Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Soudan

Soudan

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Le pape rencontre le président du Soudan du Sud en Ouganda (Rédaction de Mediapart)
Médiapart - 28 novembre 2015

"Le pape François a rencontré le président du Soudan du Sud, vendredi 27 novembre à Kampala, en Ouganda, et a plaidé pour la paix dans ce pays où la guerre civile a fait plus de 10 000 morts et deux millions de déplacés depuis décembre 2013." [...]
https://www.mediapart.fr/journal/international/281115/le-pape-rencontre-le-president-du-soudan-du-sud-en-ouganda


Soudan. La chrétienne condamnée à mort pour apostasie a été libérée (avec AFP)
Le Nouvel Observateur - 23 juin 2014

"Née de père musulman, Meriam a choisi la foi de sa mère, chrétienne orthodoxe, et épousé un chrétien. Ce qui lui a valu d'être condamnée à mort.
Une Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour apostasie et qui a accouché en prison, a été libérée lundi 23 juin, a annoncé l'un de ses avocats.
Le cas de cette femme de 27 ans, condamnée à mort par pendaison le 15 mai par une cour criminelle soudanaise, a soulevé un tollé en Occident et parmi les organisations de défense des droits de l'Homme.
Meriam Yahia Ibrahim Ishag "a été libérée il y a à peine une heure", a déclaré Me Mohannad Moustafa. "Elle est désormais hors de prison"."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140623.OBS1392/soudan-la-chretienne-
condamnee-a-mort-pour-apostasie-a-ete-liberee.html


La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie a accouché en prison (AFP)
Libération - 27 mai 2014

"Cette chrétienne de 27 ans a été condamnée à la mi-mai, puis emprisonnée avec son premier enfant, âgé de 20 mois.
Une jeune femme chrétienne condamnée au Soudan à la peine de mort par pendaison pour apostasie a accouché en prison, a indiqué mardi un diplomate occidental. "Elle a donné naissance à une fille aujourd'hui", a indiqué ce diplomate au sujet de Meriam Yahia Ibrahim Ishag, 27 ans, née d'un père musulman et condamnée à la mi-mai en vertu de la loi islamique en vigueur au Soudan qui interdit les conversions sous peine de mort. "La mère et l'enfant semblent bien se porter", a précisé le diplomate sous couvert de l'anonymat. "Il est cruel de se retrouver dans une telle situation", a-t-il ajouté.
Le cas de la jeune femme avait suscité l'indignation après sa condamnation à mort le 15 mai par un tribunal de Khartoum. [...]
"Nous vous avions donné trois jours pour abjurer votre foi mais vous avez insisté pour ne pas revenir vers l'islam. Je vous condamne à la peine de mort par pendaison", avait déclaré lors de l'audience le juge Abbas Mohammed Al-Khalifa à l'adresse de la jeune femme, voilée et vêtue d'une robe traditionnelle soudanaise, qui est restée impassible."
[...]
Barbarie ! C'est aussi le souhait, plus ou moins caché, de toutes les religions de devenir héréditaires.
http://www.liberation.fr/monde/2014/05/27/la-soudanaise-condamnee-a-mort-pour-apostasie-a-accouche-en-prison_1028040


Soudan: elle risquerait la mort pour apostasie (avec AFP)
Le Figaro - 13 mai 2014

"Des ambassades occidentales au Soudan ont exprimé aujourd'hui leur "vive inquiétude" à propos du cas d'une Soudanaise condamnée pour apostasie et qui risquerait la peine de mort. Meriam Yahia Ibrahim Ishag, âgé de 27 ans et enceinte de huit mois, a été condamnée dimanche pour "apostasie" par un tribunal de Khartoum qui lui a donné jusqu'à jeudi, date de la prochaine audience, pour abjurer sa foi ou faire face à une possible condamnation à mort, affirme Amnesty International qui la présente comme "chrétienne".
"Nous appelons le gouvernement du Soudan à respecter le droit à la liberté de religion, notamment le droit à changer de foi ou de croyances", indiquent dans un communiqué conjoint les ambassades des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne et des Pays-Bas. Ce droit est stipulé dans la constitution intérimaire soudanaise de 2005 ainsi que dans les textes internationaux sur la défense des droits de l'Homme, ajoutent les chancelleries qui exhortent les autorités judiciaires à gérer le cas de Mme Ishag "avec compassion"."
[...]
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/13/97001-20140513FILWWW00410-soudan-
elle-risquerait-la-mort-pour-apostasie.php


En prison pour un ours prophète (Karine Le Loët)
Libération – 30 novembre 2007 (1/4 de page)

Au Soudan, l'institutrice britannique, Gillian Gibbons a été condamné à quinze jours de prison pour insulte envers l'islam, mais a échappé aux 40 coups de fouet qu'elle risquait. "Un porte-parole du Foreign Office a réagi immédiatement, exprimant la "déception" de Londres et annonçant que l’ambassadeur soudanais allait prochainement être convoqué "pour s’expliquer sur la situation". Depuis le début de l’affaire, les autorités britanniques défendent bec et ongles cette institutrice qui a laissé les enfants de sa classe de Khartoum nommer un ours en peluche Mohammed." [...]


Soudan. Le croissant contre la croix et les païens (PG)
Marianne - 8 au 16 juillet 2006 (1/3 de page)

L'Afrique noire est un lieu d'affrontement entre l'islam et le christianisme qui a fait des centaines de milliers de morts. Au Darfour, "les musulmans du Nord qui avaient inscrit dans la Constitution la pratique de la Charia, [s'opposent] aux chrétiens animistes du Sud contre lesquels était prêché le djihad, la guerre sainte."


Normalisation islamique dans les villages noubas (O.I.)
Courrier International - 22 au 28 septembre 2005 - (1 page)

Soudan. Le village nouba de Fungo dispose désormais d'une mosquée, seul bâtiment en briques, financée par des Arabes du Nord afin que ces "irréductibles infidèles" deviennent de bons musulmans. Les habitants des monts Nouba (l'ethnie comprend environ 2 millions de personnes) ont eu leur heure de gloire en 1983 avec les photographies de Leni Riefenstahl, ancienne photographe du IIIe Reich.
Depuis la guerre civile, "la culture nouba a totalement disparu, avec d'immenses conséquences sociales, économiques et politiques". Les villages de Kao, Niaro et Fungor sont devenus musulmans. Les hommes, qui autrefois allaient nus avec des peintures sur le corps, ont revêtu la tunique soudanaise. Les femmes ne montrent plus leurs cicatrices rituelles ou leurs peintures ocres, mais portent des voiles de couleur.
Après la guerre civile, la plupart des groupes noubas se sont convertis à l'islam, "mais ils découvrent que le fait d'être musulmans ne leur offrait aucune protection". Le système d'autorité, fondé sur les anciens et sur les traditions, a été bouleversé. Les anciens n'ont plus leur mot à dire. "Ce sont désormais des sages dépendant du régime arabe qui prennent les décisions."


Voir la page d'accueil sur l'islam


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©