Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > De la pathologie et des attentats...


De la pathologie et des attentats...


par Crab  -  08/01/2010




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




L'avant propos sera une question : Ceux qui ont une responsabilité publique [politiciens ou intellectuels], mettent t-ils réellement tout en œuvre pour que des individus parce que ils sont crédules, sans même discuter, ne puissent plus au nom d'une croyance [comme en Irak ou au Pakistan] se transformer en bombe humaine pour donner la mort autour d'eux ?

Les causes du fondamentalisme :
Comment devenir un fou de ce que les croyants nomment "dieu".
En prenant les textes religieux au pied de la lettre.

Intégrisme :
Vouloir appliquer mécaniquement, sans la moindre réflexion ou remise en question les textes religieux, comportant de multiples erreurs historiques, d'une profusion d'anathème sadiques, sataniques et de réprobations publiques.

Fondamentalisme :
S'imaginer ou croire qu'il faut appliquer strictement les principes dictés dans de vieilles langues mortes et de mythes ou légendes colportées et falsifiées par des "scribes" au service d'un pouvoir royal, d'un califat ou théocratie, constructeurs dans tous les cas d'une philosophie matérialiste de la volonté de domination.

Les conséquences :
Depuis l'invention d'une fable sordide qui consiste à faire accroire à cette idée absurde de "l'existence" d'un au-delà, à la séparation de l'esprit [l'âme] et du corps qui conduit à la névrose prophétique, et, dans la vie quotidienne, à faire de sa vie et de celle des autres un enfer et parfois au terrorisme.

Mépriser la liberté de conscience des enfants en les endoctrinant dès leur plus jeune âge... au lieu de les aider à apprendre non pas quoi penser mais comment penser.

Alors que nous savons depuis longtemps que l'univers est sans limite, partir de là où nous sommes et voyager pendant des années lumières nous reviendrions dans tous les cas à notre point de départ, qu'il ne peut donc rien y avoir d'extérieur.
Vouloir ignorer ce qui relève du simple bons sens; avant la vie il n'y a rien donc forcément après la mort il n'y a rien.
Que l'âme est une invention religieuse; que nous disposons d'un inconscient dont dépend notre pensée [raison] n'en est que la continuation.
Que notre esprit [la psyché] est une modalité de notre corps.

Faillir :
Prétendre combattre exclusivement par des moyens policiers ou en opposant à une idéologie religieuse une autre idéologie religieuse ["ce n'est pas ça l'islam", souvent entend-t-on dire dans l'actualité] ne prend pas sérieusement en compte le fait que nous avons affaire à des croyants.
Pour ces derniers comme pour tous autres croyants dans l'au-delà, la vie sur terre n'est qu'un court passage et cette idée suffit pour motiver les extrémistes, les fondamentalistes, les intégristes ou les terroristes.
Nécessité d'en finir par la critique radicale de ces croyances dans des propositions religieuses sans fondement.
Tout doit [ou devrait] être mis en œuvre pour faire entendre, comprendre qu'il n'y a pas d'au-delà ni quoi que soit après la mort.
Sinon ce sera toujours et à toutes époques l'échec si l'on oublie que toutes les croyances génèrent des pathologies.

Profils d'une même pathologie :
    Profil du Persécuteur.
    Se déclare stigmatisé quand au nom des valeurs de l'humanisme, chaque fois qu il se voit refuser par la société l'application de lois qu'il attribue à ce qu'il nomme dieu.

    Profil de la Victime.
    Crie à l'atteinte à la liberté de conscience quand au nom de la laïcité elle se voit refuser le port des voiles pour les filles scolarisées ou la présence de femmes voilées dans d'autres lieux publics.

    Profil du Sauveteur.
    Persuadé de détenir la vérité [comme tous les utopistes] il veut imposer l'endoctrinement des enfants dès leur plus jeune âge.


Quoi penser ou comment penser :

C'est le choix; citations : ("...aucune cause actuelle n’est à l’origine de la plupart des traditions sociales, culturelles ou religieuses. Sociologues et ethnologues ne trouvent presque jamais d’explication rationnelle, ni même d’histoire factuelle des usages. Partout à travers le monde, la réponse la plus fréquente à la question "Pourquoi faites-vous cela ?" est "Parce que nos parents l’on appris de leurs parents et que chez nous on a toujours fait comme cela, et c’est donc bien de faire comme cela !" François Cavanna)

Nos actes quoi que l'on fasse seront toujours la cause de notre avenir, la question posée, depuis longtemps déjà, c'est doit-on considérer que toutes les croyances sont respectables sinon d'en faire la critique publique la plus radicale qui soit ?


Crab.


Dernière minute :
    Brève publiée dans "Le Pèlerin malgré lui".
    Les soixante dix vierges.
    Suite à la recrudescence des attentats kamikazes en Irak et au Pakistan, les soixante dix vierges du paradis ont fait savoir qu'elles en avaient marre des cadences infernales, que le paradis n'est plus le paradis mais est devenu pire que la chaîne d'une usine.
    Un moratoire aurait été déposé auprès du secrétariat d'Allah.
    Parti d'une grève spontanée pour une durée non précisée, et cela aussi longtemps que la condition d'un service minimum ne sera pas imposé pour une durée d'au moins mille ans.



Voir la page d'accueil sur les croyances


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©