Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Votre espace Livre d'or > juin 2005, page 7


Livre d'or et de cendres

Juin 2005, page 7

>>>   Début du livre d'or et de cendres      



Vos textes sont en rouge foncé, ceux de atheisme.free.fr en noir.
Ils sont classés du plus récent au plus ancien.
Une ligne horizontale partielle
signifie que le texte de haut répond à celui du bas.


Voici un extrait du "Dernier des Héros" par Terry Pratchett, qui traduit en des termes très simples et d'une façon si belle le principe des guerres de religion, et celui de la vérité...
Voir l'ensemble de ce très intéressant texte de Slypayne: Principe des guerres de religion - Vérité et incertitude.
(Slypayne / 22/06/05 - 14h02)


L’islam au Spitzberg !
J’ai la double intention :
1) de me retirer au Spitzberg qui, comme chacun sait, est largement au nord du cercle polaire ;
2) de me convertir à la religion musulmane et d’en respecter les piliers, dont le Ramadan.
Problème : le calendrier lunaire glissant inexorablement par rapport au cycle solaire, comment diable vais-je survivre quand le Ramadan tombera en juin, alors que le soleil restera obstinément au dessus de l’horizon m’empêchant de me sustenter pendant plusieurs semaines ?
Il y a anguille… sous rate !
(Maldoror / 21/06/05 - 22h00)


A Crovax 2/07/05
Avec des conceptions proches nous avons une approche et un vécu différents.

Personnellement je pense que l’esprit de l’homme a modifié en profondeur l’évolution des systèmes.
L’homme est capable de projets donc d’une volonté de les accomplir.
Ils vont se former entre la rencontre d’un psychisme et d’un environnement. L’esprit humain du fait de sa plasticité évoluera dans l’élaboration. L’environnement évolue plus ou moins. Je pense que la liberté se place dans ces multitudes de possibilités. J’y vois l’interaction d’états aux possibilités importantes qui vont donner un état nouveau. Un certain déterminisme existe mais qui perd de sa force.
Pour l’être humain la mémoire et donc sa culture possède à mon avis une action de contrôle sur les décisions. Ce système permet de devenir plus ou moins maître de son destin. L’esprit de l’homme enlève, à mon avis, le caractère inéluctable des évènements.
Notre psychisme produit de l’irréel qui trouve sa source dans l’activité des neurones qui eux font partie du réel. Par exemple un enfant se dit qu’il sera cosmonaute. Ceci fait partie de l’irréel (l’imagerie cérébrale montrerait les zones qui participent à cette rêverie.) Certains sont devenus cosmonaute, leur irréel a rejoint le réel.
Cet irréel peut être celui de l’artiste qui, chez le sculpteur par exemple, va concevoir une œuvre et la réaliser. L’œuvre en projet sera différente sur certains aspects de sa réalisation (je ne parle pas de limitations techniques mais de l’évolution de la conception au long de la création.)
Notre liberté donne un sens au réel
(Minus / 06/07/05 - 21h49)


A Minus 01/07/05

Merci pour ta réponse totalement inepte.
Le même outil, le cerveau, qui nous permet d'interprèter le réel, souvent de manière grossière et fausse, et l'imaginaire idéalisé, te semble ne présenter aucune différence fondamentale?
Il faudra revoir sérieusement la question.
Tu es en train de nous dire que regarder le film de "Batmann" comme une fiction n'est pas différent que se jeter par la fenêtre en se prenant pour lui? Je pense que le danger qui guette l'espèce humaine est dans cette interprètation.
La sélection naturelle comme tu dis, ou l'évolution, qui nous a dotée d'un outil, le cerveau, n'est ni horrible ni stupide, cette évolution ne peut être tenue comme responsable des crimes de l'espèce humaine.
Le marteau est un outil pour bâtir, mais peut également fracasser des crânes, pour toi c'est pareil?
Nous ne voulons pas la disparition des religions, nous voulons la connaissance, le savoir, fondés sur des faits, et non l'obscurantisme qui vous anime. Je te renvoie à Science&Vie de septembre 2004 pour revoir comment fonctionne ton cerveau.
(André Burger. / 03/07/05 - 16h01)


A Minus / 01/07/05 - 17h13 :
Je dois dire que malgré tous mes efforts, je ne vois pas d'espace de liberté offert à l'homme. Comme l'aurait affirmé Laplace, l'état présent de l'univers est la conséquence inéluctable de son état précédent et la cause de l'état suivant, de telle sorte que si Dieu existait, il pourrait prévoir tout ce qui attend chaque homme. Je pense que tout ce qui existe en ce monde a un destin inéluctable qui l'attend.
Raisonner ainsi entraîne de nombreuses modifications dans la manière de voir les choses.
Dans un monde déterministe, la liberté n'existe pas. C'est pourquoi, la question éternelle et controversée posée par Nietzche, à savoir s'il vaut mieux être libre et malheureux ou n'être pas libre et heureux ne se pose pas. Comme la liberté n'existe pas, il faut tout miser sur le bonheur.
Dans un monde déterministe, le mérite ou le démérite n'existe pas, car tout est inéluctable et que ce qui nous fait dire de quelqu'un qu'il a du mérite ou qu'il a démérité est uniquement le fait que nous nous disons qu'il aurait pu agir autrement. C'est ainsi que le déterministe rétabli l'égalité en dignité entre tous les hommes.
Dans un monde déterministe, il n'y a pas de regrets, car rien n'est en notre pouvoir. Ainsi, comme le dirait Descartes, nous n'aurons pour quelqu'acte manqué pas plus de regrets que nous n'en aurions de ne pas posséder le royaume de la Chine ou du Mexique. On ne dit jamais "j'aurai pu", car on ne pouvait rien d'autre, et on ne dit jamais "j'aurai dû" car à l'impossible nul n'est tenu. Le déterministe considère en général le conditionnel passé comme le temps de l'irréel ou de l'illusion.
Les déterministes en général considèrent toute morale comme vaine, en adoptent tout de même une, car leur bonheur en dépend. C'est pourquoi, sans surprises, vous comprendrez que j'ai fait le choix d'une morale utilitariste. Je pense que la justice n'a sa place qu'en tant qu'elle ne gêne pas le bonheur.
Pourquoi ? Parce que chaque homme souhaite être heureux. La justice n'est qu'une invention de l'homme. Or il est le propre de toute invention de servir l'homme et ce n'est pas au contraire l'homme qui sert son invention. Un acte moral est un acte qui produit plus de bonheur que de malheur.
L'évolution du monde n'est pas un arbre buissonnant ou à chaque intersection on fait le choix d'aller dans une direction ou une autre. L'évolution n'est qu'une ligne droite, semblable à un train pris sur des rails et qui ne peut pas s'arrêter.
(Crovax / 02/07/05 - 18h16)


A André Burger 29/06/05

A mon point de vue le réel et l’irréel ne présentent pas de différences fondamentales.
Le réel existe d’une manière autonome et n’est pas produit par la pensée. Cependant cette pensée le perçoit au travers des sens et en donne une interprétention.
L’irréel est ce qui n’existe pas ou est le fruit de l’imagination. Mais ici aussi la pensée en est le support. Cet irréel existe dans des liaisons neuronales qui se sont établies et ce support physiologique et anatomique est un phénomène concret.
A notre niveau ces deux aspects ont un support commun.

Bien sûr nous faisons la différence entre le réel et l’irréel.

Un fait s’impose, l’irréel existe en tant que production psychique.
Cet irréel existe depuis fort longtemps chez les humains. Il n’a pas été éliminé par la sélection naturelle. Il possède donc une utilité.

Je ne pense pas que l’humanité se force à donner un sens à l’irréel, son sens lui est intrinsèque et fonctionne selon une logique qui lui est propre. Il fait partie du fonctionnement normal du psychisme humain. Ceci a bien été mis en évidence par Claude Levis-Strauss.

Nous perdons actuellement nos mythes, le rationalisme guide de plus en plus les sociétés de type occidental qui sont fortement angoissées. Ne voir l’homme que comme un système biologique me semble très réducteur et dangereux. Si le sujet humain ne se conçoit plus que biologique et déterminé, les lois de la sélection naturelle peuvent s’appliquer dans toute leur horreur et je dirai, leur stupidité. Ce dernier terme ne peut s’y appliquer mais mon humanité qui les refuse, car dénuées de tout sens, le fait. Voilà un acte de liberté.

Beaucoup sur ce site voudraient voir disparaître les religions. Ceci m’évoque la destruction des bêtes nuisibles à l’agriculture. On les fait disparaître et tout sera bien. Excepté qu’un nouvel équilibre du biotope s’installe plus pauvre et déséquilibré. Ce type de raisonnement me paraît très inadapté et malheureusement pas encore disparu malgré qu’accompagnant les humains depuis leur apparition. On gère un environnement en mariant dans un équilibre les différents composants. Bien sûr, il faut accepter que nous soyons tous identiques dans notre humanité.
(Minus / 01/07/05 - 21h25)


A Crovax 29/06/05

Je suis tout à fait d’accord avec votre point de vue.
Mais quelle est votre conception de la liberté par rapport à cela ? Pouvez vous y voir un espace où elle puisse s’y épanouir ?

Au plaisir de vous lire
(Minus / 01/07/05 - 17h13)


à Minus / 27/06/05 - 21h41 :
J'ajouterai après avoir pris conscience que mes propos pourraient porter à confusion que pour moi le déterminisme n'implique pas la prévisibilité. Par déterminisme j'entends seulement le fait que nous soyons pris dans un enchevêtrement de causes à effets et que chaque cause est spécifique d'un effet. S'il est vrai comme le pensait Poincaré que certains systèmes sont particulièrement sensibles aux conditions initiales de telles sorte qu'ils deviennent imprévisible, j'ose croire que cela n'est du qu'aux limites de l'homme, aux limites de la précision avec laquelle il peut connaître la valeur des paramètres qui font les conditions initiales.
(Crovax / 29/06/05 - 20h43)


A Minus / 27/06/05 - 21h41 :
La théorie du chaos n'est que là pour donner un modèle permettant de comprendre à notre échelle l'évolution d'un système complexe. Mais les partisans de cette théorie pour la pluspart, reconnaissent qu'il s'agit en fait d'un système déterministe classique. Simplement la théorie est là pour simplifier les cas où un paramètre modifié de façon infime entraîne des conséquences totalement différentes, comme par exemple les phénomènes météorologiques. Seulement cette simplification des choses entraîne un plus grand décalage entre la théorie et la réalité et c'est la conséquence de ce décalage que l'on apelle indéterminisme. Il n'existe pas de systèmes désordonnés ou chaotiques, seulement des systèmes trop complexes pour que l'on puisse prendre tous les facteurs en compte, donc qui nous aparaissent désordonnés de notre points de vue.
(Crovax / 29/06/05 - 18h27)


A Crovax et Minus,

J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt votre débat sur le déterminisme, la liberté, la nécessité etc...
Débat philosophique très riche, néanmoins, une phrase de Minus m'interpelle "Peut-être notre liberté est de donner un sens au réel".
J'ai quand à moi plutôt le sentiment que l'humanité s'acharne a donner un sens à l'irréel, aux mythes, et bien sûr aux croyances.
Ceci est tout à l'opposé de la liberté, puisque nous enchaînant à des rituels, à des systèmes aliénants notre raisonnement. Le sens du réel fait de causalités, d'intéractions est à mon avis très bien expliqué par les scientifiques authentiques qui mettent leurs connaissances au-delà de leur croyances.
(André Burger. / 29/06/05 - 18h14)


A Crovax 24/06/05

La théorie du chaos, qui est devenue celle des systèmes complexes, est beaucoup plus proche de la réalité que les conceptions plus classiques qui se réfèrent à un monde épuré. Notre propre existence est faite de situations multiples.
Je lisais que la transmission neuronale ne se fait pas automatiquement mais suivant un phénomène aléatoire. L’apprentissage peut moduler les interactions entre les neurones.
Ce système permet un champ de possibilités immense où je peux voir la liberté. Ma petite touche personnelle va donner une réponse qui m’est propre. Tout cela répond à des lois qu’y concernent le chaos déterministe. On s'éloigne donc d'une approche déterministe telle que je la présentais dans mon premier message de début juin. Cette approche reflète l'esprit humains dans la multiplicité de ses adaptations psychologiques. Le déterminisme existe toujours mais dans un système intrinsèquement multiple qui impose des réponses très différentes selon les circonstances.
(Minus / 27/06/05 - 21h41)


à Minus / 23/06/05 - 22h48
S'il est peut-être vrai que la mécanique quantique n'influe pas sur la prise de décision, la raison pour laquelle elle a fait si grand bruit est qu'elle semble montrer qu'une partie de notre monde est géré par l'indéterminisme. Ainsi elle contre l'argument déterministe suivant : "Observez la nature, elle est entièrement déterminée. L'homme fait partie de la nature alors pourquoi penser qu'il en serait autrement pour lui?" Mais en réalité, si elle a été prise pour beaucoup pour une preuve de notre liberté, elle ne nous fait que nous poser plus de questions et ne permet de trancher en rien.
La théorie du chaos me semble improbable, car si notre monde était ainsi fait, les connaissances scientifiques seraient impossibles à acquérir, le monde serait imprévisible. Si il semble une fois que les mêmes causes produisent des effets différents, c'est simplement qu'une nouvelle variable, inconnue, a influé sur le système étudié, entraînant une incohérance entre la prévision et les faits. Comme nous ne pouvons pas connaître cette variable par définition inconnaissable, il est possible qu'un ésprit prompt à juger optera pour la théorie du chaos.
Si, psychiquement, une cause commune ne produit pas les mêmes effets cela est simplement du au fait que deux individus différents n'ont pas la même histoire. Et si un malheur ne nous condamne pas à être malheureux toute notre vie c'est que d'autres causes s'ajoutent à celle-ci, par exemple l'oubli ou le fait de surmonter son traumatisme, ou encore le fait qu'un bonheur plus grand nous fasse oublier notre malheur etc..
Quand au moment de prendre une décision, si nous avons l'illusion de faire un choix ce n'est que parce que nous ignorons les causes qui nous déterminent à ce moment là. Cette possibilité prise en compte, vous ne sauriez vous faire passer pour caution du réel.
Pour moi, les probabilités ne sont qu'une science de l'illusion. Si nous pouvons parler de CHANCE ou de PROBABILITE c'est uniquement parceque nous ne maîtrisons pas toutes les variables. Si, par exemple, au moment de lancer un dé nous savions exactement l'angle sur lequel il va tomber sur la table, la vitesse et la présence d'éventuels obstacles sur son chemin, nous pourrions calculer avec précision le résultat. Le mot CHANCE n'est là que pour masquer l'ignorance de celui qui l'emploie.
(Crovax / 24/06/05 - 21h19)


A Crovax 22/06/05

Je vous remercie de votre réponse et je vous fais par de ma vision du problème.

Ici je conçois la liberté dans son sens de libre arbitre ; donc une volonté qui se détermine librement.

Personnellement la mécanique quantique ne me semble pas plus interférer sur la décision que sur tout autre phénomène physique. Le principe de décohérence permet de passer du domaine quantique au classique. Le substrat est pour toute matière identique.
Un apport actuel et bien à notre échelle est la théorie du chaos. Pour une ou des causes données des conséquences diverses peuvent survenir. Ce n’est bien sûr pas un choix mais un champ de possibilités beaucoup plus vaste. Ceci montre un monde non déterministe mais probable. Le vécu et l’histoire de chacun répondent à cet aspect.
Dans le psychisme une cause commune ne produit pas les mêmes effets. Un enfant malheureux dans son enfance n’est pas condamné au malheur sa vie entière. Hervé Bazin en est un exemple saisissant. Nous pouvons créer notre histoire. Ce phénomène est connu sous le terme de résilience.
Il apparaît à la lecture du réel que nous évoluons dans un champ de possibilités où nous prenons des décisions. Le support anatomique est la région préfrontale.
Le choix, à mon avis existe. Mais qu’est-ce qui le produit ?
Il existe un substrat biologique, une mémoire, une conscience et un inconscient, un environnement. Dans tout cet amoncellement de causes où se situe le choix ?
Au minimum, je le conçois comme une probabilité de survenue d’un comportement lors d’un état donné.
S’il ne s’agit pas de libre arbitre, du moins nous y gagnons une certaine indépendance par rapport au milieu. Je dirais même que les notions d’art, de beauté, de bonté, de religion mais aussi de ce qu’on appelle le mal apparaissent.
Peut-être notre liberté est de donner un sens au réel ?
(Minus / 23/06/05 - 22h48)


à Minus / 21/06/05 - 19h16 :
Je serai plutôt à tendance déterministe voir nécéssitariste. Je pense que même au delà de l'influence de l'état physique, de notre histoire et de notre environnement, il se trouvera toujours quelque cause de telle sorte que l'homme ne peut prétendre à la liberté. Sans le principe de causalité, toute connaissance scientifique serait impossible, le monde n'obéirai à aucune logique, il serait chaotique. De plus, comme l'aurait dit Spinoza, le fait que dans la nature il n'y aie aucun mal ni aucun bien, et le fait que l'homme, issu de la nature aie adopté de tels concepts, montre que nous ne sommes pas guidés par notre seule raison et que l'on ne peut pas alors être libre.
De plus, si un homme n'existait pas, il est évident qu'il ne pourrait pas agir. Donc s'il agit c'est parcequ'il existe et donc l'existence est toujours la cause de l'acte. Or, notre existence ne dépend pas de nous, mais uniquement de mère nature.
Certes les derniers développements de la science, le principe d'incertitude d'Heisenberg notemment, rendent plus modeste et permettent de supposer qu'une certaine liberté puisse subsister. Mais ces théories ne sont que des modèles, et la part d'indéterminisme de la théorie peut très bien n'être là que pour masquer l'ignorance de l'homme et l'imperfection du modèle. Une théorie n'est pas une connaissance mais un modèle qui permet de comprendre. De plus, à considérer les théories, nous pourrions aussi parler de la théorie de la psychanalyse qui prétend que nos actions sont toutes déterminées, par ce que Freud apelle déterminisme psychique.
Quand à poser la question de l'existence de la liberté, il reste peut-être à définir ce terme : parle-t-on du fait d'un libre décret ou d'une libre nécéssité? Du fait d'agir seulement en fonction de causes internes à l'individu ou d'agir sans cause?
(Crovax / 22/06/05 - 15h19)


A Crovax

Vous posez la question de la liberté lors de votre intervention du 8/06/05.
Je vous ai fait une réponse, puis aucune réaction de qui que ce soit n’est survenue.
Votre question est des plus passionnantes et permet de sortir des sempiternelles remarques sur les méchants ou idiots qui ne partagent pas le point de vue de celui qui s’exprime.
J’aimerais connaître votre point de vue à ma réaction et bien sûr celle de tout autre intervenant.

Dans l’attente de votre réponse
(Minus / 21/06/05 - 19h16)


a (Diogène 56 / 21/06/05 - 18h12)
Oui, certainement et les croyants devrait respecter les Athées à ne croire en aucun diieu sans en faire des exclus
(Athéisme-citoyen / 28/06/05 - 00h20)


à (Diogène 56 / 21/06/05 - 18h12)
Et si chacun pissait dans les endroits convenus on pourrait s'interesser à des choses plus interessantes
(Athéisme-citoyen / 28/06/05 - 00h14)


Salut bande de mécréants... je vous adresse mes félicitations pour ce site drôle et instructif.
Un athée breton et non pas un a-tea anglais.
PS : "Si tout le monde pissait au pied des églises le bon dieu aurait les pieds humides"
(Diogène 56 / 21/06/05 - 18h12)


salam je suis musulman
je crois et fort que l'essentiel est de creer et former (elever) une generation humainne dont le terme "integrisme" n'existe ni dans leur dictionaire ni dans leurs esprit,. et leur aprendre a s'entrevivre et s'aimer.
car la religion n'est qu'une idiologie.
et à chacun son idiologie. mais il nous doit et a tous le respect, le respecter et respecter son idiologie
merci
(M.M.A musulman / 21/06/05 - 13h54)


François Chotard 20.06.
Vous rachetez l'humanité ?
Quelle humilité !! Je ne respecterais jamais la foi de qui que ce soit qui sous prétexte d'amour divin massacre son prochain. Je me fous de vos prédictions de malheur qui n'ont rien de tangible et permettent de mesurer la vacuité de votre cerveau imbibé d'eau bénite.
Ce qui est inutile et stupide ce sont vos religions.
(La croix lave plus blanc / 21/06/05 - 18h21)


A Francois Chotard.
Si dieu est mort il faut afficher l'adresse de sa tombe avec le message.
(sam / 21/06/05 - 15h59)


A Francois Chotard (20.06.05)
Depuis que j'ai arrêté de faire partie de votre secte monotheiste, je suis très heureux, je ne suis plus complice de votre antisemitisme, de votre homophobie, de votre pédophilie et de tous vos crimes contre l'Humanite et j'ai choisi la raison et l'intelligence pour conduire ma vie. Si vous voulez perdre votre temps dans un mensonge peu importe mais n'en perdez plus pour Nous sauver ou Nous racheter. Le péché, l'enfer, l'asservissement vous sont destinés puisque vous y croyez.
(BFD / 21/06/05 - 15h13)


Dieu est mort, dieu est un mot... respectez la foi sincère de ceux qui rachètent l'humanité, et ne montez pas des imbéciles (ceux qui prendront vos sophismes pour de brillants syllogismes) contre eux; c'est inutile, et stupide. Si vous ne comprenez pas ça, vous courrez le risque d'être malheureux toute votre vie.
(François Chotard. / 20/06/05 - 17h36)


A André Burger.
Rien que des bonnes nouvelles ce soir au 20 heures sur France 2.
Dans une prison, un Imam vient faire la prières aux détenus musulmans. pour le moment tout va bien. Et cet imam est rémunéré par l'administration pénitencière, comme les aumoniers, 700 €.
Les non croyants ont sans doute droit à un rab d'hosties?
Il y a sans doute mieux à faire avec cet argent pour améliorer les conditions de détention dans nos prisons.
(Athéisme-citoyen / 20/06/05 - 21h26)


Au petit suisse qui est en train d'éreinter notre webmaster dans le but non avoué de faire fermer le site par KO, je propose une autre occupation.
Ce n'est pas tout a fait ma vocation de donner des idées aux "croaillants" mais que ne ferions nous pas, pour se débarasser des parasites.
N'as-tu jamais pensé,a l'abri de ta banque neutre, aux odeurs pas tellement catholiques, que tu pourrais faire mieux que nous (XXXX) avec tes âneries?
Par exemple, propose aux responsables religieux de ta région, d'enrober les osties de chocolat suisse, avec différentes options, chocolat noir, au lait, au gingembre, a la menthe, au kirsch, au pastis et j'en passe?
Parfumer l'eau bénite en eau de roses?
ET l'encens en odeur de musc?
Je suis persuadé que tu feras grimper leur chiffre d'affaire et que tu gagneras des années de purgatoire?
Si en plus, tu utilise du chocolat Nestlé, alors là, tu as tout gagné.
Pour savoir comment faire, je te conseille de lire le bouquin de ton compatriote Jean Ziegler "L'empire de la honte" et tu nous reviendras, peut-être.
(André Burger. / 20/06/05 - 01h14)


je viens de decouvrir ce site il est tres interessant s il est concu par un athee je dois saluer sa tolerance et son ouverture a tout debattre. c est vrai je suis plus anglophonne mais je n ai encore pas experimente aucune arrogance dans ce sens.
Pour le gentelman qui cherche qu on reconnaisse le statut d athee. je trouve que les athees payent les impots comme tout le monde et ils ont le droit d exprimer leur difference car dieu n aime pas l'injustice.
(sam / 19/06/05 - 14h58)


à la poussiere.
Une fois il y aura trop de poussiere sur le clavier je m en debarasserai. Dieu recommande aux croyants de s'occuper du concret. quant a la poussiere on en trouve partout.
(sam / 21/06/05 - 15h57)


A sam 19/06/05.

Mon cher sam, t'aurais pas de clavier du tout, ce serait bien meilleur pour tout le monde.
(Poussière d'étoiles / 20/06/05 - 00h28)


desole d ecrire en majuscule. j ai un clavier inhumain sans accent.alors en ecrivant en majuscule je camoufle un peu l affaire.
(sam / 19/06/05 - 14h42)


Merci de ne plus écrire en majucule.
(atheisme.free.fr / 19/06/04 - 00h30)



LE MECREANT NE CRAINT PAS L'ENFER, IL Y SEJOURNE DEJA.
(SAM / 18/06/05 - 21h51)


LE MECREANT N A RIEN A GAGNER LE CROYANT N A RIEN A PERDRE
(SAM / 18/06/05 - 21h49)


Il faudrait sortir de l'enfance et devenir des adultes pour vivre sa vie.
(cleo / 18/06/05 - 16h27)


À Athéisme-citoyen / 18/06/05 - 02h33
Ton programme est séduisant mais politique et religion sont les mamelles du même pouvoir et de quoi pourrions-nous parler sur ce site "désinfecté"??? Constater les massacres au nom d’un dieu amour ? Relever toutes les inepties ou connerie religieuses ? Ns n’aurions pas fini, autant prendre son pieds avec celles écrites ici sur ce site de choix !!!
Salutations.
(gral / 18/06/05 - 18h23)


Très bonne idée...
Mais votre hôte n'en peut plus de passer des heures et des heures à traiter les messages de ce livre d'or. C'est certes très intéressant et enrichissant, mais le livre d'or et de cendres ne représente que moins de 1% des visiteurs du site et je n'ai plus le temps d'écrire quoi que ce soit.
J'envisage très sérieusement d'abandonner progressivement l'aspect "forum" de discussion. L'initiative d'Athéisme-Citoyen serait donc une bonne occasion de faire "basculer" les messages de type forum vers un forum classique.
Tout initiative est la bienvenue.
(atheisme.free.fr / 18/06/04 - 09h50)



A TOUS
Bon je me lance parce qu’il faut bien avancer.
Et je m’expose de ce fait à toutes vos critiques.
Je respecte hautement l’opinion d’André Burger qui cite Crovax "Un athéisme militant ne peut résoudre le problème des religions"
Mais ce que je souhaite c’est de résoudre le problème de l’athéisme.
Mon idée initiale:
Constituer un groupe de travail qui partagerait en commun le souhait de passer à l’action concrète sur quelques points basiques:
+ Exiger la reconnaissance d’un statut de l’athéisme
+ Exiger un droit de parole dans les débats politiques, sociaux, culturels et cultuels.
+ Réagir à toute sur-représentation de la pensée religieuse
+ Faire respecter un droit de réponse
+ Faire respecter nos droits "citoyens"
+ Contestation des statistiques officielles basées sur des comptages erronés et volontairement gonflés des inscrits dans les diverses chapelles
Pour cela il nous faudrait nous identifier comme adhérents à ce projet.
Ensuite débattre sur les modalités préalables de fonctionnement .
A ce sujet notre ami Cuchulain avait suggéré la création d’un Forum ...
Cela vous semble-t-il acceptable?

Selon moi, peut-être, sous conditions de revenir, en permanence, sur ce site pour d’une part continuer avec ses participants et d’autre part donner des nouvelles de l’avancement de nos travaux.
Et puis pourquoi le nier, j’ai un grand respect pour notre hôte, son idée originelle, son éthique et sa disponibilité qui force l’admiration.
Quant à moi j’attends votre verdict.
Amicalement
(Athéisme-citoyen / 18/06/05 - 02h33)


>>>   Suite du livre d'or et de cendres


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religionAthéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion Votre espace   Début Livre d'or   Haut de page   Contactcontact Copyright ©   English