Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Nigeria

Nigeria

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Xavier Muntz décrypte les origines de Boko Haram (Caroline Constant)
L'Humanité - 28 juin 2016

"Boko Haram, les origines du mal. Arte, 22?h?55. Xavier Muntz? Le journaliste d'investigation a réalisé une enquête très documentée sur la montée de la secte tristement célèbre.
Trente-deux mille morts, deux millions de personnes déplacées, des centaines de milliers de réfugiés?: le Nigeria connaît, depuis 2009, une flambée de violence inouïe qui frappe en premier lieu les populations civiles. Le mal a un nom?: Boko Haram, une secte qui a prêté allégeance à Daech. Xavier Muntz consacre un documentaire aux origines de ce mouvement et en décrypte l'impact de terreur sur la société nigériane, mais aussi sur ses voisins, le Cameroun, le Niger et le Tchad. Le journaliste a choisi de tourner sur place. Il en tire un film éprouvant, d'où sa programmation en troisième partie de soirée.
Boko Haram, explique Xavier Muntz, est un mouvement né de la misère du Nigeria. Enfin plutôt de la misère d'une grande partie du Nigeria. Car le pays, avec ses ressources pétrolières, est le plus riche d'Afrique. Mais plus de la moitié de ses habitants, note-t-il, vivent en dessous du seuil de pauvreté."
[...]
http://www.humanite.fr/xavier-muntz-decrypte-les-origines-de-boko-haram-610585


Nigéria. Hollande a "des informations" sur une libération prochaine des lycéennes (avec AFP)
L'Obs - 17 octobre 2014

"Plus de 200 jeunes filles avaient été enlevées en avril dernier par la secte islamiste armée.
François Hollande a affirmé vendredi 17 octobre dans la soirée avoir reçu des "informations" sur la libération "dans les heures ou dans les jours qui suivent" de plus de 200 lycéennes enlevées mi-avril par Boko Haram au Nigeria. Boko Haram a annoncé que les jeunes filles allaient être libérées. Nous avons des informations qui laissent penser que ça pourrait venir dans les heures ou dans les jours qui suivent", a-t-il déclaré lors d'une intervention au siège de l'OCDE à Paris.
"Pour l'instant, nous n'avons pas encore confirmation qu'elles ont été libérées, mais l'engagement a été pris", a-t-il ajouté."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141017.OBS2457/nigeria-accord
-avec-boko-haram-pour-liberer-les-lyceennes-kidnappees.html


Nigeria : L'armée d'Abuja peine à contenir l'avancée des insurgés islamistes (R.M.)
L'Humanité - 9 septembre 2014

"Fragile répit, lundi 8 septembre, pour l'armée nigériane, qui a repris aux insurgés islamistes de Boko Haram la ville de Bama, dans l'État de Bormo, freinant ainsi la progression des combattants en direction de la capitale provinciale, ­Maiduguri, berceau de la secte. Depuis plusieurs semaines, déjà, la secte islamiste, qui contrôle des pans entiers du territoire dans le nord-est du pays, progresse en direction de Maiduguri, menaçant de conquérir cette agglomération stratégique." [...]
http://www.humanite.fr/nigeria-larmee-dabuja-peine-contenir-lavancee-des-insurges-islamistes-551169


Boko Haram rase des villages et fait des centaines de victimes (AFP)
L'Humanité - 6 juin 2014

"Les drames se sont succédés toute la semaine au Nigéria. Plusieurs villages du Nord-Est du pays ont été rasés par des groupes armés mobiles de Boko Haram, les habitants abattus, les autorités sont plus que jamais débordées.
Des "centaines" de morts et quatre villages ont été rasés mardi. Une nouvelle tuerie mercredi soir a coûté la vie à 45 Nigérians en périphérie de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, fief de Boko Haram. Selon les témoignages, les islamistes armés pourraient bien avoir tué 500 personnes en 48 heures, dans cette région du Nord-Est du Nigéria.
Les informations et témoignages mettent du temps à arriver. Les forces de l'ordre nigériennes dans la région, peu nombreuses, se concentrent sur la recherche des centaines de jeunes filles enlevées et aucun bilan officiel n'a donc été avancé."
[...]
http://www.humanite.fr/boko-haram-rase-des-villages-et-fait-des-centaines-de-victimes-543846


Nigéria. Boko Haram : la presse africaine crie à "l'impunité totale" (Timothée Vilars)
Le Nouvel Observateur - 7 mai 2014

"Les médias nigérians et d'Afrique de l'Ouest se sont largement fait l'écho ces derniers jours de l'enlèvement des lycéennes de Chibok.
Dans la capitale nigériane Abuja et les principales villes du pays, les manifestations de soutien se sont multipliées en fin de semaine dernière pour demander aux autorités d'obtenir la libération immédiate des jeunes filles enlevées le 15 avril par les islamistes de Boko Haram, dans le nord-est du pays.
Selon le quotidien "Vanguard", de nombreuses mères d'otages faisaient partie du cortège et ont été reçues en sanglots par le président du Sénat. Hajia Hadiza Usman, porte-parole du collectif "Women for Justice and Peace", s'en est-elle directement prise aux autorités :
Aucun pays au monde n'accepterait la disparition de 234 jeunes filles. Le gouvernement ne donne pas assez d'informations sur les recherches." [...]
Selon le quotidien "The Trent", une jeune fille récemment échappée d'un autre enlèvement a raconté avoir été donnée comme épouse à un chef terroriste en raison de sa virginité. Les autres captives sont, selon elle, violées "jusqu'à 15 fois par jour" et converties de force à l'islam sous peine d'être égorgées. Les jeunes filles sont ensuite vendues comme esclaves dans les pays frontaliers (Cameroun, Tchad) pour un prix ne dépassant pas 2.000 naira (à peine 9 euros).
Le journal accuse par ailleurs directement l'imprudence fatale du gouverneur de la province de Borno, fief historique de Boko Haram. Ce dernier aurait pris trop tard la décision de transférer les lycéennes des villes reculées, comme Chibok, malgré la menace qui pesait sur elles."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140507.OBS6378/nigeria-boko-haram-la-
presse-africaine-crie-a-l-impunite-totale.html


Boko Haram se nourrit de l'injustice sociale (Pierre Barbancey)
L'Humanité - 17 avril 2014

"Le groupe islamiste a perpétré un attentat à Abuja faisant plus de 75 morts et enlevé une centaine de lycéennes."[...]
http://www.humanite.fr/boko-haram-se-nourrit-de-linjustice-sociale-520290


Nigeria "Dieu vous enverra un texto pour vous remercier" (Sophie Bouillon)
Libération - 11 avril 2014

""Je suis un gagnant. c'est mon année. Amen !" Surfant sur la vague d'une économie florissante, les Eglises évangélistes prospèrent. A l'heure de la quête, foi en la réussite aidant, la coupe se remplit. De Christ Embassy en World Assembly, visite des cultes un dimanche à Lagos. [...]
Derrière l'autel, la photo de son employeur apparaît, leur demi-dieu, le pasteur Chris Oyakhilome, souriant lui aussi, dans un costard blanc immaculé rehaussé d'une cravate rouge. Le fondateur de Christ Embassy a le regard perdu vers les cieux. Il tient un iPad, avec - sans doute - sa toute dernière application pour y lire la Bible. Sur le rythme d'un "Notre Père", la voix grave, les yeux cloués au sol, 3 000 fidèles prient en chour : "2014 sera l'année de la grandeur ; 2014 sera l'année de la prospérité ; je suis un gagnant ; l'autorité de Dieu tombera ; la nation vaincra. C'est ma saison ; c'est mon heure ; c'est ma semaine ; c'est mon jour ; c'est mon mois ; c'est mon année. Amen."
En attendant les journées de convention financière qui auront lieu la semaine suivante, les fidèles devront d'abord partager leur premier salaire de l'année avec Dieu. "Les Evangiles expliquent que les enfants de Dieu doivent partager les fruits de leur première récolte. Aujourd'hui, nous n'avons plus de fruits, nous avons du cash, de l'argent, des chéquiers. Mais c'est pareil !" poursuit pasteure Elvira, infatigable, souriante et douce, malgré la chaleur accablante qui s'abat sous la tente."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/2014/04/11/nigeria-dieu-vous-enverra-un-texto-
pour-vous-remercier_995593


Boko Haram, une secte islamiste en voie d'expansion (Jean-Baptiste Naudet)
Le Nouvel Observateur - 15 novembre 2013

"Qui est ce mouvement islamiste, suspecté d'avoir enlevé le prêtre français Georges Vandenbeusch au Cameroun ?
Le groupe islamiste nigérian Boko Haram, lié à Al-Qaïda et suspecté d'avoir enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi le prêtre français Georges Vandenbeusch au Cameroun, près de la frontière du Nigéria, déstabilise chaque jour un peu plus le pays le plus peuplée d'Afrique (160 millions d'habitants, 7e pays le plus peuplé du monde). Et elle s'en prend maintenant aux Occidentaux.
C'est ce groupe qui avait déjà pris en otage, début 2013, toujours dans le nord du Cameroun, une famille de sept Français, dont quatre enfants. En 2012, Ansaru, un sous-groupe de Boko Haram, avait aussi revendiqué l'enlèvement au Nigéria d'un ingénieur français, Francis Collomp, dont on est toujours sans nouvelles. [...]
Ses liens avec Al-Qaïda, qui est plus une "franchise" lâche qu'une organisation structurée, sont plus discutés mais plus que probables. [...]
Boko Haram recevrait notamment de l'argent des pétromonarchies du Golfe. Le groupe bénéfice aussi de complicité locale parmi les hauts responsables nigérians. Le président nigérian Goodluck Jonathan, un chrétien, a reconnu que les institutions de l'Etat et les services de sécurité étaient infiltrés, limogeant quelques responsables."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20131115.OBS5631/boko-haram-quand-l-
occident-est-un-peche.html


Nigéria - L'armée annonce la mort du chef de Boko Haram
Le Monde - 21 août 2013

"MAÏDUGURI. Le chef de la secte islamiste Boko Haram serait mort des suites de blessures infligées à la fin du mois de juin, lors d'un accrochage avec les forces de sécurité, a annoncé, lundi 19 août, l'armée nigériane, qui est engagée depuis plusieurs mois dans une vaste offensive contre le groupe djihadiste. Aboubakar Shekau a dirigé dans l'ombre la principale branche de l'organisation Boko Haram, qui sévit depuis quatre ans dans le nord du pays. Selon le communiqué de l'armée, il aurait été blessé par balle le 30 juin, puis transféré au Cameroun voisin, où il aurait succombé à ses blessures entre le 25 juillet et le 3 août." [...]
Réservé aux abonnés.
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=
1241311&xtmc=secte&xtcr=10


Nigeria : un raid islamiste fait 55 morts (La rédaction de Mediapart)
Médiapart - 8 mai 2013

"Un raid mené le 7 mai dans la ville de Bama, au nord-est du Nigeria, par un groupe armé suspecté d'appartenir à la secte islamiste Boko Haram a fait 55 morts, selon l'armée citée par Reuters." [...]
http://www.mediapart.fr/journal/international/080513/nigeria-un-raid-islamiste-fait-55-morts


Quinze chrétiens auraient été égorgés au Nigeria (AFP)
Libération - 30 décembre 2012

"Les assaillants ont attaqué vendredi des habitants du village de Musari, situé près du repaire du groupe islamiste Boko Haram, qui a mené des attaques de ce type dans le passé, selon une source humanitaire.
Quinze chrétiens ont été égorgés par des islamistes présumés au cours d'une attaque survenue vendredi à Musari, un village du nord-est du Nigeria proche de la base du groupe islamiste Boko Haram, ont déclaré une source humanitaire et des habitants dimanche.
"D'après les informations que nous avons recueillies, les assaillants se sont introduits dans des maisons et ont tué quinze personnes dans leur sommeil", a dit une source humanitaire sous couvert d'anonymat.
Les autorités avaient confirmé samedi l'attaque, commise vendredi à Musari, évoquant seulement cinq morts dont un policier nigérian, sans donner plus de détails. Le village de Musari est situé dans les environs de Maiduguri, le repaire du groupe islamiste Boko Haram, qui a mené des attaques de ce type dans le passé."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/2012/12/30/quinze-chretiens-auraient-ete-egorges-au-nigeria_870755


Nouvelle vague de violence contre des églises au Nigeria (avec AFP)
Le Monde - 17 juin 2012

"Des églises chrétiennes du nord du Nigeria ont de nouveau été la cible d'attentats, dimanche 17 juin. Pas moins de cinq bombes ont explosé dans la région, et un couvre-feu de 24 heures a été décrété dans l'Etat de Kaduna. Les responsables locaux n'ont pas pu établir de bilans humains pour l'instant, mais des témoins évoquent de nombreuses victimes parmi les fidèles. Deux attaques ont d'abord visé des églises de la ville de Zaria dans la matinée. L'agence d'Etat pour les gestions des situations d'urgence (NEMA) et des habitants ont indiqué que les explosions s'étaient produites dans deux secteurs de la ville déjà frappée dans le passé par le groupe islamiste Boko Haram. "La NEMA confirme que deux explosions ont eu lieu à Wusasa et Sabongari. Des sauveteurs et des agents de sécurité se sont rendus sur place", a déclaré son porte-parole Yushau Shuaib dans un communiqué.
Peu après, un troisième attentat à la bombe s'est produit contre une église de la ville de Kaduna, distante de quelques dizaines de kilomètres de Zaria. Là encore, on ignore le nombre de victimes."
[...]
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/06/17/nouvelle-vague-de-violence-
contre-des-eglises-au-nigeria_1719941_3212.html


"Il n'y a pas de guerre de religion au Nigeria"
Le Point - 10 janvier 2012

"Le spécialiste Marc-Antoine Pérouse de Montclos explique que toutes les confessions sont touchées par les violences dans le pays.
Selon Marc-Antoine Pérouse de Montclos, les manifestations sociales au Nigeria Le Nigeria s'est de nouveau embrasé lundi. Cinq personnes ont trouvé la mort, et des dizaines ont été blessées au premier jour d'une grève générale qui a paralysé le pays pour protester contre le doublement du prix du carburant. Dans le sud du pays, à majorité chrétienne, les manifestants s'en sont pris à une mosquée, qu'ils ont tenté d'incendier, ce qui ravive la crainte d'une nouvelle guerre civile dans le pays, dans un contexte confessionnel ultra-tendu. Depuis Noël, 80 chrétiens ont été tués par la secte islamiste Boko Haram, littéralement "l'éducation occidentale est un péché", qui réclame l'application de la charia dans l'ensemble du Nigeria. Rare spécialiste du pays en France, Marc-Antoine Pérouse de Montclos*, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), explique au Point.fr pourquoi les musulmans du Nigeria n'ont aucun intérêt à épouser la cause de la secte islamiste Boko Haram."
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/interview-il-n-y-a-pas-de-guerre-de-religion-au-nigeria-10-01-2012-1417228_24.php


La guerre religieuse guette le Nigeria (Maria Malagardis)
Libération - 6 janvier 2012

"La secte musulmane Boko Haram, a repris ses attaques contre la minorité chrétienne du nord du pays.
Il s'appelle Abou Qaba et personne a priori ne connaît son visage. Mais depuis Noël, son nom apparaît régulièrement pour revendiquer, souvent avec un certain enthousiasme, les attaques commis par la secte Boko Haram depuis plusieurs semaines au Nigeria. Mercredi, trois attentats à la bombe, qui n'auraient pas fait de blessé, sont venus concrétiser la menace exprimée dimanche par Abou Qaba. Le porte-parole de la secte avait ce jour-là voulu marquer le début de la nouvelle année, en donnant soixante-douze heures aux chrétiens pour quitter le nord du pays. A l'expiration de l'ultimatum, les villes de Maiduguri et Damaturu furent la cible de ce groupe aussi invisible que son porte-parole. Mais qui se cache réellement derrière Boko Haram, dont le nom, plutôt éloquent, signifie en haoussa «l'éducation occidentale est un péché» ? Même les autorités, semble-t-il, l'ignorent.
Quand le président Goodluck Jonathan, après avoir longtemps minimisé les menaces de ces fondamentalistes, a cherché à entamer le dialogue, il n'a pas su où trouver d'interlocuteurs. Boko Haram semble se fondre dans le Nord musulman du pays, revendiquant l'application stricte de la charia et une opposition aussi farouche que confuse à la culture occidentale, comme au pouvoir central."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/01012381632-la-guerre-religieuse-guette-le-nigeria


Nigeria : la secte Boko Haram menace les chrétiens (avec AFP)
L'Express - 2 janvier 2012

"Le mouvement islamiste continue de terrifier la population chrétienne et prévient le gouvernement qu'il n'hésitera pas à attaquer les zones protégées.
La secte radicale islamiste Boko Haram a fixé un ultimatum de trois jours aux chrétiens vivant dans le Nord, majoritairement musulman, du Nigéria pour quitter la région. Le groupe terroriste a également menacé de combattre les troupes gouvernementales dans les zones où l'état d'urgence a été décrété: "Nous les affronterons pour protéger nos frères" a déclaré Abul Qaqa, un membre du groupe. "Nous souhaitons appeler nos frères musulmans du Sud (majoritairement chrétien) à revenir dans le Nord car nous avons la preuve qu'ils vont être attaqués (...) dans les zones gouvernementales locales où l'état d'urgence a été décrété", ajoute-t-il. (...)
Le Nigeria, pays le plus peuplé et premier producteur de pétrole d'Afrique est véritablement miné par une montée des violences attribuées aux islamistes du groupe terroriste. Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un pêché" et qui se réclame des talibans afghans, a revendiqué de nombreuses attaques, dont l'attentat suicide perpétré en août 2011 contre le siège de l'ONU à Abuja qui avait fait 25 morts."

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/nigeria-la-
secte-boko-haram-menace-les-chretiens_1067153.html


Douze morts dans des violences religieuses au Nigeria (Avec AFP)
Le Monde - 24 novembre 2011

"Au moins douze personnes ont été tuées au cours d'affrontements entre musulmans et chrétiens dans le centre du Nigeria, annonce, jeudi 24 novembre, le gouvernorat de l'Etat du Plateau.
L'Etat du Plateau et sa capitale, Jos, situés au point de jonction entre le Nord majoritairement musulman et le Sud essentiellement chrétien, sont régulièrement agités par des violences à caractères ethnique et religieux, qui ont fait des centaines de morts ces dernières années. Ces affrontements mettent notamment aux prises les fermiers chrétiens Bérom aux éleveurs musulmans Fulani."
[...]
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/11/24/douze-morts-dans-des-violences-
religieuses-au-nigeria_1609101_3212.html


Nigeria. Entre 200 à 500 morts dans des violences inter-religieuses (avec AFP)
L'Express - 8 mars 2010

"Le bilan des attaques de villages chrétiens, ce samedi, dans le centre du pays, fait état de 200 à 500 personnes tuées. Des éleveurs d'une ethnie musulmane seraient à l'origine de ces assauts meurtriers.
A 200 kilomètres de la capitale Abuja, ville nouvelle du Nigeria, trois villages chrétiens ont été l'objet d'attaques à la machette. "Jusqu'à 500 personnes ont été tuées dans cet acte abominable, perpétré par des éleveurs Fulani", a déclaré par téléphone le responsable de la communication de l'Etat du Plateau. 95 personnes ont déjà été arrêtées. De nombreuses maisons ont été incendiées. (...)
Selon plusieurs sources locales, les attaques ont été conduites de manière coordonnée dans la nuit de samedi à dimanche par des éleveurs de l'ethnie Fulani, majoritairement musulmane, contre trois villages de l'ethnie Berom, majoritairement chrétienne, au sud de Jos. (...)
Selon le militant, ce massacre a été commis en représailles aux violences inter-religieuses survenues en janvier à Jos et dans sa région, où plus de 300 personnes, essentiellement des musulmans, les nomades Fulani, avaient été tuées par des chrétiens, les sédentaires Berom."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/au-moins-500-morts-au-nigeria-dans-des-violences-inter-religieuses_853594.html


Au Nigeria, des violences interreligieuses éprouvent un pouvoir fédéral affaibli (Jean-Philippe Rémy)
Le Monde - 21 janvier 2010

"Des morts par dizaines, voire par centaines dans les rues, des ruines fumantes, un nombre inconnu de blessés dans les mosquées : la situation continuait à échapper à tout contrôle à Jos, ville-carrefour du centre du Nigeria, mercredi 20 janvier. Alors que les violences entre chrétiens et musulmans s'étendaient, la veille, Goodluck Jonathan, le vice-président, a pris sa première décision à la tête de l'Etat fédéral en annonçant l'envoi d'unités supplémentaires de l'armée dans la ville, des éléments de la troisième division blindée. (...)
Dimanche, les violences semblent avoir été déclenchées par un conflit mineur : des travaux entrepris par des musulmans dans des quartiers où ils vivaient jusqu'à il y a deux ans aux côtés de chrétiens, mais qu'ils avaient quittés lors des grandes violences interreligieuses de décembre 2008, qui avaient fait plusieurs centaines de morts. Des milices chrétiennes auraient alors lancé des attaques contre des musulmans, avant que les troubles ne s'étendent. (...)
Depuis le retour à la démocratie (1999), de graves affrontements religieux ont éclaté au Nigeria dans les Etats du Nord, et dans le Plateau. Des milices confessionnelles ont été créées. Elles sont utilisées par des responsables politiques. En décembre 2008, à Jos, c'est un différend électoral qui a mis le feu aux poudres. Cette fois-ci, aucune élection n'a eu lieu, mais l'étendue des violences laisse imaginer l'existence de manipulations. Le ministre local des affaires policières, Ibrahim Yakubu Lame, a accusé "des individus très haut placés" d'être responsable de ces massacres "en exploitant l'ignorance et la pauvreté du peuple pour causer le chaos au nom de la religion"."
[...]
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/01/20/au-nigeria-des-violences-interreligieuses-eprouvent-
un-pouvoir-federal-affaibli_1294256_3212.html


Nigeria. Les islamistes passent à l'offensive (Chris McGreal)
Courrier International – 10 au 16 mai 2007 (2/3 de page)

"Le groupe autoproclamé des "Talibans nigérians" mène une lutte armée contre l’Etat dans le nord du pays. Ils lui reprochent notamment d’appliquer la charia avec trop de mollesse."


Nigeria. Des progroms anti-chrétiens (PG)
Marianne - 8 au 16 juillet 2006 (1/6 de page)

Bien que le Nigeria soit officiellement une république fédérale laïque, "les Etats du Nord, très peuplés, ont institué la charia comme loi fondamentale, menaçant ainsi les libertés des minorités chrétiennes."
Des dizaines d'églises et de magasins ont été brûlés et une politique de purification ethnique se met en place dans l'indifférence de l'opinion internationale.


Le massacre religieux s’intensifie au Nigeria (Thomas Hofnung)
Libération – 7 mai 2004 (1/4 de page)

Sous-titre : Le raid punitif de miliciens chrétiens contre les musulmans aurait fait 630 morts.
Selon la Croix-Rouge, les massacres de dimanche à Yelwa, dans le centre du pays, auraient eu lieu "à la mitrailleuse lourde et à la machette". Au Nigeria, qui est le pays le plus peuplé d’Afrique, les difficultés économiques et sociales attisent les rivalités entre communautés. Dans ce cas présent, les agriculteurs chrétiens sédentaires ne supportaient plus les troupeaux des éleveurs musulmans sur leurs terres.
Un survivant "accuse leurs agresseurs, qui sont passés de maison en maison, de les avoir ciblés en tant que musulmans. Selon la BBC trois mosquées auraient été détruites."
En 2001, les affrontements interethniques avaient fait plus d’un millier de morts. Les autorités craignent l’enchaînement des représailles et contre-représailles, d’autant que le Nigeria connaît un développement du fondamentalisme, douze états du nord du pays ayant déjà établi la charia.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©