Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Votre espace Livre d'or > février 2005, page 6


Livre d'or et de cendres

Février 2005, page 6

>>>   Début du livre d'or et de cendres      



Vos textes sont en rouge foncé, ceux de atheisme.free.fr en noir.
Ils sont classés du plus récent au plus ancien.
Une ligne horizontale partielle
signifie que le texte de haut répond à celui du bas.


a Bernard
Bien en phase avec toi. La différence c'est que je ne peux assister à une messe. Ca me met trop en rogne d'entendre les foutaises dispensées et le ton doucereux des curés.
Donc si mes gamins veulent un jour aller à la messe, ils iront seuls. Et s'ils choisissent d'aliéner leur liberté à une religion, je les laisserai faire. Mais on peut dire que ça me coûtera !
Concernant tes remarques sur a-thée, OK aussi.
Jette un oeil sur ce site : http://brightsfrance.free.fr/index.htm
(Soye / 19/02/05 - 17h51)


@ Bernard 18/2
"Méa Culpa", Je surveillerai mon vocabulaire à l'avenir.
Nous sommes en phase
(Un vert Solidaire / 19/02/05 - 10h22)


A bernard
Nous sommes d'accord, il n'y a pas de guide ou de gourou à suivre. Le plus malheureux exemple de guide n'est pas religieux (fuhrer, guide en allemand).
Certaines personnes nous aident en revanche à nous ouvrir, à ne pas voir le monde comme perdu et inutile.
Justement en suivant Dieu, appelez-le autrement les athées, qui se trouve dans notre âme (ou esprit, ou inconscient ou autre... arrêtons de se battre pour des mots), on se dégage de l'influence d'un eventuel manipulateur.
Là ou il y a erreur, c'est de penser que tout croyant suit un guide extérieur.
A chacun de trouver ses outils (religion, méditation, rapprochement avec la nature, art etc.)
Etre athée n'implique pas la liberté, pratiquer une religion non plus.
La liberté, c'est trouver sa force intérieure, ce pourquoi l'on est sur terre, sa mission, sa légende personnelle (comme dirait Paolo Coelho)... et l'accomplir.
(eric-surlechemin / 19/02/05 - 10h16)


Le mot "athée" est contradictoire avec la valeur qu'il défend. "a" est un préfixe privatif ; et "thée" vient de "théos", Dieu. Donc, l'athée est celui qui nie l'existence de Dieu. Or, il ne peut se positioner contre quelque chose qu'il affirme ne pas exister ! Je préfère dire "libre penseur". Libre car non soumis à une quelconque transcendance.
Si le concept divin a été pendant longtemps une nécessité sociale, car il donnait une assise et une morale à la société, il n'est plus d'actualité. La morale est devenue laïque, et les règles sociales se sont organisées par les différents apports politiques (république par exemple).
La société n'a plus besoin de Dieu. L'homme libre non plus. Mais certains hommes choisissent de rester enchaînés car ils ne sentent pas capables de prendre des décisions sans l'aide de guides. Ils en ont le droit.
Plutôt que le baptême, j'ai choisi pour ma fille l'option du parrainage républicain à la mairie de mon village. Je l'informe des différences entre les religions, et je l'emmène en visite dans des églises, des temples, des mosquées, et nous assistons ensemble quelquefois à certains rituels... Pour le moment, elle n'y a vu que des objets d'art, et pas de concept divin ! Mais si plus tard, elle sent le besoin de se trouver un guide, ça me decevra, mais je n'y mettrai aucune objection. Elle sera libre de ne pas être libre.
(Bernard / 18/02/05 - 14h54)


A eric-surlechemin:

Mais pourquoi une force non-humaine si elle se situe dans l'inconscient humain? L'inconscient humain ne fait donc plus partie de l'humain? Est-ce que tu veux dire non-humain dans le sens "animal", "primitif" par rapport à nôtre raison qui est plus évoluée? J'ai toujours du mal à te suivre, eric.
(Raskolnikov / 21/02/05 - 14h14)


A Raskolnikov

La nature de mes expériences comme tu dis ne dépend effectivement pas d'un mot. On peut en utiliser un autre (force universelle ou grand tout ou nimporte quoi d'autre).
On est d'accord, ne jouons pas sur les mots. Donc, je crois (je suis croyant) qu'une force non humaine indique à l'homme sa raison de vivre sur terre et celle ci se trouve dans son inconscient.
Je crois que si tu cherches ce qui t'es indiqué, tu atteinds le bonheur, ce que souhaite cette force pour nous.
Je l'appelle Dieu, je ne vois pas en quoi cela est si gênant puisque ce n'est qu'un mot.
Je suis sur que les religions ne sont que des outils (qui peuvent être bons si on les interprète correctement).
Je suis sûr que ces outils sont utilisés trop souvent à mauvais escient, mais pas par une majorité de personnes.
(eric-surlechemin / 19/02/05 - 22h25)


A eric-surlechemin:

Quand je te lis, je comprends de moins en moins ce que tu entends par "divin". L'introspection n'a rien de religieux ou de divin à mon sens. Tu colles délibérément un label, une étiquette sur certaines de tes expériences. Mais enlève ce terme "divin" et la nature de tes expériences ne s'en retrouve pas changé.

Ou comme le signale très justement Un Vert Solidaire: "âme de dimension divine", c'est un pléonasme, c'est totalement vide de sens. Ce n'est que jouer avec les mots.
(Raskolnikov / 19/02/05 - 10h43)


DIEU et le BONHEUR
Je lis parfois des textes cherchant à prouver l'existence ou la non existence de Dieu en fonction d'événements passés. Cela est temps perdu.
Dieu se trouve en nous mêmes.
La difficulté n'est pas dans le "où" trouver Dieu mais dans le "comment" trouver Dieu.
L'existence de Dieu ne se prouve pas. Elle se ressent.
Quel être humain ne recherche pas le bonheur ? Mais qu'est-ce que le bonheur ? Est-ce que le bonheur cela se prouve ? ...
[X...trop long...X]

Tout le monde sait que le bonheur est ressenti lorsque l'on vit un sentiment amoureux. Qui peut dailleurs prouver qu'un sentiment amoureux existe ? Les gens n'ayant jamais éprouvé ce genre de sentiments, ou alors ceux qui l'ont éprouvé mais ont été déçus, pourraient alors devenir athées de l'amour et essayer de prouver que l'amour n'existe pas.
L'amour, le bonheur et Dieu sont liés. Ils ne se prouvent pas, ils existent.
Chers athées, ne comprenez vous pas que, accolé à sa condition animale sur terre, l'être humain a une dimension divine en lui que l'on appelle l'âme.
(eric-surlechemin / 17/02/05 - 17h02)


A Un Vert Solidaire / 19/02/05 - 10h53
Et quand ils nous tiennent, ils nous tiennent !!
J'ai écrit il y a qq années à l'évèque de mon coin pour me faire débaptiser. Il m'a répondu que ce qui est fait est fait. Il a juste noté "apostat" sur son grand registre en face de mon nom !
J'espère maintenant que ce registre sera un jour informatisé. Ca me permettra de saisir la CNIL pour me faire radier de la liste des clients et prospects de la christ compagny !!!
(Soye / 20/02/05 - 23h10)


@ Soye 17/02
C'est même pire que çà: j'ai entendu un prètre rappeler sur une radio publique que "le premier devoir d'un chrétien était de faire baptiser son enfant, faute de quoi il se trouvait, en état de péché mortel". Le nouveau né!!!
Et cette main mise n'épargne pas les cadavres puisque on "oint" des nouveaux nés déclarés pour la circonstance en état de danger de mort. Cet ersatz de baptème fut administré à un de mes arrières arrières cousins mort-né, par son grand père, et fidèlement rapporté par le prètre du coin sur le registre des baptèmes.
Et que dire de ces "intégristes chrétiens" qui recensent tous les morts du monde afin de les faire baptiser post-mortem pour leur éviter les tourments de l'enfer.
(Un Vert Solidaire / 19/02/05 - 10h53)


A calagane
Tu dis "on ne demande à personne de nous rejoindre"... En effet, vous faites mieux : vous rafflez les gamins dès l'âge de 7 ans (en accord avec leurs parents il est vrai, mais qui avaient eux aussi été rafflés... etc.) et vous leur injectez vos idées dans le crâne.
Pourquoi ne pas les laisser libres de se faire leur propre idée lorsque leur esprit aura mûri ? C'est à dire ne proposer le cathé qu'à des gens majeurs ?
Trop dangereux pour votre fonds de commerce ? Risque de perdre une clientèle acquise ?
Quant à ta dernière phrase, je vais te surprendre : je connais des croyants qui sont de vrais gougnafiers et des athées qui sont sincères, gentils et pétris de respect pour les autres.
Incroyable non ???
Un peu comme s'il n'y avait aucune relation entre la morale et la religion... Re-incroyable non ?
(Soye / 17/02/05 - 22h19)


Bien réjouissant pour un croyant, là où vous parlez de communauté, les croyants se réunissent pour dieu mais les athées? la preuve sur ce site, c'est juste pour la critique et de ne pas laisser libre l'homme. mais nous les croyants, on ne demande a personne de nous rejoindre, cela doit venir de la personne elle même. Peut-être est ce pour vous une manière de vous rassurer et de vous justifier sur le choix de la croyance ou pas. Car c'est un choix et vous avez peut-être peur que ce soient nous qui est raison, ceci expliquerai toutes vos critiques et vos négation. car l'athée, ça première question malgré qu'il n'y croit pas c'est: "et si ça existait vraiment?" c'est pour cela qu'il se justifie, car il refuse d'y croire. c'est un débat où vous cherchez à comprendre pourquoi l'autre croit mais pas vous. Ne voyez pas les croyants comme des malheureux qui demandent de l'aide à Dieu en guise de super héros pour venir les sauvés et les délivrés. c'est avant tout un savoir vivre et un savoir être de respect, d'amour et de sincérité.
(calagane / 17/02/05 - 00h39)


AVIS SUR LE QUIZZ (le train, la voiture... allez faire un tour dessus).
Les réponse proposées sont intéressantes. Mais si une telle situation devait arriver à qqun, je crois qu'il mourrait sur place (probabilité la plus forte compte tenu de l'énoncé mais pas prouvée... la voiture capricieuse pourrait effectivement se remettre en fonction... déjà arrivé). La seule chose qui peut avoir une réeelle importance est que cette personne ait eu le temps donner un sens à sa vie avant sa mort. Et ainsi de se rapprocher de ce que j'appelle Dieu, c'est à dire sa vérité intérieure, mais quiconque à le droit d'appeler autrement...
(eric-surlechemin / 16/02/05 - 14h49)


Message aux agnostiques

La pire des choses qui puisse arriver à un être humain et de ne pas trouver de sens à sa vie. Si l'agnostique avait raison (jai lu ça dans un message), comment peut-il expliquer que des hommes et des femmes trouvent un sens à leur vie et en soient heureux ?
Le seul devoir de l'être humain est de rechercher son propre bonheur. Il ne peut le trouver qu'en lui-même. Vivre balloté, c'est s'exposer à la vie sans but, sans dessein. C'est mourir avant de mourir.
(eric-surlechemin / 16/02/05 - 14h31)


Réponse à Raskolnikov.

Je me suis sûrement mal exprimé.
Un élément extérieur peut être une personne au boulot qui te casse les couilles, un proche qui va mourir... Nous ne maîtrisions, maîtrisons, maîtriserons pas cela.
Nous pouvons maîtriser nos pensées, notre attitude. La quête spirituelle nous aide en cela. Certains (dont moi) appellent cela le divin, des religions ont reculé, mais pas le divin.
Pour des questions religieuses, des hommes ont été manipulés, et se sont tapés et se tapent encore sur la gueule. Alors on ne croit pas en Dieu. En vérité ils sont manipulés et se tapent dessus pour une autre raison : le POUVOIR.
La religion n'est qu'un argument. D'autres existent (2eme guerre mondiale, communisme en URSS, combien de morts ?).
Et pourquoi opposer science et Dieu ??? La science amène du confort (santé, machines etc.), ou de l'inconfort (armes, pollution), mais n'apporte rien sur le plan des raisons de vivre... il n'y a qu'à voir l'état psychologique des sociétés occidentales.

P.S. la preuve que l'homme soit mortel ou pas, on s'en fout, comme de prouver que Dieu existe ou pas : je voulais dire ça, je reconnais que ce n'était pas clair.
(eric-surlechemin / 18/02/05 - 18h08)


Réponse à SOYE
Soye, ta réaction me fait penser que mon texte t'agresse, puisque tu réponds par l'agression. J'en suis donc désolé. Je ne sais ce que tu entends par par vouer sa vie à Dieu. J'ai plutôt un manque de temps vois tu (boulot, sport, musique, famille etc.), je ne m'emmerde pas du tout.
J'interprète ta réaction comme un manque d'assurance, de confiance en toi et peut-être dans la vie. J'espère me tromper. Tu es peut-être simplement fatigué.
Chercher Dieu pour donner un sens à sa vie et ses actes n'a rien à voir avec se vouer à Dieu.
Dieu est lié à la question existentielle que tout le monde se pose une fois dans sa vie : pourquoi sommes nous là et que devons nous faire.
La réponse existe en nous dans notre inconscient (notre âme)... c'est ce que lon veut vraiment faire de sa vie. Etre en phase avec soi-même (son inconscient), voilà ce qui est important. Dieu n'est pas un "autre" vis à vis de l'homme, il est présent dans notre inconscient, et par nos envies profondes, il nous dit ce que l'on a à faire sur terre.
Je précise que tout cela n'a rien a voir avec les religions qui ne sont que des outils. Bien employés, ils décuplent le bien, mal employés il décuplent le mal.
(eric-surlechemin / 18/02/05 - 16h49)


A Eric-surlechemin:
"Personne ne discute du fait qu'un être humain soit mortel, bien que cela ne soit pas prouvé."

Pas prouvé?! O_O
Mais il ne s'agit pas de prouver si un humain est mortel. Il s'agit de prouver si un humain est immortel!

"..., personne ne devrait discuter du fait que l'on ne maîtrise absolument pas tout ce qui se trouve à l'extérieur de notre esprit."

Certes, nous n'aurons jamais ni une maîtrise absolue, ni une connaissance absolue de ce qui est extérieur à nous. Mais nous progressons petit à petit et le "divin" recule à chaque pas que la raison et la science font en avant.
(Raskolnikov / 18/02/05 - 11h05)


a eric-surlechemin
Et donc selon toi, il n'y a d'autre but, d'autre dessein possible que de se vouer à dieu ?
Tu dois t'emmerder ferme dans la vie !
Pour tout dire, je me demande si tu n'es pas déjà mort !
(Soye / 17/02/05 - 22h22)


Bonjour,
Je tombe sur ce site parce que je suis croyant, et m'interesse à tout ce qui à trait à Dieu.
Votre site est très interessant, des vérités essentielles y sont écrites.
En tant qu'athées, paradoxalement vous vous posez la question de l'existence de Dieu. C'est ce paradoxe qui est particulièrement motivant. Je partage votre point de vue sur la liberté que l'homme en tant qu'individu unique doit avoir par rapport aux autres hommes.
Pour le croyant que je suis, cette liberté n'est accessible que si l'humain se dégage de sa dépendance aux autres et aux événements extérieurs.
La seule manière d'arriver à une telle liberté est de trouver en soi même la force de maîtriser ses pensées, de respecter les autres et un certain nombre de règles pour être bien "dans sa tête".
Personne ne discute du fait qu'un être humain soit mortel, bien que cela ne soit pas prouvé. Personne ne peut discuter que l'on ne connaît pas le moment de sa mort, de la même façon, personne ne devrait discuter du fait que l'on ne maîtrise absolument pas tout ce qui se trouve à l'extérieur de notre esprit.
Soumis aux événements imprévisibles, la seule liberté absolue possible se trouve donc pour moi dans notre esprit.
Cela signifie que la seule chose importante que tout être humain devrait faire (toujours de mon humble point de vue), est une quête spirituelle (que nombre d'athées doivent faire d'ailleurs). C'est cette quête qui peut amener le bonheur véritable, à savoir le bonheur ressenti indépendant des aléas extérieurs qui sont sur une vie, par définition, vécus de façon douleureuse pour n'importe quel être humain à un moment donné (qui n'a jamais vécu un événement douleureux indépendant de sa volonté ?).
C'est cette quête qui est important pour le VRAI croyant. Je suis persuadé que certains athées sont croyants sans le savoir...
A vous lire
(Eric-surlechemin / 16/02/05 - 14h25)


>>>   Suite du livre d'or et de cendres


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religionAthéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Votre espace   Début Livre d'or      Haut de page   Contactcontact Copyright ©