Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Citations > Thèmes > Protestantisme



Citations :   Protestantisme




"Déjà un très grand nombre de ministres protestants n'a plus d'autre croyance qu'un déisme tempéré et mitigé, qui ne diffère du pur déisme que par le respect qu'ils affectent encore de conserver pour le Christ et pour la Bible."
(Jean le Rond d'Alembert / 1717-1783 / Eloges, Massillon)

"Le catholicisme est le tombeau de l'intelligence, de la pensée, du cerveau ; le protestantisme, le tombeau de la conscience, du sentiment, du coeur."
(Louis-Auguste Blanqui / 1805-1881)

"Les trois grands éléments de la civilisation moderne sont la Poudre, l'Imprimerie et la Religion Protestante."
(Thomas Carlyle / 1795-1881 / L'Etat de la littérarure allemande)

"Ce qu'on a appelé "liberté de conscience", au long de l'Histoire, c'est la liberté, pour les insatisfaits du culte officiel massivement majoritaire dans un certain pays, de pratiquer une religion différente, généralement simple version légèrement déviante du culte officiel, à proprement parler : une hérésie.
Il n'a jamais été question de liberté de conscience pour les non-croyants. Quand le protestantisme version Calvin se fut imposé à Genève comme religion dominante, le simple soupçon d'athéisme vous conduisait au bûcher plus sûrement que la persistance dans la religion catholique, devenue à son tour "hérésie".
Aujourd'hui encore, surtout hors de France, ne pas croire en une version quelconque de Dieu est proprement impensable. L'athée est regardé avec une certaine répugnance, comme une espèce de monstruosité, d'ébauche humaine inachevée à qui il manque une faculté essentielle."

(François Cavanna / 1923-2014 / Lettre ouverte aux culs-bénits)

"Au nom du passé et de l'avenir, les serviteurs théoriques et les serviteurs pratiques de l'HUMANITÉ viennent prendre dignement la direction générale des affaires terrestres, pour construire enfin la vraie providence, morale, intellectuelle, et matérielle; en excluant irrévocablement de la suprématie politique tous les divers esclaves de Dieu, catholiques, protestants, ou déistes, comme étant à la fois arriérés et perturbateurs."
(Auguste Comte / 1798-1857 / Cours philosophique sur l'histoire générale de l'Humanité / 19 octobre 1851)

"Le dogme calviniste répondait aux besoins de la bourgeoisie la plus avancée de l'époque. Sa doctrine de la prédestination était l'expression religieuse du fait que, dans le monde commercial de la concurrence, le succès et l'insuccès ne dépendent ni de l'activité, ni de l'habileté de l'homme, mais de circonstances indépendantes de son contrôle. Ces circonstances ne dépendant ni de celui qui veut, ni de celui qui travaille, elles sont à la merci de puissances économiques supérieures et inconnues..."
(Friedrich Engels / 1820-1894 / Socialisme utopique et socialisme scientifique)

"Le protestantisme esclavagiste, capitaliste, commerçant et industriel était plus âpre encore et plus hypocrite que le catholicisme."
(Robert Escarpit / 1918-2000 / Lettre ouverte à Dieu / 1966)

"Le catholicisme est inadmissible. Le protestantisme est intolérable. Et je me sens profondément chrétien."
(André Gide / 1869-1951 / Journal 1889-1939 / 10 février 1912)

"Ce contresens : Dieu vrai, les dogmes faux ; cuisson
Du mensonge qui s'est glissé dans la raison !
Démangeaison saignante, incurable, éternelle,
Que sent l'homme en son âme et l'oiseau sous son aile !
Oh ! L'infâme travail ! Ici Mahomet ; là
Cette tête, Wesley, sur ce corps, Loyola ;
Cisneros et Calvin, dont on sent les brûlures.
Ô faux révélateurs ! Ô jongleurs ! Vos allures
Sont louches, et vos pas sont tortueux ; l'effroi,
Et non l'amour, tel est le fond de votre loi..."

(Victor Hugo / 1802-1885 / Religions et religion / 1880)

"Nombreux sont les prêtres catholiques et les pasteurs protestants qui ne croient pas en Dieu, mais par lâcheté, ayant peur de perdre le gain et leur position sociale, ils cachent ce qu'ils pensent. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de le comprendre et beaucoup de ces rusés m'ont confessé qu'ils prêchent ce qu'ils considèrent mensonge. On ne peut qu'éprouver de la compassion pour ces individus qui, en plus d'être malhonnêtes envers les autres, le sont d'abord envers eux-mêmes."
(Joseph-Jérôme de Lalande, astronome et physicien français / 1732-1807)

"Lorsqu'ils virent qu'ils ne pouvaient point lui faire une tête de catholique, ils résolurent au moins de lui couper sa tête de protestant."
(Georg Christoph Lichtenberg / 1742-1799 / Le miroir de l'âme)

"Le principal apport du protestantisme à la pensée humaine est la preuve massive de l'ennui que dégage Dieu."
(Henry Louis Mencken / 1880-1956)

"Lorsque les nazis vinrent chercher les communistes, je me suis tu : je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je me suis tu : je n'étais pas social-démocrate.
Lorsqu'ils sont venus chercher les Juifs, je me suis tu : je n'étais pas Juif.
Lorsqu'ils sont venus chercher les catholiques, je me suis tu : je n'étais pas catholique.
Lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester."

(Pasteur Martin Niemoller, Président des Eglises réformées de Hesse-Nassau, 1950, interné en Allemagne de 1938 à 1945 / 1892 - 1984)

"En cessant de croire, le catholique cesse d'être chrétien ; en changeant de système, le protestant ne fait que changer de secte, il reste chrétien, inconvertissable mystique."
(Elisée Reclus / 1830-1905 / Evolution & Révolution / 1891)

"Les protestants sont en général mieux instruits que les catholiques. Ce doit être : la doctrine des uns exige la discussion, celle des autres la soumission. Le catholique doit adopter la décision qu'on lui donne; le protestant doit appendre à décider."
(Jean-Jacques Rousseau / 1712-1778 / Les confessions / posthume, 1782)

"Grattez un Anglais et vous trouverez un protestant."
(George Bernard Shaw / 1856-1950 / Sainte Jeanne / 1923)

"Le Protestantisme a proprement organisé en l'homme un véritable service de "police occulte". L'espion, le guetteur "Conscience", surveille chaque mouvement de l'esprit, et tout geste, toute pensée est à ses yeux une "affaire de conscience", c'est-à-dire une affaire de police. C'est cette scission de l'homme en "instincts naturels" et "conscience" (canaille intérieure et police intérieure) qui fait le Protestant."
(Max Stirner / 1806-1856 / L'Unique et sa propriété / 1845)

"On a coutume de louer le Protestantisme de ce qu'il a remis en honneur le temporel, comme par exemple le mariage, l'État, etc. Mais en réalité le temporel en tant que temporel, le profane, lui est bien plus indifférent encore qu'au Catholicisme; non seulement le catholique laisse subsister le monde profane, mais il ne s'interdit pas de goûter aux jouissances mondaines, tandis que le protestant, lorsqu'il raisonne et qu'il est conséquent, travaille à anéantir le temporel par le seul fait qu'il le sanctifie."
(Max Stirner / 1806-1856 / L'Unique et sa propriété / 1845)

"La croyance du huguenot, qu'on lui engendre, est composée de foi et de crainte. Elle ne le rend pas si bête que le papiste, d'autant qu'il est instruit en quelques démonstrations et fausse intelligence, avec cette crainte et coup de bâton que s'il ne croit pas, il ne peut être sauvé."
(Geoffroy Vallée / 1550-1574 / L'Art de ne croire en rien)

"Et c'est ainsi que les protestants libéraux, d'étape en étape et à force de retranchement, sont arrivés à n'être plus que des déistes pour lesquels Ieschou [Jésus] n'est plus ni dieu, ni fils de dieu, ni messie, ni prophète, mais seulement un homme supérieur auquel ils rapportent les textes des évangiles qui lui conviennent, en rejetant les autres."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Toute secte, en quelque genre que ce puisse être, est le ralliement du doute et de l'erreur.
Scotistes, thomistes, réaux, nominaux, papistes, calvinistes, molinistes, jansénistes ne sont que des noms de guerre.
Il n'y a point de secte en géométrie ; on ne dit point un euclidien, un archimédien.
Quand la vérité est évidente, il est impossible qu'il s'élève des partis et des factions. Jamais on n'a disputé s'il fait jour à midi."

(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778 / Dictionnaire philosophique)


Voir la page d'accueil sur le protestantisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Citation    Haut de page    Contact   Copyright ©