Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Libye

Libye

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"



Les djihadistes de Daesh sur le chemin de Tripoli (Stéphane Aubouard)
L'Humanité - 3 juin 2015

"Les combattants de "l'État Islamique" ("EI") étendent leur emprise sur le territoire libyen. Le pays est menacé de basculer dans un scénario à l'irakienne.
Au début de l'année 2014 - trois ans après les premiers bombardements de l'Alliance atlantique sur la Libye de Kadhafi - les premiers combattants de Daesh (acronyme arabe de "l'État islamique") faisaient leur entrée dans le pays. Les djihadistes profitaient alors du chaos politique généré par le délitement de ce territoire partagé entre deux gouvernements rivaux - l'un reconnu par la communauté internationale, contrairement au second, soutenu par les milices de Fajr al Libya (l'Aube de la Libye). Depuis lors, la Libye est devenue le paradis des trafiquants d'armes et des islamistes. Daech a eu le temps d'y constituer un émirat à Derna et contrôle en partie, à l'aide de ses alliés, les salafistes d'Ansar al Charia, des villes importantes comme Benghazi dans l'ouest libyen, ou Sabratha en Tripolitaine.
Un an plus tard, les "soldats" de l'autoproclamé calife Abou Bakr al Bagdadi continuent de gagner du terrain. Jeudi dernier, Daech a pris l'aéroport international de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi."
[...]
http://www.humanite.fr/les-djihadistes-de-daesh-sur-le-chemin-de-tripoli-575762


En Libye, les islamistes très présents mais en ordre dispersé (Isabelle Mandraud)
Le Monde - 3 décembre 2013

"Devancés par les libéraux lors des élections de juillet 2012, les islamistes restent la grande obsession du moment dans le pays. Détestés par une partie des Libyens qui les accusent, pour les uns, de pousser au désordre pour s'emparer du pouvoir, pour d'autres, de vouloir importer un "islam de l'étranger", d'Egypte, d'Arabie saoudite ou du Qatar, ils sont au centre de toutes les préoccupations. Sur la défensive, Salah Al-Mesmari, chef du bureau politique du Parti de la justice et de la reconstruction (PJR), l'aile politique des Frères musulmans, reçoit au centre de Tripoli, dans un immeuble qui n'affiche, à l'entrée, rien d'autre qu'un mur aveugle.
"Les Frères, c'est un mouvement qui travaille dans la société, nous, nous sommes un parti", avance-t-il. Une distinction ténue. Fondée en 1949, la branche libyenne des Frères musulmans, dirigée aujourd'hui par Bachir Al-Kupti, n'a certes pas eu de représentation politique officielle jusqu'au 3 mars 2012, date de la création du PJR, qui a porté à sa tête Mohamed Sowan, un ancien prisonnier politique, originaire de la ville de Misrata, - la ville martyre de la révolution libyenne qui en a tiré, depuis, une réputation, fausse, de ville islamiste."
[...]
http://www.lemonde.fr/libye/article/2013/12/03/en-libye-les-islamistes-tres-presents
-mais-en-ordre-disperse_3524724_1496980.html?xtmc=islam&xtcr=93


Libye: les barbus n'ont pas gagné mais ne rendent pas les armes (Régis Soubrouillard)
Marianne - 13 juillet 2012

"Moins d'une semaine après la première élection de l'histoire libyenne, la victoire de la coalition libérale de l'ancien premier ministre se dessine chaque jour un peu plus. Les islamistes espèrent encore néanmoins renverser la tendance en jouant sur les divisions de cette coalition qui compte près de 60 partis différents.
En Libye, les barbus n'ont pas gagné. Pas de raz de marée islamiste à l'horizon contrairement aux autres pays de la région qui ont découvert récemment les joies du suffrage universel.
Les négociations pourraient notamment porter sur la place réservée à la charia dans la future Constitution, un débat qui n'a pas été tranché durant la campagne.
Certains ont déjà choisi leur camp. Selon Reuters, un candidat indépendant, Abou Bakr Abdel-Gader indique avoir été approché par les islamistes qui lui ont offert un poste dans les instances du PJR, offre qu'il a repoussée. "J'ai refusé. Je n'ai pas fait la révolution et ramené du front les corps ensanglantés de nos martyrs pour que les islamistes prennent le pouvoir et nous isolent encore une fois du monde", a-t-il dit."
[...]
http://www.marianne2.fr/Libye-les-barbus-n-ont-pas-gagne-mais-ne-rendent-pas-les-armes_a220653.html


Pourquoi les islamistes ont perdu la Libye (Julie Schneider et Armin Arefi)
Le Point - 10 juillet 2012

"On la disait promise aux islamistes. Pourtant, pour les premières élections libres de son histoire, la Libye semble avoir porté son choix sur des candidats libéraux. Réunis sous la coupe de l'ancien Premier ministre du CNT, les soixante formations politiques qui forment l'Alliance des forces nationales étaient en tête dans la plupart des circonscriptions électorales. C'est en tout cas ce qu'a annoncé dimanche Faiçal al-Krekchi, secrétaire général du mouvement, affirmant se fonder sur des "rapports préliminaires". Étonnamment, il a été précédé en ce sens par le chef du principal parti islamiste, le Parti de la justice et de la construction, Mohamed Sawan, qui a reconnu une "nette avance " à Tripoli et à Benghazi de son adversaire libéral. (...)
Pour Hasni Abidi, il s'est produit en Libye l'exact scénario inverse de la Tunisie. "Contrairement à leurs voisins tunisiens, les libéraux libyens ont réussi à se regrouper sous un énorme parapluie politique dirigé par Mahmoud Djibril", note le chercheur. "Face à eux, les islamistes, se sont présentés en ordre dispersé.""
[...]
http://www.lepoint.fr/monde/pourquoi-les-islamistes-ont-perdu-la-libye-09-07-2012-1483025_24.php


La Libye interdit les partis religieux (AFP)
Le Nouvel Observateur - 25 avril 2012

"L'interdiction s'inscrit dans le cadre d'une loi sur les partis destinée à préserver l"unité nationale", a précisé Mohammed al-Hareizi, porte-parole du CNT. "Les partis ne devraient pas être fondés sur des idéologies ethniques ou religieuses", a-t-il expliqué. "Nous ne voulons pas que le gouvernement soit divisé par ces différences idéologiques."
Les Frères musulmans, mouvement politique le mieux organisé du pays, a dénoncé la nouvelle loi. "Ce n'est pas la démocratie", a réagi Mohammed Gaira, porte-parole du parti de la Liberté et du Développement, fondé par les Frères musulmans en début d'année.
"Nous ne comprenons pas cette loi. (...) Elle pourrait ne rien signifier ou elle pourrait signifier qu'aucun de nous ne peut participer aux élections", a-t-il dit. "Nous sommes un parti nationaliste et l'islam est notre religion. Cette loi est inacceptable et ne convient qu'aux libéraux.""
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120425.FAP3038/la-libye-interdit-les-partis-religieux.html


Libye : mécontentement social, islamisation et guerre des milices (Régis Soubrouillard)
Marianne2 - 16 décembre 2011

"Deux mois après la chute de de Kadhafi, la Libye cherche toujours le chemin de la paix. Siège de la révolution libyenne, Benghazi n'en a pas fini de s'enflammer. Réclamant de la transparence dans la gestion de la transition, des milliers de manifestants ont réclamé une deuxième révolution, en appelant au départ du CNT. Entre la prolifération des armes, la montée en puissances des islamistes et la guerre des milices, la Libye cherche encore le chemin de la paix. (...)
Dans ces deux pays [Tunisie et Egypte], s'ils n'étaient pas impliqués dans les mouvements révolutionnaires, les islamistes se sont révélés les grands gagnants des élections qui ont suivi : "Le point commun entre ces pays était la dénonciation des pratiques autoritaires. Mais, dans la gestion des transitions, chacun a son propre rythme. En revanche, en Syrie ou en Libye, où il y a des fractures communautaires, régionales et ethniques, une solution comme en Égypte ou en Tunisie est impossible" commente Bernard Rougier, directeur du Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (Cedej) au Caire."
[...]
http://www.marianne2.fr/Libye-mecontentement-social-islamisation-et-guerre-des-milices_a213613.html


Ils reviennent en Coran (S. Ch)
Le Canard enchaîné - 26 octobre 2011

"Quoi ? Comment ? Les nouveaux chefs de la Libye libérée du joug kadhafiste ne prône pas la démocratie parlementaire ? Ils ne scandent pas en coeur "Liberté, égalité, fraternité" ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire de charia ? La loi musulmane constituerait le socle de la nouvelle constitution ? Nos Rafales ont bombardé sans relâche les positions du tyran pour interdire le divorce ? Autoriser la polygamie ? Obliger les femmes au voile ? Et pourquoi pas lyncher des infidèles et couper des mains, pendant qu'on y est ? (...)
Car ce sont bien des djihadistes qui se sont emparés de Syrte et de Misrata. Et lorsque Moustapha Abdeljalil, président du CNT, se déplace, il suffit de regarder le front des gardes du corps - bosselé par la prière - pour comprendre que le pays vient de passer au vert foncé."
[...]


Le pape lance un appel à la paix en Syrie et en Libye (AFP)
Le Monde - 7 août 2011

"Le pape Benoît XVI a lancé des appels pressants dimanche, lors de l'Angelus, aux autorités syriennes pour "répondre aux aspirations légitimes" de la population et à la communauté internationale pour "relancer la recherche d'un plan de paix" en Libye. "Je suis avec vive préoccupation les épisodes dramatiques et croissants de violence en Syrie qui ont provoqué de nombreuses victimes et graves souffrances", a indiqué le pape depuis sa résidence d'été de Castelgandolfo, près de Rome.
Benoît XVI a lancé "un appel pressant aux autorités et à la population pour rétablir au plus vite la coexistence pacifique et répondre de manière adéquate aux aspirations légitimes des citoyens dans le respect de leur dignité et au bénéfice de la stabilité régionale". Dans la Syrie multiconfessionnelle, où le christianisme est implanté depuis deux mille ans, 7,5% des 20 millions d'habitants sont chrétiens."
[...]
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/08/07/le-pape-lance-un-appel-a
-la-paix-en-syrie-et-en-libye_1557110_3218.html


Voir la page d'accueil sur l'islam


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©