Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Citations   > Thèmes >  Christ



Citations :   Christ




"Déjà un très grand nombre de ministres protestants n'a plus d'autre croyance qu'un déisme tempéré et mitigé, qui ne diffère du pur déisme que par le respect qu'ils affectent encore de conserver pour le Christ et pour la Bible."
(Jean le Rond d'Alembert / 1717-1783 / Eloges, Massillon)

"Le christianisme est au Christ ce que le chauvinisme est au chauve."
(Michel Bellin / La Déraison chrétienne, sur atheisme.free.fr)

"[L'Eglise catholique] n'agit jamais que dans son propre intérêt, se tait lorsqu'il faudrait parler, ai-je dit, quand cela devient trop dangereux pour elle, elle se retranche derrière Jésus-Christ, exploité depuis des millénaires."
(Thomas Bernhard / 1931-1989)

"Chrétien n. Personne qui croit que le Nouveau Testament est un livre d'inspiration divine admirablement adapté aux besoins spirituels de son voisin. Personne qui suit les enseignements du Christ tant qu'ils ne sont pas incompatibles avec une vie de péché."
(Ambrose Gwinett Bierce / 1842-1914 / Le Dictionnaire du Diable / 1906)

"Dans tous les cimetières, chaque jour, des prêtres nient publiquement l'évidence de la mort, de la pourriture qui décompose les charges, détruit l'image de l'homme, restitue à l'anonymat des cycles naturels les molécules dont l'improbable combinaison avait, un temps, affirmé la permanence de l'existence individuelle. Au nom du Christ, ils promettent que ce cadavre qu'on dépose en terre revivra."
(Gérard Bonnot / La vie c'est autre chose / 1976)

"Et maintenant, je vous le demande un peu, pourquoi ce dieu qui s'appelle le hasard ne ferait-il pas aussi bien les choses que le Dieu des catholiques, le dénommé Jésus-Christ. S'il ne les fait pas aussi bien, il faudra lui rendre cette justice qu'il ne les fait pas plus mal.
Car, soit dit en passant, les zélateurs de la religion catholique sont bien obligés d'imputer à leur fétiche tout puissant, Jésus-Christ, la conception et la réalisation des sanguinaires mise en scène que sont les guerres mondiales.
Obligés de lui reconnaître une intervention personnelle dans les catastrophes ferroviaires et autres fariboles qui ne constituent pour lui que les plus inoffensifs et dilettantiques passe-temps."

(Georges Brassens / 1921-1981 / Le monde libertaire du 27 septembre 1946 sous le pseudonyme Gilles Colin)

"Et l'un des dernier dieux, l'un des derniers suprêmes,
Ne doit plus se sentir tellement bien lui-même
Un beau jour on va voir le Christ
Descendre du calvaire en disant dans sa lippe
"Merde je ne joue plus pour tous ces pauvres types.
J'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste.""

(Georges Brassens / 1921-1981 / Le Grand Pan)

"Dites voir, s'ils l'avaient empalé, leur Jésus-Christ, où les porteraient-ils, les stigmates, les élus de Dieu ?"
(François Cavanna / 1923-2014 / Lettre ouverte aux culs-bénits / 1994)

"Les gens en avance sur leur époque ne sont pas heureux. Personne ne les comprend, on se moque d'eux, on leur fait des misères. Prenez, par exemple, Jésus-Christ. Il était chrétien deux cents ans avant tout le monde. Résultat : ils l'ont crucifié. Et, en un sens, on ne peut pas leur donner tort."
(François Cavanna / 1923-2014 / Dieu, Mozart, Le Pen et les autres...)

"La science et le Christ n'ont rien à voir l'un avec l'autre, sinon dans la mesure où l'habitude de la recherche scientifique enseigne la prudence au moment d'accepter une preuve quelle qu'elle soit. En ce qui me concerne, je ne crois pas qu'une révélation ait été faite. Face à la question de l'au-delà, il appartient à chacun de tirer ses propres conclusions, à partir de probabilités vagues et contradictoires."
(Charles Darwin / 1809-1882 / juin 1879)

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme."
(Pierre Desproges / 1939-1988)

"Si le Christ était mort sur une chaise électrique, alors tous les petits chrétiens porteraient une petite chaise en or autour du cou."
(Serge Gainsbourg / 1928 - 1991)

"On n'appelle pas fou un homme qui croit manger le bon Dieu, mais celui qui se dit Jésus-Christ."
(Claude Adrien Helvétius / 1715-1771 / Pensées et réflexions)

"Nous avons décidé qu'adorer Dieu, il y avait des églises, des temples, ou des synagogues, voire des mosquées, pour cela. Et qu'un homme, s'il ne croyait pas en la résurrection du Christ, ne serait plus tenu de se découvrir, ni une femme de se couvrir au passage d'une procession mariale. Que le plus simple, du reste, pour régler la question et éviter les incidents, les incivilités cléricales aussi bien que les incivilités anticléricales, était, sinon d'interdire les processions, du moins de les réglementer: jour, heure, parcours…"
(Jack-Alain Léger / 1947-2013 / A contre Coran, p28 / 2004)

"Et le Christ ? C'est un anarchiste qui a réussi. C'est le seul."
(André Malraux / 1901-1976)

"Il faut bien ces jongleries avec la substance et les espèces sensibles pour parvenir à faire croire au fidèle que ce qui est (le pain et le vin) n'existe pas, et que ce qui n'est pas (le corps et le sang du Christ) existe vraiment ! Tour de prestidigitation métaphysique sans pareil ! Quand la théologie s'en mêle, la gastronomie et l'oenologie, voire la diététique et l'hématologie renoncent à leur prétention. Or le destin du christianisme se joue dans cette pitoyable comédie de bonneteau ontologique."
(Michel Onfray / né en 1959 / Traité d'athéologie / 2005)

"Il y a une persécution injuste, celle que font les impies à l'Eglise du Christ; il y a une persécution juste, celle que font les Eglises du Christ aux impies. [...] l'Eglise persécute par amour, les impies par cruauté."
(Saint Augustin / 354-430 / lettre 185, année 417)

"Si le Christ renaissait en Espagne, il serait de nouveau crucifié par les prêtres, comme un factieux, un homme subtil, qui, sous l'appât de la modestie et de la charité méditerait la ruine de l'Evangile et de l'Etat..."
(Antoine de Saint-Just / 1767-1794 / L'esprit de la révolution)

""Prenez et mangez, dit le Christ, prenez et buvez, ceci est mon pain, ceci est mon vin."
Et les Apôtres entendirent mal."

(Louis Scutenaire / 1905-1987)

"Ils furent trois qui par leur secte et leur dogme abusèrent le monde : Moïse, Jésus, Mahomet. Moïse, le premier, dupa le peuple juif, le deuxième, Jésus-Christ, les chrétiens, le troisième, Mahomet, les païens."
(Simon de Tournai / 1201 - fin XIIIe siècle)

"L'homme qui ne veut ni retourner à Moïse, au Christ ou à Mahomet, ni se contenter d'un arlequin éclectique doit reconnaître que la morale est le produit du développement sociale ; qu'elle n'a rien d'invariable ; qu'elle sert les intérêts de la société ; que ces intérêts sont contradictoires ; que la morale a, plus que toute forme d'idéologie, un caractère de classe."
(Léon Trotski / 1879-1940 / Leur morale et la nôtre)

"À propos de l'abbé Meslier :
"C'est un homme si profondément ulcéré des crimes dont il a été témoin qu'il en rend la religion chrétienne responsable, en oubliant qu'elle les condamne. Point de miracle qui ne soit pour lui un objet de mépris et d'horreur ; point de prophétie qu'il ne compare à celles de Nostradamus. Il va même jusqu'à comparer Jésus-Christ à don Quichotte, et saint Pierre à Sancho-Pansa : et ce qui est le plus déplorable, c'est qu'il écrivait ces blasphèmes contre Jésus-Christ entre les bras de la mort, dans un temps où les plus dissimulés n'osent mentir, et où les plus intrépides tremblent."

(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778 / Dictionnaire philosophique / Fausse critique de Meslier pour contourner la censure)

"Heureusement que Jésus-Christ n'est pas mort dans son lit. Sinon, en Bretagne, il y aurait un sommier en granit à chaque carrefour."
(Jean Yanne / 1933-2003 / Je suis un être exquis)

"Avec la charité illusoire, inutile, l’évangile croulait, la fin du livre était prochaine. Après des siècles d’obstinées tentatives, la rédemption par le Christ échouait, il fallait un autre salut au monde, en face du besoin exaspéré de justice qui montait des peuples dupés et misérables. Ils ne voulaient plus de paradis menteur dont on berçait depuis si longtemps l’iniquité sociale, ils exigeaient qu’on remît sur la terre la question du bonheur."
(Emile Zola / 1840-1902 / Paris, 1898)

"Or, comme on a de peine à se résoudre de passer d'une loi à une autre et comme la plupart des esprits sont difficiles à ébranler en matière de Religion, Jésus-Christ, à l'imitation des autres novateurs, eut recours aux miracles qui ont toujours été l'écueil des ignorants et l'asile des ambitieux adroits."
(inconnu / Livre des trois imposteurs / chapitre III, parag. XIV / 1721)



Voir les pages d'accueil sur Jésus-Christ et sur le christianisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Citations    Haut de page    Contact   Copyright ©