnaire du Diable)

"Toutes les religions ont une explication de la "création" du monde, tous les livres sacrés commencent par là. Pas une seule religion n'a soupçonné quelle est la véritable forme de la Terre, la nature du ciel et des étoiles, les lois de la gravitation, les rapports entre la Terre, la Lune, le Soleil et les planètes, la constitution du corps humain, le rôle des micro-organismes dans les maladies, etc. Tous les livres saints, dès qu'ils se mêlent d'expliquer ce monde créé par le dieu qu'ils exaltent, déconnent à perdre haleine.
[...]
Tout se passe comme si les livres "sacrés", fondements intouchables de la foi, étaient les oeuvres d'ignorants fumeux et prétentieux, d'illuminés en état d'excitation, de monomaniaques en proie à une idée fixe et n'en sachant pas plus sur la nature des choses que ce qu'en savaient les bonnes gens de leur époque."

(François Cavanna / 1923-2014 / Lettre ouverte aux culs-bénits / 1994)

"La philosophie doit prendre le relais de la religion, sans textes sacrés, sans le Coran, la Bible ou le livre du Bouddha."
(André Comte-Sponville / né en 1952)

"J'en étais progressivement venu, à cette époque, à voir que l'Ancien Testament, de par son histoire du monde manifestement fausse, avec la tour de Babel, l'arc-en-ciel comme signe, etc., et son attribution à Dieu des sentiments d'un tyran assoiffé de vengeance, n'était pas plus digne de foi que les livres sacrés des hindous, ou les croyances de n'importe quel barbare. Une question s'imposait alors continuellement à mon esprit, et refusait d'en être bannie : est-il croyable que si Dieu avait dans l'instant, à révéler aux hindous, il permettrait que cela soit lié à la croyance de Vishnou, Shiva, etc., comme le christianisme est lié à l'Ancien Testament ? Cela me paraissait tout à fait incroyable."
(Charles Darwin / 1809-1882)

"C'est le fait d'être croyant musulman qui lui donne le droit d'être respecté, pas le fait qu'il soit homme. De plus, qu'un homme athée, mécréant, pécheur, homosexuel, adultère, puisse avoir des droits, qu'une femme puisse avoir les mêmes droits que l'homme, et ceci sans considération de Livre Révélé, de respect des prescriptions énoncées par les prophètes, est impensable pour l'Islam. Même l'homme croyant des autres religions n'a pas un statut identique à celui du musulman."
(Anne-Marie Delcambre / L'islam des interdits / 2003)

"Lu saint Augustin, saint Jérôme, etc. : une des choses qui compromettent le plus Dieu, après la religion, ce sont les livres mystiques. Sorti de la lecture de tous ces mystiques comme d'une maison de fous et d'un hôpital d'âmes."
(Edmond et Jules de Goncourt / Respectivement: 1822-1896 et 1830-1870 / Journal, septembre 1857)

"En tant que croyance et doctrine, l'islam est politique, culturel, social et militaire. Tout cela est inclus dans le livre saint : le Coran, révélé par le prophète Mohmamed dont la vie doit être un modèle pour tous les musulmans. En cela l'islam veut nier toute distinction entre les personnes et toute différence de comportement. Nier le concept d'individu."
(Aayan Hirsi Ali / Interview pour ReSPUBLICA / 23 mars 2007)

"Que je prenne un moment de repos ? Impossible.
Coran, Zend-Avesta, livres sibyllins, Bible,
Talmud, Toldos Jeshut, Vedas, lois de Manou,
Brahmes sanglants, santons fléchissant le genou,
Les contes, les romans, les terreurs, les croyances,
Les superstitions fouillant les consciences,
Puis-je ne pas sentir ces creusements profonds ?"

(Victor Hugo / 1802-1885 / Religions et religion / 1880)

"Livres saints. Seuls objets qui mériteraient d'être inculpés pour crime contre l'humanité."
(Jean-François Kahn / né en 1938/ Dictionnaire incorrect / 2005)

"Range le livre, la description, la tradition, l'autorité, et prend la route pour découvrir toi-même."
(Jiddu Krishnamurti / 1895-1986)

"Est-il encore permis, au pays de Voltaire, d'énoncer que le Coran, tout comme l'Ancien Testament, et sans doute un peu plus que l'Ancien Testament, est un livre chargé d'abominations ? Non. Telle est la confusion mentale dans laquelle nous baignons."
(Jack-Alain Léger / 1947-2013 / Tartuffe fait ramadan, p61 / 2003)

"Et a-t-on le droit de dire que le Coran est -aussi - un livre de haine ? Oui. Un livre dont les versets dits "fulminants" sont autant d'incitations à la haine. Et singulièrement, à cette variété de la haine que nos beaux esprits ardents défenseurs des droits de l'homme qualifient de "haine raciale". Un livre qui, s'il n'était pas sacré, serait frappé d'interdiction en application de la fameuse loi Gayssot sur l'expression écrite de propos racistes ou antisémites."
(Jack-Alain Léger / 1947-2013 / A contre Coran, p149 / 2004)

"Tous les commentaires des livres sacrés se ressemblent, depuis ceux de Manou jusqu'à ceux de la Bible, jusqu'à ceux du Coran. Tous sont la protestation de l'esprit humain contre la lettre asservissante, un effort malheureux pour féconder un champ infécond. Quand l'esprit ne trouve pas un objet proportionné à son activité, il s'en crée un par mille tours de force."
(Ernest Renan / 1823-1892 / L'Avenir de la science / 1848)

"En faisant ressortir le caractère enfantin des "Saintes Ecritures", en mettant en relief les absurdités, les immoralités, les mensonges contenus dans le "Livre de Dieu", j'ai conscience de faire oeuvre utile contre le cléricalisme exploiteur et contre la superstition néfaste [...] avec bon sens, joyeusement, démolissons l'oeuvre des charlatans ! Débourrons les crânes!"
(André Lorulot / 1885-1963 / La bible comique illustrée)

"On attire leur attention [aux ayatollahs et aux mollahs] sur la haine des Juifs et des non-musulmans qui truffe à longueur de page le Coran ? Ils renvoient à la pratique de la dhimma qui permet vaguement aux gens du Livre non musulmans d'exister et d'être protégés. Mais ils évitent soigneusement d'expliquer que cette protection existe seulement après le versement sonnant et trébuchant d'un impôt, la gizya. Ce qui apparente cette prétendue tolérance à une pratique mafieuse de protection de l'individu soumis au financement de l'entreprise qui le rackette..."
(Michel Onfray / né en 1959 / Traité d'athéologie / 2005)

"Curieusement (s'étonne-t-on assez de cette fascination ?), on croit en Dieu parce qu'il est dans un Livre. Sans livre, Dieu n'existerait pas. Ce fragile statut ontologique est pour le moins étrange. Si tout livre en appelle un autre, si le propre de l'écriture est de multiplier à l'infini, si la glose est toujours est toujours glose de la glose, le Livre inspiré est au contraire spécifié par la clôture de sa lettre, par la finitude sacrée de ses versets."
(Alain Tête / Contre Dieu / 1996)

"Pathologie institutionnelle, une religion du Livre est doublement perverse puisqu'elle assume la perversion de ses fidèles en même temps qu'elle la génère. Ses croyants peuvent faire l'économie d'une folie personnelle. Elle est folle à leur place.
Dieu est à ce prix."

(Alain Tête / Contre Dieu / 1996)

"A la façon du catoblépas, l'animal fabuleux des cathédrales qui se nourrissait de ses propres membres, la Tradition du Livre s'engraisse d'elle-même, indéfiniment. De renvois en rappels, elle tisse un réseau au maillage toujours plus dense, tissu sans couture, indéchirable. Les invraisemblances initiales, les ambiguïtés inévitables des premiers Livres se dissolvent dans la glose."
(Alain Tête / Contre Dieu / 1996)

"[...] remarquons, une fois encore que le peu de conscience morale que renferment les livres prétendus saints et dont leurs rédacteurs font honneur à Ieschou [Jésus] a été exprimé bien avant lui par des philosophes : Confucius, Çakia-Mouni, Bouddha, Socrate, Platon, Cicéron, pour ne citer que ceux-là, avec une plus haute, une plus complète conception de la vertu."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"[...] les évangélistes, auteurs des livres prétendus sacrés, ont visé à l'effet à produire sur les esprits simplistes, par l'obscurité, la bizarrerie, l'amphigouri, qui donne à chaque phrase, à chaque mot une allure mystérieuse. Ils ont spéculé sur l'orgueilleuse naïveté de ceux de leurs semblables d'autant plus disposés à croire qu'ils auraient honte d'avouer qu'ils ne comprennent pas et qui préfèrent s'extasier et se prosterner devant la profondeur d'un galimatias ou la sublimité d'une niaiserie."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Avec la charité illusoire, inutile, l’évangile croulait, la fin du livre était prochaine. Après des siècles d’obstinées tentatives, la rédemption par le Christ échouait, il fallait un autre salut au monde, en face du besoin exaspéré de justice qui montait des peuples dupés et misérables. Ils ne voulaient plus de paradis menteur dont on berçait depuis si longtemps l’iniquité sociale, ils exigeaient qu’on remît sur la terre la question du bonheur."
(Emile Zola / 1840-1902 / Paris, 1898)


Voir la page d'accueil sur la Bible


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Citation    Haut de page    Contact   Copyright ©