Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Votre espace Témoignage > Libre propos sur la libre pensée


Témoignage

Libre propos sur la libre pensée

(DomB -   10/10/06)




A la toute fin de l'année dernière la France s'enorgueillissait de célébrer 100 ans de laïcité dans ce pays. Cela nous a valu des interventions de toutes sortes sur le sujet : articles dans la presse, excellentes émissions télé, et même quelques débats animés … c'était vraiment rafraîchissant de se remettre à penser ! Pourquoi alors cette crainte diffuse que le soufflet retombe ?

Force est de constater que, dans ce domaine comme dans bien d'autres, il reste encore un long chemin à parcourir pour une humanité pas encore débarrassée de ses vieux démons.

Laïque, vous avez dit laïque ? C'est là qu'est le hic.

Après des millénaires de suprématie il est en effet difficile d'imaginer que la Religion puisse un jour disparaître des pratiques humaines. Est-ce souhaitable, d'ailleurs ? Est-elle seulement prête cette humanité ? Même si elle a connu siècle des Lumières et autre Renaissance, et quoi encore ?

Mais le fond du problème n'est pas "La Religion doit-elle disparaître ?". La question est de donner sa place à toute forme de réflexion alternative. Qui donne enfin au genre humain toute latitude de grandir, sans contrainte. Je ne sais pas si la majorité d'entre nous a conscience de l'enjeu : La Véritable Liberté de Pensée.

Si l'on compare l'Humanité à un arbre, alors faisons endosser à la Religion le rôle du Tuteur.

Il sera plus facile ainsi d'admettre que, malgré ses défauts, elle aura bel et bien soutenu l'Humain dans son évolution jusqu'à l'Âge où, enfin assez fort, il pourra s'émanciper. Le tronc suffisamment robuste pour résister seul aux intempéries de la vie. Osant enfin, laisser pousser au bout de ses branches encore fragiles des fruits délicieux.

Le plus difficile pour les religieux, les gens d'églises, ceux qui ont bâti temples et lieux de cultes, parfois toute une industrie autour de ces croyances, sera d'admettre que leur temps est passé et qu'il faudra bien se reconvertir. Ils n'ont pourtant rien à craindre. Si leur coeur est juste, leur foi sincère, ils sauront bien la vivre de manière différente. Ou bien pareille.

La laïcité ne vise pas à brimer la pensée, bien au contraire. Son but avoué est de laisser la place à un large éventail de systèmes pour explorer toutes les formes de philosophie (amour de la sagesse- est-il utile de le rappeler ?). Que chacun trouve sa voie et puisse en toute liberté donner de sa voix !

Si l'on conçoit la spiritualité comme une manière élevée d'utiliser son esprit, encore faut-il en être le seul maître et éviter de se laisser "prendre au piège" de trop rassurantes (ou à l'inverse tellement effrayantes) croyances.

Depuis l'aube des temps nous avons cheminé ensemble, séparément, parfois les uns contre les autres pour amener le genre humain au stade où il en est aujourd'hui. Mais n'oublions jamais :

Nous sommes tout liés par le fil ténu de la Vie. La vie qui s'exprime avec force par le mouvement, l'évolution. La vie, qui s'adapte en permanence. Il faut pour cela la laisser libre. Ce que dogmes et religions n'autorisent pas. La plupart du temps figés dans l'obscurantisme et la crainte. Asservissant les êtres en muselant leur pensée.

Bien heureusement, la curiosité l'a emporté chez l'animal humain et il s'est mis à réfléchir. Et si nombre de nos congénères restent fidèles à une religion aujourd'hui, cela est bien souvent en connaissance de cause. Et pourquoi pas ? C'est leur droit. Parce qu'il est bien confortable de se reposer sur des convictions, même discutables, même imparfaites. Cela peut aider.

Qui se jetterait d'un avion sans parachute ? L'existence est parfois si vertigineuse qu'on peine à s'y lancer sans protection. L'avantage de la laïcité c'est qu'elle offre le choix des outils, en mettant en garde leurs utilisateurs.

"L'abus de crédulité est mauvais pour la santé" devrait-on lire au fronton de tous les lieux de culte.

"Vivre tue", sur les pages de garde de tous les livres saints, à ce compte là. C'est vrai qu'il y a des risques à vouloir remplir sa vie de sens. Chacun doit avoir le droit de le faire à sa façon. Car si l'on y regarde bien, les méthodes se valent. Pourvu qu'à la fin chacun trouve son équilibre, pour une meilleure harmonie, dans le respect de Tous.

Pour ma part je savoure le fait d'être née dans une famille catholique (père enfant de choeur et maman élevée chez les bonnes soeurs) et d'avoir pu néanmoins m'adonner sans vergogne à la libre pensée. D'avoir pu passer au-dessus de ma révolte enfantine d'avoir été baptisée sans mon accord, par des gens qui au fond ne voulaient que mon bien. Persuadés de me protéger.

D'avoir pu exprimer, en toute lucidité pourquoi je ne voulais pas me plier à leurs rites. Et me construire selon ma propre logique en utilisant les connaissances les plus diverses, choisissant moi-même les moyens de passer les différentes étapes, à l'instant T. De rituels en superstitions, de découvertes en explications, de miracles en convictions, j'ai appris à doser ma quête de sens.

Si j'ai porté enfant, une croix autour du cou, elle a souvent revêtu bien des formes : de la plus nue à la plus chargée de symbole comme la croix celtique parée d'un cercle. Puis d'autre gri-gri, d'autres signes ont suivi, preuves d'affection, plus que d'appartenance.

Qu'est-ce que je porte aujourd'hui ? Un petit tas de pierres à l'effigie presque humaine, qui prétend montrer le chemin aux voyageurs égarés. Inukshuk, esprit protecteur des peuples du Grand Nord, dont la présence rassure au milieu du grand désert blanc.

Car, soyons honnêtes, ce qui nous pousse vers un ou des dieux, n'est que "cette immense peur du vide".

Avoir la liberté de chercher à le combler à ma manière, c'est tout ce que je demande.

Puisque la Vie elle-même est un paradoxe, qu'on ne m'empêche jamais de vivre ma spiritualité, en toute laïcité. Merci.


DomB


"Quand un miroir réfléchit, tu vois une image ... ton image ?
et quand TU réfléchis, tu vois quoi ?"



Voir la page d'accueil sur la laïcité.


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Votre espace    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©