Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Citations   > Thèmes >  Humanité > 1/3



Citations :   Humanité

Page 1/3




"Une attaque terroriste contre un pays est une attaque contre l'humanité tout entière."
(Kofi Annan / né en 1938 / Déclaration au Conseil de Sécurité de l'ONU / 12 septembre 2001)

"Qui veut adorer Dieu doit, sans se faire de puériles illusions, renoncer bravement à sa liberté et à son humanité."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l'Etat / 1882)

"La théologie est le grand arsenal de guerre qui se dresse à l'autre bout du mouvement humain. Elle est un attentat permanent contre l'humanité. C'est la ruine et la négation de l'effort des foules ; elle leur arrache le réalisme des mains."
(Henri Barbusse / 1873-1935)

"Faut pas croire: en comptant tous les dieux, demi-dieux, quarts de dieux, etc., il y a déjà eu 62 millions de dieux depuis les débuts de l'humanité. Alors, les mecs qui pensent que le leur est le seul bon. Ça craint un max!"
(Michel Colucci, dit Coluche / 1944-1986)

"Il n'y a, au fond, de réel que l'humanité."
(Auguste Comte / 1798-1857)

"Supérieures par l'amour, mieux disposées à toujours subordonner au sentiment l'intelligence et l'activité, les femmes constituent spontanément des êtres intermédiaires entre l'Humanité et les hommes."
(Auguste Comte / 1798-1857)

"Cessons de rêver l'homme, cessons de faire de l'humanisme une religion : ce ne serait qu'un narcissisme généralisé ou hypostasié. L'homme n'est grand que dans la conscience qu'il a de sa misère. Il n'est humain qu'à condition de renoncer à la divinité. L'homme, par exemple, n'est ni maître ni possesseur de la nature : si l'humanisme n'est pas un sous-ensemble de l'écologisme, il ne saurait non plus justifier une quelconque indifférence à l'environnement ou aux autres espèces vivantes. La nature n'est pas Dieu, l'homme n'est pas Dieu : il n'y a pas de Dieu du tout, et c'est en quoi l'humanité est en charge d'elle-même, de la nature et de l'esprit."
(André Comte-Sponville / né en 1952 / Une éducation philosophique / 1989)

"Athées et croyants ne sont séparés que par ce qu'ils ignorent. Comment cela pourrait-il compter davantage que ce qu'ils connaissent: une certaine expérience de la vie, de l'amour, de l'humanité souffrante et courageuse? [...] il serait fou de s'entre-tuer pour ce qu'on ignore. Mieux vaut se battre, ensemble, pour ce que nous connaissons et reconnaissons."
(André Comte-Sponville / né en 1952 / Présentation de la philosophie)

"Bien naïfs, ceux qui croyaient que l'athéisme supprimait la question morale ! C'est plutôt l'inverse : nous avons d'autant plus besoin de morale que nous avons moins de religion - parce qu'il faut bien répondre à la question "Que dois-je faire ?" quand Dieu n'y répond plus. C'est pourquoi nous avons, aujourd'hui, terriblement besoin de morale ! C'est pourquoi, même, nous avons besoin de morale, aujourd'hui, davantage sans doute qu'en aucune autre époque connue de l'humanité civilisée."
(André Comte-Sponville / né en 1952 / Le capitalisme est-il moral ? / 2004)

"Toutes les ambitions sont légitimes, excepté celles qui s'élèvent sur les misères ou les crédulités de l'humanité."
(Joseph Conrad / 1857-1924 / Un souvenir personnel)

"Les Sceptiques sont un caillou dans la chaussure de l'humanité en marche vers la crédulité."
(Jean Dion / journal québécois Le Devoir / 16 décembre 1999)

"L'histoire n'est que l'évolution de l'idée de Dieu dans l'humanité."
(Alphonse Esquiros / 1814-1876 / Les martyrs de la liberté)

"- Comment expliquez-vous tous les fléaux qui sévissent sur l'humanité ? Pourquoi les pestes, les famines, les inondations, les tremblements de terre ?
- Il faut bien que Dieu se rappelle à nous de temps en temps..."

(Anatole France / 1844-1924 / La révolte des Anges, 1914)

"Les idées religieuses, qui professent d'être dogmes, ne sont pas le résidu de l'expérience ou le résultat final de la réflexion : elles sont des illusions, c'est-à-dire la réalisation des désirs les plus anciens, les plus forts, les plus pressants de l'humanité, le secret de leur force est la force de ces désirs. Nous le savons déjà : l'impression terrifiante de la détresse infantile avait éveillé le besoin d'être protégé - protégé en étant aimé -, besoin auquel le père a satisfait; la reconnaissance du fait que cette détresse dure toute la vie a fait que l'homme s'est cramponné à un autre père, à un père cette fois plus puissant."
(Sigmund Freud / 1856-1939 / L'avenir d'une illusion)

"La religion serait la névrose de contrainte universelle de l'humanité; comme celle de l'enfant, elle serait issue du complexe d'Œdipe, de la relation au père. Selon cette conception, il serait à prévoir que se détourner de la religion doit s'effectuer avec la fatale inexorabilité d'un processus de croissance et que nous nous trouvons aujourd'hui même au beau milieu de cette phase de développement."
(Sigmund Freud / 1856-1939 / L'avenir d'une illusion)

"Dans les temps passés les représentations religieuses ont exercé sur l'humanité, malgré leur manque incontestable d'accréditation, la plus forte des influences. [...] Celles-ci, qui se donnent comme des dogmes, ne sont pas des précipités de l'expérience ou des résultats ultimes de la pensée, ce sont des illusions, accomplissements des souhaits les plus anciens, les plus forts et les plus pressants de l'humanité; le secret de leur force, c'est la force de ces souhaits."
(Sigmund Freud / 1856-1939 / L'Avenir d'une illusion)


>>> Suite des citations : Humanité



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Citation    Haut de page    Contact   Copyright ©