Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Apologie de la laïcité


Apologie de la laïcité

Liberté de religion et libéralisme philosophique


par M.G.  -  19/07/2016




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




Il fut un temps où les notions de "citoyen" et de "fidèle" s'entrecroisaient et étaient complémentaires : "doctrine religieuse" et "philosophie sociale" se confondaient.

La culture est en soi une religion puisque c'est autour d'elle que se lient et se rallient les consciences. La culture est une "reliure sociale", une sorte de contrat social qui réunit les individus d'un même groupe ou de plusieurs groupes ensemble au sein d'un même idéel-spirituel (connaissances/croyances), un partage des valeurs que l'on qualifie de "sens religieux". Derrière le concept de "sens moral" se cache le besoin impératif d'exprimer une "humaine attitude". La théologie est un raisonnement sur la nature avec une logique culturelle. On y retrouve les origines de "notre propre conscience morale" de même que sa continuité (son évolution) dans le temps. Des "lois culturelles ou spirituelles" sur lesquelles on s'appuie pour assurer l'évolution de l'espèce sur terre, fortement tributaires des "lois naturelles" mais pas toujours au diapason. Le monde d'aujourd'hui est issu du monde antique et pénétré de sa culture.

Nous sommes au cour de l'action humaine et du sentiment d'être; le sens intérieur des individus face à la vie, d'où l'émotivité possiblement relié aux débats. Cela peut paraitre difficile, arbitraire voire "déloyal" pour certains de tenter de séparer la culture religieuse des valeurs sociales puisque la religion et le monothéisme ont marqué, cultes à l'appui, le point de départ de notre philosophie sociale; une "théorie de la connaissance" qui a servi de principe orienteur des consciences, toutes confessions confondues. La laïcité a été un moteur social qui a permis à bon nombre de sociétés de revisiter la rigidité de certains de ses préceptes moraux et principes sociaux en éloignant le "pouvoir dit intemporel du pouvoir temporel", les "écrits inaltérables" de la réalité mouvante.

Pour les "traditionnalistes", cette permutation des valeurs religieuses versus civiques est une dérive; c'est reléguer au second rang un principe social (la culture religieuse) qu'on a de tout temps estimé comme philosophiquement supérieur à tout autre sentiment. Il est transcendant, sacré et identitaire, communautaire. C'est une vision avec un modus vivendi.

La laïcité n'est pas une profession de foi ni un creux philosophique. C'est un pragmatisme qui sépare la société civile et politique dans sa gouverne des dogmes religieux, un choix de société qui est devenu une politique d'État informelle dans le monde occidental. Cette distanciation de la conscience sociale des diktats religieux, a permis de faire évoluer et élargir le sens moral des sociétés avec un impact marquant sur la philosophie sociale. L'esprit social, au travers la culture générale et son développement, a dépassé le cadre de la culture religieuse et l'esprit de ses lois.

On ne change pas les termes d'un contrat sans cautionnement juridique ou législation. "L'ordre moral ou la logique commune" doit minimalement s'appuyer sur le sociétal et ceux qui la compose, croyants et incroyants. Au Québec, ce fut là les raisons d'une révolution dite tranquille; une modernisation socio-économique doublée d'une démarche philosophique visant à démarquer le sociétal des valeurs strictement religieuses et théocratiques. Ici c'est ce dernier point qui nous interpelle. Un État laïc est une société qui a remis en question l'interdépendance des "lois religieuses et civiles". La société québécoise a débattu, non sans heurts et blessures, du développement d'une pensée sociale distincte des "enseignements religieux". Cette "laïcité", cette évolution "du sens moral" ou de "l'esprit social" s'est instituée implicitement, sans tambours ni trompettes. Un État laïc doit prendre en compte l'intérêt commun et il doit gérer selon une politique de l'ensemble et de culture générale (patrimoine et progressisme), la démocratie en étant une valeur sûre et elle se base en tout premier lieu sur le statut de "citoyen" et non de "fidèle". Afficher un "signe religieux ostentatoire", c'est mettre en exergue une "doctrine philosophique" et non des politiques d'État démocratiques sur le droit social et les droits humains qui peuvent être revues, corrigées, repensées à tout moment.

Les demandes d'accommodements ne font que nous le rappeler. On peut voir la laïcisation comme un point de rupture ou un second souffle qui s'est imposé de lui-même et qui a redéfini les rapports sociaux en revisitant l'étroitesse de cette relation "culture religieuse et culture sociale". La "révolution tranquille" n'a pas été une renonciation mais un réalignement, un recadrage moral, une permutation des valeurs civiques et religieuses, ce qui explique la part d'attachement et de détachement aux valeurs historiques et patrimoniales.

La laïcité et le libéralisme philosophique, qu'elle a engendré, s'expliquent d'eux-mêmes. S'il y a eu entrechocs ou un certain besoin d'affranchissement, c'est que les "lois religieuses" ont pour particularité d'être fixes et immuables (orthodoxie) alors que les "lois sociales" subissent les contrecoups du mouvement perpétuel (hétérodoxie) et qu'elles peuvent être revues, corrigées, repensées. Si boite de Pandore il y a, c'est en vertu de cette contradiction philosophique touchant à "l'esprit des lois" dans leur continuité. La tradition est un rocher sur laquelle on continue de construire, pas un clocher. Mais le genre humain a perdu la sagesse d'un de ses tous premiers instincts; avancer prudemment. Entre "l'ouverture d'esprit" et le "manque de discernement", la ligne est mince.

La laïcisation n'a donc pas été une démission philosophique mais une réévaluation des valeurs sociales avec, bien sûr, un capital d'essais/erreurs. La culture en tant que "principe spirituel" ou "forme intelligible " ne s'est pas éteinte avec la "laïcité" mais elle s'est émancipée et amendée. Certains y voient un "idéal désincarné" ou une autre forme de religion sectaire. C'est enlever tout crédit à un processus sociologique qui a permis de revoir nos rapports d'autorité et contribuer au développement du sens démocratique et de l'esprit critique. On pourra toujours tenter d'associer la laïcité à une religion d'État qu'il faudra en dire autant de la démocratie pour être cohérent avec une telle affirmation. L'esprit social, le souci de cohésion et le sens culturel ne se sont pas envolés avec la séparation du pouvoir religieux et politique. L'importance des valeurs n'a pas été reléguée aux oubliettes. C'est le "sens donné" qui fut contesté et contestable. En science, cela s'appelle le principe de réfutabilité. La laïcité est un dégagement philosophique; le droit de questionner et de comprendre et de faire évoluer le sens commun. C'est sur "le su et le connu" que s'établissent la connaissance et l'action humaine, les croyances se partageant la part d'inconnu. La preuve qu'on ne peut séparer la science du questionnement philosophique.

La laïcité a la qualité de son défaut. Elle prône la neutralité mais le religieux revendique et affiche sa foi et sous cet angle la laïcité devient une sorte de terrain libre et vacant, une absence de position, un vide spirituel qui se doit d'être comblé. Pourtant l'État compose et défend l'esprit et le sens de ses lois et donne les orientations; donc rien n'est vide ni neutre puisqu'ici les représentants de la conscience collective agissent dans sens ou l'autre.

L'État n'est pas neutre et il s'appuie sur le suffrage universel pour agir; il se veut garant des valeurs humaines, morales ou culturelles qu'il porte. La demande de respect est double; la reconnaissance "de particularisme religieux" au sein d'un "libéralisme philosophique" relativement accepté socialement. Le collectif, les lois et règles civiques, les conventions sociales et la sphère publique ne sont plus soumises au cadre étroit des commandements, obligations et restrictions religieuses particulières. Les communautés culturelles se sentent-elles confortables, sans compromis, avec cette permutation des valeurs, sans renonciation à leurs propres cultes ou pensée religieuse? À qui donner la primauté? À la "doctrine religieuse" ou au "libéralisme philosophique".

L'égalité homme-femme est un "positionnement moral" qui en contredit d'autres. Peu importe le lieu, personne ne laisse sa foi (croyants) ou son soi (athées) au "vestiaire des mentalités". Il semble qu'il soit plus facile et acceptable de légiférer les "sentiments sociaux", que le "sentiment religieux" qui se veut absolu et transcendant, d'où la difficulté de tirer une ligne entre le raisonnable et le déraisonnable.

Possible qu'une "charte des valeurs québécoises" traduise les inquiétudes d'une certaine élite soucieuse de préserver les acquis de notre "tranquille réforme idéologique" tout en évitant le rétropédalage vers une société remodelée sur quelques "enseignements religieux traditionnalistes". Il ne s'agit donc pas d'une révolution sur l'ordre du monde, son sens et ses hiérarchies, mais de la consolidation d'une petite réforme idéologique et culturelle qui est devenue en occident un principe général et informellement une politique d'État; discerner l'acte confessionnel de l'acte civil, le droit religieux du droit social, l'esprit des lois religieuses de l'esprit social, la connaissance de la croyance. Le principe général sur lequel la société a appuyé et assuré son évolution sociale au cours des cinquante dernières années n'est pas le confessionnalisme ni l'oecuménisme mais la laïcité. C'est une démarche sociologique que l'on peut soutenir ou désavouer au nom d'une "seule et même liberté de conscience".


M.G.



Voir les pages d'accueil sur la laïcité et la philosophie




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©