Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Revue de Presse > Par pays > Arabie Saoudite

Arabie Saoudite

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"



En Arabie saoudite, Trump parle de l'islamisme (Pierre Barbancey)
L'Humanité - 22 mai 2017

"Dans un discours prononcé à Riyad, le président américain a tenté de faire oublier ses déclarations antérieures sur l'islam. Il a néanmoins interpellé les leaders religieux.
Barack Obama avait choisi Le Caire. Donald Trump a préféré l'Arabie saoudite. C'est maintenant comme un passage obligé pour les présidents américains?: prononcer un discours sur la question de l'islam ou plutôt de l'islamisme. L'objectif final des États-Unis étant toujours le même - la domination -, seule fait différence la façon d'arriver à leurs fins. Avec Trump, cependant, c'est toujours un peu la surprise. Selon des éléments distribués à la presse avant de prononcer son discours, le président américain a choisi d'appeler les dirigeants musulmans à lutter avec détermination contre "?l'extrémisme islamiste?". Pour ses conseillers, la tâche a visiblement consisté à faire oublier les déclarations fracassantes du candidat Trump. En décembre 2015, peu après avoir lancé sa campagne, Donald Trump proposait de fermer purement et simplement l'accès aux États-Unis à tous les musulmans, le temps, disait-il, "?de comprendre ce problème?" (sic). En mars 2016, il lançait?: "?Je pense que l'islam nous déteste. Il y a énormément de haine?!""
[...]
http://www.humanite.fr/en-arabie-saoudite-trump-parle-de-lislamisme-636401


L'islam n'est pas une religion (Elie Arié)
Marianne - 28 février 2016

"Comme nous l'apprend un article de Marianne Magazine, en Arabie saoudite, une cour de justice a condamné un homme à 10 ans de prison et 2.000 coups de fouet pour avoir affirmé sur des réseaux sociaux qu'il ne croit pas en Dieu ; et, ceci, parce que le royaume wahhabite a adopté en 2014 toute une série de lois définissant les athées comme des terroristes, et que l'article 1 de l'une des ces dispositions définit le terrorisme comme le fait de "prôner, sous toute forme que ce soit, une pensée athée, ou remettre en question les fondements de la religion islamique sur laquelle le pays est fondé".
On ne peut évidemment pas reprocher à quelqu'un de ne pas croire (ou de croire) en un Dieu : s'il n'y croit pas (ou s'il y croit), personne n'y peut rien, et lui non plus.
Ce qui est puni, c'est le fait de prôner l'athéisme, ou, tout simplement, de dire que l'on est athée, sans même aller jusqu'à faire du prosélytisme pour l'athéisme.
Autrement dit : ce qu'on exige de l'athée, c'est qu'il fasse semblant de croire en Dieu, et qu'il observe les commandements du Coran : alors il n'aura pas d'ennuis, quelle que soit sa croyance profonde.
Hypocrite, l'islam? Comme toute dictature politique..."
[...]
http://www.marianne.net/elie-pense/islam-n-est-pas-religion-100240674.html


Le double jeu de l'Arabie saoudite face à Daech (René Backmann)
Mediapart - 10 décembre 2015

"Officiellement, la monarchie saoudienne appartient à la coalition réunie autour des États-Unis pour combattre Daech en Syrie et en Irak. En fait, Riyad est beaucoup plus actif dans la promotion du wahhabisme et, surtout, prend l'offensive pour imposer sa suprématie régionale face à l'Iran.
"L'Arabie saoudite, contrairement à ce que j'ai lu ici ou là, ne finance pas Daech, au contraire, elle le combat." Emporté, une fois encore, par sa fougue, ou par la redoutable certitude de détenir la vérité, Manuel Valls s'est livré, le mardi 24 novembre devant les téléspectateurs du "Petit journal" de Canal Plus, à une défense de la monarchie saoudienne qui aurait peut-être exigé une rhétorique plus prudente. Et une analyse plus attentive des liens, présents et passés, entre le califat d'Abou Bakr al-Baghdadi et le royaume des Saoud."
[...]
https://www.mediapart.fr/journal/international/101215/le-double-jeu-de-l-arabie-saoudite-face-daech


Le National Geographic consacré au pape François censuré en Arabie saoudite (Pierre Lelièvre)
Le Figaro - 11 septembre 2015

"Les autorités invoquent des "raisons culturelles" pour justifier l'interdiction du numéro qui titrait sur la "révolution tranquille" menée par le pape François au sein de l'Eglise.
Le mois dernier, les lecteurs saoudiens de National Geographic ont eu la surprise de ne pas recevoir le numéro daté du mois d'août consacré au pape François. En couverture de la version arabe du magazine, une grande photo du chef de l'Eglise catholique au centre de la chapelle Sixtine illustrant un dossier sur la "révolution silencieuse" du Vatican. [...]
Selon le magazine américain Foreign Policy, le noeud du problème pour les autorités saoudiennes résiderait dans les arguments de l'éditorial du magazine. Dans la note introductive, l'éditeur évoque l'adaptation indispensable des institutions religieuses à un monde en constante évolution et à la modernité, sans la limiter à seule religion catholique.
"
[...]
http://recherche.lefigaro.fr/recherche/access/lefigaro_fr.php?archive=BszTm8dCk7
8atGCYonbyztq%2FF33sNUjQqEIM743zbcEwFb2ntzQXTFpweWgIfvVau2IGtjAq08M%3D


La branche saoudienne de l'EI appelle à exterminer les chiites (avec Reuters)
Le Figaro - 30 mai 2015

"La branche saoudienne de l'Etat islamique a annoncé qu'elle avait l'intention de débarrasser la péninsule arabique de tous les musulmans chiites et a appelé les jeunes Saoudiens à soutenir son combat, indique l'association américaine SITE spécialisée dans l'observation des réseaux islamistes sur internet.
Dans un enregistrement de 13 minutes, un orateur explique avoir donné ordre à tous les fidèles du mouvement djihadiste de "tuer les ennemis de l'islam, en particulier les chiites", précise SITE."
[...]
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/30/97001-20150530FILWWW00111-la-branche
-saoudienne-de-l-ei-appelle-a-exterminer-les-chiites.php


Etat islamique : l'Arabie saoudite en guerre contre elle-même (Régis Soubrouillard)
Marianne - 12 septembre 2014

"Dix pays arabes ont accepté de rejoindre la coalition bricolée par Barack Obama pour aller combattre l'Etat Islamique. Pour la première fois, l'Arabie saoudite paraît se porter à l'avant-garde du combat contre cet ennemi. Menacé à ses frontières, le royaume saoudien combat en fait un adversaire qu'elle a contribué à faire naître. Car il ne faut surtout pas oublier que la montée en puissance de l'EI doit beaucoup à l'Arabie saoudite et à sa volonté de répandre le wahhabisme dans le monde musulman.
L'histoire a connu des coalitions hétéroclites mais celle que tente de bricoler Barack Obama pour combattre l'Etat islamique s'annonce comme un modèle du genre. L'Iran a ainsi immédiatement exprimé ses doutes quant à la volonté réelle de la coalition internationale de lutter contre les djihadistes sitôt le discours du président américain achevé : "Certains membres de la coalition internationale ont soutenu ces dernières années financièrement et militairement des groupes terroristes en Irak et en Syrie", a déclaré Marzieh Afkha, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, dans une claire allusion au Qatar et surtout à l'Arabie saoudite . [...]
Mais les preuves de la bonne volonté saoudienne arrivent bien tardivement, comme le rappelait récemment le chercheur Ed Husain, au parcours iconoclaste pour avoir lui-même était enrôlé dans un groupe islamiste lors de ses études en Angleterre et avoir passé plusieurs années dans le royaume. Dans une tribune au New York Times il rappelait combien le refus de l'Arabie saoudite, en novembre 2013, d'occuper un siège provisoire au Conseil de sécurité de l'ONU était symbolique de l'ambiguïté du royaume : "Cette posture est le reflet de sa paralysie interne dans le traitement du radicalisme islamiste sunnite. Al-Qaïda, l'Etat islamique, Boko Haram, Al-Shabab sont tous des groupes sunnites salafistes violents et pendant cinq décennies, l'Arabie Saoudite a été le sponsor officiel du salafisme sunnite dans le monde entier. L'Arabie saoudite a créé le monstre qu'est le terrorisme salafiste. C'est aussi aux racines théologiques et idéologiques de cet extrémisme qu'il faudrait s'attaquer"."
[...]
http://www.marianne.net/Etat-islamique-l-Arabie-saoudite-en-guerre-contre-elle-meme_a241294.html


Arabie Saoudite : nos amis les bourreaux (Martine Gozlan)
Marianne - 31 décembre 2013

"Tandis que François Hollande et le roi Abdallah fêtent contrats juteux et alliance diplomatique, un blogueur saoudien de 30 ans, Raif Badawi, déjà condamné à 7 ans de prison et 600 coups de fouet, est menacé de décapitation pour avoir tenté de lancer un débat sur la religion... [...]
Alors que le carnet de commandes de François Hollande, en visite en Arabie Saoudite, s'est gonflé comme un ballon au vent du désert, on apprenait qu'une menace de mort pesait sur un journaliste et blogueur saoudien, Raif Badawi, 30 ans.[...]
Arrêté le 17 juin 2012, il a été jeté dans une prison de Djeddah et son site fermé. En août 2013, le tribunal de Djeddah l'a condamné à 600 coups de fouet et 7 ans de prison pour "'Insulte à l'Islam". La déclaration incriminée était la suivante : "Musulmans, Chrétiens, Juifs et Athées sont tous égaux"."
[...]
http://www.marianne.net/Arabie-Saoudite-nos-amis-les-bourreaux_a234791.html


Le "wahabo-takfirisme": la grande arnaque pour abrutir et dominer ! (Will Summer)
Médiapart - 8 juin 2013

"Pour contourner l'Islam qui interdit d'entrer en guerre sainte contre d'autres Musulmans ou de tuer sans un motif certifié valable et autorisé, les 'wahabites' ont trouvé avec les 'takfiristes' l'alliance idéale et le moyen approprié pour combattre tous les pays musulmans qui n'entrent pas dans leur giron.
Le "Wahabisme" est une doctrine rigoriste en référence à Ibn Abdelwahab (1703-1792), qui en est le fondateur. Elle combat tous les Musulmans qui ne s'y soumettent pas en les considérant des apostats. Après sa condamnation, il fuit en se fixant à Dariya où il trouve chez les ben Saoud un soutien. Ces derniers trouvent en lui et son idéologie un moyen de combattre les tribus afin de les assujettir à leur pouvoir politique et religieux. Ainsi se forma le Royaume d'Arabie Saoudite avec son système qui perdure jusqu'à nos jours.
Le "Takfirisme" est mouvement sectaire fondé en 1971 par Moustafa Choukri. Il qualifie de mécréante la société musulmane et d'hérétiques tous les Musulmans ne partageant pas son point de vue. Leur assassinat est de ce fait licite.
Il n'est donc pas étonnant que ces deux idéologies similaires, violentes, se rejoignent pour faire union - en cohabitant en bonne intelligence - contre tout État musulman qui n'entre pas dans leur doxa. Les riches familles royales saoudiennes étant wahabites et alliées aux intérêts américains et sionistes, il est logique qu'elles s'accaparent ces mouvements pour en faire un instrument politique et un moyen militaire à leur service."
[...]
http://blogs.mediapart.fr/blog/will-summer/080613/le-wahabo-takfirisme-la-
grande-arnaque-pour-abrutir-et-dominer


Les islamistes marquent des points (Rasid)
Courrier International - 3 novembre 2011

"La haine de l'autre dans les manuels scolaires Depuis le 11 septembre 2001, le royaume saoudien, pressé par son allié américain, n'a que légèrement modifié ses manuels scolaires, qui prônent toujours la violence religieuse, estime le site saoudien de l'opposition." [...]
http://www.courrierinternational.com/article/2011/11/03/la-haine-de-l-autre-dans-les-manuels-scolaires


Les Saoudiennes défient le pouvoir et prennent le volant (avec AFP)
Le Monde - 17 juin 2011

"Plusieurs Saoudiennes ont pris le volant vendredi 17 juin en réponse à un appel lancé par des militantes à défier l'interdiction faite aux femmes de conduire en Arabie saoudite. Plusieurs messages postés sur les réseaux sociaux en attestaient : "Nous revenons du supermarché. Ma femme a décidé de commencer la journée en prenant le volant à l'aller et au retour", écrit sur sa page Twitter Tawfiq Alsaif, un éditorialiste. "Mon épouse, Maha, et moi revenons d'une tournée en voiture de quarante-cinq minutes. Elle a conduit dans les rues de Ryad", écrit Mohammad Al-Qahatani, président de l'Association saoudienne des droits civiques et politiques, sur son compte Twitter.
Des femmes ont indiqué dans des messages publiés sur une page Facebook avoir défié vendredi l'interdiction de conduire dans le royaume ultraconservateur, seul pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire. La campagne Women2Drive, lancée depuis deux mois sur les réseaux sociaux, doit se poursuivre "jusqu'à la publication d'un décret royal autorisant les femmes à conduire", selon la page Facebook des organisateurs. (...)
Les lois s'inspirent d'une version rigoriste de l'islam, et invoquent l'opposition des puissants religieux et des milieux conservateurs pour maintenir l'interdiction. Les femmes doivent engager un chauffeur ou, si elles n'en ont pas les moyens, dépendre du bon-vouloir des membres masculins de leur famille."
[...]
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/06/17/les-saoudiennes-defient-le-pouvoir-et-prennent-le-volant_1537608_3218.html


Arabie Saoudite : La solitude de l’agnostique en terre d’islam (***)
Courrier International - 18 août 2010

" Pas facile, pour un musulman, de se détourner de sa religion ou d’en embrasser une autre. Ils sont pourtant nombreux dans ce cas, nous apprend un ancien militant islamiste dans cet étonnant article du quotidien saoudien Al-Riyadh." [...]
http://www.courrierinternational.com/article/2010/08/19/la-solitude-de-l-agnostique-en-terre-d-islam


Le statut des femmes n’est pas un long poème tranquille (Summer Saïd | The Wall Street Journal)
Courrier International - 1er juin 2010

"Une poétesse saoudienne crée la polémique avec des textes qui osent critiquer le fanatisme religieux et la condition féminine dans son pays. Même si les choses évoluent, les femmes ont encore peu de droits en Arabie saoudite, constate le Wall Street Journal.
Contre vents et marées, la poétesse saoudienne Hissa Hilal est parvenue jusqu’en finale de Poète du million, une émission de télé-réalité très populaire en Arabie Saoudite. Vêtue d’une burqa ne laissant voir que ses yeux, Mme Hilal a récité son poème Chaos des fatwas, dans lequel elle dénonce ceux qui émettent des jugements religieux excessivement sévères, les comparant aux auteurs d’attentats suicides. Puis elle s’en est prise à la ségrégation sexuelle imposée par des prêcheurs qui, "tels des loups, pourchassent" les personnes en quête de progrès et de paix.
Le poème de cette ancienne journaliste a déclenché une polémique dans ce pays ultraconservateur, et suscité de vifs échanges sur les forums Internet. Si de nombreux spectateurs ont salué son courage, d’autres réclament sa mort. "Une femme comme elle donne le mauvais exemple à nos femmes et nos filles", s’indigne un blogueur, prenant la défense des intégristes qui avaient proféré des menaces de mort à l’encontre de Mme Hilal. "Elle a commis de nombreux péchés en participant à cette émission et en y déclamant sa poésie." Les commentaires de l’internaute ne sont pas de nature à surprendre les Saoudiennes. Voilées et victimes de la ségrégation, les femmes du royaume ne sont pas autorisées à conduire et n’ont pas droit à une carte d’identité. Pour voyager, elles doivent avoir la permission d’un homme de la famille. Les comportements commencent à changer, mais pas assez vite aux yeux de certaines."
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/2010/06/01/le-statut-des-femmes-n-est-pas-un-long-poeme-tranquille


Condamné à mort en Arabie saoudite pour avoir dit la bonne aventure au Liban (Cécile Hennion)
Le Monde - 20 novembre 2009

"Condamné à mort pour "sorcellerie", Ali, ressortissant libanais de 46 ans, n'a plus que quelques jours à vivre au fond d'une lointaine geôle d'Arabie saoudite. Au Liban, sa famille est sous le choc face à la sentence, "démesurée, incompréhensible", et tente désespérément de trouver un sens au scénario cauchemardesque qui a mené Ali au pied de l'échafaud. Originaire d'Al-Aïn, un village chiite du nord du Liban, Ali Hussein Sbat est marié et père de 4 enfants.
Il avait trouvé du travail à Beyrouth, au sein d'une petite chaîne de télévision câblée baptisée "Shéhérazade", diffusée au Liban et dans la région. Devant la caméra, il recevait des appels téléphoniques de téléspectateurs à qui il "prédisait" l'avenir. Travail, santé, amour, les problèmes qui lui étaient exposés trouvaient une issue heureuse ou une parole d'encouragement.
En 2008, Shéhérazade ferme ses portes et Ali se reconvertit dans les plantes médicinales. Au printemps de la même année, il part en pèlerinage dans les lieux saints chiites, en Iran puis en Arabie saoudite, à La Mecque. Le 7 mai 2008, il faisait la sieste dans un hôtel de Madinat Al-Mounawara saoudien, dernière étape avant son retour au Liban, quand la police des moeurs saoudienne vient le tirer de son lit. Ali disparaît pendant un temps, avant de réapparaître à la télévision saoudienne.
Il est filmé, pieds et poings liés, "avouant" avoir pratiqué de la "magie". Le verdict rendu par la cour de Madinat Mounawara est tombé le 9 novembre 2009. Ali Hussein Sbat est jugé coupable de "sorcellerie", de "mécréance", d'insulte à l'islam et violation de la charia (loi islamique) pour ses activités télévisées."
[...]
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/11/19/condamne-a-mort-en-arabie-saoudite-pour-avoir-dit
-la-bonne-aventure-au-liban_1269293_3218.html


Sous le voile, le nouveau visage des Saoudiennes (AP)
Le Nouvel Observateur - 27 août 2009

"En Arabie saoudite, on s'en remet à Dieu dans tous les domaines de la vie, y compris celui de la chirurgie esthétique, qui ne cesse de se développer. Un paradoxe dans une société où les femmes sont cachées de la tête aux pieds lorsqu'elles sortent.
L'un des religieux les plus consultés en la matière est Cheikh Mohammed al-Nujaimi. Il s'appuie sur des recommandations adoptées il y à trois ans à Riyad, lorsque religieux et chirurgiens se sont réunis pour déterminer si la chirurgie esthétique est compatible avec la doctrine islamique interdisant de modifier une création de Dieu.
Verdict : l'augmentation du volume de seins inhabituellement petits, la modification de caractères physiques causant de la souffrance et la réparation de dommages corporels provoqués par un accident sont "halal", c'est-à-dire conformes à la religion. Une opération risquée ou pratiquée dans le seul but de ressembler à une chanteuse ou une actrice est en revanche "haram" (interdite)."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/20090827.FAP0494/?xtmc=religion&xtcr=6


Une réponse saoudienne à Fitna (Jean-Michel Demetz)
L'Express – 11 avril 2008 (1/3 de page)

"Schism, un montage de quelques minutes mis en ligne par un bloggueur saoudien, associe des scènes de violence à des versets de la Bible. Il se veut une riposte, sur le même modèle, au film anti-islam du député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders, Fitna.
Après Fitna réalisé par le député néerlandais Geert Wilders, voici Schism. Une riposte venue des terres d’Islam qui associe, sur le même modèle, versets de la Bible et scènes de violence.
Tout y passe dans un funèbre désordre : massacre de Srebrenica en 1995 (dont furent victimes des Bosniaques musulmans), croix enflammées du Ku Klux Klan dans le sud des Etats-Unis, bavures de l’armée américaine en Irak, marches orangistes en Ulster, suicide collectif à Jonestown en 1978 à l’instigation du gourou Jim Jones…."
[...]


Arabie Saoudite : Ne t’égare pas en Occident, mon fils (Hamza Al-Mizeini de Al-Watan)
Courrier International – 5 au 11 avril 2007 (2/3 de page)

Le journaliste d'Al-waran a assisté aux cours que doivent suivre les boursiers saoudiens avant de partir pour l'Occident et dont le but est de préparer au choc des cultures.
"Nous avons assisté à de tels cours donnés par deux éminents représentants de notre élite religieuse, Saleh Al-Lahidan, président du Haut Conseil juridique, et Abdallah Mutlaq, membre du Haut Conseil des oulémas. Le message que ces deux messieurs ont fait passer est que, fondamentalement, s’ouvrir à l’étranger est mal. Au mieux, cela peut être un mal nécessaire. Ainsi, Lahidan explique que "selon l’islam, il faut se méfier des voyages à l’étranger et ne pas en faire si ce n’est pas nécessaire. D’un point de vue islamique, on ne peut acquiescer à un voyage en terre non musulmane qu’au cas où il n’y a pas de solution alternative en terre musulmane. De même, le tourisme n’est convenable qu’à des fins de prédication"."
L’Occident est présenté comme source de déviances et de dangers, contre lesquels "il faut s’armer de principes religieux."


Arabie Saoudite : L’islamisme toujours bien présent (Pierre Akel)
Courrier International – 8 mars 2007 (1/6 de page)

Si l’assassinat de quatre Français, le 26 février 2007 en Arabie Saoudite, a suscité une certaine émotion dans la presse de ce pays, c'est parce que deux d'entre eux étaient musulmans.
A Médine, l’imam Al-Hudhaifi a fait une prière pour "deux martyrs français". Or, c'est ce même imam qui "avait prononcé en 1988 un prêche en présence du président iranien de l’époque, Hachemi Rafsandjani, dans lequel il avait dit : "Chassez de la péninsule les juifs, les chrétiens et les chiites !" et avait dénoncé les tentatives de rapprochement entre les religions, y compris entre sunnites et chiites"


A Riyad, on "ramène" les étrangers à l'islam (Michel Bôle-Richard)
Le Monde - 10 mars 2006 (1/10 de page)

Dans le quartier de Riyad, Al-Bat'ha, où vivent beaucoup d’étrangers, notamment des Philippins, les infidèles sont invités à s’intéresser à l’islam : "Qu'est-ce que l'islam ?", "Mohammed, le prophète d'Allah." "Prenez tout ce que vous voulez ! Nous avons aussi des livres. Renseignez-vous, cela ne vous engage à rien."
Ce centre de conversion à l'islam (dawa), comme les 159 autres existant en Arabie saoudite, essaie de ramener dans le "droit chemin" les quelques 7 millions d’étrangers vivant dans le pays. "Et les convertis sont souvent volontaires pour convaincre leurs anciens coreligionnaires des vertus de l'islam."
"Selon Nouh Al-Qarain, directeur du centre, il y a eu un véritable engouement pour l'islam depuis le 11 septembre 2001. "Ils voulaient connaître notre message, savoir pourquoi il donnait tant de force et pour nous, en tant que musulmans, c'est un devoir de le délivrer", assure-t-il."


"La Mecque a de plus en plus de mal à contenir la demande" (Christophe Châtelot)
Libération - 14 janvier 2006 (1/6 de page)

Interview de Omar Saghi, chercheur à Sciences-Po Paris, qui écrit une thèse sur le "hadj", pèlerinage qui constitue l’un des cinq piliers de l'islam.
Pour lui, ces bousculades (362 morts cette année) ont toujours existé, mais maintenant, elles apparaissent intolérables. "Ce genre d'incident ne met pas forcément en accusation les autorités saoudiennes mais l'ensemble du système. Des quotas ont été institués il y a une vingtaine d'années: on donne un visa pour 1000 musulmans. Mais il est de plus en plus difficile de contenir la demande."
L’étalement que souhaiteraient les Saoudiens n’est pas simple car du hadj doit avoir lieu quarante jours après la fin du ramadan. En outre, les capacités d’accueil ne pourront pas dépasser 3 millions de personnes.
En ce qui concerne les musulmans français, Omar Saghi considère qu’il faut "distinguer les vieux, dont c'est souvent le premier grand voyage, des jeunes. Les anciens, qui sont un peu perdus, se sentent parfois traités comme du bétail. Les autres ont l'habitude de voyager."


Bousculade mortelle à La Mecque (S. Etr. avec AFP)
Libération - 13 janvier 2006 (1/4 de page)

Arabie Saoudite. Lors du dernier jour du hadj, grand pèlerinage musulman qui rassemble plus de 2 millions de fidèles du monde entier, une énorme bousculade a causé la mort d’au moins 345 personnes et fait 300 blessés. "Ce drame s'est produit durant le rituel de la lapidation des stèles symbolisant Satan : dans la vallée de Mina, à l'est de La Mecque, les pèlerins doivent lancer trois cailloux ­ un petit, un moyen et un plus gros ­ en direction des trois stèles." Selon les policiers, c’est l’indiscipline qui serait à l’origine du drame. De tels accidents se produisent régulièrement, le plus meurtrier avait fait 1426 morts en 1990. "Quelques heures après la tragédie, les pèlerins se pressaient à nouveau pour reprendre la lapidation."
"Dieu est mort", disait Nietzsche, mais apparemment Satan bouge encore, surtout quand on s’amuse à le titiller.


Il est temps de faire taire les imams de la haine (Abdallah Al-Mutayri)
Courrier International - 24 au 30 novembre 2005 - (1/3 de page)

Arabie Saoudite. Un "article courageux" d’Al-Watan dénonce les religieux qui prêchent la violence et continuent d’encenser les actions terroristes en dépit des consignes gouvernementales, "comme si les croyants étaient une masse à manœuvrer afin de réaliser un projet politique." L’auteur de l’article rapporte comment l’imam de sa Mosquée parle des "ennemies de la religion", souhaitant que "Dieu fasse tomber leurs avions et couler leurs navires".
Le ministère, responsable des mosquées, doit prendre ses responsabilités et mettre fin à ces dérives. L’article suggère une campagne de sensibilisation car "chacun doit savoir comment porter plainte contre un imam qui outrepasse les règles". Les peines encourues doivent être sévères. "Si nous voulons vraiment combattre les idées du takfir [le fait de déclarer quelqu’un de mécréant], alors il faut commencer par là."


Voir la page d'accueil sur l'islam


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©